" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Ven 23 Mar - 8:19
Il était certains moments où Ourya se demandait ce qu'il ferait sans les elfes... Leur forêt si paisible le ressourçait comme un bain de soleil revigorerait un dragon frigorifié. La grande pureté de ces lieux apaisait son coeur de pégase et, l'espace d'un instant, il se croyait dans un monde sans blessures et sans heurts.

Il marchait depuis plusieurs heures avec la légèreté elfique, pieds nus et cheveux au vent. Les quelques elfes dont il apercevait les ombres discrètes devaient très probablement le considérer comme l'un des leurs. Quoi qu'il en soit, il n'existait aucune race plus proche des pégases que les elfes... Et de loin. C'était un peu comme si sa maison se trouvait parmi eux. Une fois, il s'était recueilli deux jours au pied de leur Arbre... Sous sa forme de pégase, les gardes l'avait laissé passer. Le peuple elfique était celui chez qui il pouvait paraître tel qu'il était véritablement, sans créer les multiples problèmes qu'une telle métamorphose génèrerait chez les royaumes humains... Cependant, Ourya se gardait d'abuser de sa forme originelle. Cela pouvait lui attirer des ennuis et il se préférait prudent.

Le son d'une source toucha soudainement son attention et, captivé par le doux bruissement de l'eau courante, il se dirigea vers elle. Un petit lac miroitait sous le beau soleil de ce milieu d'après-midi. Il se laissa tomber sur la rive, et profita de ces instants de grâce, avec un petit sourire accompagnant ses rêveries. Une chose était certaine : les pégases ne seraient sur cette terre qu'aussi longtemps que de tels endroits existeraient !

Il se redressa soudain, ressentant une présence non loin, et découvrit alors la silhouette d'une jeune fille songeuse, agenouillée près de l'eau à une dizaine de mètres de l'endroit où il était. Venait-elle de la cité des elfes ? Que faisait une jeune humaine en ces lieux ?

Il faillit la laisser tranquille, mais à cet instant, remarquant un petit quelque chose de tristesse ou de solitude dans son attitude, il craignit de s'en vouloir de la laisser. Même si, en bon pégase qu'il était, il s'inquiétait pour les autres au delà de ce que les autres s'inquiéteraient pour eux ! Après tout, s'il la dérangeait, elle le lui dirait, aussi bien que si elle avait besoin d'une aide quelconque.

Il se dirigea donc vers elle et, arrivé à quelques pas, à moitié dissimulé par le branchage d'un jeune arbuste, il murmura une discrète salutation, prêt à faire immédiatement demi-tour s'il sentait sa présence inopportune...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Ven 23 Mar - 23:10
La matinée avait été un peu difficile, je m'étais réveillée tôt pour m'occuper un peu de la maison à la place de ma grand-mère. Ce n'est pas si facile qu'on ne le pense, le bâtiment est grand et moi je suis petite quand on voit la hauteur des placards on est toujours décourager, puis je suis allée au marché et j'ai pris ce que m'indiquer la liste de course ce n'était pas facile non plus aujourd'hui il y avait beaucoup de monde dans les petites allées et j'avais du me faufiler entre les acheteurs et les marchandises. Après ce marathon j'étais rentrée pour manger le diner préparer par ma grand-mère j'ai ensuite accompagné mon papi à la boutique et je l'ai aidé à faire les mélanges de plantes et accueillir les clients les plus régulier.

Peut-être que pour vous ça à l'air difficile mais, vous le pensez, car vous ne l'avez jamais vécu moi c'est mon quotidien je m'y suis habituée maintenant je suis prévoyante sais-t-on jamais si il y a un voleur au marché qui vient me dérober mon argent je n'utiliserais pas ma magie pour moi il ne faut pas en faire n'importe quoi, vous voyez du genre en faire appel toutes les cinq minutes pour une raison futile.

Mais je vais vous dire, la pire chose qu'il s'est passé c'est l'annonce de ma grand-mère avec son "Va te reposer Aïdan, regarde toi tu as même des cernes !" je l'avais supplié de me laisser continuer le ménage ou de m'occuper de la boutique, mais rien !

C'est ainsi que je me retrouvais ici dans le jardin des elfes des amis de la famille m'en avait parlé, que c'était un endroit où le calme régnait, il était facile selon eux de s'y détendre, mes grands-parents m'ont donc forcé. Je m'étais agenouillée près de l'eau loin des habitants de cette citée, bon d'accord l'herbe était fraiche, le vent agréable et même le ruissellement de l'eau était magnifique mais .... Mais qu'elle ennuie !

