Aller à la page : 1, 2  Suivant
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 6 Avr - 8:57
    Le soleil était haut dans le ciel, un ciel bleu et sans nuage. Cet astre majestueux et brillant cognait sur la plaine avec intensité… Une intensité un peu trop forte à mon gout, mais elle était tout de même agréable. Un légère brise rabattais mes cheveux sur mon visage, je fermais les yeux pour l’apprécier, il était doux et frais, me rappelant vaguement des souvenirs sur lesquels je n’arrivais pas à mettre de nom ni d’images. Pourtant, je me sentais courir dans cette plaine, j’avais cette impression d’être dans une course poursuite qui m’amusait, de fuir un bisou ou un câlin… Une étreinte qui me serait donnée, alors que mon corps essoufflé se serait blottis dans des bras rassurants et chaleureux. Mais était-ce possible ? Pouvions-nous vraiment avoir un souvenir don nous avons justement aucun souvenir ? Un vrai casse-tête n’est-ce pas ? Je continuais de marcher droit devant moi sans savoir où aller, sans savoir dans quelle direction me tourner, je suivais simplement la douce chaleur du soleil sur mon visage.
    Si ne serais-ce qu’une seconde, je pouvais me rappeler… savoir pourquoi, pourquoi je connais ce lieu dans lequel je ne suis jamais allée, comment mon instinct a fait pour me guider ici… Si ne serais-ce qu’un instant je pouvais savoir qui j’étais… Me présenter vraiment et ne pas dire simplement « je suis Taomi »… Que suis-je vraiment ? Un elfe… c’est déjà un bon début mais quoi d’autre ? Pourquoi ai-je eu des ailes plus noires que la nuit que maintenant je n’ai plus rien ? Où suis-je née ? Qui est ma famille ? Tant de questions se bousculaient dans ma tête sans que je ne puisse y réponde. J’aimerais pouvoir être comme tout le monde, mais comment s’intégrer ? La différence est une chose mauvaise aux yeux des êtres vivants en ce monde…

    Un imposant mal de tête me força à ralentir et même à m’asseoir. Quelle plaie ! A chaque fois, tant de question se bousculaient dans ma tête, à chaque fois je devais lutter contre ma peur… Peur de cette chose noire qui m’aspire dans chacun de mes rêves, peur de cette vie, peur de ces personnes, peur de cette solitude pourtant si rassurante… Me laissant tomber sur le dos je contemplais le ciel. Skhaa volait au-dessus de moi, tournant en rond comme autour d’une proie. Dalérian partit chasser. Me laissant seul voguer dans mes pensées.
    Je fixais le ciel les yeux vides, regardant un nuage couvrir le soleil en partie mais n’arrivant pas à lutter contre sa chaleur… Une femme se pencha sur moi, une longue chevelure blonde caressait de ses pointes le bout de mon nez. Le contre-jour cachait son visage m’empêchant d’en détailler les traits. Tout ce que je voyais étaient ces cheveux, des cheveux aussi blond que les blés et aussi doux que la soie. Je voyais aussi sa robe, bleu, comme un ciel azuré, rehaussée d’émeraudes et de saphir au niveau du col.

    « Taomi ? Taomi ? »

    Sa douce voix m’appelais, j’attrapais sa main et la suivait sans rien dire. Elle était un peu plus grande que moi, le soleil l’entourait d’un halo magique… Si rassurante… Je ne savais pas pourquoi mais je n’avais pas peur d’elle, elle n’était pas comme les autres, elle était rassurante. S’arrêtant un instant elle se tourna vers moi, allais-je enfin voir son visage ? Le vent poussa ses cheveux devant mais je me laissais tout de même glisser dans ses bras. Une sensation que je n’avais pas ressentie depuis très longtemps, trop longtemps… J’enfouissais ma tête dans son cou quand la pénombre m’entoura, une pénombre qui devint vite une nuit sombre et glaciale, n’osant plus relever la tête je serrais la jeune femme dans mes bras, aussi fort que possible et elle faisait de même. Sa présence me rassurait jusqu’à ce que cette odeur âpre et forte de sang me fasse relever la tête. Sa chaire tombait en lambeau sanglants sur mes épaules, malgré mes mouvements elle ne me lâchait pas, serrant plus fort à chaque fois… Je reculais mais elle avançait, j’avais beau hurler et me débattre mais il n’y avait rien à faire.

    Dans un hurlement déchirant le silence morbide du lieu je me relevai. Tout cela n’avait été qu’un mauvais rêve, un affreux cauchemar Skhaa avalait une souris blanche à côté de moi, l’ayant tuée en deux coups de becs. Dalérian avait surement attrapé un lapin. Moi je n’avais pas faim. Essoufflée je regardais autour de moi. La nuit était tombée. La lune était pleine et ronde et m’inondais d’une pâle lueur maladive. Petit à petit je reprenais mon souffle, collant mes genoux à ma poitrine comme pour me rassurer… cette étreinte avait été si douce… Que je serais bien restée plongée dans mon sommeil à savourer ce moment…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 6 Avr - 22:02
Une vie simple est la clef du bonheur. Une vie faite de chasse, de course, de siestes au soleil et de cuisine. Une vie saine et pleine, bien remplie et pourtant si vide d'artifices inutiles comme l'argent ou l'alcool. J'avais quitté Tubalcain je ne sais combien de semaines plus tôt pour gagner ces magiques plaines qui m'avaient ouvert grand les bras en m'apparaissant comme une évidence, fendant les cieux vers le sud d'instinct, sans réel but, couché à l'horizontale sur les belles plumes écarlates de Pyrrhus.

Le soleil dardait avec générosité la plaine verdoyante qui s'étalait tout autour de moi depuis un ciel des plus azur, sans qu'aucun nuage ne vienne troubler la quiétude de cette si belle journée. L'herbe grasse d'un splendide vert se balançait doucement, pliant légèrement sous le léger souffle de la brise printanière, tandis que je me rafraîchissais a la rivière bucolique qui serpentait dans ces vastes étendues. Pyrrhus, l'oiseau écarlate, sautillait par des petits bonds curieux autour de l'eau, comme si cet élément lui était inconnu.

J'avais constaté amèrement l'absence d'arbres pour y dormir; et passant le plus clair de mon temps sous forme féline ou les branches étaient mon lieu de repos de prédilection, j'étais dans l'obligation de m'étendre sur le tapis doux et moelleux de la plaine, ce qui était finalement plutôt agréable. Un observateur non averti pourrait croire a mon "retour à l'état sauvage", mais il n'en était rien; je vivais comme je l'avais toujours voulu.

La nuit était maintenant tombée et la lune pleine brillait avec fierté dans un ciel empli d'étoiles, libre de toute pollution lumineuse, a la différence de la ville naine, ce qui me permettait d'observer les étoiles. Certaines nuit, lorsque mes insomnies (ou plutôt mes cauchemars) me guettaient, je me contentais de chasser quelques lapins imprudents qui ne trouvaient pas le sommeil. C'était une de ces nuits. De toute manière, mon camouflage fauve n'était efficace qu'uniquement la nuit. Mais alors que je m’apprêtais a fondre sur ma proie, un cri retentit. Un cri empli d'effroi, un cri qui me glaça le sang. Un cri d'une jeune fille. Je connaissais ces cris. C'était les cris de quelqu'un qui venait de s'échapper d'un cauchemar. Celle qui l'avait poussé n'était manifestement pas loin, et je ne pouvais pas la laisser comme ça. Je m'approchai a pas de loup, collé contre le sol légèrement humide de la plaine. Je ne distinguais encore personne, mais je sentais que cela n'allait pas tarder.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Lun 8 Avr - 10:43
    J’éprouvais toute la difficulté du monde à reprendre mes esprits… Je restais perdue dans la contemplation de la lune afin de me calmer. Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine, je pouvais presque voir la peau se soulever sous sa pression… Ma tête battait aussi, je sentais mon pouls rapide et puissant battre dans mes temps, chacune de mes veines souffrait d’un afflux sanguin trop important… M’abandonnant à nouveau à la contemplation de la lune, je sentais le froid revenir peu à peu… Me redressant vivement je tombais sur mes deux pieds, un peu trop rapidement au gout de mon corps… Je sentis monter dans ma tête un léger vertige qui me déséquilibrait…J’avais encore l’impression de sentir son odeur, ses cheveux glisser sur mon nez… Skhaa vit se poser sur mon épaule, il s’emblait inquiet et m’indiquais la présence d’un prédateur…. Avec moi tout était sujet à être un prédateur, je sais… Mes pas se firent plus doux, plus furtif, j’avançais doucement, un pied devant l’autre, attrapais une flèche du bous des doigts, mon arc de l’autre main et le bandais. La pression de la corde tendue sur ma poitrine me rassurait. Je ne voulais pas non plus paraitre trop méchante ou hostile, seulement, j’étais méfiante, très méfiante, qui sait, peut-être un peu trop… Mes pieds nus avançaient l’un devant l’autre, se posant doucement mais surement. Comme à mon habitude, tous mes muscles étaient aussi tendus que la corde de mon arc. Skhaa s’énervait sur mon épaule, le corbeau battait des ailes frappant un peu mes joues, me déconcentrant. Je tournais la tête vers lui, interrogative… qu’avait-il à réagir ainsi ?
    L’herbe humide glissait sous mes pieds nus, et toujours rien à l’horizon, je rangeais donc mon arc et partie à nouveau à la recherche de ce qui intriguait à ce point cet oiseau de malheur.

    « Après ça Skhaa, on va dormir… »
    Oui, à peine réveillée que j’avais déjà envie de dormir… mais nous ne pouvions dire que mon sommeil avait été réparateur… Autour de moi, pas un seul arbre… Je faisais comment pour me sauver s’il y avait un ennemi hein ? N’écoutant que mon courage je m’approchais d’une ombre pas très loin, une masse difforme pour l’instant, semblant s’approcher de moi, n’ayant pas l’air particulièrement agressive, je m’approchai de cette ombre qui se dessinait petit à petit dans les herbes. D’abord deux yeux félins, puis un corps fin et musclé, quatre pattes et une fourrure tachetée… Un léopard ? Une panthère ? J’étouffais un cris entre mes mains, comme paralysée par la peur… totalement paralysée par la peur… Dans une telle position, la créature voulait surement faire de moi son petit déjeuné… Je reculais d’un pas, puis d’un autre, voulant me sauver mais je ne pouvais aller plus vite, mon corps me le refusait… Je revins à la réalité quand mes fesses rejoignirent violemment le sol… Mes mains elles aussi s’écrasèrent dans l’herbe… cherchant une flèche dans mon carquois je le renversais totalement. Un coup de bec de Skhaa me forçait à me calmer, que voulait-il me montrer ou me dire… que cette bête n’était pas aussi méchante que prévus ? J’avais un sérieux doute mais je faisais confiance à Skhaa, je me relevais donc et penchais la tête sur le côté.

    « Mon cris t’as réveillé ? Je suis désolée… »
    On sentait clairement le manque d’assurance dans ma voix, de même que je reculais toujours un peu à chaque minute… Mes mains tremblaient et je tentais de me calmer… Si cette chose avait voulu me dévorer, elle l’aurait fait depuis le début… Alors que faire ? Me présenter ?
    Je cherchais Dalérian du regard… Où était passé se serpent ? Je n’en avait pas la moindre idée, j en’avais que la présence de Skhaa pour me rassurer…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Mar 9 Avr - 5:10
La lune était belle, cette nuit. Depuis un magnifique ciel étoilé bleu sombre, elle reflétait avec force un halo magique sur les plaines de Lumïa. Dans la clarté fantomatique, on pouvait distinguer les arbustes plier sous le souffle léger et frais de la brise ; au loin, un ruisseau chantait dans son lit, sa faible rumeur parvenant à mes oreilles Elfiques et sensibles. L’herbe haute me chatouillait le ventre tandis que je rampais sur le sol humide, tous les sens aux aguets après l’entente de ce cri effroyable. Ce n’était probablement pas un hurlement de détresse dans le sens où nous l’entendons à notre habitude ; c’était un cauchemar, ou tout du moins un réveil en panique. J’aurais dû être soulagé, mais parfois ce type d’aventure dans le subconscient pouvait être plus violente encore. Je progressais à pas de loup.

