avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2059

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Sam 8 Déc - 7:45
La nuit était fraîche et la lune éclatante, c'était vraiment une soirée parfaite pour marcher dans les sentiers sinueux de la forêt. Hinata aimait ce genre de situation, seul dans la nuit, avec comme seuls compagnons la noir et la nature en elle même. C'était calme, pas comme la forêt de GreenArrow où les insectes faisaient du bruits du matin au soir. Une légère brise froide lui caressa le visage et il en frémit de plaisir, qu'est ce que cela lui faisait du bien ! Toute l'agitation de ces derniers mois l'avait définitivement épuisé, le mage espérait enfin pouvoir se reposer bien au chaud dans sa modeste demeure et ses vieux livres poussiéreux.

Chaque balade dans la nature le rendait heureux et insouciant. C'était le seul et unique moment où Hinata était sympathique, agréable et gentil. Le reste du temps, et bien il était ce qu'il était. Le mage chassa ses pensées et retourna s’extasier sur le paysage. Les étoiles étaient très nettes, et l'on pouvait facilement les relier les unes aux autres pour obtenir une petite image d'oiseau. Hinata sourit:

-Depuis quand j'essaie de faire des oiseaux dans le ciel moi ?

Il détourna le regard et continua sa route. Arrivé près d'une intersection, il ralenti le pas. Non pas car il ne savait pas où aller, mais car il sentait quelque chose vers le sentier contraire à sa direction. Quelque chose de magique. Certes, Hinata sentait assez souvent de la magie dans les environs, nous étions près d'une ville de mages, ce n'était pas étonnant. Mais cette fois-çi, cette magie avec quelque chose de différent. Quelque chose de pure et de noir à la fois. Le mage s'assit par terre et poussa ses sens le plus loin possible. Il avait espéré un court instant pouvoir revoir Faörih, mais il écarta cette hypothèse. Ce n'était pas ce genre de magie qu'Hinata avait ressenti lors de sa rencontre avec cette dernière. C'était plus sombre, mais en même temps plus pure. Hinata avait des ouvrages d'anges et de démons chez lui, mais ce genre de magie lui était totalement inconnu. Il était impossible d'associer ceci avec quelqu'un ou quelque chose. La source était assez faible, mais présente. La seul chose de sûr, c'était que cette chose devait être soit un démon, ou un ange. Une créature serait impossible, même si elle était la plus nul de tout Midgard, une souris par exemple. Cette énergie était assez difficile à concevoir, mais l'hésitation entre Démon et Ange torturait le mage. Un mi-ange mi-démon ? Non, on en aurait entendu parler jusqu'ici. Quoi que ... Peut être qu'il s'était passé beaucoup de chose pendant qu'Hinata était resté dans sa maison, en sortant seulement pour manger et boire. Il réfléchit pendant plusieurs minutes intensément, en oubliant totalement la nature et cette nuit:

-Je ne comprends pas ... Il est vrai que je connais bien l'histoire et les races de Midgard, mais je manque cruellement de document sur le royaume des Anges et des Démons. Je ne sais rien sur eux, je ne peux donc pas donner d'hypothèse correcte et possible, à part dans le plus grand des hasard. Si je lance une illusion vers sa direction, cela ne m'aidera pas à dialoguer ... Quoi que cela puisse être, il a un sang digne de démon ou d'ange, il ne faut pas laisser cette chance s'échapper. Tout ira beaucoup plus vite dans mes plans.

Hinata se releva et partit à travers la nuit noire en courant de la manière la plus furtive possible. Des branches lui fouettaient le visage de temps à autre, mais il ne pouvait se permettre de s’arrêter, même si cela lui piquait assez fort. Après plusieurs minutes de course, il arriva enfin à vue d'une personne assez étrange. Hinata força sa vue et vit que c'était un homme assez jeune, sympathique à première vue, mais qui dégageait quelque chose de malveillant. Le mage n'avait aucune envie de réfléchir, tellement cet homme l’intéressait. Il ne pouvait être que puissant, enfin, il l'espérait. Hinata se dirigea vers le jeune homme et lui dit:

-Qui es-tu pour te promener dans cette forêt ? C'est la première fois que je vois un étranger depuis longtemps. Mais quelque chose cloche ... Je me doute que tu n'es pas humain, je l'ai senti. Ton identité m'intéresse ...

