" Invité "
avatar
Who am i !

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Ven 9 Nov - 6:18
Midgard

--- Personnage...

  • Nom : O'Belenos
  • Prénom : Siegfried
  • Sexe : Masculin
  • Race : Ange noir.
  • Âge : 20 ans en apparence, indéterminé réellement.
  • Classe : Archer.


  • Armes :
    En tant qu'Archer, Siegfried est un véritable expert : un œil de lynx par excellence. Possédant une connaissance surdéveloppée des armes à distance, il sait se servir de toutes, sans exception, avec une grace et une efficacité redoutable.
    Très véloce, le jeune immortel se sert donc avant tout de son arc et de son arbalète qu'il affectionnes, mais possède néanmoins une Faux qui ne le quitte jamais et qui, malgré son envergure, ne le gêne point, au contraire. Sa force résidant dans son agilité, l'ange demeure très précis dans les coups qu'il vient à donner, quelque soit l'arme utilisée, même si sa faux reste son instrument de torture préféré.

  • Magie :
    De plus, il ne faut pas oublier de préciser qu'en tant qu'Ange, Siegfried a également aquis une connaissance de la magie qu'il affectionne particulièrement. La sienne est basée sur la maitrise des soins et de la glace. Pas de quoi geler un océan ou raviver un mort, loin de là, néanmoins, cette magie lui permet de demeurer en très bonne mesure pour répondre à toute offensive et d'y survivre en cas de défaite. Capable de soigner la très grande majorité des blessures, il peut en effet ressouder deux os cassés malgré que cela lui coute beaucoup d'energie, allant jusqu'à mettre en danger son propre pronostique vital s'il venait à soigner un êtres se trouvant aux portes de la mort. D'un autre coté, le jeune homme est donc également capable de créer et de moduler la glace du bout de ses doigts. Quoique laissant le plus souvent sa magie se disperser au travers de ses armes, desquelles il parvient donc à geler n'importe quelle surface afin de les rendre glissantes, il est vrai qu'il arrive à Siegfried de se jouer de son pouvoir afin de matérialiser quelques embuches destinées à ses adversaires. Pics assérés, murs plus ou moins hauts, épais et résistants, c'est ainsi un ensemble d'obstacles qui se montent entre lui et ses opposants, les empêchants de progresser normalement la plupart du temps.


  • Stats : (15 étoiles à distribuer)
Vitalité
Attaque
Magie
Déf. Physique
Déf. Magique
Vitesse

Thème :

  • Physique :
Ainsi vous désirez apprendre à connaitre cet étrange individu qu'est Siegfried O'Bëlenos. Eh bien, approchez, et regardez. Votre vue est trouble mais observez.
C'est un bel homme, personne ne pourra le nier. Mais vous le craigniez, au fond de vous. Peut-être est-ce cette tête innocente qui vous fait mettre sur vos gardes.. ?
Pourtant, du haut de son mètre quatre vingt trois, et par ses 75 kilos, il pourrait passer pour un humain on ne peut plus normal, ce garçon, n'est-ce pas ? Voire pour un jeune elfe, à la rigueur, si l'on considère ses oreilles en pointes, en effet. Grand et svelte, il possède une musculature finement ciselée qu'il vous parait cultiver avec un grand soin, et dans un dessein trouble que lui seul connait exactement.
Bien fait de nature, il l'est sans doutes, aucuns. Une peau claire et douce, un teint pâle mais rayonnant de santé.. Voyez cet étrange magnétisme qu'il dégage ? Un charisme surmonté d'une aura telle que, bien souvent, ce minois charmeur et cette carrure élancée mais non moins imposante, ont raison de quiconque s'en approche.
Cependant, considérez-le avec attention, et vous remarquerez que rien, absolument rien, ne le rapproche d'un simple être humain.
Non, en effet, ses cheveux argentés coiffés courts et en bataille n'ont rien de particulier. De la même manière, il semblerait que ses yeux, colorés d'un subtil mélange de blanc, de gris et de bleu pâle, ne sont que le fruit d'une chanceuse, mais non mois hasardeuse, sélection génétique. Néanmoins, approchez-vous un peu plus, si le coeur vous en dit, et plongez votre regard dans le sien. Ainsi verrez-vous plus clairement ce qui devant vous se tenait fièrement. Ce n'est point une lueur de vie que vous admirerez alors par cette fenêtre que sont les yeux sur l'âme, mais bien une étincelle inhumaine, ou de folie dira-t-on presque, qui anime ce regard brûlant et assassin. Enfin comprendrez-vous à qui vous avez à faire.
Un ange, oui, effectivement. Êtres divins vénérés par les Hommes et voués au bien ; chacun connait la description physique qui est faite de ces créatures possédant de parfaits traits ainsi que de grandes ailes blanches et soyeuses. Ainsi, comprenez-vous d'où vient ce visage angélique, fin et bien dessiné, dont est doté le jeune homme et qui vous intrigue ?
Oui, bien sûr, vous avez compris. Et cela vous rassure, d'ailleurs. Un ange.. C'est un gardien ? Un protecteur..
Non ?
Vous n'avez pas tort, certes. Néanmoins, il existe certains de ces êtres qui présentent une étrange particularité. Observez les ailes qu'il vient de déployer, pour vous, et uniquement pour vous. Ne sont elles pas d'un blanc immaculé ? Une pureté si resplendissante aurait tendance à éblouir. Mais, ne remarquez-vous donc rien ? Ouvrez donc grand les yeux ! Contrairement aux autres, les ailes de Siegfried sont, à leur base, teintées d'un noir d'encre. Quelle est donc cette étrange mutation ? Vos doutes reprennent le dessus. Une telle couleur..
Peu à peu que votre pensée s'éclaire, votre vue se précise. Cette peau, auparavant si nette et jolie au regard.. N'est-elle pas couverte de diverses cicatrices.. ? Sur le menton, la gorge, le torse.. Oui, vous pouvez les distinguer nettement maintenant. Et ces ailes.. Elles paraissent déchiquetées..? D'où cela vient-il..?
Bonne question. Ce sont là les vestiges d'une bien triste histoire.
Peut-être l'entendrez-vous, qui sait.. ? Mais vous n'auriez pas dû vous approchez si près, car ce sont certainement là vos derniers instants désormais.