La seule chose un peu près intéressante ici fût la présence d'un jeune homme qui me murmura quelques salutations je fus plutôt surprise et sursauta comme une idiote, je ne m'y attendais pas vraiment et j'étais gênée d'être de si mauvaise humeur dans ce paysage idyllique.

"Oh ... Euh désoler, je dois vous déranger ..."

Un sourire plutôt gêné apparut sur mon visage d'enfant, cet homme devait être un elfe il devait vivre dans les environs peut-être était-ce bizarre de voir une humaine dans les parages, surtout avec une si mauvaise aura. Je devais faire tâche dans ce genre de paysage. Je jouais maladroitement avec mes cheveux attacher par mon fidèle, qui se baladaient ensemble sur mon épaule.

Le vent ce rafraichi et ce ne fut pas pour me déplaire, mon regard ne se détournait pas de cet inconnu mais, il n'avait pas l'air méchant ni hypocrite, il ne faut jamais se fier aux apparences je sais mais, ils nous indiquent certaines choses sur le passé de certaines personnes. Personnellement il ne me dérangeait pas vraiment tant que cet homme ne me jeter pas dans l'eau tout irait bien.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Sam 24 Mar - 2:15
" Oh... Euh désolée, je dois vous déranger... "

Ce fut à Ourya le tour d'être surpris, au point qu'il ne sut quoi répondre et que son silence pouvait être interprété comme un Oui, vous me dérangez...! Il se hâta cependant de le contredire, ajoutant d'une voix toujours aussi discrète mais en se dégageant complétement du buisson, ce qui le fit apparaître en entier.

- C'est à moi de m'excuser ! C'est moi qui vient et qui, peut-être trouble votre méditation ?

Comme pour se justifier, il rajouta

- Les humains, dans le territoire des Elfes, sont généralement là parce qu'ils fuient leur monde et non parce qu'ils y ont vécu... Vous n'êtes pas née ici, je suppose.

Il sembla lire la réponse en la dévisageant simplement quelques secondes, puis parla de lui comme pour s'excuser d'avoir parlé d'elle.

- Moi je fais des haltes régulières en ces lieux, avant de repartir dans ce monde complexe et changeant que je peux parfois, et humblement, aider.

Il ne dit plus un mot, comme s'il en avait déjà trop dit, non par méfiance, mais par courtoisie. Ce n'était pas poli de meubler une rencontre, empêchant par ces artifices une plus profonde manière de se sentir.

Maintenant que leurs regards s'étaient croisés, il ne pouvait plus la laisser, tout du moins pas tout de suite. Elle ne semblait pas hostile à sa présence. Peut-être même répondrait-elle aux questions qui lui venaient à l'esprit, s'il se permettait de les lui poser. Elle dégageait une énergie puissante, mais il n'arrivait pas à cerner de quelle magie. Les ailes de la guérison semblaient y battre, mais ce n'étaient pas les seules, et d'une certaine manière, peut-être n'y voyait-il pas plus clair parce qu'elle-même n'avait pas encore sondé la pleine mesure de ses talents et de sa confiance en elle. Ce que son jeune âge pouvait également laisser croire...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Sam 24 Mar - 22:58
Un long silence s'installa petit à petit, car aucune réponse ne parvint à mes oreilles. Quelle gêne ! Je ne pouvais rien faire que me taire peut-être par simple respect. Au bout de quelques minutes dans ce silence impénétrable il se dégagea du buisson dans lequel il s'était faufilé.

Une excuse .... Oui il s'excusa alors qu'il n'y avait aucune raison pour cela nous sentions surement tout deux un sentiment de gêne l'un envers l'autre, l'endroit dans lequel nous nous trouvons pousser à ce genre de penser tel était la sensation que donnait cet endroit, il était trop pur pour commettre un acte tel qu'un meurtre.
Je le laissais parler sans le couper écoutant ses paroles pour desseller un sentiment quelconque mais, je ne ressentais aucune mauvaise pensée j'étais peut-être trop méfiante.

" Premiérement je ne fais pas de méditation et vous ne me dérangez nullement de plus je pense que vous le devinez tout de suite que je ne suis pas née ici on m'a juste .... Obliger à venir, pour soit disant me détendre ...."

Il me dit qu'il faisait des pauses régulières dans ce jardin c'est pour ça que je ne l'avais jamais vu pour c'était un lieu inconnu. Mon chez moi ne ressemblait pas du tout à ça, il y avait plus ... D'animation, plus de bruit et donc de la fatigue, la tranquillité ne s'installait que la nuit quand tout le monde dormait sauf que moi mon travail m'appeler presque chaque soir alors je n'était absolument pas habituée.