Hinata avait débité toutes les idées dans sa tête en moins de vingt secondes. Il était surement passé pour un demeuré, mais tant mieux. On se méfie moins d'un imbécile que d'une personne confiante.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Sam 8 Déc - 9:32
La lumière se tamise peu à peu tandis que le soleil disparait derrière les plus hauts pics de la chaine de Montagnes de Lotheican. Un courant d'air frais se glisse dans les rues de la grande ville ; il vient d'Utguard, d'où les glaciales contrées laissent s'échapper quelques brises chargées d'hiver, de neige et de mort. Malgré cette atmosphère froide qu'apporte le sombre manteau de la nuit, quelques êtres inconscients se risquent à errer dehors, parlant, criant parfois, et riant à gorge déployée, souvent. Trop souvent. Il fait nuit désormais, et les imprudents se multiplient.
Perché sur le toit d'une maison, sa faux lui servant de canne, une ombre observe ces êtres insignifiants qui tournoient à ses pieds. La luxure ne saurait tarder pour la majorité des couples qui se font la cour en bas, sobres, ou non. Suit moi je te fuis, fuis moi je te suis. L'idée même d'un tel comportement horripile l'inconnu qui domine la scène. C'est une toute nouvelle chose pour lui, d'ailleurs. Un renouveau en fait. Ressentir des émotions, des sentiments. Cela faisait longtemps que cela ne lui était arrivé. Des décennies. Des siècles même. Et il s'en serait passé. Néanmoins, sa vie passée lui accordant la capacité de faire abstraction de ces futiles pensées pour regagner son indifférence naturelle, il ne tient pas rigueur à ceux qui, une autre nuit, auraient peut-être finis transpercés par ses flèches. Hors de question pour lui de s'occuper d'insectes sans importance : remontant la capuche de sa cape sur sa tête argentée, l'étranger fait volte face et, sans bruit, regagne le sol en un gracile saut. Restant un instant accroupi, une main sur le sol et l'autre tenant son bâton d'attaque, la tête tournée vers les pavés, immobile, le jeune homme prend le temps de réfléchir. Cela fait plusieurs semaines qu'il vagabonde dans cette ville, en quête d'informations sur sa nouvelle condition. Mais les recherches ne sont pas assez fructueuses à son gout : ce qu'il lui faut, c'est quelqu'un comme lui, à peu de choses près du moins. Une sorte de but en tête, il finit par lever son regard pour s'intéresser à ce qui lui fait face : l'orée de la foret qui sépare la région montagneuse de GreenArrow. Lui aussi aime à profiter de certains abus de la vie, son corps gracile l'y aidant. Mais pas ce soir ; il en a suffisamment abusé ces dernières semaines de toute façon. Les cris s'éloignant dans son dos, l'homme se redresse et, d'un pas décidé, couvre la distance qui le sépare du couvert des arbres. Il lui faut s'éloigner de cette ville grouillante, où la magie règne en tout point.

[...] Cela faisait maintenant plus d'une heure que l'ombre filait entre les troncs d'arbres presque aussi vieux que lui. La nuit n'avait jamais été aussi calme de son point de vu. Peut-être était-ce la rupture avec les bruits incessants de la ville qui rendaient la sérénité de ces lieux plus forts encore qu'ils ne l'étaient déjà. Toujours était-il que, reposé, l'inconnu marchait nonchalamment, laissant parfois une trainée de gèle, voire de glace derrière lui, sur le sol et les arbres, suivant que son pouvoir s'échappait de par ses pieds ou à travers sa fidèle arme. La tête relevée vers la cime des arbres, l'étrange être essayait vainement d'observer le ciel. Il avait eu le temps de l'étudier à l'observatoire : cette partie de l'immensité céleste n'avait plus de secret pour lui. C'est dire la surprise qui fut la sienne lorsque, entre deux branchages, un dessin fait d'étoiles se dessina au-dessus de sa tête. Ce n'était pas la première fois qu'il était témoin d'un tel phénomène : un mage s'amusait non loin. Il se devait de redoubler de prudence.

Continuant néanmoins son avancée, sans aucune idée de s'il se rapprochait ou non du mage, le jeune homme restait donc sur ses gardes, près à riposter à tout moment. Le feuillage dense des végétaux ne laissait que quelques rayons de lumière lunaire filtrer, et c'est donc dans une nuit quasi complète que l'être progressait, ne distinguant que certaines formes colorées dans une sombre palette.
Soudain, plusieurs bruits alertèrent les sens de l'étranger. Quelque chose se déplaçait à toute vitesse non loin. Un animal en fuite, peut-être ; Ou un mage, tel qu'il le présumait. S'arrêtant en attendant que la créature arrive à son niveau, l'homme se prépara, posant l'arme qu'il avait en main pour attraper son arc. Cette précipitation ne présumait rien de bon : il serait le premier à attaquer.
Ainsi, lorsque dans la nuit près de lui, la voix d'un homme s'éleva, l'archer n'hésita pas une seconde et décocha une première flèche. La trajectoire était toute tracée, et ce, avec une précision incomparable : le projectile ne fit qu'érafler l'épaule de la cible. Le guerrier en avait assez de tuer, son geste n'était que préventif. Aussi, lorsque la voix s'éteint, le jeune homme à la chevelure d'argent prit immédiatement la parole.

-Je pourrais très bien te retourner la question, Mage. Commença-t-il par défier son interlocuteur avant de se raviser, observant son air ingénu. Hmpf.. Soupira-t-il donc, lassé, pour reprendre. En effet, tu ne te trompes aucunement en avançant que je ne suis pas humain. Mais je l'ai été.. Continua-t-il avant de marquer une pause. Je l'étais avant de mourir pour être sauvé par la Valkyrie.

Il avait sciemment appuyé sur le mot 'sauvé', tout en souriant du coin des lèvres, laissant ainsi transparaitre tout le mépris qu'il portait pour cette Déesse et l'ironie qu'il voyait en ce 'sauvetage'. C'était bien la seule chose qu'il laissa paraitre d'ailleurs. Il n'avait pas pour habitude de se dévoiler ainsi au premier venu. Encore moi à un mage. Aussi, il finit par seulement donner son prénom, gardant le reste pour plus tard.