Apparence globale //important\\:
 


  • Caractère :
Vous êtes donc toujours là ?! Il semble vous intéresser ce jeune homme, à ce que je vois. Certes la flamme qui l'habite peut paraître attrayante, néanmoins, prenez garde à ne point vous y brûler car, aussi instable que ce doux et dangereux élément, Siegfried pourrait vous étonner.
En effet, il est on ne peut plus compliqué de cerner le personnage qu'est cet immortel. Pourtant, à première vue, il vous semble d'une grande bonté, ce garçon. Aucunement prétentieux, mais pas non plus modeste, il vous parle avec respect et demeure d'un calme sans comparaison : un parfait gentleman à qui vous souhaiteriez donner votre confiance.
Un sourire charmeur se dessine au coin de ses lèvres et ses yeux pétillent de malice... Non, à bien y regarder rien ne semble dangereux chez ce sympathique jeune immortel.
Néanmoins, les apparences sont souvent trompeuses et, malgré cette tenue irréprochable digne d'un personnage serein et très aimable, gardez en tête ce que l'étude physique précédemment faite vous a appris sur cet individu. Effectivement, maître dans le contrôle de ses émotions lorsqu'il est calme, Siegfried a la particularité de savoir jouer un rôle à n'importe quel instant, pouvant s'adapter à ses interlocuteurs afin de les tromper habilement. Mais ceci n'est possible que lorsqu'il est paisible, car, en effet, rappelez-vous qu'il n'y a que le calme qui précède la tempête et de cette même manière, sachez que Siegfried peut passer d'un comportement extrême à l'autre en moins de quelques secondes. Facilement irritable, il est en effet toujours prêt à se battre, quelque soit la taille, la race ou l'âge de l'adversaire ; qu'il pleuve, vente ou qu'il neige et quelque soit le lieu où se déroulera l'affrontement. De plus, réel lion dans ses combats, sans pour autant être une brute, il ne restera jamais à terre à moins d'être vraiment incapable de se relever car violemment blessé ou ayant perdu conscience ; soyez en sûr et prenez vos précautions, car chez lui, ce n'est pas la force qui prime, mais l'agilité, la vélocité et la stratégie.
Non, finalement, vous réalisez donc combien vous vous trompiez en désirant vous rapprocher de cet être intriguant. Vous vous ravisez, et il est désormais trop tard de toute façon pour espérer r'attirer son attention. Agile et se déplaçant tel un véritable félin, il a déjà disparu derrière une ombre, sans que vous ne puissiez le rattraper.
Pourquoi ? Parce que ce jeune immortel n'aime les gens qu'occasionnellement, et qu'il les évite de temps à autres. Ainsi, mis à part lorsqu'il s'agit de femmes qu'il peut s'amuser à manipuler et à séduire, il est rare qu'il soit totalement respectueux et gentil, comme il le semblait au premier contact. C'est ainsi que s'opposent sa race d'Ange et son histoire tumultueuse qui lui a donc valut un comportement parfois antipathique quand bien même, son fond foncièrement angélique le rattrape.
Un caractère changeant comme une flamme instable, difficilement prévisible et pouvant s'éteindre comme se transformer en un incendie meurtrier, voilà ce qui le définit au mieux.