"Quant à moi je n'ai pas besoin d'aide, j'ai juste besoin d'un peu de compagnie pour égayer ma pauvre journée."

Je souris gentiment comme je le faisais lors d'une première rencontre je n'avais besoin que de compagnie, de discutions, le calme m'importait que très peu, ici j'étais comme inutiles. Je tapotais le sol lui faisant signe de venir s'asseoir à mes côtés dans l'herbe. Laissant le vent caresse mes joues légèrement rosée c'est vrai que ce genre d'endroit est un peu plus agréable au fil des heures.

"Venez-vous asseoir sinon je sens que mon complexe d'infériorité par rapport à votre taille va augmenter au fil des heures et je ne pense pas que rester debout est une bonne solution ..."

Enfin un complexe, être plus petite qu'une autre personne me gêne toujours je me sens inférieur.... Oui je suis encore un peu gamine dans ma tête mais, il y a pire je vous l'assure prenait exemple sur .... Bon d'accord je suis un cas mais, au moins je suis une imbécile heureuse ! C'est ce que je me dis quand je me sens bête.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Dim 25 Mar - 1:26
" Quant à moi je n'ai pas besoin d'aide, j'ai juste besoin d'un peu de compagnie pour égayer ma pauvre journée."

Le coeur d'Ourya se serra à l'évocation de cette pauvre journée, quelles pensées pouvaient bien troubler la jeune fille en ce lieu pourtant magnifique qui, en ce qui le concernait, le lavait de tous ses soucis ?

Elle avait quelque chose de très touchant à l'intérieur d'elle-même, une lueur, force mêlée de douceur, par delà des vagues battant régulièrement le rivage d'une mélancolie certaine.

Il manqua l'un des battements de son coeur lorsqu'elle l'invita à s'asseoir à ses côtés. Il était extrêmement touché par cette attention, et espéra qu'il pouvait apporter de la joie par sa présence, à cette jeune inconnue encore mystérieuse.

Il voulut la remercier mais, une fois encore, ne trouva pas les mots et se contenta de s'approcher un peu maladroitement, s'asseyant enfin avec un simple sourire, suffisamment proche maintenant pour remarquer les nuances de ses iris bleu/vert.

- Oh ! Vous savez, la taille ! J'ai beaucoup plus d'admiration pour les elfes, qui sont de plus petites personnes que les humains. Vous avez la taille d'une elfe, ne devriez-vous pas plutôt en être fière ?

Ses longs cheveux dorés étaient magnifiques, touchant presque le sol dans cette position assise. Plus il la regardait, et plus il avait le désir d'en savoir plus sur son origine.

- Quelles sont les parties du monde que vous connaissez, jeune fille ?
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Dim 25 Mar - 4:39
Quel drôle de personnage, était-il vraiment un elfe ? Ca je n'en sais rien ce monde est fait de mensonge pourtant il est quelquefois magnifique. Il avait l'air intrigué par ma présence je devais avoir quelque chose qui cloché peut-être mes vêtements qui était sombre comparer au siens, il donnait l'air d'un sage plutôt qu'un idiot, on ne voit pas tous les jours des personnes se baladaient en pleine nature pied nu et cheveux au vent. Personnellement je n'aime pas vraiment les lâchés, ils me gênent dans chacun de mes mouvements je me demande souvent si je ne devrais pas les couper mais, je sens qu'au fond de moi j'en serais presque anéantis, oui pour de simple cheveux ....

Il dédaigna enfin avancer pour s'asseoir, ses pas étaient maladroit mais, il parvînt à me rejoindre près de l'eau, celle-ci ne donnait pas l'impression d'être profonde seulement même dans la nature il ne faut pas se fier aux apparences !

Quand enfin je le sentis près de moi je pouvais enfin me tourner pour le dévisageai lui aussi était blond et ses yeux était d'un blond clair comme l'eau devant nous au moins je ne suis pas la seule à avoir des cheveux couleur soleil .

" Moi une taille d'elfe ? Vraiment ... Pourtant, je suis humaine, je pense que chez nous les hommes doivent être grand et les femmes doivent être plus petit mais, je n'aime pas ... En fait c'est beaucoup plus compliqué que je ne le pensais."

Je levais la tête au ciel pour réfléchir au pourquoi du comment je ne sais même pas pourquoi je désire être plus grande. J'en revins à mon compagnon retrouvant le sourire pour ne pas le mettre mal à l'aise.