Je m'appelle Siegfried et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2059

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Jeu 13 Déc - 8:25
Quelque chose de coupant trancha l'air d'un seul coup, produisant un sifflement dans l’oreille d'Hinata. S'en suivit, quelque secondes après, une petite douleur au niveau de son épaule droite. Cet être étrange avait osé lui tiré dessus. Hinata en souriait, c'était ce genre de personne qu'il recherchait. Qui s’apprêtait à tuer ou à attaquer au moindre signe de danger. Le problème, c'était qu'Hinata n'était pas mort. L'homme ne l'avait pas tué, il faudrait régler ça au plus vite. Si le mage avait été un ennemi, l'inconnu serait déjà à terre. Le projectile n'avait fait que l’effleurer, seulement quelques gouttes de sang sortaient de sa légère plaie. Par contre, son haut était fichu. Il faudrait le recoudre ou bien en acheter un autre. La question se reposerait plus tard, le moment était venu de sympathiser avec le jeune homme.

Il profita de l'obscurité pour préparer quelques talismans paralysants et autres petites choses assez joyeuse et amusantes, on ne sait jamais. Une bonne mise en scène et le tour était joué. Le mage essuya tout d'abord un peu sa blessure pour ne pas laisser une tache de sang trop importante. Il aimait le rouge sang, c'était l'une de ses couleurs préférées après le noir, mais il y avait une certaine limite pour être présentable.

La Valkyrie ... Le mage ne savait que quelques brides d'informations sur elle, mais suffisamment pour savoir qu'elle "faisait" des anges. Un ange ... Cette réponse ne satisfaisait pas le mage. Un ange était pourtant un signe de pureté, de lumière et de réjouissance. Mais il y avait quelque chose de sombre dans celui-là ... Raison de plus pour se lier d'amitié avec lui.

Hinata prit toute la confiance et l'assurance qu'il pouvait avoir, ce n'était pas tout les jours que l'on pouvait voir un être pareil.

- Hey, tu sais que je suis toujours vivant au moins ? Même pas paralysé ou neutralisé ... Ce n'est pas un tir raté vu la ligne droite qu'a fait ta flèche, si c'est bien une flèche, évidemment. Il faudra changer ça. Je ne te critique pas, c'est pour ton bien. Cette forêt peut être assez dangereuse et se révélée pleine de surprises ...

Hinata respira plus profondément encore, ce qu'il allait faire dans quelques secondes lui demanderait une certaine dose de magie. Pour éviter de faire du gâchis, autant se concentrer maintenant et éviter quelques problèmes mineurs, mais gênants.

- Tu es donc un ange Siegfried ... ? Un ange ... Tu as quelque chose de différent par rapport aux autres non ... ? Tu es censé être pure et blanc, mais je sens quelque chose de sombre et de noir en toi ... Enfin bon, je suis tout de même enchanté de faire ta connaissance.

C'est là que tout allait se jouer, Hinata respira encore et encore, en essayant de rester silencieux. Il n'avait jamais essayer de faire ceci, en tout cas, très peu, mais, après le spectacle qu'il avait fait avec Faörih, ça devrait être du gâteau.

- Tu voudrais savoir qui je suis ? Mais je suis ce que tu veux ...

Hinata récita assez fort une formule et appliqua une illusion sur lui. Ce n'est pas tout les jours qu'il pouvait avoir recours à l'auto-illusion, alors, il allait en profiter. Il prit l'apparence de Léo tout d'abord, un jeune elfe aux cheveux blonds et aux yeux verts, vêtu d'une armure elfique. Ensuite celle de Aaku, une chevelure blanche et des yeux teintés de rouges, tout comme ceux du mage, avec une robe d'un blanc éclatant. Il prit ensuite la forme humaine de Faörih, des cheveux blonds et des magnifiques yeux vairons. Hinata finit par reprendre son véritable corps. Il fit semblant de passer sa main dans ses cheveux noirs pour en faites enlever les quelques perles de sueur sur ses tempes. Il poursuivit sa phrase dans un ton le plus assuré possible, malgré sa voix de temps à autre défaillante à cause de l'effort qu'il a dû faire.

- ... Mais je préfère que l'on m'appelle Hinata et que l'on me reconnaisse ainsi. Et oui, je suis un illusionniste, le principe de la vie ne repose-t-il pas sur l'apparence ?

L'illusionniste s'apprêtait à continuer ses phrases toutes faites, quand quelque chose l'arrêta net. Il y avait des bruits anormales dans la forêt. Le mage passait du temps dehors quand l'envie lui prenait, et il connaissait bien les bruitages que produisaient les animaux et les insectes durant le jour et la nuit. Mais ces bruits là étaient vraiment étrange, c'était tellement régulier que l'on aurait pu le confondre avec un métronome. Mais ce n'était sûrement que son imagination, il ne captait pas de présence magique à part celle de Siegfried et de lui-même.