Une grande créature que j’apparentais a un humain – ou plutôt une humaine – se découpait dans l’ombre à quelques mètres de moi. Svelte et de taille moyenne, possédant des bras légèrement musclés, sa silhouette laissait apparaître une masse de cheveux épais lui retombant sur les épaules. Un reflet furtif me laissa entrevoir deux billes dorées, presque animales, qui me firent douter sur l’authentique nature de cet individu.

« Après ça Skhaa, on va dormir… »

A qui parlait-elle ? Sans continuer dans son soliloque, la jeune fille s’avança, ses petits pieds que je devinais nus s’enfonçant légèrement dans la terre humide. C’est alors qu’elle m’aperçut. Elle retint un cri d’effroi de ses mains à la vue de mon corps de félin. Je m’étais approché d’une femme effrayée par un cauchemar, et maintenant, je l’intimidais encore d’avantage… Mais je ne pouvais me montrer sous ma « vraie » nature maintenant… Mon air de vagabond débraillé la repousserait sans nul doute. Elle glissa soudain sur la végétation humide et atterrit sur son postérieur, les mains posées au sol dans son dos.

« Mon cris t’as réveillé ? Je suis désolée… »

Elle s’était exprimée d’une voix éraillée et grave qui manquait manifestement d’assurance, marquant un instant d’hésitation : s’enfuir à toutes jambes tant qu’il en était encore temps ou rester ici et courir le risque d’affronter la bête ? Je ne lui laissai pas le temps de se décider et m’approchai désormais très près d’elle. Un masque peint sur son visage masquait ses yeux, formant un binôme harmonieux avec son teint. Des cils noirs et longs entouraient ses pupilles.

Parmi les différentes options qui m’étaient proposés, je choisis la plus rassurante ; celle de ronronner et de me frotter le crâne contre sa jambe. J’eus a peine le temps d’apprécier sa caresse sur ma tête que un grand cri retentit. Nul besoin de détourner les yeux pour le deviner ; Pyrrhus rentrait de sa chasse. Après un piqué spectaculaire, il vint, sans aucune gêne et sans s’occuper de la jeune inconnue à mes côtés qui n’avait pipé mot depuis mon arrivée, et s’appliqua, tout comme moi précédemment, à me témoigner son affection. Le lapin blanc qu’il tenait dans son bec avait été déposé sur le sol, devant mes pattes massives. Je sentis le regard empli d’incompréhension de l’enfant posé sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Mer 10 Avr - 7:56
    Il s’avérait que le prédateur n’était pas si terrible qu’il ne le paraissait… En le voyant avancer, je ne voyais dans son regard aucune animosité, mais il était bien trop près à mon gout… La proximité, les rapports humains et tout ce qui s’en suit n’avais jamais été mon fort… mais bon, là, j’étais en présence d’un animal après tout, c’est différent des humains les animaux, je l’avais remarqué à plusieurs reprise. J’approchais ma main de sa tête, bien sûr, je faisais attention à ne pas me faire croquer la main. Les créatures sauvages, sont farouches, intempestives et imprévisibles ! Créature farouche qui perdit toute crédibilité lorsque je l’entendis ronronner. Il était passé de prédateur potentiel à potentiel peluche. Oui, vus comme cela, c’est étrange de penser ça, mais le félins ont toujours été des animaux que j’adorais, bien que je m’en méfiais grandement… Je n’avais jamais approché un si gros félin de si près, je passais de l’effroi à la fascination. Un nouveau cri me fit sursauter, qu’est-ce que c’était encore ? J’allais m’enfuir à toute jambe mais le nouveau venu n’était qu’un oiseau, un gros oiseau mais un oiseau quand même ! Il déposait aux pattes du félin un lapin blanc qu’il venait de chasser... Je haussais un sourcil. Pour avoir vécu dans la nature pendent des années et des années je savais que ce comportement n’était pas normal !
    Mon regard passait successivement du félin, à l’oiseau. Je les détaillais tous les deux, une question me brulais l’esprit.

    « Pourquoi ? »

    J’avais encore pensé tout haut… Je posais les deux mains sur mes lèvres. Il était vrai que je me posais cette fichue question… Pourquoi un oiseau semblait-il avoir fait ami-ami avec une panthère ? Si le lapin était le dinée de l’oiseau alors l’oiseau serait surement le dinée du félin, il en allait de soi. Je frappais mon front de la paume de ma main et secouait ma tête comme pour me réveiller. C’est ça, j’étais dans un rêve, bientôt l’un de ses animaux parlera ou se changera en humain ! Je regardais autour de moi, tout semblait si réel pour un rêve… De plus, je n’étais déjà réveillé une foi, allais-je me réveiller une seconde fois ? Le paysage du premier songe était cauchemardesque, tout y semblais si triste et si effrayant, sombre et insupportable. Une ambiance lourde, pesante de sentiments que je ne connaissais pas, don je n’arrivais pas à avoir une idée… L’ambiance ici était douce. L’herbe était agréablement humide sous mes pieds, la terre collais un peu, molle et grasse, l’air ambiant était assez chaud, pourtant une légère brise venait me faire frissonner par moment. Et puis Skhaa et Dalérian étaient là, ils me rassuraient de leurs présence, en parlant de Dalérian, le serpent monta le long de ma jambe pour glisser sa tête sur mon épaule.
    Le regard du serpent transperça celui de l’oiseau, un regard qui voulait en dire long sur ses intentions de protéger sa maîtresse, quitte à finir en spaghetti. Skhaa sauta de mon épaule au sommet de ma tête pour laisser le serpent me faire un collier. Les deux animaux semblaient tout aussi perplexes que moi, ils n’avaient pas l’air d’avoir vraiment confiance en ces deux nouveaux êtres tout en sentant quelque chose d’apaisant chez eux. Finalement la tentation était trop grande, je posais ma main sur la tête de la panthère pour y couler une caresse. Son pelage était doux sous mes doigts, je suivais le long de son dos, l’animal était de nouveau repassé au stade de potentielle peluche !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Jeu 11 Avr - 2:11
Le plus grand étonnement transparaissait dans les splendides iris dorés de la jeune femme, tels des fragments d'ambre jaunes qui contrastaient harmonieusement avec son teint hâlé. Son regard intrigué voyageait sans transition de mon corps félin au volatile écarlate et au lapin blanc a ses pieds, ses sourcils arqués. - Pourquoi? Une fois encore, jeune inconnue s'était exprimée pour elle même: il était très peu probable qu'elle ne se soit adressée a moi, étant donné son ignorance face a ma magie changeforme; ou peut être me parlait elle comme on parle a un compagnon non humais pour le flatter. Elle secoua sa tête de gauche a droite en se frappant le front de sa paume, d'incompréhension, sans aucun doute, et c'est a ce moment que je les remarquai; ses deux oreilles pointues avaient dépassé un instant de sa masse capillaire brune, révélant ainsi sa nature Elfique. Un œil avisé ou patient aurait pu déceler sa race sans cet indice supplémentaire, mais sa peau bronzée et légèrement couverte de terre avait le don de masquer son appartenance a mon peuple.

Je ne prêtai pas attention au face a face d'animaux de compagnie qui se déroulait a quelques mètres de moi entre le serpent albinos de la jeune fille et mon volatile, et me concentrai sur la suite des événements. La jeune femme ici présente ne semblait pas en danger; cependant, elle m'intriguait. Elle possédait un air... Un air peu banal, peut être sauvage, qui me poussait a rester. Il était temps de reprendre ma nature originelle (bien que je doutais qu'elle le soit réellement), mais je redoutais sa réaction. Elle donnait l'impression de n'avoir eu que peu de contacts avec la civilisation.

Elle avait le dons tourné, perdue dans ses pensées. Parfait. En quelques fractions de secondes, je repris une figure humaine - si je puis dire, vu l'état de mes vêtements -, retrouvant mes mains et tout le reste. Cela faisait presque une semaine que je n'avais plus senti le vent souffler dans mes cheveux blonds, et je devais avouer que cette sensation restait agréable, malgré ma forte tendance a "retourner à l'état sauvage" a la moindre occasion. Je pris un instant pour admirer les alentours une fois encore, tandis que la jeune femme était toujours plongée dans ses songes. La lune brillait avec force parmi les étoiles dans un cil libre des pollutions lumineuses de toutes les lampes a huiles et autres de Lumïa, et presque toutes les constellations étaient visibles. J'ai toujours aimé la nuit, la nuit qui favorise la discrétion, qui montre enfin le ciel sous sa vraie nature, sa nature la plus magique. De toute façon, j'ai rarement sommeil, et quand je m'endors, je cauchemarde le plus souvent. Bref.

Pyrrhus était revenu vers moi, ce qui avait poussé la jeune inconnue a se tourner vers moi. Je lui lancai mon plus grand sourire et lui dit d'une voix joyeuse:

- Bonjour!


Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Ven 12 Avr - 1:20
    Les étoiles étaient vraiment belles ce soir... Je me demandais ce qu'elles pouvaient bien être, à briller ainsi dans le ciel noir. Je caressais l'herbe du bout des doigts, une voix m'arrachas un sursaut, cette fois je fus bien plus douée, j'attrapais mon arc en encochais une flèche en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire... Je visais un jeune homme blond en face de moi, cherchant le félin du regard sans le trouver... Où était-il passé? l'oiseau était toujours là lui. Peut être que ce félin appartenait à l'homme, ce serait donc pour cela que l'oiseau et la panthère semblaient bien s'entendre.

    Tous mes muscles étaient aussi tendus que mon arc, j'étais prête à attaquer au moindre mouvement, de sa part. Un pas de travers ou un bras qui ce tend trop brusquement et c'était la mort assurée pour lui. J'esquissais un grognement, l'observant avec attention. Petit à petit je le détaillais, je haussais soudainement un sourcil, non, ce n'était pas possible, un humain restait un humain, un animal restait un animal, mais il était impossible d'être les deux à la fois... Pourtant, tout portait à croire que c'était bien le cas... Il était le félin de tout à l'heure... Je baissais mon arc vivement, il ressemblait à mon ami, celui qui m'avait appris à tirer à l'arc pour me nourrir, à parler et à être ce que je suis... Les souvenirs revinrent comme un élastique qui claque contre moi, je me souvenais de son sourire et de sa voix, il n'avait pas la même voix, mais presque le même sourire...

    Je baissais mon arc. M'approchant de lui j'attrapais entre deux doigts une mèche de ses cheveux. Me hissant sur la pointe des pieds je sentis ses cheveux, il y avait dans son odeur, des restes de son état sauvage. Alors il était bien ce gros chat? Non impossible, je ne peux y croire. Même s'il était un elfe, des êtres proches de la nature, ils ne pouvaient être assez proche pour prendre forme animal. Je refusais totalement d'y croire! J'approchais mon visage très près du siens, je n'y voyais pas un poil de panthère, il n'avait pas de moustache et ses dents n'avaient pas l'air pointues. Tournant autour de lui j'examinais son dos, pas de queue, il n'avait pas une queue de félin non plus, je passais alors devant lui, cherchant dans ses yeux quelque chose d'animal, les pupilles fendues peut être? Je ne trouvais rien qui pouvait me dire qu'il était la panthère de tout à l'heure... Je posais mes mains de chaque côtés de son visage, poussant doucement sa tête à regarder vers le bas, cette fois je cherchais des oreilles félines dans ses cheveux blonds, je lâchais finalement son visage m'accroupissant face à lui.

