avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Ven 12 Avr - 2:06
~ Cette histoire se déroule 10 ans avant le réveil de Fenrir ~

Il était encore tôt. C’était l’une de ces matinées promettant une radieuse journée, offrant d’ores et déjà un large sourire sur les visages des travailleurs des champs. De sa lumière bienveillante, le soleil illuminait les infinis champs de blés arrivés à maturation, leur offrant un éclat si doré, qu’ils semblaient se moquer du trésor royal lui-même. Un petit groupe de cavaliers traversait ce paysage d’or, empruntant une petite route de terre menant directement aux terres du baron Rochechouart.

Comme à son habitude, le jeune seigneur s’était détaché volontairement du groupe, poussant sa monture, un bel étalon blanc, au galop. Ses serviteurs avaient eu bien du mal à le tirer de ses occupations matinales et, même l’éclatante journée qui s’annonçait, ne corrigeait en rien la mine boudeuse et renfermée du jeune garçon. Il aurait tant apprécié passer cette journée caché dans un coin de la bibliothèque d’Asunia… Fuyant ainsi son laborieux entrainement, ses serviteurs harceleurs et cette stupide visite. Du haut de ses treize ans, Seyren Windsor XII, n’était encore qu’un écuyer des plus difficiles, bien qu’il savait fort bien que son adoubement approché à grands pas. Tous les Windsor étaient chevaliers avant l’âge de quinze ans et, bien qu’il soit têtu comme une mule, le jeune épéiste était déjà un combattant des plus féroces. Alors que Seyren venait de prendre d’avantage d’avance sur les autres cavaliers, comme s'il souhaitait les fuir définitivement, l’un des chevaliers avait quitté le petit groupe pour le rattraper.

- « Mon Seigneur, vous ne devriez pas vous détacher autant de la formation... Je pense que… » Commença le brave homme une fois arrivé à son côté, avant d’être interrompu par un rire moqueur.

- « Formation ?! » Ria Seyren face à ce terme militaire mal utilisé. – « Ne me faites pas rire ! Le premier groupe de bandits venu aurait tôt fait de me tuer avec une escorte aussi grotesque ! » Déclara-t-il en pointant du mentons le second chevalier et ses serviteurs, loin derrière-eux. – « Ma seule chance de survie serait alors que vous vous battiez tous pour moi et ce, jusqu’à vos morts, afin que je puisse m’enfuir. Je n’ai encore rien accompli dans cette vie et, je ne compte pas mourir aujourd’hui. Surtout pour une stupide et inutile visite… » Gronda le jeune seigneur en dardant son regard mauvais dans celui du chevalier d'Asunia.

- « Mon Seigneur… C’est qu’une visite de courtoisie des plus importantes. Le baron Rochechouart est un personnage influent. »


- « Je suis LE Windsor ! » Rugit Seyren avant de pousser d’avantage sa monture.

Depuis la mort de son père, lorsqu’il avait six ans, Seyren avait développé une horrible personnalité et un caractère de dragon. Il avait pour réputation de faire tout ce qu'il voulait et ce, quand ça lui plaisait, allant jusqu'à renier toutes les valeurs du futur chevalier qu'il était, utilisant sa force colossale si on avait le malheur de se mettre en travers de sa route et jouant sur son nom et sa royauté quand les choses n'étaient plus en sa faveur afin de se tirer d'affaires. On peut dire que, Seyren était un enfant terrible.

La demeure des Rochechouart était une immense maison d'un blanc immaculé, entourée de jardins encore plus beaux que ceux du Roi. Des buissons avaient été taillés de sorte à ressemblaient à des silhouettes d'animaux, des fontaines mélodieuses attiraient une multitude de petits oiseaux chanteurs alors que l'emblème de la famille Rochechouart était dessinée à l'aide de fleurs de multiples couleurs sur une large pelouse entretenue avec grand soin. Seyren s'était alors dit qu'il kidnapperait peut-être le jardinier avant de quitter les lieux... Descendant de cheval, le jeune seigneur ignorait volontairement l'homme, la femme et la jeune fille qui l'attendait au pieds de l'escalier menant à la prestigieuse demeure du baron. Il observait le vol de deux oiseaux d'un bleu vif, se demandant de quelle espèce il pouvait bien s'agir. Ayant prit l'habitude d'ignorer les voix de ses serviteurs, il ne porta son attention sur le baron et son escorte que lorsque celui-ci prit la parole pour la première fois.