Hinata chassa ses pensées et retourna dans sa conversation avec Siegfried, impatient voir sa réaction face à ce petit spectacle improvisé.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Ven 21 Déc - 5:06
Il souriait. C'est la première chose que remarqua Siegfried chez son interlocuteur. Devant ses yeux étrangement rouges et ses longues mèches noires, l'ange resta interloqué devant le sourire béat qu'affichait le jeune homme. La raison de cette grimace demeurait inconnue du déchu, néanmoins, cela ne présageait rien de mortel. Heureusement. Le temps n'était pas au combat : briser le silence presque religieux qui pesait sur la foret aurait été un sacrilège. Pourtant, les mots du mage faillirent bien déclencher une apocalypse.

- Hey, tu sais que je suis toujours vivant au moins ? Même pas paralysé ou neutralisé ... Ce n'est pas un tir raté vu la ligne droite qu'a fait ta flèche, si c'est bien une flèche, évidemment. Il faudra changer ça. Je ne te critique pas, c'est pour ton bien. Cette forêt peut être assez dangereuse et se révélée pleine de surprises ...

* Il faudra changer ça ? C'est pour ton bien ? Cette foret peut être assez dangereuse.. ? * Releva l'immortel mentalement avant d'interroger son opposant du regard, s'empêchant difficilement d'écarquiller les yeux à outrance. Était-il si idiot ? Ou pas très perspicace alors ? Voire tout simplement prétentieux .. ? En tout cas, une chose était sûre : il ne perdait rien pour attendre. Restant calme au maximum, le jeune homme, sous son ensemble de tissus ne révélant que ses yeux blancs, s'interdit toute réaction immédiate et ne laissa transparaitre aucune de ses émotions. Il fallait laisser cet étranger parler, histoire de voir s'il avait au moins une chose intéressante à dire.

- Tu es donc un ange Siegfried ... ? Un ange ... Tu as quelque chose de différent par rapport aux autres non ... ? Tu es censé être pure et blanc, mais je sens quelque chose de sombre et de noir en toi ... Enfin bon, je suis tout de même enchanté de faire ta connaissance.

Non, la suite du monologue du mage n'avança en rien l'archer qui resta encore et toujours muet, imperturbable. Il avait vu juste, il fallait le lui accorder, néanmoins, après l'affront que cet insecte lui avait fait plus tôt, il aurait du mal à extorquer quelques informations de la part de l'ange. Ainsi, ce dernier resta bien campé sur ses pieds et observa le spectacle que lui avait imaginé l'inconnu.

L'illusion. C'était bien là une magie qu'il ne connaissait que peu et qu'il appréciait bien moins. Rien n'était plus fourbe pour lui que de tromper l'ennemi pour l'attaquer dans son dos ou pire, pour prendre la fuite. Certes, certaines formes de magie d'illusions devaient se révéler intéressantes, mais un tel mage ne devait pas être réellement digne de confiance. La concentration était grande afin de se maitriser, car, détestant au plus haut point les traitres, il était difficile pour l'ange de rester collé à son masque d'indifférence et de ne laisser transparaitre qu'une infime pointe de mépris. Considérant avec méfiance chacune des formes que prenait le magicien, Siegfried nota alors qu'aucune n'était vraiment inquiétante. * Encore un bouffon bon à amuser la galerie *, pensa-t-il en son fort intérieur. * Rien de bien sérieux en somme *, conclut-il en toisant l'individu brièvement. Peut-être était-il fort, c'était un mage après tout, cependant son comportement en disait long sur son caractère, et le jeune homme à la chevelure d'argent en était déjà lassé. Qu'il s'agisse de ses tours de passe-passe ou de ses phrases d'une banalité sans nom, non, ce personnage n'avait, semblerait-il, rien de bien intéressant à apporter à l'ange qui, soupirant, finit par reprendre la parole lorsque le dénommé Hinata retourna finalement à sa forme initiale.

-Garçon, tu devrais retourner étudier un peu, je crois que tes maitres ne t'ont pas enseigné suffisamment de choses sur ce que sont le respect et l'humilité. Commença-t-il, un sourire mauvais se cachant sous son foulard et fusillant cette fois sciemment le mage du regard, avant de prendre une position défensive, sa faux étant venue remplacer l'arc dans ses mains. Cependant, si tu tiens vraiment à ce que nous nous affrontions, je t'attend. Mais sache que je ne suis pas du genre à tuer sans raison, d'où ma flèche préventive tout à l'heure.

Faisant une pause, il observa la tunique déchirée et les quelques gouttes qui étaient venues perler sur la peau de son interlocuteur, tachant au passage le tissus et le sol. Trois gouttes glissèrent alors de la plaie. Dans l'obscurité de la nuit, elles brillèrent un instant, claires et colorées, puis vinrent s'écraser au sol, le nourrissant immédiatement. C'était un spectacle que l'ange déchu appréciait particulièrement. Spectacle qui lui fit se souvenir des petits tours que lui avait offert le mage face à lui. La métamorphose était en effet intéressante à observer, mais sans plus. Ceci dit, elle poussa Siegfried à briser de nouveau le silence de la foret endormie.

-Juste une question. Tu peux changer de forme, certes, mais récupères-tu de cette même manière les capacités des êtres que tu imites ? Ou est-ce seulement une illusion pure et simple ?

