" Invité "
avatar
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mar 9 Avr - 21:33

C'était un chaud début de soirée, le soleil amorçait sa descente à la rencontre de l'horizon et la lune se distinguait déjà haut dans le ciel. Rána venait de se heurter à la civilisation, il ne savait plus où donner de la tête. Ses yeux furetaient partout, balayant les étals d'un air curieux et intrigué.
Il ne cessait de se faire bousculer par tout les voyageurs qui croisaient sa route, ceux-là lui jetait un regard méprisant avant de passer leur chemin.

Il se décida enfin à s'approcher d'un marchand qui vendait de la nourriture, Rána sortit ses peaux de bête pour commercer avec lui mais l'homme le stoppa net dans son discours.

- Pas d'or, pas de bouffe ! Maintenant dégages tu me pourris mon air avec tes grandes oreilles.

Son ventre commençait à protester contre cette maltraitance, mais il s'éloigna quand même du marchand en se demandant comment fonctionnait les échanges ici.
C'est alors que ses yeux s’arrêtèrent sur un homme qui se démarquait des autres par son allure et aussi par ses actes.
Il le scruta du regard et sursauta en voyant le bras de l'homme aller et venir entre les étals et ses poches. Encore ! Le même mouvement qui emportait une babiole dans les tréfonds des vêtements de l'inconnu.
Rána se releva et commença à le suivre. Personne ne semblait s’apercevoir du petit jeu de « cheveux-bleus » (surnom qu'il lui donna inconsciemment). Ce petit manège du chat et de la souris l'amusait, il faisait tout pour ne pas perdre « cheveux-bleus » de vue, le suivant de sa démarche glissante à travers la foule. C'était vraiment intriguant, il ne comprenait pas le but du jeu et encore moins pourquoi personne ne remarquait cette main qui se servait parmi les objets exposés.

Soudain l'inconnu se stoppa tourna la tête et marcha tranquillement en direction d'une ruelle. Rána lui emboîta le pas et se retrouva devant une voie sans-issue vide. Tous ses sens l'avertirent, l'homme se trouvait maintenant derrière lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 790

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mar 9 Avr - 22:37
La chaleur était parfaite pour cette journée de ravitaillement au marché. Le soleil était haut dans le ciel et l'air un tout petit peu humide n'avait rien de dérangeant pour une fois. Enfin une journée chaude comme je les aimais! Les gens étaient sortis faire leur course et le marché était bondé. Bien sûr, je détestais ça, mais c'était parfait pour le vol tout ce monde.

Je m'étais réveillé à l'heure de pointe, là où il fallait esquiver les gens sinon ils vous fonçaient dedans. Et justement, moi j'adorais bousculer les autres et leur renvoyer leur regard haineux par un grand sourire psychopathe que j'arborais si souvent devant la foule. C'était ainsi que, mains dans les poches, pieds nus et mon tatouage au vent, je me baladais tranquillement au milieu de la foule sauf que j'évitais les gens pour ne pas attirer plus l'attention que je ne le faisais déjà. Je marchais d'une démarche féline, esquivant les autres sans aucune difficulté. Je longeai les étalages et commençai à regarder ce qu'il y avait à disposition, bof, pas grand chose au final. Tout ce qui m'intéressait c'était la nourriture, je n'avais que faire de bijoux ou d'arme, j'avais déjà mon épée qui pendait derrière moi et elle était suffisante et bien plus puissante que toute les autres présentés sur les étalages de ces stupides marchands. J'avais faim, j'avais besoin de nourriture. Rien d'autre que de la bonne viande à cuire ou déjà cuite et des fruits facile à transporter. Et puis je tenais à ma ligne d'athlète! J'étais toujours torse nu, mon ventre extra plat au vu de tous, je ne pouvais pas me permettre d'avoir l'air gros!

Mon vol démarra, heureusement, les vendeurs de nourritures se regroupaient souvent entre eux. La chasse était plus simple pour moi, c'était même presque trop facile. Ma hanche à quelque centimètres de l'étalage et c'était parti. J'étais bien trop rapide pour qu'on me remarque, j'étais bien trop fort et expérimenté pour que le vendeur ne me voit, lui était bien trop occupé par les clients qui payaient. Payer, quel mot stupide! Pourquoi payer alors que je pouvais me servir tranquillement? Ma main se servait tranquillement. Mes poches étaient très profondes et pouvaient contenir beaucoup de truc, c'était parfait. Une pomme, des cuisses de poulets, d'autres fruits au hasard, encore de la viande. Magnifique, la pêche était bonne aujourd'hui. Un grand sourire satisfait mais surtout très psychopathe pour les passants se dessina sur mon visage. J'adorais faire peur aux passants! Au moins, personne ne m'emmerdait. J'esquivais les gens comme une ombre bleue, mes poches étaient bien remplies, mais je pouvais toujours mettre des trucs dedans...