"Bravo monsieur vous m'avez posé une colle ! Pourquoi vouloir avoir quelques centimètres en plus ? Peut-être pour réussir à voir le monde un peu mieux et savoir ce qui m'attend !"

Je replaçais mes cheveux tombaient au sol sur mon épaule ainsi ils ne toucheront pas le sol et ne seront pas sale avoir les cheveux long ce n'est pas vraiment pratique mais bon on s'habitue aux difficultés ! Mais pourquoi je pense à ça moi ?

"Je n'ai pas beaucoup voyagé même jamais je ne connais que mon petit quartier, le marcher et les quelques coins de verdure qui compose mon environnemt. Bon maintenant c'est à moi de poser des questions sinon ce n'est pas équitable, vous en énoncez une, je répond puis c'est mon tour mais, vous n'êtes pas obligée de répondre bien sûr ! Donc, pourquoi êtes-vous venus me parler ?"

Je le regardais avec des yeux sérieux sans aucune hésitation, on ne s'approche pas de n'importe qui sans raison, je restais agenouiller sur le sol trop concentrer pour me rendre compte de la position inconfortable dans laquelle j'étais.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Dim 25 Mar - 5:44
Était-ce le lieu qui bénissait ainsi cette rencontre, ou elle qui était si attachante, voire un peu de tout cela à la fois ? Il ne connaissait pas même son nom, et pourtant il était autant à l'aise, au bord de ce joli petit lac, qu'avec un compagnon de route éprouvé.

Il fut assez joyeux de lui remettre en question ses idées sur la taille des choses. Emporté par le sujet, il ajouta

- Savez-vous que beaucoup de grands personnages par le renom étaient petits par leur taille ? Avec le temps, on a tendance à grandir les héros, et ne pas imaginer qu'ils aient pu être de petites personnes. Mais le fait est là ! La taille physique n'a rien à voir avec l'envergure de ses idéaux, de ses aspirations, de ses talents !
Mesurer la qualité d'une personne par sa taille, c'est comme mesurer la qualité d'un bois par la taille de ses feuilles.


Elle ramassa ses cheveux sur son épaule. Se déversant le long de son corps, ceux-ci l'illuminaient d'une délicate lueur. Si elle avait abordé avec lui le projet de les couper, Ourya aurait sursauté si loin qu'il aurait peut-être risqué de tomber à l'eau tout habillé.

Elle désira alors lui poser une question, il rit et lui répondit

- Si nous voulons être équitable, ce n'est pas une mais plusieurs questions que vous devriez me poser !

Sa question d'ailleurs lui avait beaucoup plus, il aimait la franchise que dégageaient ces mots. Il s'agenouilla lui aussi et prit délicatement l'une des mains de la jeune fille, en laissant la sienne par dessous de manière à ce qu'elle puisse la retirer sans freins si ce contact la gênait.

- Pourquoi, lorsque nous aimons marcher sans suivre un chemin, nous sommes plus particulièrement attirés par la direction d'un lever de soleil ? Pourquoi, cheminant sous les arbres, nos pas se dirigeraient vers un chant d'oiseau mélodieux ? On ne sait pas vraiment le dire même si la raison peut sembler évidente. Et vous avez la grâce d'un oiseau, ou d'un rayon de soleil.

Il s'interrompit un court instant

- Il est vrai qu'au départ, quand je vous ai remarquée, j'ai eu envie de vous demander si tout allait bien. Je ne sais pas si c'était une excuse, ou si j'ai vraiment senti un appel de ce qui se dit en silence. Sans doute ai-je voulu vous connaître, sans vraiment pouvoir mettre de mots sur cet acte.

Il hésita un peu, et ajouta

Je ne pensais pas rester longtemps, dans ma pensée première. Dans la mesure où je ne suis pas désagréable, votre présence ne me donne plus envie de repartir trop vite.

Puis, complétant rapidement, comme s'il craignait de ne pas être convenable

Cependant je préfèrerais vous laisser avant de permettre à ma présence la possibilité de vous incommoder ! Je veux dire, il ne faut pas hésiter à me le dire. Il m'arrive d'être trop spontané, ou de ne pas correctement mesurer la distance que certaines personnes désirent entre eux-même et les autres...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Dim 25 Mar - 7:58
Il essayait tant bien que mal de me faire changer de bord c'est sûr, il pouvait exister des héros petits, ceux des histoires était de beau et grand chevalier quelquefois ténébreux un brin attachant qui m'avait souvent fait rêver quand j'étais enfant avec les contes de fées que me racontait grand-mère, rêve de gamine .....