    Toujours curieuse d'en savoir plus je le fixais sans bouger, comme un prédateur qui aurait pris une proie en chasse. Machinalement je ramassais mes flèches et le rangeais dans mon carquois. Puis une fois cela fait je portais mes ongles à mes lèvres pour les mordre. Je n'arrivais toujours pas à croire à la réalité, un être avec deux bras et deux jambes ne pouvaient physiquement pas être un animal, pourtant il n'y avait pas d'autres explications à cela... Mais yeux se portèrent vers la lune. Elle était pâle et pourtant elle arrivait à inonder la plaine de sa lumière, alors au final, tout était possible. Je coulais à nouveau mon regarde sur l'elfe panthère ou la panthère elfe.

      "... Tu es la panthère de tout à l'heure?"


    Sa réponse me faisait peur, je craignais le oui, pourtant au final, ce oui me rassurerait. Il avait l'air gentil mais les animaux les plus beaux sont les plus dangereux. Alors les personne étant potentiellement les plus gentilles pouvaient être méchantes! On ne pouvait faire confiance à ces êtres, je leurs ressemblais, mais je n'étais pas comme eux, moi je ne jette pas la pierre sur quelqu'un qui marche dans la rue, moi je ne me bat pas pour rien, eux si... Alors j'avais la main sur mon arc et l'autre main sur une flèche, s'il se montrait trop dangereux, une de mes flèches se retrouverait dans son coeur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Ven 12 Avr - 2:52
[left]Les étoiles scintillaient tel des joyaux parsemés dans l'océan sombre qu'était la voûte céleste, et l'astre lunaire resplendissait tel un diamant, souverain minéral veillant sur ses sujets. Une brise fraîche caressait l'herbe de la plaine, pliant doucement les brins couleur de la sylve. Au loin, un ruisseau chantait dans son lit, mélodie bucolique et douce me parvenant doucement a mes oreilles. L'horizon plane s'étendait tout autour de moi, aucun arbre n'osant venir troubler cet équilibre rectiligne, seuls des cours d'eau creusaient les plaines ça et là. Désormais parfaitement réveillé, je me tenais debout en plein mileu de ce désert vert et frais, attendant avec une pointe d'appréhension la réaction de la jeune fille sauvage; mais je ne pouvais plus attendre. Je la saluai.

Je reconnus dans ses réflexes vifs sa nature Elfique, véritable prédestination au tir à l'arc, ainsi que cette nature craintive, attentif, au moindre geste suspect. Elle avait encoché une flèche en ma direction et s'était retournée en mois de temps qu'il ne faut pour le dire et me toisait maintenant d'un air mi-menaçant mi-apeuré; ses splendides yeux luisants posés sur moi, tels deux pépites d'or. Elle me détaillait avec attention, et les pièces d'un puzzle semblaient s'imbriquer dans sa tête. Elle arqua tout à coup un sourcil et baissa son arc. J'avais tout le loisir de la détailler désormais, et sa personne me rappelait quelque chose. Elle n'était pas originaire de GreenArrow mais... Mais elle agissait de la même manière que nous.... Étrange. Je lui souriais toujours, n'ayant nullement sourcillé a a vue de son arme braquée et tendue sur mon corps, gardant mon sang froid.

Elle avait perdu toute trace d'agressivité et sentait alors mes cheveux comme un chien flaire un inconnu. Amenant son visage a quelques centimètres du mien, reniflant a tout va et tournant autour de moi, la jeune femme avait vraiment une attitude d'une personne ayant vécu dans les bois, et cela ne m'étonnait pas. Mon visage entre ses mains, elle me força doucement a incliner la tête vers le sol afin d'y trouver mes oreilles pointues et s'accroupit ensuite, probablement pour récupérer ses flèches qui étaient restées au sol.

"... Tu es la panthère de tout à l'heure?"

"Oui. Je suis un changeling, une personne qui peut se changer en animal. Hm, je m’appelle Léo, et voici Pyrrhus, ma monture et ami. Je viens de la forêt de GreenArrow.


Elles s'était relevée et avait planté ses yeux d'or dans les miens, conservant une attitude craintive, chaque main sur une arme, et me regardait a travers sa masse capillaire. La jeune fille n'avait pas vraiment l'air disposée a répondre, me défiant toujours de ses iris dorés qui contrastaient si fort avec son masque de peinture rouge. Je lui lançai un sourire amical en attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Lun 15 Avr - 21:27
    Je n’en revenais toujours pas… Des êtres à deux jambes, capable de se changer en animaux… Mais que pouvaient-ils faire vraiment ? Étaient-ils plus humains ou animaux ? Je penchais la tête sur le côté pour comprendre, mais je ne comprenais pas… J’effleurais son cou de mon visage, encore une fois pour son odeur, piquante et animale, pourtant douce à elfique… un mélange d’eau glissant sur la mousse d’une forêt et de fruits ou de fleur au soleil du matin. Je remontais mon nez sur sa joue, y passant très furtivement le bout de la langue... Il n’avait rien d’animal, juste un elfe… Soulevant son haut j’étais la recherche de n’importe quoi d’animal chez lui… Rien, strictement rien, seulement une peau elfique et sans poiles de félin. Je n’arrivais vraiment pas à comprendre… Devais-je me méfier de lui ? il semblait supporter ce que je lui faisait et ressemblait à tous ces elfes loin d’être dangereux pour moi. Son regard, posé sur moi était doux et … comment dit-on déjà ? Amicale ? Quelque chose comme ça. J’avais ce sentiment de presque confiance, je pouvais lâcher mes armes. L’oiseau s’appelait alors Pyrrhus, il était grand, très grand. C’est vrai qu’il l’avait aussi nommé « monture » J’avais de nombreuses fois volé dans mes rêves, je me demandais ce que cela faisait. Il y avait une époque où, j’avais des ailes moi aussi, de grandes ailes noires… Une partie… animale de moi ! Ma méfiance envers l’elfe se changea en fascination, peut être allait-il pouvoirs trouver des réponses à mes questions, si je lui parlais de mes ailes ? Peut-être allait-il m’aider ! Et si au final cet aspect doux et gentil n’était que pour me tromper ? Je fis encore une fois le tour de l’elfe en question, il n’avait vraiment pas l’air dangereux… Je décidais alors de lui offrir mon plus charmant sourire et de m’asseoir en face de lui. Il me fascinait toujours autant !

    « Je suis Taomi. Avant toi je ne savais pas ce qu’était un changelin… ce sont des êtres… bizarres »

    L’euphorie me pris, j’avais en tête des centaines de questions qui se bousculaient, ma curiosité avait toujours été aussi grande, et cette fois, elle avait besoin d’être rassasiée.

    « Ça fait mal de te changer en animal ? »

    Je penchais la tête sur le côté, interrogative, j’allais ouvrir la bouche pour lui poser une nouvelle question quand un bruit me terrifia. A dire vrai il me terrifia assez pour que j’aille me cacher derrière Léo. Je passais la tête par-dessus son épaule pour voir de quoi il était question, quelque chose avait bougé derrière moi, mais quoi ? Je n’en avais pas la moindre idée… Je restais cacher derrière lui jusqu’à être totalement rassurée… ou presque. Pui l’euphorie de nouveau.

    « Mais dis, elle est où ta queue ? Et tes oreilles, elles sont où ? »

    Je tournais encore un peu autour de lui.

    « Tes moustaches ! Elles aussi elles ont disparurent ! C’est normal ? »

    Quand je le disais, une foule de questions… Je restais silencieuse un instant, histoire de lui laisser le temps de comprendre et de digérer toute mes questions, mais aussi d’y répondre, car oui, c’est bête de poser des questions, lorsque l’on ne laisse pas la chance à son interlocuteur de réponde.

    « Moi j’ai eu des ailes… des ailes de corbeau, tu crois que je suis un changelin ? »

    Cette question me brulait les lèvres depuis que Leo avait mentionné et expliqué ce qu’était un changelin… Je n’avais désormais plus peur de lui, pour l’instant… Posant les deux mains sur mon ventre j’avais une dernière question à lui poser.

    « tu aurais pas quelque chose à grignoter ? Un biscuit par exemple ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Mar 16 Avr - 6:13
La brise faisait danser les mèches brunes de la jeune fille qui volaient de part et d'autre de ses épaules musclées, un air fasciné dans ses yeux brillant sous la lune pleine tel des pépites d'or, plantés sur moi. L'inconnue avait perdu toute trace d'une quelconque animosité ou de crainte et s'était désormais approchée, continuant sa danse de reconnaissance, me rappelant les loups ou les chiens flairant un étranger. Après un rapide passage d'identification olfactive dans mon cou, elle s'attaqua alors a mes joues, en tâta une furtivement du bout de sa langue, les expressions sur ses traits changeant d'un instant a l'autre; elle passait de la méfiance à la curiosité à la fascination ou encore la joie, je ne suivais plus. Apparemment, elle finit par se décider en s’assaillant au sol, en tailleur, devant mes pieds. Elle me lanca un sourire mignon avant de m'adresser la parole.

« Je suis Taomi. Avant toi je ne savais pas ce qu’était un changeling… ce sont des êtres… bizarres »

Elle avait l'air... pressée de m'interroger, plusieurs questions se présentant manifestement au même instant dans sa tête.

« Ça fait mal de te changer en animal ? »

Elle semblait curieuse, ou alors peu informée sur ma magie. Soudain, un cerf brama au loin, faisant tressaillir Taomi qui vint soudain se réfugier derrière mes jambes. Sa crainte s'évapora bien vite et elle se remit a tourner autour de moi.

« Mais dis, elle est où ta queue ? Et tes oreilles, elles sont où ? Tes moustaches ! Elles aussi elles ont disparu ! C’est normal ? »

Elle marqua une pause d'un silence poli, probablement afin de me laisser le temps de digérer ses interrogations.

« Moi j’ai eu des ailes… des ailes de corbeau, tu crois que je suis un changelin ? »

Cette question ne fut pas sans surprise pour moi. Bien entendu, elle était un changeling, mais jamais n'avais-je ouï la rumeur d'un individu hybride... Les gens habitées par la magie de la métamorphose naissaient avec elle et mourraient avec elle; cet section des arts des arcanes bien particulier nécessitait un apprentissage de base pour toute personne, lui permettant de contrôler ses pouvoirs. Malgré cela, un mage métamorphe pourrait, au bout d'un entrainement assidu, approcher de la maîtrise totale de son don.

"- En fait, les changelings naissent avec le don de se changer en animal, et après un petit apprentissage, normalement, tu peux te métamorphoser quand tu le désires. Cela ne fait pas mal, et cela dure très peu de temps. Et tes ailes m'étonnent... Très peu d'entre nous maîtrisent le pouvoir de rester sous forme hybride, et tu ne sembles pas avoir reçu d'enseignement... C'est étrange. Malgré tout, tu es manifestement, comme moi, une changeling Elfe, cela n'en fait aucun doute.

Je lui laissai le temps de digérer l'information qui ne devait être sans impact. Sans dire un mot, je la pris par le bras vers mon petit camp mourant, et y plaçai un alpin que j'avais gardé en réserve.

"- Je suis désolé, je n'ai pas de biscuits... Mais j'adore cuisiner, je pourrais essayer! Il me suffirait de me procurer quelques ingrédients en ville."



Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Jeu 18 Avr - 4:04
    //HRP// J'ai ajouter un peut de rythme au RP parceque je ne savais pas quoi dire. Je reste assez ouverte si tu veux porter ton aide à Taomi je modifirais en conséquandce ^^ bref, j'espère que ça t'iras


    Un changelin naît avec le don de transformation… j’étais donc née avec ce don si toutefois il était mien… cela me dérangeais… comment des humains pouvait-il naître avec ce don hein ? Je me rendais soudain compte que j’avais eu peur d’un cerf… quelle idiote… ce cauchemar m’avais vraiment mis sur les nerfs même si parler avec cet elfe me faisait du bien, j’allais avoir du mal à redormir avant d’avoir trouvé des réponses à mes questions. Pour que tout cela soit encore plus drôle, de nouvelles questions s’offraient à moi. Super… Je soupirais fortement, encore choquée de l’aveu de Léo. Il était intrigué par mes ailes… parce qu’il pensait que c’était volontaire peut être ? Je n’avais jamais possédé ses appendices plumeux de mon plein gré… maintenant qu’elles étaient rétractées c’était très bien comme ça. Moi je ne voulais pas vraiment les avoir à nouveau, mais Léo trouvais ça bien apparemment… Je haussais les épaules en toute réponse. Voulais-je lui répondre ? Peut-être, en fait oui, je voulais tellement en savoir plus sur moi-même que j’étais prête à répondre à toutes ses questions.

    Ce sont avant tout ces dernières paroles qui me firent sortir de la torpeur de mes pensées. Il n’avait pas de biscuits mais il savait peut être les faires ! Ça c’était une bonne nouvelle ! La mauvaise était qu’il voulait aller en ville pour trouver les ingrédients pour en faire, allait-il pouvoir en trouver en pleine nuit ? Tout le monde dormait à cette heure si tardive, sauf lui et moi. Je penchais alors la tête sur le côté en fronçant les sourcils.

    « Trouver quelqu’un de réveiller en ville à cette heure c’est possible ?? »

    Au pire j’attendrais que le soleil se lève, mais j’avais vraiment faim. Skhaa semblait avoir compris que j’avais si faim et monta haut dans le ciel pour partir en chasse. La lune là où elle se trouvait me montrait que demain allait arriver plus vite que prévus. Je m’accrochais au bar de l’elfe, le regardants avec admiration. Tout de même, il était capable de faire des biscuits ce qui le faisait incontestablement monter dans mon estime. Si peu que ses biscuits soit exactement comme je les aime et il devenait une divinité à mes yeux. Mais pour l’instant il n’était qu’un elfe. J’attendais que Skhaa revienne, curieuse de savoir ce qu’il allait m’apporter ou si, comme à notre habitude il allait nous faire avoir une partie de chasse amusante. C’est ce qu’il fit ! Non loin du cerf qui avait bramé au loin se trouvait très certainement une biche, une biche qu’il avait réussi à effrayée pour qu’elle court droit dans ma direction. De la biche… une de mes viande favorite. Avec ça j’allais avoir à manger pendent trois jours ! Mais l’animal ne semblait pas vouloir s’arrêter, de plus elle était emballée, fuyant les attaques à répétition du corbeau qui la pourchassait. Je lâchais l’elfe rapidement.

    « Désolée mais j’ai vraiment trop faim, je reviens »

    J’attrapais mon arc et me mis à la poursuite de la biche, un peu trop prise dans mon élan je glissais sur le sol humide et me retrouvais les fesses par terre avant de me redresser tout aussi vite. Mon arc était bandé, une flèche de métal était encochée j’avais la biche dans ma ligne de mire. Mais pour l’instant j’étais trop loin. Je continuais ma course avant que Skhaa ne pousse l’animal à faire demi-tours, fuyant pour ne pas non plus me faire piétiner je tendais mon arc au possible et lançais ma flèche qui se logea dans la patte avant de l’animal qui arrivait à continuer à courir. L’instinct de survie de l’animal étai quand même magnifique. Bien qu’elle courrait toujours, elle courrait moins vite, je puis sauter sur son dos et m’accrocher à elle, telle une bête sauvage j’avais resserré l’étau de mes bras autour de son cou. Elle se débattait, manquant à plusieurs reprises de me faire tomber. J’abrégeais finalement ses souffrances d’un coup de ma dague dans sa jugulaire. Ses deux pattes avant plièrent m’envoyant en avant voler aux pieds de Léo, je le regardais en souriant, essoufflée.

    « Tu as faims ? Moi oui ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Ven 19 Avr - 5:38
Jamais, au grand jamais, je n'avais vu un tel concentré d'admiration dans une personne. Depuis que j'avais osé annoncer que j'avais la possibilité de cuisiner des biscuits, ses pupilles d'or ne m'avaient plus quittées, emplies d'envie et d'appétit. Elle semblait avoir été troublée par mes aveux mais toute anxiété s'était envolé lorsque le sujet de la nourriture fut mis sur la table; cependant, il était vrai que pas un instant je n'avais songé que la lune brillait et brillerait encore un bon moment parmi les étoiles qui scintillaient comme des diamants dans l'océan.

« Trouver quelqu’un de réveiller en ville à cette heure c’est possible ? »

Force m'était d'avouer que mon estomac criait famine, n'ayant plus rien a me mettre sous la dent depuis plusieurs heures, et je me devais d'aller chasser; cependant l'oiseau d'ébène de Taomi revenait de sa séance de reconnaissance, et semblai avoir localisé du gibier insomniaque et inconscient. Avant que j'eus l'occasion d'esquisser le moindre geste, et dans un gargouillement ventral, elle s’élança a la poursuite de l'animal, son arme à la main, et, plutôt que de la poursuivre, je choisis le rôle d'observateur; il était parfois bon de s'arrêter un instant pour apprendre les techniques des autres adeptes de ce mode de vie. J'omis dans la considération de ses talents la légère chute qu'elle récolta en dérapant sur le sol humide et me concentrai sur ses mouvements fluides. Son arc, armé et tendu d'une flèche d'acier que je devinais redoutable, pointai la biche fuyante; il suffisait que la jeune fille relâche sa main tendue, et la pointe fendrait l'air, pourfendant sa proie.

La corde tendue revint a sa position initiale, et la flèche avait déjà atteint sa cible avant même que j'eus aperçu le projectile traverser la plaine; cet instrument avait finalement beaucoup de similitudes avec une arbalète, mais celle-ci était plus rapide au détriment de la puissance... Au bout du compte, je préférais mon corps félin. La bête, une pointe de métal dans la patte s'enfuyait toujours, et je restai admiratif devant cet instinct et cette volonté de survie; ainsi, après l'avoir touchée, Taomi s’élança a ma poursuite, et, a ma manière, bondis sur le dos du cervidé qu'elle acheva d'un coup de dague. Une sorte de spasme l'envoya voler à mes pieds, et elle me lança un sourire ravi et essoufflé.

« Tu as faim ? Moi oui ! »

- Quoi qu'il en soit, je mangerais avec plaisir!

J'allumai un petit feu rapidement avec des allumettes, par un souci de rapidité, afin de faire cuire la viande qu'elle avait ramenée.

- Tu préfères dépecer la viande ou je m'en occupe? Ah, et, j'apprécie beaucoup ta manière de chasser, qui est au final assez similaire a la mienne. C'est agréable de découvrir de nouveaux horizons.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Mer 24 Avr - 1:53
    Il semblait étonné par mon regard, qu’avait-il de sis spécial mon regard ? Les deux billes jaunes qui illuminaient mon visage le fixaient certes avec une admiration non cachée, mais après tout, il savait faire des biscuits. Je ramenais le fruit de ma chasse avec difficulté, trainant tant bien que mal la carcasse trop lourde pour moi. Je ne me laissais pas abattre par le poids de l’animal mort, sortant ma dague pour commencer à la dépecer. La peau de biche était bien plus fine que la peau de loup que j’avais sur le dos, de plus celle-ci commençait à devenir un peu petite à mon gout, j’avais du mal à bouger et à respirer. J’allais donc devoir la faire sécher et m’en faire de nouveaux vêtements. Je vivrais très bien sans vêtements mais on m’a dit que ce n’était pas particulièrement une bonne idée, alors, je faisais avec… Levant la tête vers l’elfe je le regardais essoufflée de ma course, j’avais l’habitude de dépecer la viande, j’avais d’ailleurs un peu commencé je lui souriais à nouveau.

    « Je veux bien que tu le fasses si cela ne te dérange pas… je cherche juste à garder la peau. »

    Levant le nez en l’air je fronçais les sourcils, j’espérais que l’odeur du sang n’allait pas attirer de bêtes sauvage dangereuse… normalement ici elles ne s’aventureraient pas… mais qui sait ? Moi aussi j’étais couverte de sang et de sueur, ma course m’avait fatiguée et apparemment je n’étais pas déjà assez sale comme ça… Je me laissais tomber sur le dos au sol, regardant le ciel étoilé. Bientôt le matin allait se lever, les étoiles allaient disparaître et tout allait changer. Sauf moi… je ferais toujours aussi peur, couverte de sang et les cheveux en bataille jusqu’à ce que je puisse prendre un bain. En y réfléchissant bien, même si cette vie semblait difficile je l’aimais, j’aimais être libre et sauvage, esquiver les villes et ne pas porter ces vêtements serrés et de toute les couleurs… Il fit une remarque plutôt gentille sur ma façon de chasser, je m’étirais au sol, cambrant mon dos au maximum.

    « Merci ! Mais toi, tu chasses sous ta forme féline ? »

    Je roulais pour me mettre sur le ventre et lui faire face, le regardant avec intérêt, pourquoi pas lui demander de l’aide, après tout, il savait ce que j’étais, peut-être pourrait-il me montrer comment me transformer, ou bien m’en dire plus sur cette race. Je récupérais la peau de la biche et la grattais pour enlever la chaire qui y restait collée à l’aide d’une pierre plate et aiguisée. Parfois je mangeais certains morceaux de viande crue mais il est vrai que je l’aimerais cuite. Cela ne me dérangeait pas de la manger ainsi mais bon… Léo avait dit qu’il aimait cuisiner alors peut être pourrait-il me faire quelque chose de bon avec la viande ? Mon ventre gargouillait à nouveau, je me mis à rire aux éclats.

    « J’ai vraiment très faim… »

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas été face à quelqu’un qui ne me faisait pas peur, je me détendais enfin un petit peut m’autorisant même à rire. Je me modais la lèvre soudainement gênée.