En résumé:
 

  • Adore : Les animaux, qu'il considère comme les seuls êtres de confiance ; la compagnie des femmes ; voir le sang d'un ennemi couler ; la pluie et les évènements se déchaînant.
  • Déteste : Asgard ; les traitres.


  • Histoire :
La plupart des histoires commencent par une naissance..
.. Celle de Siegfried débute le jour de sa mort.
Né sur Midgard en tant que simple Homme il y a près de deux cents ans de cela, il fut élevé dans un seul et unique but : combattre dans la Grande Guerre qui sévissait alors à l'époque. Ainsi, lorsqu'enfin il fut en âge de s'engager, le jeune homme quitta sa famille pour rejoindre les champs de bataille.
Son dernier combat, celui qui signât son arrêt de mort, il s'en souvient encore, malgré les années. L'escouade qu'il avait incorporée alors se dirigeait furtivement dans les lignes ennemies. La mission était cruciale : non loin, un important camp d'armement avait été dressé ; en le détruisant, son camp reprendrait un avantage certain.
Plus qu'une colline à passer. Il pleuvait ce jour là.
Il ne restait que quatre hommes. Cinq, si on comptait celui dont la main avait été arrachée par un puissant sort, l'empêchant de se battre comme avant. Et les hommes étaient jeunes et braves, et la colline était détrempée, faite d'une boue lourde et glissante. Et la pente abrupte paraissait interminable pour l'escadron qui se débattait donc dans cette terre faite autant de boue, d'acier que de sang.. Mais bientôt, ils parviendraient au sommet et pourrait enfin, mettre à exécution le plan qui avait été décidé par les éminences ; cette lueur d'espoir les motivant à supporter leurs fardeaux respectifs.
Bientôt, tout serait terminé, oui.

[...]Le temps de réaction en temps de guerre se doit d'être considérablement décuplé. Néanmoins, il n'est pas donné à tous d'avoir un esprit clair et alerte lorsque le manque de nourriture et de force se fait sentir. Aussi, lorsqu'en arrivant au terme de leur ascension, les membres du groupuscule réalisèrent que le campement ennemi était bien plus près que prévu, à quelques mètres à peine du bord de la pente en fait, et qu'ils y étaient désormais intégralement exposés, seuls deux d'entre eux eurent le temps de prendre une décision commune. En un clin d'oeil, Siegfried réussis à croiser le regard de son frère d'arme et tout deux poussèrent leurs trois autres compagnons hors de vue des soldats adverses. Siegfried et Astaren formaient un duo remarquable depuis déjà leur plus jeune âge. Tout deux savaient pertinemment que leur acte leur couterait la vie. Mais ils avaient été élevés dans ce but. Ensemble ils étaient nés et s'étaient entrainés, ensemble ils avaient combattus une année entière durant et mourraient donc au front, arme en main. Finalement.
Finalement, le premier coup partit. Il avait fallut peu de temps aux soldats présents pour fondre sur ces deux intruts. Trois hommes s'occupaient de Siegfried quand quatre autres étaient amassés autour d'Astaren. Le sang coulait déjà, mais les guerriers, avides de vengeance, sans doutes, continuaient à faire pleuvoir les coups sur le jeune paladin et sur son compagnon archer. Tout deux endurèrent, un temps.


La nuit s'installait à peine lorsque la séance de torture, appelons-là ainsi, s'arrêta. L'un ne possédait plus un membre en état de marche quand l'autre, un oeil en moins, était couvert de profondes entailles et de bleus divers.
On les laissa pour morts. Gisants dans la boue et dans leur sang respectif, ils l'étaient en effet. Mais pourquoi abréger les souffrances de ceux qui avaient certainement éliminé bon nombre de valeureux hommes ?
Plutôt les laisser agoniser douloureusement.
Et ils souffraient, oui.