C'était en cela que le sort aurait pu être intéressant. Siegfried le pensait en tout cas. D'ailleurs, l'ange s'apprêtait à poser une dernière question sur la magie du mage qu'il découvrait, lorsqu'au loin, un halètement retint son attention toute entière. Tournant la tête dans la direction d'où provenait le bruit que lui rapportait sa fine ouïe, il fit un instant abstraction de son interlocuteur pour se concentrer sur la bête qui se rapprochait à grands pas. L'animal courrait, la peur au ventre. Ayant passé plusieurs décennies de sa vie d'ange à étudier les animaux, Siegfried était capable de sentir ce genre de choses. D'ailleurs, la cadence des foulées de la créature lui apprit qu'elle était imposante et véloce - plus grande que lui en tout cas - mais pas forcement dangereuse. Fermant les yeux un instant, l'ange se concentra, focalisant son attention sur les vibrations du sol afin d'en apprendre plus sur la bête. Quelques secondes passèrent et les informations se précisèrent. Ils allaient avoir à faire à une sorte de félin. Voire un canidé mythique. Rien de commun en tout cas.

Jettent un coup d'oeil au mage, Siegfried se demanda alors s'il avait senti la bête lui aussi. Voila un bon moyen de voir s'il était clairvoyant et brave ou impulsif et aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2059

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Mar 25 Déc - 1:34

Quelque chose approchait, ça, Hinata en était sûr. Une bête sûrement, ou un fou qui courrait à travers les bois. Mais peu importe. Il allait devoir se battre, et c'était bien la dernière chose dont le mage avait besoin. Son dégoût pour toute les armes tranchantes l’empêchait d'en avoir une sur lui. Il n'avait donc rien pour se défendre, sauf ses talismans. Ses talismans ... Cela sera assez difficile de les utiliser rapidement, mais il pouvait au moins fournir un beau spectacle à Siegfried.

En gardant l'ange dans le coin de son oeil, il prit sa sacoche dans sa main tremblante par le stress et se mit à fouiller bruyamment. Sortant de temps à autres un parchemin qu'il remettait ensuite, il se mit peu à peu à soupirer. Aucun talismans ne convenaient pour la situation actuelle. Le mage renversa entièrement son sac à terre et se mit à chercher scrupuleusement, mettant de coté des papiers qui pourraient lui servir.

Une pile de papiers lui faisait maintenant face, contenant toutes sortes de sorts utiles. En replaçant sa mèche noire au bonne endroit d'un coup rapide de poignet, il sépara le tas de talismans en quatre parties. Il en prit deux d'un mouvement rapide et précipité et rangea le reste dans son sac brun.

- Je crois bien que quelque chose arrive ... chuchota Hinata.

Il s'assit sur l'herbe verte et commença à disposer ses talismans en cercle. Le mage était à présent coupé du monde, rien ne pouvait le perturber. Les chants d'insectes, les pas de la bête, tout étaient décuplés. La situation de la chose se révéla précise et la durée de son voyage pour venir jusqu'ici apparu dans l'esprit d'Hinata. Mais il devait faire vite, des perles de sueurs coulaient déjà sur son front et glissaient sur ses cheveux sombres. Il n'avait que peu de temps, alors il allait devoir faire quelque chose qu'il n'aurait jamais pensé refaire.

-Siegfried, si tu m'entends, écoute bien. La bête qui approche est à environ trois minutes. Tu peux partir si c'est ton souhait, proposa Hinata dans un sourire. Et, pour ta gouverne, je peux créer de vrais illusions avec les même caractéristiques, mais cela me demande beaucoup en retour. Alors observe bien, je ne le referais pas avant un bon bout de temps. Je déteste aussi le combat précipité, je préfère faire des embuscades et observer mes ennemis ne se rendre compte qu'à la fin qu'ils ont été piégé, dit-il dans un sourire sadique.

Un cri retentit dans l'esprit de l'illusionniste et ses pensées se regroupèrent et disparurent, ne laissant encore cette fois que les rituels donc il avait besoin. Le voyage à Lotheican avec Léo lui avait appris bien des choses, dont cette état de transe, certes, dangereux mais très puissant.

En entrouvrant la bouche, il se mit à réciter les phrases que demandait le rituel. C'était des mots collés les uns aux autres qui n'avaient presque aucun rapport, mais qui dégageait une forte énergie magique. Sa tête lui faisait atrocement souffrir, mais il devait continuer. On ne pouvait plus reculer à présent. Si le rituel s’arrêtait là, le mage était sûr de mourir, alors autant poursuivre.

Le vent soufflait dans les cheveux noirs du jeune homme, les faisant légèrement bouger vers l'arrière. Ses sourcils étaient détendus et ses yeux clos. On avait presque l'impression qu'il dormait paisiblement. Mais, de plus près, on pouvait voir la sueur qui dégoulinait sur son front et ses tempes et les veines bleutées qui sortaient presque de sa peau pâle. Et le vent s'arrêta pendant un bref instant. Les talismans commencèrent à bouger doucement. On aurait pu accuser le vent, mais il n'y en avait pas. Les morceaux de papiers bougeaient de plus en plus vite au fur et à mesure que la voix d'Hinata s'amplifiait. Elle avait pris tellement d'ampleur que le ritualiste criait presque. Ses paumes quittèrent l'herbe verte et commencèrent à se lever en direction du ciel noir. Les parchemins se mirent à voler au même niveau que les mains d'Hinata allait vers le ciel. Ses bras s'ouvrirent si vite qu'un sifflement dans l'air se fit ressentir.