"Vous n'avez pas tort sur ce point non plus, vous devez avoir beaucoup voyagé et rencontrer beaucoup de personnes pour me raconter tout cela n'est-ce pas ?"

La liberté c'était mon plus grand rêve n'être attachée à rien, vivre ne même pas avoir d'amis ni de famille, rien juste comme seul compagnon l'irrésistible envie de rire et de sourire, voilà ce que je voulais vraiment si il savait autant de choses cela voulait dire qu'il avait dû faire beaucoup de rencontre pour moi c'est en tisant des relations que nous devenons ce que nous sommes. Quand j'étais plus jeune je désirais ne m'attacher à rien, ni même à des animaux, j'étais jeune je ne connaissais rien juste la façon de ce parfumer.

"Je prépare vos futures questions alors ! Ne soyez pas surpris !"

Alors que j'approfondissais mes mots cet homme pris ma main mais, je pouvais tout de suite l'enlever je décidais de la laisser pour savoir ce qu'il avait à me dire même si c'était un inconnu qui sait il avait peut-être une information intéressante.
Il récitait une sorte de poème. Etait-il conteur d'histoire ? Ou écrivain ? Je me tus le temps, qu'il parlait laissant libre court à ses mots.

"Que voulait ce n'était qu'une simple envie de se diriger vers l'inconnu, cela m'arrive souvent ne vous inquiétez pas c'est comme découvrir un peu plus de votre monde. Mais, vous savez je suis tout autrement qu'un rayon de soleil ou qu'un oiseau. Ici je suis autrement peut-être est-ce l'ambiance, en ville je ne suis pas la même ..."

Ses paroles me surprirent mais, sans vraiment me choquais je restais calme et doucement j'enlevais ma main de la sienne pour me gratter la tête signe de gêne, un sourire doux apparut sur mon visage et les seuls mots qui sortir créèrent une phrase bien bizarre.

"Même avec vaut paroles sensé, je ne comprends pas vraiment leurs sens, pour moi vous êtes entre connaissance et amis, c'est cela que vous vouliez dire n'est-ce pas ? Je ne suis pas bête mais, je sens juste la fatigue venir ... Dans tous les cas je n'arrive même plus à voir si il se fait tard."

Je fixais le ciel comme pour faire apparaitre une horloge ou un message de ma famille qui pouvait me dire si ils avaient besoin de moi, j'avais besoin d'action et de vie, le calme ne me convient que la nuit, le jour je m'active.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Lun 26 Mar - 0:40
- On peut dire en effet que j'ai beaucoup voyagé... répondit Ourya d'un air rêveur, comme s'il se remémorait les épisodes les plus marquants de ses pérégrinations.

- Je suis heureux que vous me prépariez des questions ! ajouta-t-il d'un air enjoué.

Elle semblait beaucoup penser au voyage, comme si elle attendait des aventures qui la révéleraient telle qu'elle voudrait paraître...

- Je connais à peu près toutes les régions de ce coin du monde, à l'exception peut-être des rivages très mal fréquentées des îles Kynthnos. Il n'y a qu'un seul endroit que je déteste, le sultanat d'Hagor. J'aimerais beaucoup renverser son abject sultan et mettre... Mettons, quelqu'un qui vous ressemble à la place. Mais il faudrait nettoyer toute la sphère du pouvoir, pourrie jusqu'à la moelle ou presque. J'y pense. Le jour où je trouverai de valeureux compagnons, et si nous pouvons compter sur quelques nobles au juste coeur, et le soutien de la population. Mais la population doit détester le sultanat à peu près autant que je le déteste.

Il s'interrompit, passant rapidement à la suite de leur discussion, comme s'il préférait parler de plus joyeuses choses.

La regardant profondément, il tenta à nouveau de la contredire

- Peut-être est-ce, au contraire, la ville qui ne vous fait pas paraître la même ! Et que c'est ici que vous êtes plus normale ! La nature conduit au recueillement, et le recueillement au ressenti de ce que la flamme de notre coeur exprime. Moi c'est tout à fait ça, je suis un peu perdu dans les cités, à l'exception sans doute de la demeure des elfes. Je suis moi-même seulement ici, dans ce genre d'endroit... Loin du tumulte des querelles et du fracas des épées. Qu'il ne faut pourtant pas hésiter à brandir quand le besoin s'en fait sentir... L'épée est une gardienne de l'équilibre, la seule arme que je manie. J'ai horreur de toutes les autres, elles ne servent qu'à punir et agresser. Enfin, sauf le bâton, mais je suis moins à l'aise dans son maniement. Je ne suis pas mage.