-Sieg' .. T.. Tu crois qu'on pourrait.. S'échapper en.. En.. En vitesse.. ? Commença l'épéiste d'une voix faible, avant de reprendre, sur un ton se voulant rieur cette fois : T.. Tu comprends.. Je ne voudrais pas décevoir les jolies.. Demoiselles qui nous att.. Tendent. Arg.. Si elles.. N'ont que le vieux manchot et les deux débris.. 'Vont etre.. Déç..

Coupé dans sa phrase par une quinte de toux qui sembla durer une éternité, tant elle était parsemée, ci et là, de puissants cris de douleur, Astaren resta ensuite un moment muet. Il était fidèle à lui-même, pensa son compagnon, qui n'avait pas encore dit un mot. Après tout, il était le plaisantin du groupe ; et ce depuis toujours. Mais, étrangement, lorsqu'il reprit une dernière fois, Siegfried n'eut pas l'impression de se trouver face au même homme.

-Eh.. Dis quelque chose v.. Vieux.. T'es là.. ?

Le silence s'installa alors au-dessus des deux hommes. La nuit était belle. Les nuages avaient disparus, les étoiles brillaient haut dans le ciel, et la lune, pleine, inondait la terre de ses rayons salvateurs. Oui, c'était définitivement une belle nuit pour suivre la Grande Valkyrie. Pas un bruit ne venait déranger les deux guerriers. Du moins, jusqu'à ce que l'un d'entre eux brise enfin ce pesant silence.

-Hmpf.. C'est que.. Ils m'ont creuvés un oeil, ces cons.. Répondit alors l'interpellé, avant de reprendre. J'ai froid. C.. C'est pas normal.. Il fait chaud.. Je.. Je le sais.. Mais je me gèle..

-Joues pas à ça.. On va.. S'en sortir.. Je te le.. Promet. Je t'assure petit..
On. Va. S'en. Tirer..


Sa voix allait en declinant : le dernier mot était d'ailleurs presque inaudible.
Et ce furent là ces dernières paroles. Il avait toujours été un grand protecteur, Siegfried le constata une fois de plus.
Observant les étoiles, penseur, l'archer ne luttait plus désormais. Non. Cela faisait un moment qu'il avait arrêté de se battre en fait. Il le savait. Mais, désormais reposé, il laissa ses muscles se detendrent un à un. Ne faisant plus qu'un avec la Terre, qui s'abreuvait déjà abondamment de ce liquide pourpre et luisant qui lui était vital, le jeune homme, le regard plongé dans la voie lactée, concentra ces derniers efforts pour fermer les yeux, ce spectacle en tête. Il rejoindrait les autres, bientôt.
Enfin, tout était finis.

Un noir profond envahit alors sa vue, ses pensées et son coeur, qui se refroidissait lentement.
Puis, sans prévenir, un éclair aveuglant sembla l'envelopper entièrement. Était-ce donc ce que l'on ressentait lorsque la Déesse venait nous chercher ? Pour toute reponse, la fraicheur de la nuit laissa place à une douce et réconfortante chaleur. Nul doutes, il s'en allait désormais rejoindre les autres soldats morts au combat. Peut-etre y trouverait-il même Astaren.
Cependant, tandis que son corps, on ne peut plus détendu, s'élevait vers cette seconde vie, un dernier coup fut assené dans l'estomac du soldat se mourant. Stoppant ainsi l'élévation vers la paix éternelle qu'il avait pourtant entrevue un bref instant, le renvoyant se confronter à la dureté du sol. La douleur se propageant une énième fois dans son corps meurtrit, Siegfried laissa alors s'échapper un râle de contestation avant d'être interrompu par une voix puissante et sage, paraissant venir du tréfonds des âges.

-Bienvenue à toi, ô Guerrier.

Ouvrant les yeux, comme au sortir d'une longue nuit agitée de différents rêves, le jeune homme resta un temps ébahis, à observer ce qui l'entourait afin de déceler d'où provenait cette profonde vos féminine.

-Si tu es ici, c'est parce que je vous ai choisis, toi et ton compagnon, pour rejoindre ma Grande Armée.

Mais ce n'était plus la boue et le sang qui l'accueillaient dans leur macabres bras, cette fois. Autour de lui, marbre et parures dorées avaient été disposées ingénieusement, rendant les lieux d'une beauté incomparable.