Stop, quelqu'un me suivait, je le sentais, je le voyais derrière moi, il ne passait pas inaperçu, c'était un elfe, torse nu lui aussi. M'avait-il vu? Il voulait me punir? Je pouffai tout seul, s'il croyait pouvoir me battre, il se mettait de doigt dans l'œil jusqu'au fond de son pantalon! Bon, pourquoi lui donner une bonne leçon, ça pourrait être marrant, et puis il était pas moche, cela aurait été surement très amusant. Mes yeux bleus pastels balayèrent le marché à le recherche d'un endroit pour m'amuser. Ho, une ruelle sombre! Quel cliché! Mais c'était le bon vieux truc qui marchait toujours! Je souris plus grandement encore, car c'était toujours possible, et me dirigeai vers cette ruelle. Un petit coup d'oeil en arrière, il me suivait, parfait.

Arrivé dans la ruelle, je ralentis, il fallait qu'il tourne. Je levai la tête, des draps! Je sautai et les atteints sans mal. Ils s'affaissèrent un peu, mais heureusement, ils tinrent bon. J'attendis même pas une seconde, et tant mieux, j'allais pas attendre indéfiniment la tête en bas. Il s'avança et sembla étonné. Tu ne me voyais pas hein? Ta tentative était ratée, grand elfe. Je lâchai prise et me retrouvai juste derrière lui. J'atterris sur un genou mais me relevai en remettant mes mains dans mes poches. J'arborai un grand sourire carnassier et sortis une pomme de ma poche. Je la portais à ma bouche et mordis un grand coup dedans. Mmmh, pas très mure cette pomme. Je la jetai derrière moi. L'elfe ne pouvait plus s'échapper, je faisais barrage, on allait s'amuser, il avait l'air plutôt fort.

Grand et musclé, comme moi, mais un peu plus grand. Il avait les traits d'elfe, des cheveux blonds mi-longs. Les elfes étaient tous des chochotes, peut-être pas lui en fin de compte. Je finis pas prendre la parole d'un air vantard:

-Alors? On me suit l'asperge? Tu veux quoi, te battre? Viens alors, j'adore me battre!

Je souris d'un air content et psychopathe, me battre! Il n'avait même pas d'arme, donc je n'avais même pas besoin de la mienne. Mes pieds nus et ma magie étaient amplement suffisant contre lui. Mais franchement, qu'est-ce qu'il me voulait? J'avais pas envie de parler, j'aimais pas parler aux gens, je n'avais pas besoin de ça. Juste l'éloigner en lui mettant mon pied poussiéreux dans la gueule. Puis pourquoi pas aller manger ce que j'avais volé plus tôt? Bonne idée!
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mar 9 Avr - 23:19
L'inconnu lui parla, cherchant apparemment à ce qu'ils se battent entre eux. Rána se retourna pour lui faire face avec un air interrogateur. Comment avait-il atterrit ici ? L'instant d'avant il le suivait et d'un seul coup le voilà derrière lui... Haussant les épaules, il leva ses bras pour lui montrer qu'il ne possédait pas d'armes. Les questions viendrait après.

- Je ne cherche pas à me battre, bien au contraire j'essayais de déterminer comment le troc marche ici. Mais vous avez attiré mon attention quand je vous ai vu vous servir... discrètement. Car voyez-vous j'ai plutôt faim et les marchands ne veulent pas de mes peaux.

Il insista sur ce dernier, sifflant presque. Ses yeux ne cessaient d'aller et venir entre le visage de son potentiel agresseur et son arme qu'il portait sur son dos. Il s'approcha de quelques pas, les mains toujours en évidence et cherchant désormais son regard, prêt à utiliser sa magie au moindre signe de violence. Il semblait fort et Rána ne voulait pas risquer de se blesser à peine arrivé. Une rixe n'apporterais rien de bon pour les deux camps.

- Si possible j'aimerai que vous me montriez comment se procurer de l'or et éviter ainsi de nous entre dévorer. Car sans vouloir me vanter, je sais comment me défendre si l'on m'accule et aucun de nous n'en sortira indemne. Mais passons, Rána Urulòki elfe vagabond et hum... enchanté de rencontrer quelqu'un comme vous je suppose.