    «dis, tu pourrais essayer de m'éxpliquer comment se transformer? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Ven 26 Avr - 5:22
La paire d'iris couleur or m'observait, intriguée, derrière son masque écarlate, tandis qu'elle tirait derrière elle la carcasse de la biche, fruit de sa chasse; arrivée tout près de moi, elle sortit une petite dague de facture Elfique et se mit a minutieusement prélever la peau du cervidé, probablement dans le but de s'en revêtir, ses vêtements commençant a se dégrader. Elle releva la tète a l'entente de ma voix, le souffle saccadé par sa course récente.
"- Tu préfères dépecer la viande ou je m'en occupe?"
« Je veux bien que tu le fasses si cela ne te dérange pas… je cherche juste à garder la peau. »
Le nez pointé vers les étoiles qui scintillaient comme des joyaux, elle humait l'air de l'aube naissante, craignant probablement d'attirer quelque bête sauvage attirée par l'odeur du sang, mais je pouvais lui en défendre, dans le pire des cas; soudain, son dur labeur achevé, elle s'étira exactement à ma manière, celle d'un chat, les mains loin devant elle et le dos très proche du sol. Roulant sur le ventre, les yeux levés vers moi, sa tête à mes pieds, et sa voix cristalline résonna dans les plaines, les herbages caressés par la brise nocturne.
« Merci ! Mais toi, tu chasses sous ta forme féline ? »
"- C'est exact. J'ai bien quelques armes, mais je n'aime pas ça, je me sens plus libre sous ma vraie nature. D'une sorte de bond, elle se remit sur ses genoux, dégota une pierre plate et polie pour se mettre a gratter les restes de chair contenue sur les peaux convoitées. alors qu'elle frottait toujours, elle releva les yeux; son estomac venait de produire un son indiquant son mécontentement. Elle éclata soudain de rire.
« J’ai vraiment très faim… »
«Dis, tu pourrais essayer de m’expliquer comment se transformer? »


Je laissai un instant de flottement avant de lui répondre; j'étais occupé a dépecer la viande pour en tirer les meilleurs morceau, et j'avais préparé de qui ranimer mon feu. Je relevais la tête.
"- C'est un peu compliqué... J'ai reçu u entrainement durant mon enfance pour cela, mais je peux tenter de t'expliquer, si tu veux! En attendant, le jour se lève, si tu veux, on pourra aller acheter de quoi faire ces biscuits!"
La paille placée dans le petit brasero improvisé, à l'aide d'une allumette, j'enflammai le feu et y plaçai la bête sur une broche.
"- Je suis vraiment désolé, je n'ai plus de quoi accompagner la viande, mis à part des herbes ou des épices; je ferai de mon mieux.
Je sortis mes éternelles assiettes de terre cuite, et fouillai déjà ma besace afin d'y trouver les ingrédients nécessaires. Au bout de quelques temps, la biche fut rapidement cuite, et j'en découpai deux portions que j'agrémentai de condiments Elfiques. La cuisson était plutôt réussie et le plat était agréable même si je n'avais que peu de choses à ma portée... Je tendis son plat a Taomi en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Mar 30 Avr - 1:43
    Léo n’aimait pas les armes, il venait de me le dire, de plus, il dépeçait l’animal et n’hésitait pas à me sourire. Il perdait donc petit à petit toute dangerosité à mes yeux. Chasser sous forme animal ? Cela doit être plutôt amusant, lorsque l’n est un prédateur. En tout cas moi, j’étais toujours aussi fatiguée ! Je continuais de l’écouter, il n’avait toujours pas répondu à ma question, surement trop occupé à découper la viande. Mes yeux rivés vers le ciel regardaient l’aurore monter, le ciel au-dessus de moi, mais à l’horizon il s’éclaircirait et se dégradais en notes orangés et roses. Je souriais, malgré la faim j’étais bien.
    J’entendais enfin la voix de Léo retentir à nouveau, je coulais mon regard sur lui, il avait appris à se transformer, moi j’avais sus et j’avais oublié, alors, peut-être pourrait-il me réapprendre ? Peut-être ne pourrais-je jamais savoir. Mon visage se déconfit à cette idée jusqu’à ce qu’il reparle de biscuits. Mais c’était vrai ! Le jour se levait ! Après notre repas nous pourrions enfin aller chercher des biscuits ! Mais pour ça il faudrait aller en ville… Mon cœur se mit à battre à tout rompre dans ma poitrine à ce moment, je ne savais pas quoi dire, je ne savais que faire… J’étais effrayée par cette idée… aller en ville, commence ce voyage allait-il se passer ? Je repensais à toute ses pierres que l’on me lançait, tous ses rire de voir mes pieds nues et sal, mes jambes écorchées et mes ongles noirs…

    L’odeur de la viande qui cuisait me fit frissonner d’envie, me donnant l’eau à la bouche. Je prenais rarement le temps de faire cuire ma viande, je n’avais pas souvent de lieu assez dégagé ni de quoi faire un feu. Je regardais la viande brunir avec envie passant ma langue sur mes lèvres telle un bête affamée. Puis Léo me tendis… la viande ça j’en suis sûr mais poser sur une pierre ronde qui avait l’air fragile. Je tapais doucement avec mon doigt dessus et la reniflait, sa contenais la viande c’est déjà ça non ? Je pris l’objet tendue en mains et le posait sur mes genoux avant de me servir de mes ongles pour découper des morceaux de viandes et les manger. Ah que c’était bon ! J’en repris rapidement une plus grosse bouchée.

    « Pourquoi aurais-tu voulut l’accompagner ? C’est bon comme ça !! »

    C’est vrais que je ne comprenais pas… mais il savait faire les biscuits alors il devait savoir de quoi il parlait. Je me demandais comment ça se faisait des biscuits… était-ce magique ? Je n’y connaissais vraiment rien, mis peut être qu’en l’observant je comprendrais. En attendant j’avais de la viande chaude et délicieuse. Plus ça allait plus les bouts que je prenais étaient gros, jusqu’à ce que ça arrive… Je sentais ma gorge serrée et je suffoquais avalant très difficilement mon morceau de viande en tapant sur ma poitrine. Je compris la leçon et continua calmement avant de poser la pierre plate par terre. Je pense que cela ne se mangeais pas alors je ne la mangeais pas. Le soleil pointais le bout de son nez au loin, nous allions pouvoirs y aller. Je regardais Léo en crispant nerveusement mes mains.

    « Je dois t’avouer quelque chose Léo… Les villes… J’en ai peur, je m’y fais à chaque fois accueillir à coup de pierre… je ne sais même pas pourquoi… »

    Je collais mes genoux à ma poitrine comme pur me protéger, mes cheveux étaient tombés devant mon visage cachant mes yeux tristes et devenus ternes. J’avais envie d’y aller mais cela m’effrayais… Je soupirais fortement un peu honteuse. Pourquoi personne n’avait aussi peur que moi de tous ces gens ? Ils étaient terrifiants, ils criaient sans cesse, frappaient à coups de pieds. Leurs dents ressemblaient à des crocs acérés… Je levais un peu la tête vers Léo. Il semblait doux lui comparé à eux… Ses sourires étaient toujours rassurants et il ne m’avais pas frapper. Je m’accrochais à lui collant ma tête contre son torse.

    « Je veux bien y aller avec toi mais promet moi de jamais faire comme eux… »
    [/b]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Jeu 2 Mai - 5:54
Je levai les yeux vers le ciel, le menton levé, et la brise fraîche du matin me caressait le cou; au loin, à l'horizon, brillant tel un rubis, l'astre solaire scintillait de mille feux dans son océan orangé. Les étoiles jetaient leurs dernières forces dans la nuit tandis que je rongeais les os de biche finement chassés par Taomi, eux-mêmes que j'avais légèrement assaisonnés de condiments Elfique. Devant moi, assise en tailleur, se trouvait la jeune fille rencontrée dans la nuit, qui se régalait des mets que je lui avait tendu. A l'entente de mes précédentes paroles au sujet de ses ailes fantomatiques de corbeau, le sourire avait un instant quitté son visage, avant d'entendre le mot "biscuit" qui lui rendit toute son euphorie; elle semblait intriguée par le concept de l’assiette en terre cuite, presque effrayée par l'idée de placer de si précieux pavés de viande juteuse et cuite à point sur de vulgaires fragments d'argile sèche.

« Pourquoi aurais-tu voulut l’accompagner ? C’est bon comme ça ! »

Au fil du repas durant lequel, je me devais de me l'avouer, je m'empiffrais assez goulûment moi aussi, je pouvais constater l'absence de bonnes manières ou la non-envie de les démontrer de Taomi; cela ne me dérangeait nullement, mais m'intriguait plutôt: en effet, quelle était l'histoire de cet enfant sauvage? Ainsi donc, comme pour démontrer mes propos, une bouchée de nourriture trop ambitieuse eut raison de son rythme effréné, et les quelques instants de suffocation qui suivirent ne me laissèrent pas le temps de l'aider, au vu de la vitesse à laquelle elle dévorait son plat. Cela sembla lui servir de leçon car, quelques temps après, elle adopta une cadence normale avant de reposer l'objet circulaire au sol, nettoyée. Le soleil s'élevait un peu plus haut dans les cieux alors que la jeune femme se tordait les mains, probablement nerveusement.

« Je dois t’avouer quelque chose Léo… Les villes… J’en ai peur, je m’y fais à chaque fois accueillir à coup de pierre… je ne sais même pas pourquoi… »

Bien entendu, je savais pourquoi, et la stupidité de certains individus me frappa soudain et à nouveau de plein fouet; comment pourrait-on lapider une si jeune fille, aux aspects non-civilisés? Ces attributs m'auraient, personnellement poussé à la rencontrer plus que tout autre chose. Joignant son geste à la parole, probablement dans un instinct défensif, elle rapprocha ses genoux de son menton, ses yeux tristes désormais étaient cachés par ses cheveux qui tombaient en bataille devant son visage fin. Elle releva légèrement la tête avant de s'accrocher a mon torse, tel un koala.

« Je veux bien y aller avec toi mais promet moi de jamais faire comme eux… »

" Jamais une pareille idée ne me serait venue à l'esprit, et mieux que ne pas te les infliger, je vais te protéger, tu as ma parole." Je me sentais un peu l'âme du paladin. " Viens, allons-y ensemble! Ça te dirait de voler sur le dos de Pyrrhus? A l'entente de son nom, le jeune oiseau cramoisi aux plumes brillantes tourna la tête, poussant un cri d'enthousiasme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 4 Mai - 5:39
    J’étais bien contre lui, je me sentais rassurée, et il me rassurait. Pour la première fois depuis bien longtemps je me sentais en sécurité, je me sentais assez courageuse pour aller en ville, il m’avait même promis de me protéger, alors, si il me protégeais, tout était parfait ! Je regardais l’oiseau rouge, m’approchant doucement de lui je posais avec une lenteur calculée la main sur son cou, glissant le long de ses plumes soyeuses. Monter sur son dos ? Vraiment ? Enfin je sauris ce que cela fait de voler ?! Enfin je saurais je pourrais tendre les mains vers les nuages et espérer les atteindre ? J’avais souvent rêvé que je volais mais je ne l’avais jamais vécus et cela me désolais. Je voulais savoir si c’était comme dans mes rêves, savoir enfin ce que vivaient les oiseaux. Avec mélancolie je me souvenais des ailes que j’avais dans le dos… si on m’avait appris à m’en servir, peut être aurais-je pu savoir par moi-même… j’aurais pu découvrir les cieux et approcher la lune ou le soleil. Les deux astres semblaient si proches mais à la foi si loin de nous. Sans cacher mon excitation je regardais Léo avec un sourire émerveillé.

    « Oui je veux ! Ce serait même génial ! »

    Pourquoi avais-je eu peur de lui à ce point ? Il était l’incarnation de la gentillesse. Son sourire et ses yeux étaient doux je voyais presque en lui un grand frère. J’avais laissé tomber le doute et la peur. J’aurais aimé en apprendre plus sur Léo et peut être me dire que j’aurais enfin un ami mais… Je n’avais pas envie d’être à nouveau abandonnée. Alors je décollais le jeune homme en regardant le sol puis me grattais la nuque gênée.

    « Désolée »

    Désolée de ? Je ne l’avais pas agressée ni attaqué, je ne lui avais pas fait de mal… Je cherchais en fait simplement à dire quelque chose. Je glissais à nouveau mes doigts dans les plumes de l’oiseau, fascinée, j’étais fascinée par la créature, un oiseau immense, les ailes déployées il devait être encore plus gros. Skhaa vint se poser sur mon épaule. Il faisait bien pâle figure à côté de la majestueuse créature. Le corbeau me regarda d’un œil jaloux, lui aussi voulait des caresses. Je le pris contre moi et embrassa le sommet de sa tête. Skhaa était comme Dalerian, le seul ami sur lequel je pouvais compter. Je les regardais tous les deux avec tendresse, donnant un bout de viande à Skhaa puis un autre au serpent avant de me tourner vers Léo.