-Vous êtes tout deux de valeureux soldats. Et vous connaissez le sens du devoir. Vous connaissez le votre. C'est pour cela que j'ai décidé, moi, la Valkyrie, de vous accorder une seconde vie : celle des anges. Vous vous battrez désormais pour moi. C'est la raison de votre venue en ce monde et de cette mort précoce. Il en était décidé ainsi depuis toujours. Bien avant même votre naissance. Vous me devez tout deux allégeance et obéissance.

[...]

La routine des Anges ne tarda pas à s'installer. Combattre le jour, voire jouer les anges gardiens, parfois, et s'amuser la nuit. Difficile de s'ennuyer dans ces conditions. Il faut dire que rares sont les anges qui, suite à leur mort, n'ont pas une certaine prise de conscience de ce qu'est vivre. Être libre de choisir ce que l'on veut faire ou pas, libre de ses actes, de ses pensées, de ses émotions. Pourtant, l'ange ne possède pas de réel sentiment. La monotonie de sa vie l'y entraine toujours indéniablement. C'est bien là que la Valkyrie retrouve son intérêt, d'ailleurs. Une armée dépourvue de regret, de conscience et n'hésitant donc, jamais, à empaler un adversaire quelque soit sa forme..
Que rêver de mieux ?
Cependant, il arrive que cette routine sanglante consistant à se battre à mort le jour pour se faire ressusciter la nuit et ainsi profiter de quelques uns des pires vices envisageables, devienne, à la longue, très éreintant. Un rêve pour la Valkyrie qui, pour certains Anges, se transforme rapidement en cauchemar désastreux, les conduisant en quelques années vers un changement radical de comportement.

C'est à peu près exactement ce qu'il advint de Siegfried après plusieurs siècles de bons et loyaux services. Archer apprécié de l'armée, il se laissa peu à peu sombrer dans une étrange folie. C'était avant que les choses changent en lui : à l'epoque où il ne tuait que pour obéir aux ordres. C'est la nostalgie de ses années humaines qui l'achevèrent à petit feu. Son cas s'aggravait jours après jours, au grand désarrois de ses frères et soeurs d'armes. Ne profitant plus qu'impassiblement des plaisirs qu'offraient les nuits des Anges, ne tuant que machinalement, le jeune immortel devint ainsi facilement irritable lorsqu'il n'était pas indifférent.
Le début de la fin arriva le jour de sa rébellion. C'était un mardi, le matin. Un ciel gris couvrait le champ de bataille déjà noir de monde. La bataille s'annonçait ardue. Un vent glacial balayait le No Man's Land tandis que les deux armées se faisaient face, trépignant d'impatience en attendant le signal que donneraient les cors. C'était un jour spécial pour Siegfried. Postulant depuis plusieurs décennies au post d'officier, il avait enfin été promu pour une période d'essai. En ce jour froid et bientôt pluvieux, la lourde tache qui lui incombait était de décocher la première flèche de l'assaut. C'était celle qui fendrait en premier l'air et donnerait le signal au nuage d'autres de faire de même en se plantant dans un premier ennemi.
Au front, les chevaliers et guerriers en tous genres s'étaient élancés des deux cotés. Plusieurs mages lançaient leurs premiers sorts. Les ennemis s'approchaient à toute vitesse. C'était bientôt le moment. Armant son arc mécaniquement, l'ange se prépara, verouillant un à un chacun de ses muscles. Il fallait viser juste, tirer au bon moment. Mentalement, l'archer entama un décompte.
*Trois* Le grondement des pas adverses faisaient trembler le sol. La tension était palpable dans le rang de ses subordonnés.
*Deux* Au-dessus, son supérieur, celui qui l'avait choisi, posait un regard bienveillant sur son apprenti. Il avait le sang froid nécessaire et la connaissance suffisante au bon déroulement de l'action.
*Un* Plus qu'une dernière vérification des paramètres environnementaux, une légère augmentation de la tension qu'effectuait son bras. Il ne fallait pas rater le coche. Tout est une question d'organisation. Or, chez les anges, tout était réglé au millimètre. Comme du papier à musique, chaque étape de l'assaut s'enchainait au précédent, créant une mélodie mortelle et infaillible.
*Zéro* Silence. Immobilité. Rien. C'était la fausse note rompant le charme, vouant l'artiste aux huées. Cela ne dura que quelques secondes avant que l'officier supérieur ne prenne les choses en mains, mais le mal était fait. Une erreur paraissant minime mais qui entrainait de lourdes conséquences : déjà, plusieurs anges mourraient sous les armes ennemies à cause de ces flèches qui n'étaient pas arrivées à temps ; déjà, Siegfried se sentait envelopper d'une lumière bleue claire scintillante. Il avait déjà vu ce genre d'événement. C'était le fruit de l'hésitation. L'hésitation est prohibée chez les immortels : c'est une réaction humaine. Les anges n'hésitent jamais.
Il allait donc être jugé.