Il lui tendis la bras pour qu'ils se le serrent comme de coutume et estimant qu'il ne craignait plus pour sa vie il en profita pour le détailler. Presque aussi grand que lui, son regard avait quelque chose de dérangeant mais le pire restait la plaque osseuse qui semblait accrochée à son visage. Son torse nu laissait voir un tatouage représentant un Six, sûrement un symbole de gang. Il avait le sentiment que cet homme n'avait pas vécu de jolies choses par le passé au vu de son regard carnassier et de son air rebelle. Rána avait déjà décidé de ne pas l'avoir pour ennemi, même si son apparente violence envers les inconnus ne lui plaisait vraiment pas.Ce n'était vraiment pas une attitude à adopter quand l'on rencontre quelqu'un pour la première fois à part peut-être pour ouvrir les hostilités... Mais qui au monde aimerait se battre plutôt que discuter tranquillement ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 790

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mar 9 Avr - 23:48
J'éclatai de rire, mais d'où est-ce qu'il venait lui? Il pensait que le troc ça se faisait encore? Et il pensait se nourrir en échanger ses peaux miteuses, qu'il était con! La machoire d'os s'ouvrit en même temps que je riais au éclat. Il était marrant lui, il levait les mains comme une femme qui ne veut pas qu'on la frappe en disant "Non, prenez tous ce que vous voulez mais ne me faites pas de mal!" Haha, c'était hilarant! Mais le pire c'était qu'il me disait juste après qu'il savait se défendre, quel elfe amusant! Il me faisait plus pitié qu'autre chose en fait. Avec ses peaux, sans arme et sans argent, il devait avoir vécu dans une grotte avant. Même moi qui avait vécu dans la rue toute ma vie, je n'avais eu aucun mal à comprendre le fonctionnement du monde. Ouais ouais, je m'étais quand même réduit à voler et à tuer sans aucune raison, mais ça demandait moins d'énergie.

Mais ça voulait dire quoi acculer? Il était noble mais sans argent ni rien? C'était qui ce type bizarre? Mon sourire disparut et je levai les sourcils devant sa main tendue. Il espérait que je la prenne? Dans ses rêves les plus profonds! Je croisai les bras. Bon, qu'est-ce que j'allais faire? Pourquoi pas se moquer de lui, il voulait que je lui explique le fonctionnement de l'économie ici? Il y avait de quoi rigoler un peu, j'en avais besoin, il semblait être une bonne poire, voyons où cela pouvait nous mener. Je soupirai et un sourire en coin effleura mes lèvres. Je baillai en passant mes doigts fins sur les crocs de mon masque. Qu'allais-je inventer pour qu'il ait l'air le plus con possible? Je jettais un coup d'oeil derrière moi. Ho, fallait-il que je me présente? Trop ennuyant... En plus il disait être enchanté de me connaitre, ce qui était d'une hypocrisie rare, ça se voyait, bouffon.

-Jered. Et si tu veux manger ici, soit tu payes, soit tu défies les vendeurs en duel et tu dois les foutre par terre, après tu prends se que tu veux, mais ça c'est pour les durs. Et c'est tout à fait légal, je suppose que t'as déjà vu quelqu'un le faire y a deux minutes.

Haha, j'étais trop fort, j'avais vu une bagarre entre un vendeur et un humain bourré, après le marchand s'est fait laminé et avait proposé à l'humain de prendre un truc et de dégager vite fait. Ca avait le mérite de tenir la route! Je ricanai en me retournant. S'il espérait seulement que j'allais lui donner ma nourriture si durement obtenue, sarcasme, il révait. Je ne suis pas un chevalier ou un paladin moi, j'en ai rien à foutre des autres! D'ailleurs, je me demandai s'il allait vraiment gober cette énormité. Bah, s'il croyait qu'il pouvait manger en donnant des peaux, pourquoi ne croirait-il pas qu'il faut tabasser les vendeurs pour avec de la bouffe? Se serrait très amusant de le voir taper sur quelqu'un qui n'a rien demandé. Ho, d'ailleurs, j'allais oublié quelque chose!

-Et c'est mieux de ne rien leur dire avant, ça les prend par surprise et c'est mieux pour les battre plus facilement.

Je souris, dos à lui, je pouvais sentir qu'il regardait le gros six dans mon dos, tant mieux, il croirait peut-être que je suis expérimenté et que je suis habitué à tout ça, ça me rendrait peut-être plus crédible. Décidément, ce tatouage peut faire bien des choses, éloigner des gens, et me faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas. Et personne ne peut croire que c'est quelque chose de bien plus triste et dégueulasse...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mer 10 Avr - 0:41
Il éclata de rire, Rána ne pensait pas avoir dit quelque chose de drôle pourtant mais il sourit quand même par politesse. Il avait la désagréable impression que l'autre se moquait ouvertement de lui. Sentiment qui s'accrut quand sa main tendue qui n'attendais que d'être serrée rencontra les bras croisés du prénommé Jered. Celui-ci ne faisait d'ailleurs rien pour le mettre en confiance, il ne cessait de caresser son « masque » en faisant des mimiques, soupirant et baillant.
Rána fronça les sourcils, décidément l'homme ne plaisait absolument pas et sa réponse était quelque peu tordue.