Les talismans s'envolèrent alors dans un désordre parfait en allant dans tout les sens. Le mage entrouvrit un oeil pour observer la situation. Ce n'était pas bon du tout ça. Il était épuisé et serait incapable d'en recommencer un sans devoir se reposer pendant plusieurs heures, ou même jours et semaines. Il baignait déjà dans un bain de sueur mêlé à une forte odeur de transpiration. Sa gorge était sèche et il manquait cruellement d'eau. La fatigue entravait toute ses pensées et ses gestes. Une crampe aux poumons l’empêchait de continuer la phase orale de son rituel. Chaque phrase était couronné d'un halètement bruyant. Il se croyait perdu. Il n'avait plus aucune force pour pouvoir continuer. Mais il ne pouvait pas non plus s'arrêter son incantation. Il en mourrait de suite. Le doute et l’inquiétude s’immisçait peu à peu dans son esprit. La peur devint de plus en plus présente. La peur de mourir. La peur d'avoir rater sa vie, de n'avoir jamais rien faire d'intéressant et d'utile. Quand toutes ces émotions faillirent lui faire arrêter son rituel, sa marque brilla d'une lumière rouge ardente.

Ce n'était plus son corps à présent. Il ne contrôlait presque plus rien. Il ne ressentait rien, si ce n'est l'étonnement et le désarroi le plus complet. Ses yeux étaient maintenant clos, la sueur se dissipait et son corps se rétablissait rapidement. Le jeune homme pouvait à présent reparler normalement. Ses membres et ses organes ne lui faisaient plus souffrir. L'illusionniste se sentait si puissant qu'il croyait pouvoir à lui seul modeler le monde comme il le voyait. Quand il eut l'impression de retourner dans son corps, son regard se posa prestement sur sa marque rougeâtre. Elle était à présent redevenue noire, terne et sans vie. Tout sentiment de supériorité s'était effacé, il ne restait qu'Hinata et son rituel. Le mage retourna alors finir ce qu'il avait commencer.

D'un geste sec de ses deux mains, les parchemins se stoppèrent sur place, comme des chiens dociles qui attendaient un ordre de leur maître. Les bras de l'illusionniste se mirent à danser dans les airs de manière irrégulières. Les morceaux de papiers en firent de même jusqu'à ce qu'ils se situent tous juste devant les paumes d'Hinata. La bête allait arriver par là, alors autant lui réserver un petit accueil. Son esprit forma des couteaux tranchants à souhait. Cette seule pensée le fit frémir mais il se maîtrisa. Les talismans prirent peu à peu la forme des armes tranchantes jusqu'à en être entièrement. Le manche était d'une matière noire et caoutchouteuse. La lame, par contre, était acérée et reflétait la lumière lunaire vers l'homme aux cheveux sombres comme la nuit.

Le jeune mage leva son bras droit vers le ciel, l'index pointé vers la lune. Les pas de la chose se faisaient plus pressants. On entendait presque ses bonds furtifs ou les branches qui se cassaient sous ses pattes. Les membres de l'illusionniste tremblèrent un peu face à la peur que lui procurait cette créature. Ceux qui n'ont pas peur sont des imbéciles, se répétait-il en boucle pour ne pas passer pour un faible. Les bruits de l'étrange arrivant se faisait plus distincts à présent. Ce n'était qu'une question de secondes. De secondes. Que vais-je faire face à ce monstre ? C'est bien beau de lancer des couteaux mais que ferais-je après ? se questionna-t-il. Un de ses réflexes le sauva d'une certaine façon et il abaissa son bras quand des yeux lumineux, empreints d'une certaine cruauté, apparurent entre deux arbres. Tout les couteaux se lancèrent en direction de la créature. Comme un seul homme, ils se dirigèrent vers l'origine des yeux fluorescents. Un espoir de l'avoir tué traversa l'esprit d'Hinata, mais il fut vite dissipé par l'arrivée de la bête. Elle était mal en point, c’était un fait. Il ne restait plus qu'à l'achever.

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Mer 2 Jan - 4:18
- Je crois bien que quelque chose arrive ... chuchota Hinata.

Il l'avait donc perçu, lui aussi. Siegfried était presque heureux d'apprendre cela. Cependant, l'ange s'étonnait de la réaction du mage : une bête approchait et lui se permettait de vider son sac à la recherche d'une sorte de papier. Quel étrange comportement. Les mages ne puisaient-ils par leur magie de leurs forces vitales ? Pourquoi des parchemins ? L'archer observa un temps la scène que jouait l'illusionniste, puis, sans attendre, se plaça face au bois tout entier, près à riposter à la moindre attaque. Mais une attaque, il savait qu'il n'y en aurait pas. Il connaissait ce sentiment. L'animal qui approchait, écrasant les bois au sol et laissant son empreinte, profonde, dans cette même terre boueuse, il n'avait rien de méchant ; mis à part son apparence, peut-être. Un arbre dissimulant la foret.
Non, ce qu'il fallait craindre, c'était la raison de sa fuite, encore inconnue, toujours invisible. Peut-être était-ce un chasseur, qui, avide de renommée, s'était attaqué à une créature imposante mais faible ? Ou un groupe d'hommes en colères, près à tout pour éliminer le fautif de tous leurs maux, quand bien même ils se soient trompés de cible.. ? Quoiqu'il en était, plus la bête approchait, plus l'ange réalisait qu'elle était seule à courir. Apeurée. Affolée. Sans but. La raison de sa fuite s'évaporant.