- « Seigneur Seyren Windsor XIIème du nom. » s’était-il présenté à son tour en s’inclinant légèrement, respectant ainsi les grandes lignes du protocole de courtoisie.

Les yeux émeraude du jeune garçon s’étaient posés par hasard sur la jeune fille aux longs et soigneux cheveux roux. Ses oreilles terminant en pointe n'avait pas échappé au Windsor. Subitement, le visage de l'écuyer semblait beaucoup moins amer et féroce, prenant les traits innocent d'un enfant curieux.

- « Tu es une elfe ?! » Demanda-t-il, subitement enjoué et sans aucune retenue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Lun 15 Avr - 22:28
Qu’y a-t-il de plus agréable que de marcher pieds nus dans l'herbe sous un si chaleureux et étincelant soleil ? Elle était si fraiche et si douce ! La nature semblait être de ce même avis. Quelques papillons blancs batifolaient et butinaient par ci par là, entre les rayons de soleils, des petits oiseaux des champs venaient déterrer ce que Terre-Mère avait à leur offrir, on put même apercevoir deux renards sautillant et jouant dans les hautes herbes, avant de partir à l’approche de l’enfant au sang d’elfe. C’est dès l’aube et profitant que tout le monde soit encore endormis qu’elle s’était éloigné de la villa de plaisance de la famille, son arc en main, pour tirer quelques flèches et ainsi libérer son esprit. Ces entrainements lui étaient bénéfiques pour décharger son surplus d’énergie et passer le reste de la journée plus tranquille avec les Rochechouart. La jeune Elenwë revenait maintenant de cette excursion à la lisière de la forêt, revigorée, et avec une petite surprise dans sa sacoche.

Shhut ! Ne faites pas autant de bruits ! Vous ne voudriez pas que je me fasse attraper. Mère ne serait pas contente de vous voir. chuchota-t-elle, en ayant que de petits croassements en guise de réponse.

Ce n’était pas une, mais six grenouilles qu’elle cachait ainsi entre ses fins bras. Hier soir, ses deux "frères bien aimés" avaient osé se moquer d’elle. Elle allait maintenant leurs prouver de qui d’eux étaient les vraies fillettes. La demi-elfe gloussait déjà rien qu’en les imaginant se réveiller avec ces quelques grenouilles gélatineuses sautillant sur leurs lit.

Elenwë passa auprès d’une fontaine pour s'y laver les pieds et se chausser avant de retourner à la maison. En s’approchant, elle remarqua qu’il y avait une grande agitation derrière la grande villa blanche. Le jardin y était somptueusement décoré, enfin.. plus que d’habitude, et les domestiques y préparaient comme un buffet. Sans que personne ne la remarque, la fugitive se faufila à l’intérieur, prête à appliquer son maléfique plan, et s’apprêtait à monter les grands escaliers de marbre, quand soudain :

Elenwë Faelivrin! Où étiez-vous encore passé ? Cela fait des heures que nous vous cherchons ! C’était Madame la Baronne, sa tante, ou plutôt, sa nouvelle mère comme elle souhaitait qu’Elenwë l’appelle. Celle-ci, plutôt corpulente, était richement vêtue d’une tenue qu’elle ne portait point pour de banales occasions. Elle s’approcha de l’enfant d’un air exaspéré. Non mais, regardez-moi ces vêtements ! Cette robe est toute tachée. On ne vous avait pas prévenu hier que Seigneur Windsor arriverait ce matin ?

- Je… - Le Windsor ? Elle avait complètement oublié, ou plutôt, elle n’avait donné aucune importance à cette visite. Elenwë laissa sa mère maugréer et s’agiter à gauche et à droite, citant que c’était d’une grande important, qu’elle devait faire bonne impression et d’autres truques sur l’honneur de la famille, puis elle brailla le non d’une des domestiques. Un hurlement à se rompre les tympans, mais efficace puisque celle-ci apparut hâtivement.

Mathilde ! Occupez-vous de cette petite sauvageonne. Elle doit être fin prête avant l’arrivée de nos invités.

Oui madame. Tout de suite madame.

Avant que la domestique aie eu le temps de s’exécuter, Elen plaça une dernière question : Où sont mes frères et sœurs ? Oui car c’était bien étrange que ces harpies n’aient pas encore pointé le bout de leurs nez après tout ce boucan.

Ils sont partis visiter leurs grand père et ils reviendront que demain soir. Maintenant dépêchez-vous !