Retour à la salle blanche qui l'avait accueilli au commencement, plusieurs siècles auparavant. La même voix que jadis s'éleva, lointaine. Les faits étaient simples : il avait développé des sentiments humains. Anges défaillant, il devait être remplacé et quelqu'un prenait d'ailleurs déjà sa place. La Valkyrie ne pouvait se permettre de garder un soldat rebelle. Sans ménagement, elle le renvoya de la Terre des Anges avec pertes et fracas.


Essayant vainement de battre des ailes pour freiner, voire stopper sa descente, Siegfried réalisa rapidement que ce qui lui avait été donné à son arrivée, lui avait été en partie retiré lors de son départ forcé. Il n'avait aucun moyen de résister.
La chute fut longue. Si longue que le jeune homme eut le temps de ruminer les événements. Après tant d'années à se battre, à tuer et à obéir fidèlement, il était ainsi rejeté ? Pour une simple erreur ? Sa première ?! Révolté de ce qui lui arrivait, Siegfried eut tout le temps de se promettre qu'il n'oublierai pas cet affront. Et la dureté du sol et des roches acérées n'arrangèrent pas la colère noire dans laquelle il se trouvait. Sa haine se vivifiant, elle vint à colorer les lambeaux d'ailes qui pendaient dans son dos. La vue brouillée par le sang qui se déversait à flot, l'Ange ne réalisa que tardivement sur quel Monde il se trouvait.

Se redressant avec peines, grimancant de douleur, le jeune homme se tint un moment sur les coudes et observa. Il observa le ciel noir, son armée d'étoiles et ses deux dirigeants lunaires qui gouvernaient le ciel ; puis il posa son regard sur l'étendue désertique qui l'avait accueillie. Pas un arbre, ou presque, des aspérités rocailleuses paraissant entraver tout désir de progression, l'ensemble baignant dans un halo bleuté et violacé que les deux lunes procuraient avec plus ou moins d'intensité. Rien à voir avec ce qu'il connaissait : c'était un paysage nouveau pour l'ange qui ne connaissait que la clarté d'Asgard et n'avait que des bribes de souvenirs de la Terre des Hommes. Dernière caractéristique enfin, qui marqua l'esprit de l'immortel déchu : l'atmosphere glacée qui l'enveloppait. Il faisait froid. Plus froid que jamais.
Il existe un courant d'air frais que peu de gens remarque : il se faufile le plus souvent entre les jambes des passants la nuit venue et leur glace le sang, caressant leur échine jusqu'à la faire s'herisser. Plus intense que les autres, il est pourtant rare que ceux qui le rencontre lui prête attention, attribuant leurs frissonnements au mentaux glacé de la nuit ou à la fatigue, pourles plus perspicaces. Et pourtant, ce courant se distingue des autres. Selon certaines légendes, il s'agirait de la mort elle-même qui, dans ses habits faits de lambeaux, est à la recherche d'une âme à prendre. Petit, Siegfried avait été bercé de ces histoires et, confronté à cette température mystérieusement glaciale, sur cette terre inconnue, il fut parcouru d'un frisson. Une première pour un mage de glace : signe certain que ce monde d'acceuil ne lui serait en rien bénéfique.

Svartalfheim : définissant à lui seul l'obscurité et la noirceur des Mondes réunis, le nom s'imposait de lui-même. Terre désolée par excellence, entre des démons, lieu opposé en tout point à ce qu'avait jusque là connu l'ange. Tout n'étant qu'ombre en ces lieux, il était difficile de bien y voir. Néanmoins, Siegfried put parfaitement observer plusieurs ombres qui avançaient dangereusement vers lui, ce jour là. Plus noires que le néant lui-même, les sombres créatures arrivèrent à son niveau en un rien de temps, l'enveloppant au sein d'un sortilège dès leur arrivée.