- Je ne comprend pas... Les marchands font quand même ce métier avec autant de risques ? Ce n'est vraiment pas juste comme méthode d'échange.

Il se rappelait bien de la scène que Jered lui décrivait, il s'était fait petit à ce moment là. Mais les commerçants n'étaient pas tous bien bâtis, ceux-ci devraient donc faire faillite rapidement avec un système pareil. Les humains ne sont définitivement que des barbares au final. Il eut un soupir de mélancolie en se rappelant comment le troc se passait dans sa forêt natale.

Je préfère vraiment éviter la violence, d'ailleurs si je me rappelle bien vous aussi vous ne faites aucune de ses deux options pour manger. A vous écouter c'est donc illégal de vous servir directement sans tabasser ou bien payer. De plus je tiens à vous mettre en garde que votre comportement de fausse-brute envers moi ne me plaît guère. Ne pourrions nous pas converser agréablement ? D'ailleurs puis-je vous tutoyer ? Comme vous le faites avec moi, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas faire de même.

Rána était bien décidé à ne pas se laisser faire, si l'autre le prenait de haut il risquait d'être surpris à l'arrivée. Il désigna d'un signe de tête les poches boursouflées de son interlocuteur.

- Et que comptes tu faire avec tous ces trophées ? Partages-les avec moi et nous ne reparlerons pas de tes actions discutables pour les avoir. Donnant donnant, chacun de nous mange à sa faim et je ferme les yeux sur ce que j'ai vu et en prime tu prends un ton un peu moins agressif pour me parler. Dans le cas contraire je me verrais dans l'obligation d'aller discuter avec un des hommes d'arme qu'il me semble avoir croisé sur le marché, ce qui ne te plairais pas je suppose.

Il s'étonnait lui-même. D'où lui venait donc cette assurance pour parler comme cela à un inconnu total à la limite de le menacer ! Il alla jusqu'à croiser les bras et adopter la posture exacte de Jered. Démontrant ainsi qu'il resterait sur sa position sans concéder un marchandage. Il planta ses yeux dans le regard de l'homme et fronça de nouveau les sourcils. S'il le fallait il s'enfuirait mais pas moyens de se laisser marcher sur les pieds alors qu'il vient tout juste d'arriver, c'était exclu !

- Je te laisse réfléchir mais je t'avouerais qu'une réponse positive de ta part m'arrangerai grandement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 790

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mer 10 Avr - 2:49
Ho, elle se défendait l'asperge, qu'il était mignon! Il croyait quand même mon histoire en fin de compte! Qui l'aurait cru? Enfin, fallait dire que je mentais si bien! Je mentais tout le temps, sinon je ne serais pas debout fier devant lui comme ça. Il osait me traiter de fausse-brute cet enfoiré? Il voulait vraiment mon pied dans la figure! Je grinçai des dents en fronçant les sourcils. Ne pas se battre? Quel couillon! Vouvoyer des gens, il n'y avait que les imbéciles pour faire ça! Jamais je ne vouvoierais les gens de ma vie, je n'avais pas à respecter les autres. Les autres devaient juste me servir de tapis ou me laisser tranquille... Non! Je devais tenir mon rôle et l'éloigner! Et il m'avait donné une occasion en or.

Il voulait que je partage mon butin avec lui en échange de son silence? Il était vraiment con! Je ris en reculant pour chercher la pomme pas très mure que j'avais jeté par terre. Il se croyait où là? Il pensait que je volais pour la première fois? Que je n'étais pas expérimenté? Mais il avait un pois dans le cerveau! Je relevais la tête et affichai un sourire moqueur.

-Ho, tu veux que je partage avec toi, un elfe qui se croit malin? Ok ok, je veux bien donner une part de mon butin siii durement gagné, dis-je d'un air sarcastique.

J'attrapai la tige de la pomme avec mes orteils agiles et, d'un coup de pied dans le vide, lui lançai la pomme à la figure. Je finis dos à lui, mes mains n'avaient pas quitté leurs poches. Allez, si je me foutais un peu de sa gueule? Je farfouillai dans ma poche et en sortis une cuisse de lapin cuite mais froide. Je fis en sorte qu'il la voit et mordit dedans à pleines dents.

-Si tu crois que de stupides gardes me font peur! J'ai déjà échappé à ces incapables nombre de fois, je vis ici depuis bien plus longtemps que toi, les règles de la vie dans la rue ça me connait, ne croit pas que je suis stupide et qu'en plus je vais partager plus que cette pomme pas mûre avec toi. T'es stupide mon pauvre!