    « Je viens d’y réfléchir… Monter sur le dos d’un oiseau ? Mais… il est assez fort pour ça ? Il est immense certes, mais il reste un oiseau non ? »

    C’est vrai… je m’étais laissé guidée par l’euphorie mais… L’oiseau allait-il pouvoir le faire ? Parce que Skhaa était un corbeau de la taille d’un poulet mais pourtant il pouvait à peine soulever Dalerian… Alors le poids de nous deux Léo et moi… Je restais perplexe …


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 4 Mai - 10:16
Contre ma poitrine, recroquevillée, se tenait Taomi, ses yeux dorés et brillants dans les miens, une masse de cheveux bruns et touffus tombant en une cascade couleur de bois sur son visage fin et hâlé. Celui-ci s'accordait admirablement avec ses lèvres rosées, presque rouges, ainsi qu'avec la bande écarlate qui lui hachait les yeux, tel un masque de peinture séparant son visage en deux, du menton au sommet de son crâne. Derrière la jeune femme se tenait toujours Pyrrhus, l'oiseau aux milles teintes rutilantes dont les plumes scintillaient sous le soleil flamboyant qui pointait déjà à l'horizon dans des couleurs de rubis. Déjà, les nuages se teintaient de rose dans ce magnifique début de journée, et une brise fraîche les faisait filer à toute allure dans le royaume céleste. A l'entente de ma proposition, elle ne tenta nullement de masquer son enthousiasme et, dans un sourire émerveillé, elle sautillait sur place.

« Oui je veux ! Ce serait même génial ! »

Soudain, mes yeux dans les siens, je distinguai soudain un vif changement d'attitude et d'humeur; ceux-ci, si brillants et dorés à leur habitude, avaient perdu de leur éclat malicieux, enfantin et sauvage, et toute trace d'impatience avait quitté son doux visage. Sa main, dans une marque de malaise, s'en alla frotter l'arrière de sa tête tandis que son regard ne quittait plus l'herbe verte et grasse caressée par le vent matinal, avant de rapidement s'écarter de mon torse.

« Désolée... »

Je ne comprenais pas, et sans nul doute cela se lisait sur son visage; pourquoi diable serait-elle désolée, la jeune fille n'ayant rien à se reprocher? Je restais devant cette femme - et devant pas mal de femmes d'ailleurs - comme devant le livre scellé de leur esprit, de leurs émotions et sentiments; en bref, je n'y comprenais rien, même si Taomi semblait différente, plus naturelle, mois civilisée. Elle avait détourné le regard, comme embarrassée, et s'affairait désormais à caresser Pyrrhus qui fermait les yeux sous sa main douce, comme pour fermer les yeux un instant sur les problèmes qui la préoccupaient et qui la poussaient à s'excuser envers moi en flattant l'animal par qui elle semblait littéralement fascinée. Son corbeau quémandant lui aussi de l'attention, elle se détourna un instant de mon grand ami à plumes pour rencontrer le sien, plus petit et moins coloré, qui se blottit contre elle. Elle tourna la tête.

« Je viens d’y réfléchir… Monter sur le dos d’un oiseau ? Mais… il est assez fort pour ça ? Il est immense certes, mais il reste un oiseau non ? »

- Bien sûr. Pyrrhus est fort, et tu es légère, cela ira sans problème, il me l'a communiqué.

Tournant la tête à l'entente de son nom, il s'abaissa tel un cheval bien dressé afin d'inviter la jeune femme à monter, et ne broncha pas lorsque je m'ajoutai au poids, devant elle; je lui flattai le haut du crâne et lui soufflai quelques mots rassurants à l'oreille, et il m'assura de son approbation par un cri joyeux et enthousiaste. Quelques pas rapides sur l'herbe, quelques couples de battements d'aile, et déjà, nous ne pouvions ressentir le contact du sol, et la sensation de bien-être qui m'envahissait à chaque vol fut bien vite retrouvée. Taomi s’accrocha à moi, les bras autour de mon ventre, tandis que nous nous élevions dans les cieux. D'en haut, les plaines se résumaient à de vastes étendues couleurs de la sylve, parsemées de feuillus et découpées par de nombreux cours d'eau, et pourtant, la magnificence de ce lieu n'était pas des moindres. Tandis que mes cheveux battaient à l'horizontale derrière moi, je pouvais apercevoir la grandiloquente ville de Luùïa et ses gargantuesques murailles. Je me retournai légèrement, d'une torsion du cou, et souris a Taomi.

- Ca te plait?



Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 4 Mai - 12:42

Je lisais sur son visage l’incompréhension la plus totale… allais je devoir lui expliquer le pourquoi du comment de ma gène ? Je m’en fichais qu’il ne comprenne pas, au final je ne comptais pas faire preuve de plus d’affection avec lui, j’en avais déjà bien trop fait… L’oiseau semblait d’accord pour nous porter tous les deux, cela ravissait mon cœur et mon esprit, j’allais enfin pouvoir voler. Je réaliserais un rêve et, peut-être qu’un jour, je pourrais retrouver mes ailes et voler de moi-même, qui sais ? Tout est permis !
L’oiseau majestueux se baissa pour que je puisse monter dessus, je le fis sans hésiter et Léo prit rapidement la place devant moi. J’hésitais un instant, craignant à nouveau l’étreinte avant d’enrouler mes bras autour de sa taille. L’elfe pouvais sentir battre mon cœur dans son dos tant il battait vite… presque trop vite. J’avais l’impression qu’à chaque minute il allait sortir de ma poitrine. Je laissais reposer mon menton sur la tête de Léo pour voir devant moi et l’oiseau partit. D’abord quelque coup de pattes, puis il détendit ses grandes ailes.
O magnifique créature de la nature, c’est quand des merveilles comme celle-ci apparaissaient sous mes yeux que je comprenais que la vie méritait d’être vécus et sauvegardée. Mais pour combien de temps ? La vaste plaine qui s’entendait sous les ailes de l’oiseau allait un jour disparaître à cause de la connerie humaine… J’avais presque envie d’en pleurer, ils détruisent tout dans le but de construire… construire pars des choses faites pour détruire… Pourquoi cela ? Je me le demanderais toujours. Mais j’avais autre chose à faire que penser à tout cela…

S
ous mes pieds la plaine s’étendait, inondée du rouge du soleil levant, le vent chantait dans mes cheveux. Je fermais les yeux pour ressentir tout ce qui m’entourait. Les plumes de l’oiseau sous mes jambes, la tête collée contre le dos de l’elfe je pouvais aussi régler ma respiration sur les battements calme de son cœur, je sentais sur mes joue glisser ses cheveux et son odeur m’envahir… mais ce n’était rien à côté de ce sentiment de totale liberté, je volais, je n’avais rien sous mes pieds, rien sous mes mains. C’était comme une chute mais sans chuter, comme un saut sans jamais atterrir. Le vent fouettait mes joues et tirait mes cheveux en arrière, il glissait sur mes bras et mes jambes nues. Il longeait mon dos me faisant frissonner de délice. J’ouvris les yeux pour regarder devant moi. Un mouvement de recul en voyant que Léo avait tourné la tête puis un léger rire. Est-ce que ça me plaisait ? bien sûr que oui ! Je crois que rien ne pourrait être plus agréable que cela ! Ou si plus agréable existait, je voulais qu’on me le montre de suite ! Mon cœur faisait à nouveau des bonds dans ma poitrine à l’approche de la ville. Je devais l’avouer, vue d’ici tout semblait si petit… les humains n’était que des grains de sable parmi une plage, les maisons étaient les étoiles parmi le ciel, Léo, Pyrrhus et moi étions l’astre lumineux qui les survolait. Je lâchais Léo de mes bras, resserrant un peu la pression de mes jambes autour de l’elfe et laissait tomber ma tête en arrière.

« Est-ce que ça me plait ! Je crois qu’il n’y a pas mieux ou si ça existe je veux que l’on me montre ! »

Dans mon cou s’écrasait le vent, comme l’écume s’écrase sur un rocher, je souriais à pleine dents, cela faisait longtemps que je n’avais pas été si heureuse, c’était comme dans mes rêves. Mes rêves les plus anciens et les plus fous. Je revenais enfin à mes origines… Je ne savais pas pourquoi j’aimais tant voler, mais je me sentais chez moi ici. Pourquoi ? Pourquoi enfin j’avais l’impression d’être dans mon élément ? Pourquoi n’avais-je pas le vertige comme l’aurait la plupart des personnes n’ayant jamais volées ? Je ne souffrais pas du mal du transport et voir que nous allions atterrir ne me soulageais pas, au contraire. Je me crispais légèrement mais profitais tout de même de ces derniers instants entre le ciel et le sol. Je posais rapidement un pied au sol une fois l’oiseau posé, instinctivement ma main se posa sur la corde de mon arc accrochée à mon dos et mon autre main attrapait celle de Léo. J’avais envie de repartir tout de suite, j’en oubliais même pourquoi j’étais ici. Des biscuits, c’est ça, des biscuits… Je regardais autour de moi… Tout était si laid vu d’ici. Le sol était couvert de pierres plates et bien rangées, collées entres elle… d’es pierres du même genre constituais des cabanes… A l’intérieur de ces cabanes vivaient des humains… C’est eux que je redoutais le plus… Je serrais plus fort la main de Léo dans la mienne puis tentais de me rassurer. Je me collais à son dos, ma poitrine contre lui et le suivait. Je les entendais autour de nous… Ils me qualifiaient encore de sauvageonne ou de souillon… j’étais « le montre de la forêt » ou encore « le démon de la forêt » je n’avais jamais vu de démons de ma vie alors… peut être en étais-je un… et pas un changelin.

Je continuais mon chemin collée à Léo jusqu’à ce qu’un enfant arrive devant moi. Même un enfant j’avais peur de lui... Il se planta devant moi, posant ses yeux vert sur moi avec un air de dégout. Jamais je ne serais acceptée ainsi chez les humains. Jamais je ne serais acceptée, alors autant rester dans ma forêt. J’enfouissais mon visage dans le cou de Léo sans bouger.

« C’est toi le démon de la forêt ? mais t’es pas un monstre… »

Je m’autorisais à lever les yeux vers lui, il venait de dire que je n’étais pas un monstre. Devais-je reprendre espoir ?

« T’es une souillon !! »

J’avais envie de cracher au visage de cette petite vermine aux taches de rousseurs. Il me jeta une pierre au visage avant que je ne me blottisse à nouveau contre le torse de Léo. Je sentais les larmes monter en moi. J’étais à peine arrivée dans cette ville que les problèmes commençaient. Il est vrai qu’ils avaient surement du voir mon ombre la nuit, circuler dans les ruelles de cette ville mais je ne faisais rien de mal… moi. Me yeux tristes se posèrent sur Léo

« tu vois ce que je tais dit ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 4 Mai - 22:44


C'est lorsque nous décollâmes que je pensai avoir compris le malaise de Taomi; alors qu'elle s'apprêtait à passer ses bras autour de ma taille, elle marqua un instant d'hésitation. Peut-être pensait-elle m'avoir donné trop de contacts pour un simple compagnon, mais plus qu'une amie, je la voyais plutôt comme une petite soeur, et a aucun instant des pensées perverses n'ont traversé mon esprit sain. Elle finit par se serrer contre moi pour plus de sécurité, et je pouvais presque sentir son cœur battre la chamade sous l’excitation de la montée céleste. Bien vite, le contact avec le sol n'était plus une certitude pour personne; devant moi et sur mes côtés, je distinguai les immenses ailes de Pyrrhus battre le vide et le vent avec puissance, celles-ci luisant sous le splendide soleil. Du haut de son ciel sans nuage, ils nous dardait généreusement de ses chauds et agréables. Toute teinte vermillonne avait désormais quitté les cieux qui sortaient tout juste de la fraîcheur matinale, et désormais cet océan azuré était parsemé de petits nuages vaporeux qui filaient sous le doux souffle de la brise rafraîchissante.