Les démons aiment à se nourrir d'anges, c'est connu. C'était donc la fin pour le jeune homme qui, résigné sur l'instant, se laissa faire, s'attendant au pire, à la mort la plus atroce : l'énième certes, mais la dernière. Pourtant, le groupe démoniaque ne fit rien de ce que leur victime avait présumé. Sans un mot, ils l'enfermèrent dans une cellule souterraine et l'y laissèrent pour mort de longs mois. Voire plusieurs années en fait. Ils étaient jeunes, voila ce qui sauva la vie du déchu : voulant assouvir leurs intérêts, les jeunes êtres cornus avaient sans doute quelques desseins pour leur antonyme.

Et en effet, c'était le cas. Après plusieurs décennies d'attente, qu'il avait occupé à se régénérer à petit feu, Siegfried fut relâché de sa prison de suie et lâché dans une arène. Jamais il ne vit ses tortionnaires, qu'il imaginait aussi immondes que ceux croisés et tués jadis sur les champs de batailles, mais ces derniers le firent s'entrainer sans relâche, le fortifiant sans cesse, l'élevant des années durant sous une propagande perpétuelle, telle une machine de guerre. Le but des démons qui le gardaient été simple : créer un ange capable de tuer un maximum de ses semblables : un ange noir. Ange tueur qu'ils finirent par envoyer sur Midgard, livré à lui-même sur la Terre des Hommes, tel un prédateur dissimulé dans la foule.
C'est d'ailleurs à cette même époque que le jeune homme fut introduit à la Faux qu'il ne quitta plus dès lors, représentant pour lui le vestige de ses années passées en captivité.


Midgard

--- Joueur...

  • Pseudonyme ou Prénom : Bluenoes. Mais vous pouvez m'appeler Charlotte, Cha', Blue... Don't care.
  • Âge & sexe : 17 ans et de sexe féminin !
  • Expérience Role Play : Quatre ans maintenant que j'écris sur des forums.. Avec plus ou moins d'assiduité. J'ai commencé avec de la Mythologie Grecque (Percy Jackson), et, globalement, mes univers tournent autour du moyen âge et/ou de la magie. Des personnages spéciaux mais toujours étranges voire antipathiques, voila ce que j'aime.. ^^
  • Avez-vous lu le règlement ? Yep.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 877

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Sam 10 Nov - 8:54
Ami!! Bienvenu!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2002

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Sam 10 Nov - 10:17
Bienvenue sur le forum !

En passant... As-tu eu la permission d'avoir un Ange ? Je crois qu'il faut qu'un Admin te donne la permission d'utiliser une race d'ange ou de démon, à vérifier.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Sam 10 Nov - 21:54
Merci vous deux ;)
Et t'en fait pas, je ne me permettrai pas, j'ai déjà demandé. :onion4: Mais merci de t'en préoccuper.. :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2002

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Sam 10 Nov - 22:06
Ok ! Bonne continuation ! ;-)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Enjouée.
Localisation : Là où le destin m'appelle.
Exp : 832

Messages : 362
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 14
Grade : D
Joyau(x) : 450

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Sam 10 Nov - 22:18
Bienvenue Sieg ! En espérant qu'on pourra faire un Rp ensemble !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Ven 7 Déc - 8:56
Alleluia ! Alleluia ! Alleluia !


Bon, je reviendrai dessus, sans doute, aucun, mais.. Eh oui, ça y est : ma fiche est 'terminée' !
J'attends donc la validation, et merci de votre compréhension, chers admins !

PS : Sey', j'ai donc essayé de le ''dé-nerf'', faudra que tu me dises si ça va ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Lasse.
Exp : 3426

Messages : 592
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried Ven 7 Déc - 10:08
Je suis déjà fan. [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Faut dire que j'adore les emplumés, huhu.

Fiche validée.

Je t'invite à remplir ta feuille personnage dans ton profil ainsi qu'a me garder une petite place pour un RP (sinon, tu seras dévalidé, huhu).

Bienvenue (officiellement) sur Midgard ! [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

[Archer] O'Bëlenos Siegfried

MessageSujet: Re: [Archer] O'Bëlenos Siegfried
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Siegfried
» Commande pour un archer hobbit :)
» [Nouvelles Règles] Archer Satyre
» Julien Vogel... [Archer & Emissaire des nains]
» Lenwë Elensar [Archer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: Archives :: Archives :: Fiches personnages archivées-