Je ricanai. Il allait se battre? Il allait se jeter sur moi pour se battre! Si seulement il pouvait le faire! Il me fallait une victime pour tacher mes vêtements et ma mâchoire d'os de sang! Et s'il fallait me farcir les gardes juste après, je le ferais! J'en ai déjà tuer une dizaine il n'y avait même pas trois mois. J'aimais me battre, j'aimais me sentir couvert de sang, ça m'aidait à oublier ma frustration, n'importe qui ferait l'affaire, j'ai juste envie de découper dans de la chair.

Je sortis d'un pas lent de la ruelle, provocation, c'était ce qu'il fallait pour lui, ça avait déjà un peu marcher plus tôt, alors faire comme si j'en avais rien à foutre de ses menaces stupides aurait du le mettre en rage. A moins qu'il soit d'un naturel calme, et dans ce cas là, il me laisserait tranquille et je pourrais retourner à mon arbre du mois et manger autant que je veux. Et si les gardes étaient trop nombreux, je n'aurais aucun mal à les semer en forêt, elle n'était pas si loin de la ville. Les gardes portaient de stupides armures lourdes, qui pouvaient porter ça franchement? C'était comme les chaussures, pourquoi porter des chaussures, c'était si inutile! Je regardai mes pieds robustes et agiles, ils étaient tellement mieux comme ça!

J'arrivai au milieu de la foule et je ne regardai pas derrière moi. Je pris le chemin de retour chez mon chez moi du mois, il ne semblait pas me suivre, ou de loin. Peut-être voulait-il se battre là ou il y avait moins de monde? Pourquoi, j'aimais me battre en prenant les autres comme boucliers, et je pouvais les frapper "sans faire exprès" pendant la bagarre, ce qui en faisait une plus grosse! Un sourire carnassier s'afficha sur mon visage, sous les regards inquiets des passants. Mon épée ballotait contre mon épaule, mmh, je l'utiliserai bien cette fois-ci, il méritait que je le coupe cet elfe, pas que je lui fasse manger un de mes pieds, ou les deux.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mer 10 Avr - 3:55
De nouveau ce petit sourire que Rána commençait à détester et son ton ironique n'arrangeait rien. Tel un primate, il attrapa la pomme qui traînait avec son pied et lui lança. Si c'était ça son sens du partage... une pomme pour l'un et toute la nourriture pour l'autre.
En prime il osa narguer Rána en mordant dans une cuisse de lapin et fanfaronnant à propos de son courage sûrement exagéré.
Notre Elfe était peut-être crédule mais pas au point de croire que cet énergumène n'en avait rien à faire de la milice.
A la fin de sa tirade enfantine Jered tourna les talons et repartit d'une démarche lente vers les rues sans se retourner. Rána lui emboîta le pas ne sachant pas vraiment quoi faire d'autre, et de toute manière il ne lui avait pas interdit de le suivre.

- Je compte bien te suivre jusqu'à trouver quelque chose à manger où qui pourrait m'aider dans ma quête ! N'essaye pas de me perdre, je suis du genre agile.

Il le suivit à bonne distance à cause de la foule qui l’empêchait d'avancer et se mit à réfléchir. Suivre cet inconnu n'était vraiment pas la meilleure idée qu'il ait eu, mais faute de mieux... Il ne savait même pas où leurs pas les menaient, peut-être une embuscade ou bien carrément dans le repaire de son gang ! Jered semblait au contraire dans son élément, les gens s'écartaient presque a son passage en le regardant d'un air un peu effrayé.
Il soupira... Oui cet homme ne semblait pas du tout être le guide dont il rêvait. Il secoua violemment la tête pour sortir de ses pensées. Où diable était-il passé !? Rána se mit à accélérer le pas en bousculant les gens sur son passage, mais comment avait-il réussit à perdre de vue un type pareil ! Il se retrouva bien vite à trottiner tant bien que mal mais il trébucha sur un Nain, qui devait avoir décidé de ne pas bouger, et finit sa course en s'étalant sur les stands de boisson.
Il se releva prestement en s'époussetant et s'essorant comme il pouvait. Le marchand ne cessait de l'insulter et il ne savait que faire pour s'en débarrasser. Il essaya tout les excuses, le don de ses quelques possessions et même la promesse solennelle qu'il reviendrait un jour le rembourser mais rien n'y faisait.
Il était trempé, un humain en colère lui hurlait dessus, les passants autour de lui qu'il avait arrosé dans sa chute aussi et parmi eux il reconnut les très-voyants cheveux bleus de son « ami ».