Sous notre petit groupe hétéroclite s'étendaient, infinies et ensoleillées, les splendides plaines de lumière, dont les herbages dansaient doucement, formant des vagues; de zones d'ombres filaient sur les étendues vertes, les nuages les générant, et tout cet ensemble était magnifique. C'était dans ce genre d'instants que je regrettais le moins la vie que j'avais choisie; une vie simple, faite de chasse, de siestes, de vol, de repas, et surtout d'expériences. C'était ces instants volatiles et magiques qu'il fallait saisir, c'était ce mode de vie qu'il fallait choisir. Au loin se profilait l'immense cité de Lumïa, et soudain, alors que cet endroit était réputé pour l'un des plus extraordinaires lieux de tout rune Midgard, sa laideur me saisit à la gorge, m'empêchait de respirer. Pourquoi avoir gâché ces plaines par des ramassis de pierres entassées de manière si ordonnée, pourquoi s'entasser dans des bâtiments? Pourquoi ne pas vivre en harmonie avec la nature plutôt que de la détruire? Pourquoi?

Je chassai ces sombres pensées de mon esprit Elfique pour profiter des derniers instants de vol tandis que Taomi tressaillait à l'approche de la ville. Deux gardes suspicieux nous toisèrent d'un œil méfiant, et j'avais l'impression qu'ils nous fouillaient du regard. A l'intérieur de la ville, force de constater que les rumeurs sur la magnificence de cette ville n'étaient pas infondées. Les bâtiments, grands, hauts et majestueux, nous ombrageaient agréablement. Taomi se réfugiait dans mon dos, et son malaise était presque palpable; j'en étais désolé pour elle. Soudain, un enfant, pas plus âgé que ma petite soeur devait l'être actuellement, se campa devant nous, mais il avait les yeux sur la jeune femme.

« C’est toi le démon de la forêt ? mais t’es pas un monstre… »
« T’es une souillon !! »


Il lui lança une pierre si vite que je n'eus le temps de réagir. L'adrénaline avait déjà envahi mes veines.

- Répondre à la violence par la violence n'est pas une bonne idée, petit, alors pour l'instant ca reste un avertissement. J'avais, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, dégainé un de mes sabres et, à bout de bras, la pointe de la lame pouvait presque lui toucher le cou. Je lui relevai le menton avec le plat de mon arme, le forçant a relever la tête. - Excuse toi auprès d'elle, petit. Je n'ai pas l'habitude d'être violent ni haineux, mais je peux le devenir, alors je te conseille de te dépêcher. Nous toisant un instant du regard, le garçon marmonna ce que je supposai être des excuses puis partit la tête haute, fier et têtu, et je n'insistai pas. Je me tournai vers Taomi et lui souris, l'invitai à me suivre. Pour plus d'intimidation, je pris un de mes katanas dans chaque main, et, alors que nous n'avions parcouru qu'une rue seulement, j'entendais des murmures autour de moi; des murmures malsains, haineux, hautains, vicieux, véhéments. Je n'aimais pas cela, mais je ne pouvais tous les contenir. Fort heureusement, notre destination, la place du marché, n'était pas fort loin et nous y arrivâmes sans incidents majeurs. Un tel rassemblement d'individus, tous si humains et riches, l'effrayait et je tentais de la rassurer de mon bras. Je ressentais son malaise en moi, mais tentai tout de même de profiter un peu du spectacle qui s'ouvrait à moi. Des dizaines de marchands en tout genres vendaient divers et extraordinaires produits, et tout mes sens étaient titillés. Jusqu'ici, tout allait plutôt bien...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Dim 2 Juin - 20:42
Thème

    J’avais en tête de sauter sur ce petit monstre pour le mordre, ou le griffer ou le percer d’une de mes flèches, mais je n’en fit rien. Premièrement parce que je n’en avais pas la force à cause de cette peur qui me coupait à la gorge mais aussi parce que Léo s’en chargeait pour moi. Il avait déjà pointé une lame sous le cou du gamin, l’arrachant un très léger sourire. Alors petit, ça fait quoi d’être face à plus fort que soit ? Les villageois autour de nous semblaient intrigués, mais, si la petite sauvageonne était avec quelqu’un qui semblait civilisée alors… pourquoi pas ne pas la laisser en paix, pour cette fois. C’est très certainement ce qui passait par l’esprit mesquin de tous ces êtres misérables… Léo se tourna vers moi pour me sourire, je ne sais pas pourquoi mais, plus le temps avançais, plus je me sentais bien en sa présence. Il était comme le frère que je n’avais jamais eu, ou comme cet elfe qui m’avait protégé durant tant d’années. Tous les elfes étaient-ils donc ainsi ? Cet Aegan que j’avais rencontré était-il une exception ? Je n’en savais rien… J’avais encore beaucoup d’elfes à rencontrer pour le savoir. Tant que je ne me trouvais pas face à des enfants, tout allait très bien pour moi.
    Je me fichais pas mal de ce que je pouvais entendre sur notre chemin. Les humains étaient comme ça, mesquins, méchants et violents… Lorsqu’ils ne connaissaient pas quelque chose, ils en avaient peur. Il ne faisait jamais en sorte de le découvrir, non ils le fuyaient, le détruisaient. Comme ils ont essayés de me détruire moi. Mais aujourd’hui je n’étais pas seul, et pour une fois, je n’allais rien voler quoi que… cela peut peut-être être drôle !
    Malgré mon cynisme, je n’étais tout de même pas rassurée. Bien que Léo eut réussi à tirer des excuses au jeune homme, je n’étais pas particulièrement bien ici… Je restais collée à lui, n’osant pas me séparer de mon protecteur.

    C’est mon odorat qui me sortit de ma torpeur. Moi qui avais pensé que les humains puaient, j’étais alors face à une multitude d’odeurs que je ne connaissais qu’en forêt. Des herbes et des fruits, des légumes, mais aussi bien d’autres choses. Se trouvait face à moi ce qu’ils appelaient du tissu si mes souvenirs étaient bon, il y avait aussi des pierres brillantes et bien d’autres choses ! Je m’approchais timidement, me décollant légèrement de Léo. Je me séparais de son odeur pour sentir l’odeur piquante des aromates, celle douce et sucrée des fruits ou encore celle de la viande qui sèche. Un sourire se dessina sur mes lèvres et le vent soufflant apporta à moi une nouvelle salve d’odeurs, battant mes cheveux dans son sillage par la même occasion. Autour de moi les gens riaient ou chantaient. Tout semblait tellement plus doux que dans mes souvenirs. Peut-être parce que je n’étais jamais allée jusque-là. Il y avait tant de monde autour de moi qu’il ne faisait même pas attention à ce que j’étais. Certains déviaient tout de même leurs trajectoire pour ne pas trop me croiser, mais dans l’ensemble, tout était plus doux… Je suivais Léo de près tout de même. J’avais trop peur de perdre mon protecteur dans cette foule environnante. Et puis, j’allais avoir des biscuits ! Rien que d’y penser me mettait en joie ! Je sautillais presque, chantonnant un air joyeux entre mes dents. Une chanson elfique que m’avait appris mon tuteur et qui parlait de la plaine ensoleillée. C’est pour cela que j’y étais allée, pour voir si cette plaine était aussi belle que dans ma chanson. Et oui, elle l’était. J’y avais vu le vent coucher l’herbe sur le sol alors que le soleil caressait ma peau de ses rayons rassurants, j’avais entendu le chant des oiseaux, j’avais vue voler les papillons, mais la suite des évènements m’avais empêchée de voir le soleil se coucher au loin, l’inondant de sa lumière rougeoyante en donnant l’impression que la plaine flambait. Mais je l’avais vue se lever, aussi majestueux et brillant que toute les couronnes de Midgard réunis.
    Je levais la tête vers Léo, coupant un instant ma chanson. Lui affichant un sourire radieux. Ses cheveux d’or brillaient au soleil, cela m’amusait : ils étaient plus brillants que les cailloux des humains, et plus doux aussi j’en étais sûr !

    « Alors mes biscuits ?!! »

    Je reprenais ma chanson après ces quelques mots. Chanson qui dériva bien sûr sur une histoire de biscuits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Lun 3 Juin - 5:58
Cela ne faisait que quelques temps à peine que nous avions abandonné les plaines ensoleillées et leur splendeur verdoyante, ainsi que les restes fumants de notre camp accompagné de la carcasse de viande; Pyrrhus, lui devait achever de s'en délecter, ou encore parcourir les cieux de ces lieux peux familiers. Mais le temps, lui, avait passé si vite que il me semblait qu'une éternité s'était écoulée entre ces moments sauvages de casse et cet instant ou j'avais presque oubliée la jeune femme qui m'accompagnait. Mon ouïe était devenue insensible aux divers ragots qui fusaient de part et d'autres de mon être, trop captivés par le festival sensoriel qui s'étendait partout; le dernier contact que je ressentais était sa main sur mon épaule, sensation se détachant cependant peu à peu, a mon soulagement. Tout semblait bien se passer lors de cette escapade en ville, pour le moment… Je remarquai soudain mes sabres, se trouvant chacun dans une de mes mains, qui provoquaient chez les enfants des regards admiratifs et chez les plus âgés des coup d’œils approbateurs; je m'empressai de les ranger dans leurs fourreaux respectifs, croisés dans mon dos, dans un doux chuintement mélodieux.

Un élément olfactif sembla alors sortir Taomi de sa torpeur timorée, l'extirpant de son entrave qui l'empêchait de découvrir le monde joyeux et bariolé qui l'entourait. De toutes parts titillaient les cinq perceptions qui étaient attribuées aux hommes des aliments, des odeurs de cuisson, des cris d'oiseaux exotiques tristement mis en cage - je dus me retenir de ne pas les libérer - et même des marchands qui avaient délicatement saisi le poignet de mon amie qui, dans un tressaillement de peur mêlé à de la surprise, s'était dégagée, et nous avions passé notre chemin. Restant dans une attitude prudente, elle s'approchait peu à peu de divers lieux de vente, slalomant entre les badauds, profitant des saveurs, dans une danse inhabituelle parmi les passants qui se retournaient pour l'observer, un léger sourire au lèvres, d'attendrissement ou d'amusement, tout comme j'en arborais un, de satisfaction, pour ma part. Je ne savais si cela suffirait à lui retirer sa peur des hommes, mais au moins, j'avais fait un pas. Soudain, elle sembla m'avoir perdue, un peu plus loin dans la foule, entamant un semblant de panique; je la rattrapai avant qu'une catastrophe ne se présente, et, après ce léger incident, elle sembla plus proche de moi. Elle me suivait d'une démarche guillerette, chantonnant une chanson étrangement familière, lointaine dans ma mémoire, avant de lever son regard d'or dans le mien d'émeraude, cessant sa mélodie un instant.


« Alors mes biscuits ?"

Je lui souris un instant; elle restait fidèle à elle même.

"Malheureusement, je pense que tu vas devoir patienter que je les cuisine... La cuisson prends un certain temps et je dois encore acheter les ingrédients. Mais, en attendant, je peux t'acheter d'autres choses si tu veux! Tiens, regarde ceci!"

Joignant le geste à la parole, je tendis quelques joyaux dans la main d'un vieillard souriant et de son échoppe emplie de pâtisseries. Je m'emparai de deux viennoiseries, des sortes de brioches emplies de sucre, et je ne pouvais pas assurer qu'une couche de caramel ne recouvrait pas le tout; au toucher, elles demeuraient tièdes et leur fumet divin parvenait jusqu'à mes narines. Je lui tendis une des sucreries.

"Goûte cela, tu vas aimer, à mon avis."

Comme pour lui prouver ma bonne fois, je mordis généreusement dans la mienne, et sentis les perles de sucre craquer sous ma dent ainsi que la saveur tendre de la pâte croustillante; mes intuitions s'avéraient également exactes, car la saveur du caramel enivra mes papilles. Tandis que Taomi me suivait toujours, je me dirigeai rapidement vers un petit paravent pour y acheter un peu de farine, de la levure, et un peu plus loin, des pépites de chocolat.

"Je pense que j'ai tout pour les biscuits."