-Siegfried, si tu m'entends, écoute bien. La bête qui approche est à environ trois minutes. Tu peux partir si c'est ton souhait. Et, pour ta gouverne, je peux créer de vrais illusions avec les même caractéristiques, mais cela me demande beaucoup en retour. Alors observe bien, je ne le referais pas avant un bon bout de temps. Je déteste aussi le combat précipité, je préfère faire des embuscades et observer mes ennemis ne se rendre compte qu'à la fin qu'ils ont été piégé.

Siegfried sentait tout le sadisme que portait la voix d'Hinata dans ces quelques mots. Néanmoins, il n'appréciait guère l'intrusion que ce dernier avait faite en son esprit. Il lui en toucherait un mot ou deux. Pour l'instant, ni la proposition dégradante, ni cet affront n'importaient l'immortel. Ce sui comptait, c'était les événements à venir.

Le guerrier ne s'occupa que peu du rituel de l'étrange mage. Des parchemins sur le sol, puis volant sans ordre.. : il n'en avait que faire. Plus que cela, il ne se rendait pas compte de l'énergie que cela demandait. Or vu l'état du mage, cela en demandait. Et beaucoup. Lui, de son coté, se concentrait sur ce qu'il voyait, et seulement sur cela : prêt à utiliser sa glace, sa faux, ou pire encore, son arc, qui jamais ne manquait sa cible. Cependant, lorsque du coin de l'oeil, le jeune homme pu observer plusieurs rangées de couteaux se matérialiser en l'air, il ne pu qu'admettre que ce pouvoir devait se révéler utile, lorsqu'on avait assez de puissance pour le supportait, évidemment. L'ange éprouva alors une sorte de respect pour ce jeune mage.
Cela dura cinq secondes.
Cinq secondes avant qu'il ne réalise l'erreur commise par Hinata. Il ne pouvait lui en vouloir : seul un être proche des animaux pouvait percevoir cela et, à sa place, surement que l'ange aurait agit de la même manière.. Mais les faits étaient là, le mage allait attaquer. Là était le meilleur moyen d'attiser la fureur de la créature. Et justement, celle-ci apparut. Deux yeux fluorescents se détachèrent d'abord dans la nuit, puis le corps de la bête apparut. Immense, puissante.. Et maculée de sang. Le poil sombre collait à la silhouette de l'animal à cause de ce liquide pourpre, le rendant poisseux, terne, sale. Sans attendre son reste, Hinata avait lancé ses armes. Certaines se brisèrent sur la cuirasse de la bête, d'autres se plantèrent dans des plaies déjà béantes. Un couinement aiguë sonna, un grognement sourd s'éleva, puis un long hurlement éclata. Furieuse, la bête se jeta sur la raison de ses nouvelles blessures, sortant du couvert des bois pour charger le mage.

De son coté, Siegfried recula pour mieux observer la scène un court instant. Il avait devant lui un immense loup. Haut de deux mètres, épais d'un, possédant un gueule gigantesque s'ouvrant sur des crocs démesurés. Un animal devant être magnifique en temps normal. Mais le temps était au combat. Le mal était fait, ils ne pouvaient épargner cette bête féroce désormais. On n'aide pas une créature lorsqu'elle est rongée par la folie que lui cause une blessure. On ne la sauve pas. On l'abat.
Se positionnant correctement, l'archer sortit son arc et décocha une salve de flèches, visant à son tour les blessures du canidé. Ce dernier, de nouveau assaillit, stoppa sa course à quelques centimètres du mage et le fixa un moment avant de reporter son attention sur son nouvel adversaire. Sans attendre, il poussa sur ses membres et chargea ce dernier, dans un dernier souffle. L'heure était proche pour lui. Siegfried admira sa ténacité. Au fur et à mesure des foulées, le combattant se préparait. Et d'une, petite, il restait six mètres. Il posa son arc au sol. Et de deux, plus que trois. Il attrapa son arme massive. Et de trois, trente centimètres séparaient la bête de l'ange. Il enfonça sa faux d'un mouvement circulaire dans les cotes de la créature, finalement.

Surprise du choc, celle-ci ouvrit la gueule, béate et laissa s'échapper un dernier cris. Un bruit triste et glacial, comme pour saluer un public qu'il n'avait pas, le remerciant d'avoir assisté à son brave combat. Dans un dernier élan ensuite, elle propulsa sa patte droite vers son assassin, enfonçant ses griffes dans son épaules, son cou et sa tête, lui arrachant tous les tissus qui couvraient ces parties-là. Enfin, elle s'écroula. Remuant d'abord quelque peu, se débattant, elle finit par succomber dans les bras de la mort et resta allongée, inerte.

Siegfried ne montra aucun sentiment alors. Il resta debout et droit, faux en main, la tête à peine penchée vers sa victime. La douleur le lançait au niveau de ses blessures, mais peu importait. Posant ensuite son regard assassin sur le mage, il resta silencieux, puis le rejoint avant de briser le silence.