Il suffisait de la regarder pour deviner qu'elle avait envie de bouger ou d'agir. C'était justement une bonne chose pour elle d'apprendre le calme et la patience au bord de l'eau, sous le chant des oiseaux. Une idée lui traversa l'esprit.

- Si tu veux, je peux t'apprendre à forger une épée à partir du minerai même de cette forêt, mais cela prend du temps et demande autant de patience que de persévérance.

Le petit îlot de tutoiement faillit être à nouveau mangé par les vagues d'un respect qu'il ne voulait pas perdre... Mais il se fit naturel ; Ourya ne vouvoyait jamais longtemps ceux en qui il avait confiance.

- Tu as raison, le soleil tourne. J'espère que je ne te retarde pas. Moi je reste ici pour un moment encore, je dormirai tard cette nuit, probablement après avoir nagé sous la lune, et grimpé en haut d'un arbre.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Lun 9 Avr - 22:14
Oui il devait être un grand voyageur vu tout ce qu'il me racontait, sauf que l'on ne peut pas faire ça dans une seule vie humaine comme la mienne. Lui, il n'était retenu par personne voyez-vous ? Enfin c'est ce qu'il donnait comme impression, moi je ne pouvais partir tant que j'avais des obligations que malgré les apparences j'appréciais fortement.

"Personnellement j'attendrais un peu avant de partir. Je suis un peu jeune je pense ..."

J'avais un regard songeur porter sur l'avenir, je comptais être attachée à personne, être libre comme il se doit et ne plus songeais au futur mais, le vivre pleinement comme on ne peut l'imaginer. Est-ce comme dans les contes que je vivrais ?
Quand je serais plus vieille peut-être, si je n'ai pas d'enfants il y aura toujours les gamins du quartier, si je n'ai pas mon grand château entourais d'un paysage merveilleux j'aurais ma vieille maisonnette entourait d'un marché bien vivant, si je n'ai pas ces vieilles robes de gamine, je me vêtirais simplement comme tout le monde avec une simple tresse qui retiendra ma chevelure. On peut dire que je ne me fixais aucun but précis, vouloir vivre c'est simple non ?

"Le sultanat ? Je ne le connais pas .... Qui es-t-il ?"

Il détourna soudainement la discution ... Moi je voulais savoir mais, bon il faisait ce qu'il voulait. Je soupirais un instant l'écoutant me contredire. Un sourire malicieux se dessina sur mon visage, me connaissait-il ? Et vous me connaissez-vous ?

"Je ne suis qu'une inconnue vous savez, je me connais bien malgré les apparences. J'attendis un instant pour remettre mes pensées en ordre. J'évolue peut-être aux fils des heures mais, je n'abandonne jamais mes idées de départ, voyez-vous depuis que je suis enfant je veux la Lune, alors je l'aurais ... C'est un exemple idiot mais, tout ça pour me dire que je me connais aussi bien que vous, et je vous l'assure, fis-je en rigolant, je suis bien en ville, il y a tout de même des endroits calme là-bas. Les gens du marché ont l'air fous mais, ils sont aussi gentils que n'importe quelle personne en ce monde, je ne préfère pas me fiez aux apparences. J'ai peut-être besoin de tranquillité pour réfléchir mais c'est les rires et les chants des personnes un peu bourru de la ville qui font battre mon coeur ..."

Si je me fiais vraiment à ces apparences donner jamais je ne pourrais sortir bien sûr il y avez toujours de mauvaises rencontres mais, à la fin quand je rentre chez moi je suis heureuse de vivre comme je suis.

"L'épée est, peut-être votre gardienne à vous mais, à moi elle me fait assez peur, les chevalier, que je n'apprécie pas vraiment, les utilises pour un rien contre des personnes innocentes ... En forgé une ne serait-il pas mauvais pour moi ?"

Un épée beaucoup d'hommes en manier et de femme aussi moi je restais plus dans la simplicité ma magie et ma seule arme me suffisais. Je me mis à jouer avec un brin d'herbe m'intéressant un peu plus aux figures que je pouvais faire qu'aux préoccupations familiales, quand la nuit tombera doucement je partirais le lendemain sera chargé.

"Non ... Je vais rester encore un peu avec vous mais, je vais bientôt partir j'ai une marmite sur le feu, j'ai un peu peur qu'il la laisse brulé."
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Mer 11 Avr - 6:49
Ourya sembla assez amusé par l'expression et les conclusions de la jeune fille.