- Vraiment désolé mon ami, je ne te voyais plus alors je t'avouerais avoir un peu paniqué et tenté de te courir après. Il esquissa un petit sourire. Ce doit être rare d'ailleurs qu'un Mâle te court après non ? Mais bon je m'excuse de t'avoir hum... un peu arrosé... juste un peu. De plus je me demandais où nous dirigions nous ? J'espère que ce n'est pas une ruse pour m’amener jusqu'à un traquenard et me déposséder de toutes mes affaires ! Jusqu'ici je te fais confiance et je vais marcher à tes côtés, surtout pour éviter de te perdre une nouvelle fois. Mais en attendant... Pourrais-tu m'aider avec cet autochtone passablement énervé ? Je ne sais plus quoi faire pour m'excuser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 790

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mer 10 Avr - 4:44
Il m'avait suivi ou non? Je ne le voyais plus au bout d'un moment. Quel abruti, trop faible et peureux pour relever son défi. J'avais perdu mon temps, merde. Je m'arrêtai pour voir ou j'étais plus ou moins, tout ce monde m'empêchait de me repérer correctement. Je tournai sur moi -même plusieurs fois. Ha, j'avais trouvé, j'étais pas loin de la fin du marché, j'étais pas loin de mon chez moi du mois. Je m'apprêtai à reprendre ma marche, quand un liquide froid vint percuter mon dos ainsi que ma tête, trempant mes vêtements au passage. Je serrai les dents en fermant les poings. Qui était l'enfoiré qui avait seulement osé me mouiller? Je me retournai d'un bond, prêt à faire manger les dents du coupable.

Devinez qui je vis, étalé comme un con sur un stand de boisson, engueulé par le marchand et qui avait l'air franchement ridicule? Mon ami l'enfoiré! Je serrais les dents, lui, il avait osé répandre ce liquide maudis sur moi? Comment osait-il seulement? J'avançai dans pas, j'allais vraiment lui casser la figure. Mais avant que je n'arrivai à lui, il me vit au milieu de la foule. Je foudroyai cet elfe du regard, la tête haute, mes cheveux bleus tombant sur mes yeux à cause de l'eau. Il allait vraiment crever. Et en plus il s'adressait à moi comme si de rien n'était? Il voulait que je l'aide pour calme cet abruti de marchand qui faisait un bruit vachement irritant? Et il m'appelait "mon ami"? Il voulait une claque? Je m'avançai la tête baissée, main dans les poches. Héhé, je suis beau hein, jeunes filles qui me dévorent des yeux, oui, et être mouillé me rend encore plus sexy hein?

J'arrive à la hauteur des deux. Le marchand ne fait comme si de rien était, il gueule toujours comme un porc. Je me tourne vers lui. Il est chiant, très chiant, on aurait dit un môme qui braillait. Je sortis ma main droite de ma poche et fis craquer mes doigts. Il ne voulait vraiment pas se taire? Ca le perdrait cette attitude. Je l'interpellai pour qu'il me regardât et mon poing s'enfonça dans sa joue et l'envoya valser plus loin par terre. Haaa, du calme! Je regardai l'étalage et franchement, je ne m'étais pas gêné pour prendre des boissons et les mettre dans ma poche.

Je me tournai ensuite vers l'elfe étendu par terre. Je fronçai toujours les sourcils et aucun sourire n'était présent, j'avais plus une attitude je-m'en-foutiste qu'autre chose. Mais il allait quand même payer pour ce qu'il m'avait fait. Je sortis mes mains de mes poches et empoignai ses cheveux blonds. Il se leva et je le mis à ma hauteur, très prêt de mon visage.

-Ne t'avise jamais plus de me mouiller de la sorte, ou sinon, je jetterai ton cadavre dans la mer quand je t'aurai arraché les yeux.

Je le soulevai et, sans le lâcher, lui assenai un coup de talon dans l'estomac. Il s'écrasa par terre, normal, j'avais utilisé ma magie pour donner augmenter ma puissance. Je souris, satisfait. J'espérais qu'il ne me fît plus chier après ça. Ho tiens, une grosse mèche de cheveux m'était restée dans la main. Dégueulasse, je secouais ma main avec dégout et fis volte-face. Hey les filles, vous avez peur maintenant hein? Tant mieux, ne vous approchez pas de moi. Je m'en allai, la foule s'écarta, il y avait comme un grand silence, ils avaient peur? Ou alors ils étaient juste complètement à l'ouest sur ce qui s'était passé. Je ne pus m'empêcher d'ajouter d'un air sarcastique:

-Ho et oui, continue à me suivre très cher! Je vais t'amener chez ma maman et après on ira jouer ensemble dans les bois comme on le fait toujours! Je rajoutai d'un air plus énervé: Et je t'attacherai à un tronc d'arbre pour que tes yeux se fassent bouffer par des corbeaux géants!