- Eloignons nous. Des charognards viendront surement d'ici peu pour se nourrir, il ne faudrait pas se trouver sur leur chemin, je ne t'apprend rien. Dit-il d'une voix neutre, quoique laissant deviner son début de fatigue.

Sans attendre, l'ange commença à s'éloigner, ne s'occupant pas de si le mage le suivait ou non. Il voulait quitter cet endroit, lieu où un innocent avait été tué. Il n'y a pas d'innocent, pourtant. Jamais. Tout être a une part sombre et une claire, ce qui compte est celle que l'on élit. Mais l'autre demeure, au fond. Et en cela, Siegfried n'aimait pas ôter la vie sans raison valable. Ce loup n'avait attaqué personne. Il s'était défendu. Cela lui avait couté la vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Confiante
Exp : 2059

Messages : 162
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos] Sam 5 Jan - 9:56

Après avoir fini son rituel, Hinata n'accorda aucune attention particulière à la suite. Son regard fixait intensément avec stupéfaction sa marque encore un peu chaude. La sentiment de puissance qu'il avait ressenti lors de son incantation n'avait aucun égal. Le pouvoir était enivrant et en avait fait s'entre-tuer plus d'un. Cette sensation était unique, et le mage n'arrêtait pas d'y penser. Il se sentait enfin roi du monde, maître de tout ce qui respirait, mais tout ça était fini. Il était redevenu Hinata, l'illusionniste. Un simple mage seul qui habitait dans une vieille maison de bois dans la forêt. Il ne put s'empêcher de soupirer longuement sous le bouclier qu'il avait érigé pour se protéger de la créature.

Tout en essayant de stopper ses pensées négatives, Hinata observa la scène qui se déroulait, ou plutôt qui s'était déroulée.

- Eloignons nous. Des charognards viendront surement d'ici peu pour se nourrir, il ne faudrait pas se trouver sur leur chemin, je ne t'apprend rien, dit l'ange dans une voix qui laissait paraître une pointe de fatigue.

Le mage ne prit pas la peine de tourner la tête vers son interlocuteur. Un étrange spectacle lui était offert. D'un seul mot, il dissipa le bouclier qui l'entourait et avança vers la carcasse du loup, à en croire certaines parties de son corps intactes. Le jeune homme passa sa main droite sur le pelage doux de la créature et tomba sans surprise sur des restes de talismans usés. Ce qui le troubla le plus, ce fut les autres blessures. Profondes et saignantes. Quelque chose ou quelqu'un l'avait blessé avec des longues griffes sûrement. Les entailles étaient encore très récentes, ce qui ne laissait aucun doute sur la proximité de son agresseur. Hinata haussa un sourcil à cette réflexion. Il n'avait senti aucune autre puissance magique dans les alentours. Quelque chose de puissant approchait et Hinata n'avait aucune envie de s'y frotter. Le mage se leva d'un bond et se dirigea d'un pas nonchalant vers Siegfried. Malgré l'intervention de sa marque, la fatigue était toujours présente, et il n'avait aucune envie de marcher.

Quand il s'apprêtait à rejoindre l'ange, une pensée le bloqua net. Il enleva rapidement son haut et regarda sa marque au complet. Elle avait envahit à présent tout son bras gauche et lui arrivait à l'estomac. Quand tout son corps sera recouvert de cette chose, il mourra. C'était ce qu'il avait appris dans un des livres que son père lui avait laissé en héritage. C'était à lui de trouver comment rompre cette malédiction, ou bien stopper les effets néfastes. Il remit sa tunique et reprit le chemin pour avancer en compagnie de l'ange tout en chassant ses pensées pessimistes.

Quand il arriva au même niveau que Siegfried, il prit la même allure que ce dernier afin de s'économiser un maximum. La forêt était encore plus sombre que tout à l'heure et donnait une impression assez lugubre de ces arbres pourtant magnifique d'habitude.

- Siegfried ... commença-t-il, j'ai remarqué quelque chose d'étrange sur le cadavre de cet animal. Des blessures profondes et très récentes. Je ne crois pas qu'on est seul dans cette forêt, mais je me doutes que tu sauras t'en occuper, lui dit-il sans l'intention de le flatter.

Le mage respira longuement et reprit le cours de la discussion d'un ton grave.

- Quand j'ai voulu localiser la bête qui venait vers nous, je n'ai ressenti aucune autre âme qui vivent que le loup, toi et moi. Ce qui a attaqué ce loup, qui ne devait pas être bien méchant je pense, est bien plus puissant que ce que l'on ne croit. Mais c'est à toi de décider des opérations. Soit nous fuyons, soit nous allons voir ce qui se passe dans cette forêt.

Hinata fixa l'ange de ses yeux rouges en attente d'une réponse de sa part. L'illusionniste aurait bien aimé prendre la fuite, mais il habitait dans cette forêt. Et tout menaces pour cette forêt le menaçait d'une certaine façon.

Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]

MessageSujet: Re: L'esprit aussi noir que la nuit [PV: Siegfried O'Bëlenos]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un esprit aussi tordu que la forêt ? [ Viny ** ]
» Au plus noir de la nuit [pv Elizabeth]
» Au plus noir de la nuit, c'était l'Enfer... [Terminée]
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» Une nuit aussi sombre que le charbon ¬¬

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Lotheican :: Zone montagneuse-