"grand caractère, grand coeur" songea-t-il sans oser aller au delà de la pensée.

Avec un grand sourire, il lui répondit

Ah ! Les marmites sur le feu ! Moi aussi je trouve cela très pratique !

Il se hâta d'évoquer la suite, de manière à ne pas lui laisser la possibilité de réfléchir trop et de conclure qu'il pouvait éventuellement douter de la marmite, et moins de l'excuse universellement répandue sur les terres connues pour avoir une raison de s'éloigner...

Avec un sourire songeur, il ajouta doucement

La Lune appartient à beaucoup car les astres répondent toujours aux voeux sincères de l'enfance...

Il revint naturellement aux armes, car il ne pouvait laisser dire du mal des instruments tels que celui qu'il avait l'honneur et la joie de porter.

Forger une épée, je veux dire, à l'elfique, c'est un peu comme devrait être une vie : fondée sur le chemin partant vers le but, et non vers le but oublieux du chemin. C'est une quête ! La victoire, dans la vie, ce n'est pas de posséder une épée, comme le font beaucoup de chevaliers qui ne savent qu'aiguiser leur lame.

Ourya se leva, et soudain, il sortit son épée qui illumina la scène d'une paisible lueur. Il s'était placé de biais par rapport à Aïdan et non de face, de manière à ne pas l'effrayer, ou tout du moins, le moins possible. Il leva son autre main et, d'un grand moulinet de son arme, frappa puissamment la peau nue de sa paume. En un instant, l'épée était au fourreau et il était de nouveau assis à côté de la jeune fille, comme si de rien n'était.

Vous voyez ? Ma main est dans sa forme habituelle. Mon épée ne coupe pas. Pourtant, elle pourrait abattre un dragon. Mais si je l'utilisais contre une personne innocente... Contre vous... Elle ne vous ferait pas plus de mal qu'elle ne m'en a fait. Au contraire. Elle pourrait faciliter ta guérison si tu étais blessée. Vois-tu, elle est vivante. Et elle est comme moi. Une épée s'enfante. C'est une gestation. Puis, c'est le miroir de son créateur. Elle viendra toujours aux mains de celui qui saura s'en accorder. Contrairement aux armes sans vie et sans âme qui ne servent qu'à noircir le bras de celui qui les porte.

Le crépuscule galopait sur les arbres et le chant des oiseaux se teinta de légers accents de mélancolie

Merci...! conclut-il.

On pouvait croire qu'il la remerciait pour son écoute, mais il le faisait davantage pour sa présence, qui s'était manifestement prolongée au delà de ce qu'elle avait sans doute prévu.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Sam 28 Juil - 2:27
Il continua de me regarder avec un sourire de joie, j'y répondis avec un rire légèrement gêné. Mes réponses étaient enfantine et mon physique n'arrangeait rien, j'aimais vivre simplement sans rien autour, j'adorais ma vie telle quelle et seigneur pardonner moi mais, j'aime tellement ma vie agitée pleine de rire mais, de malheur aussi triste qu'ils soient dans le présent comme dans les souvenirs passés quand la nostalgie vient s'installer dans ma cervelle d'enfant.
Je soulevais légèrement mon sourcil droit, les marmites ? Il trouvait cela pratique où voulait-il en venir ?

"Que voulait vous dire par là ?" Fis-je tout en continuant à rire.

Cueillant un brin d'herbe pour essayer d'en faire une oeuvre d'art comme on pouvait s'en douter j'arrivais juste à en faire un simple noeud pour ensuite le placer sur un de mes doigts. A la fin quand l'objet commença à se flétrire je le déchira en deux le jetant dans la petite rivière devant nous, il flotta au grès du courant, jusqu'où ira-t-il à cette vitesse, je lui faisais gouter à cette liberté que beaucoup désirer lui qui n'avait jamais pu ce déraciner de sa terre natale.

"Je suis amoureuse du ciel nocturne, j'aimerais l'avoir à moi seule mais, se serait trop hypocrites n'est-ce pas ? La nuit par mais, elle revient toujours, ce monde est fidèle comme le jour."

En moi je me disais que la vie était bien triste, le soleil et la lune seront toujours là mais, un jour il faudra bien partir ... J'en revins à notre discutions qui tourna cette fois-ci autour des armes et surtout les épées, je ne les portais pas vraiment dans mon coeur.