Je me retournai vers la jeune fille en souriant. C'est alors qu'un cri strident et reconnaissable entre mille retentit parmi les cieux, et je vis, confirmant mes prédictions, l'oiseau écarlate fondre vers nous. Arrivant au sol, il battit de ses grandes ailes pour ralentir sa chute, ébouriffant mes cheveux et ceux des passants, un peu effrayés, qui nous regardaient bizarrement. A quiconque osait me critiquer, je lui répondais par un sourire, et nous continuions notre route.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 8 Juin - 9:02
    J’étais intouchable, protégée par Léo et ses sabres. Je dardais de mon regard d’or les humains autour de moi. Tombant nez à nez avec une femme. Elle était belle, grande et blonde, ses cheveux étaient ramenés en une espèce de boule en haut de sa tête… comment était-ce possible !! Elle sentait les fleurs et les fruits, me regardant quelques instants je n’osais plus bouger. Elle avait planté son regard bleu gris dans le mien. Que me voulait-elle ? J’allais le lui demander lorsqu’elle repartit. Je continuais mon chemin restant tous de même près de Léo mais sans vraiment lui prêter attention. C’est le son de ses lames rangées dans leurs fourreaux qui me fit vivement me tourner vers lui. Cela voulait-il dire que nous ne risquions plus rien ? Très certainement ! Fascinée je m’approchais d’une étale. Un vieil homme y exposait de magnifiques cailloux. Il devrait faire attention à lui, las pies sont de vraies voleuses. Grognant il me chassa d’un mouvement de mains.

    « Ouste voleuse !! »

    Moi ? Voleuse !! Mais je ne faisais que regarder… Soupirant, je retournais près de Léo qui me tendait ce qui ressemblait à quelque chose à manger. Peut-être pour me faire patienter. En tous cas sa sentait terriblement bon ! Je portais l’objet de ma curiosité à mon nez en gratifiant mon nouvel ami de mon plus beau sourire et d’un regard qui voulait dire « merci ». Ce qui m’avait été tendu était moelleux, tiède et légèrement collant sur les doigts. Je le portais à mes lèvres pour croquer dedans, curieuse… C’était chaud, c’était doux, sucré et excellent ! Je n’en avais jamais mangé avant… Il y avait quelque chose à l’intérieure, mais quoi ? Je portais à nouveau le gâteau à mon nez qu’est-ce que cela pouvait-il être ? J’en attrapais un morceau pour le gouter. Encore quelque chose de très sucré ! Du sucre, l’homme qui les avait fabriqués avait mis du sucre dedans.

    « Merci Léo !!! J’adore ça ! Mais cuisiner les biscuits ? Tu ne comptes pas les fabriquer ? »

    J’étais tout sourire. Heureuse. Simplement. Pourquoi allais-je si bien ? Parce-que j’avais rencontré quelqu’un de gentil, parce-que j’allais avoir des biscuits, parce-que tout allait très bien et parce-que… voilà ! J’avais envie. J’entendis un cri qui me fit encore plus sourire. C’était L’oiseau de Léo, il revenait nous chercher ! Et ça, c’était encore une grande joie ! J’adorais cet animal. Grand, majestueux et d’une couleur magnifique. Ses plumes rouges brillaient au soleil et étaient douce. J’allais encore faire un tour dans le ciel, je rêvais depuis toujours de caresser les nuages. Je me sentais si bien dans le ciel, comme si cela avait toujours été un lieu de vie pour moi, comme si j’étais enfin dans mon élément…
    J’approchais de l’oiseau au plumage rouge et passait mes doigts sur son cou, caressant ses plumes, il était vraiment grand, presque effrayant, mais assez doux pour ne pas faire peur…

    « On va ou maintenant ? »


    Mes yeux se posèrent sur Léo, interrogateurs. Allions nous retourner sur la plaine ? Je le supposais, où aller ailleurs ? et puis cette fois je tenais à voir le soleil se coucher avant de repartir pour ma forêt, c’est pour cela que j’étais là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2297

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Sam 8 Juin - 23:14
Le menton levé, j'appréciais la douce brise qui me caressait le visage, faisant danser mes cheveux sur mes épaules, lorsque le cri retentit; je l'aurais reconnu entre mille, et sa simple ombre cachant le soleil confirma mes soupçons: Pyrrhus nous avait retrouvé. En un éclair écarlate, il fondit sur la foule, tel un aigle piquant sur un pauvre lapin inconscient, arrachant quelques cris de surprise aux passants, allant jusqu'à, pour les plus agressifs d'entre eux, porter la main à leur ceinture, ou, pour la plupart, pendait une petite dague, juste au cas ou. Bienheureux était le fait qu'il n'y aie pas de garde de la ville à cet instant, malgré qu'ils n'auraient eu nulle réelle raison d'attaquer le brave volatile; en effet, il se contenta de pousser un petit cri satisfait à son atterrissage. Il était difficile de circuler en ville avec un tel oiseau, non seulement du fait que se déplacer à pied ne le contentait pas réellement, mais aussi car il était encombrant et que les passants l'observaient d'un œil approbateur. Moi même, j'avais fini ma pâtisserie lorsqu'elle entama la sienne, et son visage sembla rayonner de bonheur; je lui souris.

« Merci Léo ! J’adore ça ! Mais cuisiner les biscuits ? Tu ne comptes pas les fabriquer ? »

Je ris un peu à l'entente de sa mignonne naïveté. A ses dires, on aurait dit que, tel un menuisier, j'allais empoigner ma scie, mon burin et mon marteau, assembler du bois, des clous et de la corde pour former enfin des biscuits…Un sourire animait son visage, et je le lui rendis. Elle semblait vraiment apprécier Pyrrhus ici présent, dont les plumes cramoisies luisaient sous le soleil chaud de midi; celui-ci me suivait tant bien que mal, sur ses deux pattes, tandis que nous déambulions sans réel but en ville.

« On va ou maintenant ? »

Nul besoin d'énoncer qu'il me tardait de retrouver les cieux et leur infinie quiétude bleutée ainsi que les splendides plaines de Lumïa, dont les herbages à perte de vue ne faisaient que se balancer doucement et ou le seul son qui parvenait à mes oreilles était le doux chant des quelques ruisseaux qui serpentaient dans ces lieux.

"Je pense que nous allons retourner sur la plaine pour faire des biscuits, tout simplement. Et puis, ça me plairait de voir Lumïa des airs."

Comme si j'avais énoncé son nom à haute voix, mon ami à plumes fit volte face pour me regarder. Un certain lien mental s'était installé entre nous, chose plutôt difficile à définir; jamais il ne me "parlait" clairement, car c'était un oiseau et je doutais qu'il en était capable, mais je pouvais ressentir ses émotions, ses peurs, ses douleurs, et il semblait me comprendre lorsque je lui parlais. Ce n'était pas uniquement une communication à sens unique, malgré que j'étais le seul à pouvoir réellement échanger des mots avec; c'était plus fort que cela. Comme pour confirmer mes pensées, il s'abaissa afin d'inviter la jeune fille à monter, et je la laissais aller devant, afin qu'elle "contrôle" davantage l'animal, qui était bien plus qu'une monture. Je demeurais derrière Taomi lorsqu'il décolla, agitant ses grandes ailes, ébouriffant les chevelures des passants. Au loin, j’apercevais des enfants, qui, d'un air émerveillé, nous montraient du doigt à leurs parents, en leur tirant la manche. Probablement qu'ils n'avaient jamais vu ce genre d'oiseau; je m'étais renseigné et il s'avérait être une espèce plutôt rare des îles pirates, au sud. Ce n'était donc pas étonnant, je n'étais même pas sûr qu'ils figurait dans leurs livres d'école.

Un spectacle splendide s'ouvraient sous nous; la cité de Lumä, tel un bloc citadin parmi cette nature sauvage, était planté au milieu des plaines, et, tout autour, jusqu'à l'horizon, s'étendaient les plaines.

"Pose toi ou tu veux et quand tu veux, je te laisse le champ libre! De toute façon, Pyrrhus adore voler et moi aussi."

Mes paroles n'étaient que peu audibles, comme si elles s'étaient envolées dans les nuages qui nous surplombaient. Lorsque nous atterrîmes, je m'empressai de sortir de mon sac les ingrédients nécessaires à la préparation des cookies: le beurre, le sucre, la farine, le chocolat, la levure, et j'avais même acheté un peu de vanille.. J'avais précédemment acheté quelques outils culinaires pour perfectionner ma collection, et ainsi, dans mon unique bol, je mélangeai le beurre, le sucre et la vanille, pour commencer. J'avais souvenir de la recette de ma grand-mère qui adorait cuisiner, et je l'aidais souvent. J'y incorporai alors les œufs, la farine et, simultanément, la levure; enfin, lorsque la préparation commençait à former une pâte homogène, j'y ajoutai le chocolat que j'avais séparé en petits fragments. La pâte formait à présent une masse légèrement collante et d'une couleur pâle, dont les pépites ressortaient fortement. J'allumai un petit feu doux, et, sur une plaque métallique, je disposai les huit petites boules de pâte. La cuisson était un peu rudimentaire, mais je devais faire avec les moyens du bord. Déjà, les biscuits prenaient une teinte dorée.

- Alors, qu'as tu pensé de ce passage en ville?
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo] Jeu 20 Juin - 10:07
    Il me laissait diriger ? Vraiment ?!! J’étais sur le dos de l’animal qui prit son envole,  je pouvais voler tant que je le voulais ! Mais, si je ne me freinais pas, je ne me poserais jamais ! J’aimais être dans le ciel, je me sentais à ma place ici. Le vent battant dans mes cheveux, les plumes de Pyrrhus sous mes mains. Les yeux fermes je tendais les bras, m’abandonnant à cette sensation qui me plaisait tant. Je pourrais voler un jour, j’en étais certaine, un jour je volerais moi aussi ! Je finis par ouvrir les yeux, sous les ailes de l’oiseau la ville apparaissait toute petite, et finit par disparaître pour laisser place à la plaine, l’étendue était magnifique… Je décidais de rester encore un peu dans les airs avant que l’appelle du ventre ne me pousse à nous poser. L’oiseau se posa sans encombre, j’étais fière de moi !!

    Je regardais alors Léo attentivement, il mélangeait les ingrédients qu’il avait achetés pour en faire… une pâte assez étrange ! Je le regardais toujours avec étonnement alors qu’il faisait de petite boule de pâte. Ce jeu avait l’air amusant, je pris donc un morceau de la mixture pour l’aider. La pâte était collante, étrange, elle n’avait pas une odeur de biscuits, mais peut être fallait-il faire autre chose après. Il avait le temps de faire trois boules que la mienne collait toujours dans les doigts. C’est après quelque tentatives que je posais une… une…je ne sais pas trop quoi avec les autres. J’avais tout de même essayé. Je regardais les boules de pâte dorée au feu. Cela rependait une odeur alléchante, je m’impatientais alors que les petites friandises chauffaient.

    Une fois bien dorées elles furent sorties du feu. J’eu la bêtise d’en prendre une dans mes mains, elle était encore bien trop chaude… Je lâchais le biscuit qui partit rejoindre ses congénères et regarda mes paumes brulées… Doucement je soufflais sur mes mains pour essayer de les refroidir, mais cela faisait atrocement mal… Ces choses étaient dangereuses… Je regardais Léo avec inquiétude, qu’allait-il arriver à mes mains cette fois ? Je les secouais vivement pour tenter de chasser la douleur… Mais elle était toujours présente… Quelle idiote…
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]

MessageSujet: Re: Esquisse d'un souvenir oublié [PV Léo]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Souvenir d'Haiti
» Aux yeux du souvenir...
» Le Manoir Oublié
» Un anniversaire oublié [Privé]
» Mission de rang C : Le reliquaire oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Lumïa :: Plaines ensoleillés-