Aie, j'aurai pas dû mentionner ma mère... Pourquoi avais-je fait ça? Je savais qu'à chaque fois cela me faisait mal... Je devais surveiller plus mon langage, je devais déjà suffisamment faire attention pour tenir mon rôle... D'ailleurs, à ce moment-là, je doutais que cet elfe me suivît encore, après tous, qui me suivrait encore après ça? N'étais-je pas suffisamment méchant et psychopathe pour qu'on me laissât tranquille? Bine sûr que si, enfin, d'habitude ça suffisait.

Je brisais la foule en remettant toute les trente secondes mes cheveux trempés qui tombaient devant mes yeux. Et je me rendis compte que je ne l'avais même pas tuer. Je n'avais même pas fait couler une goutte de sang! Pourquoi donc? A quoi est-ce que j'avais pensé pendant que je lui mettais un coup de pied dans le ventre? J'aurais du lui transpercer le foie avec mon sabre! Ho et puis zut, je n'avais pas envie de revenir sur ça, c'était fait, je n'avais pas envie de penser plus longtemps à ça.

Le marché s'était rapidement finit, il y avait moins de monde d'un coup, c'était bien, moins de gens, moins de chance d'en rencontrer. Je continuai cependant la route principale tout droit, sans m'arrêter, sans regarder derrière moi. Je finis par tourner à gauche. Enfin, j'étais chez moi, mon chez moi du mois. C'était en bordure de ville, je pouvais voir la forêt d'un j'étais. Mon chez moi d'un mois était cette fois-ci un grand chêne feuillu. Il était parfait pour dormi et assez confortable. Sans perdre de temps, je montai en quelques secondes sur la branche que j'avais choisie, la plus confortable. Mon pied gauche pendait mollement, une feuille entre les orteils. Ici, je pouvais abandonner mon rôle. Mon sourire s'effaça complètement, mes yeux perdirent leur éclat déterminés et hargneux et perdirent tout éclat tout court, juste éteints. Je regardai le ciel en mettant mes mains derrière ma tête. Enfin, je retournai à ma solitude confortable, seul, triste, éteint.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Mer 10 Avr - 22:26
Rána le vit s'approcher avec une lueur d'espoir dans les yeux, il comptait enfin l'aider peut-être avait-il un cœur derrière cette façade d'homme solitaire. Lueur qui disparut bien vite quand Jered tabassa le marchand, ce n'était vraiment pas la solution espérée. Il vint ensuite vers lui et le frappa dans coup de pied violent, lui arrachant des cheveux au passage.
Le Rána d'il y à 30 ans n'aurait sûrement pas survécut à ce coup puissant, heureusement pour lui il c'était musclé et s'en sortit juste avec une grande douleur dans les abdominaux. Mais le temps qu'il réussisse à se lever, Jered était déjà loin.
Il se releva l'incompréhension mêlée à un début de colère dans son esprit. Pourquoi avait-il réagit comme cela, bien sûr être mouillé n'est pas agréable mais ce n'était pas prémédité ! Mais aussi pourquoi avait-il aperçut de la douleur dans le regard de Jered à la fin de sa tirade ?

Rána plissa les yeux en se remettant en route, bien déterminer à trouver le fin mot de cette histoire. Il opéra une minuscule transformation, sa langue devint celle d'un serpent et il s'en servit pour retrouver la trace de Jered en faisant bien attention à rester discret. Il arriva devant un grand chêne en bordure de la forêt en fin de journée et repéra bien vite sa cible parmi les branchages, le regard dans le vide.
Il se campa les mains sur les hanches et l'interpella.

- Hey dessssscend de la tout de ssssuite !

Ses sifflements cessèrent rapidement, il ne devait surtout pas faire remarquer son pouvoir aux gens ! Il opéra rapidement la transformation inverse et recommença.

- Tu m'entends ? Je n'en ai pas finit avec toi et tu me dois des excuses ! Je ne crois pas que tabasser des hommes qui t'ont éclabousser par erreur soit une action louable. Je m'étais même excusé ! Alors descend et viens répondre de tes actes, je ne tolérerais pas que tu prennes la fuite de nouveau. J'ai été patient avec toi, je ne me suis pas énervé à tes menaces et tes piques verbales, mais là tu dépasses les bornes. Je ne veux pas me battre mais que tu m'expliques pourquoi cette réaction !

Il ne savait pas si l'autre l'avait entendu mais si le besoin s'en faisait sentir il grimperait à l'arbre, c'était un elfe après tout. Mais malgré les enseignement de son mentor, il avait laissé la colère le gagner, rien de bon ne se passerait si cette histoire continuait ainsi. Il ne savait même pas pourquoi il s'entêtait à aller vers cet homme violent. Mais la douleur qu'il avait vu dans son regard lui avait rappelé celle qu'il avait ressentit à la disparition de son maître. Et comme tout les elfes, il lui était difficile de laisser une personne souffrir seule. Cet homme avait besoin de décharger ce qu'il avait sur le cœur, il en était sûr au fond de lui.
Il reprit donc d'un ton plus calme.