"Si un chevalier vous entendez, il vous ferait surement passez les pires heures de votre vie ! Certains sont fourbes, ils ont été compromit dans la luxure et le pouvoir. J'ai entendu dire que forger une épée de la manière des elfes prenait énormément de temps ..."

A la fin de ma phrase je pouvais m'apercevoir que l'elfe sorti son épée debout, devais-je avoir peur ? J'en doute, le seul sentiment que j'eu était celui de la méfiance, me disant de m'éloigner un peu. Dans ma rue on m'avait toujours enseigné que les personnes ayant une arme pouvait faire n'importe quoi, même si il avait un visage d'une personne tout à fait normale. Les enfants pouvaient mourir en un rien de temps face à une épée ou un arc, j'étais beaucoup plus âgée maintenant mais, le destin réserve bien des surprises. Je me recula donc tout en fixant l'arme. En un rien de temps, il revint à sa place sans être blessé.

"Croyez-vous vraiment que je sois innocente , dis-je d'un air malicieux, personne ne peut savoir le passé de l'autre. Vous dites alors que votre épée à une âme ? J'en reste sceptique j'espère ne pas vous vexé. Si cela est vrai, elle doit être bien triste."

Il se faisait tard, j'avais encore un peu de temps, mon emploi du temps me permettait quelque écarts de temps à autre.

"Merci de quoi voyons ? Je n'ai nullement besoin de remerciement, s'en est trop. Ce que je fais est naturelle."
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3061

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan) Sam 28 Juil - 4:35
La jeune fille faisait retentir le lac des doux accents de son rire et Ourya semblait y trouver tout un langage, sinon une mélodie. Elle joua avec un brin d'herbe, en faisant un anneau de verdure puis une nef voguant vers l'infini.

- Quant à moi, je suis amoureux de la lumière, mais à aimer le soleil on doit aimer les étoiles, et à aimer les étoiles on doit aimer le ciel nocturne ! Tout est uni dans tous les cas...

Il sourit, songeur.

- Hypocrite, de vouloir le ciel nocturne ? Le ciel étoilé est là pour ça...pour appartenir en entier à chacun. Nous pouvons tous l'étreindre en même temps... il en restera toujours assez !

Il replongea dans les grands yeux rêveurs, dont il ne savait décidément dire s'ils étaient plutôt bleus, ou vert.

- Le jour et la nuit sont eux aussi deux amoureux. Un couple. L'un ne manque jamais à l'autre, l'autre est toujours là pour l'un. Leur équilibre est le garant de l'harmonie. Ils ne peuvent, ni être séparés, ni prévaloir sur l'autre, égaux par nature... et source d'inspiration pour les erreurs que nous avons à dépasser.

Aïdan aborda le sujet des chevaliers, peu élogieuse à leur égard.

- Oui et non ! Si un chevalier devient fourbe et malhonnête, alors il ne mérite plus d'être appelé chevalier ! Ce n'est qu'un barbare !

Il s'empressa de la contredire, tandis qu'elle remettait en cause l'innocence, avec un joyeux air de malice.

- Oui je le crois ! Il est difficile de connaître le passé d'une personne, mais il est beaucoup plus abordable de sonder son regard ! Il révèle tout de suite à quel point le coeur est présent. L'innocence ne se montre pas... C'est le langage d'un coeur vivant, quoique les épreuves de la vie aient pu le rendre plus distant.

Qui aurait la prétention de dire que l'âme ne vaut que pour ceux capables de la dire ? Bien sûr, il y a tous les stades de conscience imaginable ! L'épée d'une brute en armure pourrait avoir la force d'âme d'un moustique, quand celle de la mienne aurait davantage celle de l'oiseau blanc de la pureté. Défendre la vie est une joie pour elle, et ne saurait se teinter de tristesse. Une épée triste est une épée détournée de son destin... ou abandonnée dans l'oubli.


Il dégaina à nouveau son épée bien que seulement à moitié. La partie visible de la lame rayonnait d'une joyeuse lueur dorée, comme en soutien des paroles du pégase.

Tout est conscient en ce monde... Même les étoiles.

Conclut-il en regardant le ciel, qui commençait timidement à préparer le retour des étoiles. Le soleil bientôt couchant donnait à l'eau courante un reflet doré semblable à la lueur que Sylenda, son épée, avait montré...
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)

MessageSujet: Re: Sous les frondaisons elfiques... (Aïdan)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sous les frondaisons d'un arbre [PV : Papillon Etoilé]
» *~ Les Races et les Langues ~*
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: GreenArrow :: Forêt Lysa-