- Je me suis déjà excusé pour l'épisode du marché mais je le referais si nécessaire, tu es mon premier contact avec la civilisation et je n'ai pas envie qu'il se termine comme cela. Tu souffres, ne le nies pas je l'ai bien vu. Mais dans ce cas pourquoi rejeter ta haine sur tout le monde, ne veux-tu pas te décharger de toute cette peine et expier ce passé douloureux ? Je veux bien te parler de moi en échange.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 790

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné] Jeu 11 Avr - 2:45
Le vent qui soufflait dans les branches était agréable. J'étais enfin seul sans tout ces ploucs ou cet elfe stupide qui semblait ne m'avoir suivit pour finir. Je lui avais donné une leçon qui l'avait fait réfléchir, enfin, ce n'était pas trop tôt. J'étais tranquille et je pouvais me reposer un peu sous le soleil doux qui réchauffait et séchait mes vêtements et ma peau trempée à cause de l'autre abruti. Je passai un doigt sur mon torse, mouillé, toujours mouillé. Je me crispai, de l'eau merde! Il pouvait pas faire pire! Ha si, il aurait pu me faire tomber dans la mer, là ça aurait été ma mort. Ou me forcer à porter des chaussures, ça aussi il l'aurait payé cher.

Mais, après seulement quelques minutes de calme solitaire comme je l'aimais, je fus dérangé par un sifflement très énervant. J'avais entre temps eut le temps d'être complètement dans la lune et je n'entendis pas ce que c'était exactement, on aurait dit que cette personne voulait dire quelque chose, si c'était une personne. J'avais pas envie de réagir, je n'avais pas à réagir, mais j'avais repris mes esprits malheureusement. Merde, pas moyen d'être tranquille ici quand même! Mes yeux reprirent leur éclat vantard et haineux, parfait. Si ce truc me regardait, j'étais paré. Et heureusement que j'avais fait ça, car une voix plus humaine m'interpella. Je la reconnus malheureusement très bien. L'elfe, comment s'appelait-il encore? ... Rána machin, quelque chose comme ça. Il voulait que je m'excuse encore? Mais il n'avait rien compris! Excuses, les gens s'excusaient devant moi, pas l'inverse, je n'avais pas à m'excuser, non, vraiment pas. A la fon de sa tirade, je me décidai à tourner la tête vers lui d'un air dégaineux. S'il pensait que j'allais descendre, il se mettait encore le doigt dans l'oeil jusqu'à ses chaussures.

Mais il avait qu'à s'excuser ce vieux! Il avait qu'à se mettre à genoux pour implorer ma pitié s'il le voulait! Tsss, comment avait-il pu voir que j'avais souffert? Impossible, personne ne me regardait jamais dans les yeux! On avait peur de moi, je leur faisais peur pour qu'ils s'éloignent! Mes mains se refermèrent dans le bois. Parler de moi? Mais je n'allais pas me gêner, j'allais lui sortir mon histoire habituelle qui en faisait fuir plus d'un! Je sautai de l'arbre agilement pour me tenir debout face à lui en arborant mon sourire vantard.

-Tu veux que je te parle de moi? Bien, j'ai été élevé dans un labo pour qu'on fasse sur moi des expériences, mes parents m'ont envoyé la car j'étais fou et qu'ils ne voulaient pas de moi. J'ai vécu là deux-trois ans, et je me suis échappé. Fin de l'histoire!

Oui oui, ce n'était pas toute la vérité, mais ça le donnait tellement mieux comme ça! Et puis, si je parlais de mes parents ainsi, j'arrivais à me contrôler et à rester dans mon rôle. Je me retournai sans le quitter des yeux et pointai ma fierté dans mon dos.

-Tu vois le six là? Ben c'est mon numéro de série, je suis le fou numéro six.

Je fis encore un tour sur moi même pour me retrouver face à lui de nouveau et posai mes mains sur mes hanches, un sourire psychopathe aux lèvres. Allez, tu allais avoir peur et déguerpir n'est-ce pas? Je n'avais aucune envie d'écouter les malheurs des autres! Surtout pas d'un emmerdeur comme lui qui avait osé d'asperger d'eau! Je remis en place les cheveux qui me tombaient encore et toujours devant les yeux. Ça, c'était aussi de ça faute.
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]

MessageSujet: Re: Quand l’insouciance rencontre la paranoïa [abandonné]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 03.05/06.L.Quand la paranoïa atteint son comble.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» remise en vente des maisons abandonnees
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Alcombord :: Place du marché-