Pendant qu’elle se faisait toiletter, vêtir et coiffer, la fillette ne cessa d’interroger la bonne femme: Pourquoi ? Pourquoi c’est si important ? Pourquoi elle devait être présente et pas ses frères ? Pourquoi ce garçon était si important pour la famille ? Combien de temps cela allait durer ?... Mais les réponses qu’elle obtenait n’étaient pas très concluantes.. Ce qui importait maintenant c’était que son sac remplis d’amphibiens ne servait plus à rien, juste à cause de la visite d’un noble garnement. Après une trentaine de minutes qui parurent une éternité, Elenwë était enfin prête. Elle était vêtue d’une robe bleu turquoise, plutôt simple mais harmonieuse avec sa coiffe. Une natte était fixée sur l’arrière de la tête, la contournant comme une couronne, avec quelques mèches lâchées sur le devant et le reste de ses cheveux pendaient naturellement le long de son dos.

Elle rejoigna finalement l’entrée du jardin qu’elle avait pris plus tôt, pour relâcher ses pauvres petites bêtes. Seulement, avant qu’elle puisse faire quoi que ce soit, une autre domestique la poussa à l’intérieur. Sa sacoche lui tomba des mains.

Mademoiselle, nos convives sont en train d’arriver et votre mère vous attend à l’entrée principale. Dépêchez-vous si vous ne voulez vous attirer plus d’ennuis.

Dépêchez-vous, dépêchez-vous.. Vous ne savez pas dire autre chose aujourd’hui ?

Voilà, elle était enfin là, à l’entrée de la demeure avec père et mère, et elle attendait.. Silence. Un long soupir lui échappa rien qu’en pensant à cette si belle journée perdue pour une stupide visite. La baronne lui somma aussitôt de sourire ce qui l’exaspéra encore plus. Mais quelle malédiction aurait bien pu lui tomber dessus ? Quelque chose qui lui causera de gros maux de tête d’ici quelques années.. Finalement, elle entrevue un petit point blanc à l’horizon et signala en premier leur arrivé. Son excellente vision était inquestionnable. Le petit point blanc s’approchait et bientôt on pouvait distinguer le jeune garçon au galop sur son cheval. Un très bel étalon ! Par contre l’enfant semblait être moins sympathique. Intriguée, elle observa le jeune garçon bougon descendre de sa monture et regarder le ciel, ignorant totalement la famille qui les attendait. Il avait l’air un peu perdu, tien ! Le reste du groupe arriva dans un gros charabia. C’était donc ça le fameux Windsor ?

Monsieur le baron toussa volontairement pour attirer l’attention du jeune garnement, et lui souhaita la bienvenue chez les Rochechouarts, comme il se devait. Il se présenta courtoisement, ainsi que sa femme, Marie-Anne, et leur fille ici présente.

Lorsque l’enfant se retourna pour se présenter à son tour, Elenwë distingua aussitôt ses yeux d’un vert vif, une couleur pure d’émeraude. Celui-ci sembla finalement remarquer sa présence. On ne sait par quel miracle, le visage du Windsor s’adoucis, mais Elenwë, elle, ne broncha point.

Tu es une elfe ?!

La question tomba come une bombe. Elle rougit d’un seul coup, voyant toutes les attentions se tourner vers elle. Sa mère dissimula très mal son air de désapprouvassions. Que d’embarras ! L’elfette démasquée dut redoubler d’effort pour ne pas paraitre mal polie, manquant de pouffer de rire tans cette situation était inespérée et amusante. Garder ses yeux bleu-verts rivés par terre l’aidait à se calmer. Elle devait être encore toute rouge et ne savait que dire.. C’est Monsieur Rochechouart qui sauva la situation avec son intervention.

Que vous êtes perspicace, mon seigneur ! Effectivement, du sang elfique coule dans les veines d’Elenwë, notre charmante nièce que nous considérons comme une de nos filles. Le baron contempla un instant le soleil comme qui regarderait une montre de poche et poursuivis. Ce voyage vous a sans doute donné faim ! Venez donc, nous vous avons préparé une collation en plein air.

La jeune demoiselle dissimula discrètement la pointe de ses oreilles sous ses denses cheveux et essaya de s’échapper, restant à l’arrière du grand groupe, cependant son père la pris par ses épaules et la plaça entre lui et le jeune Windsor. J’en suis sure que vous vous entendrez bien, parole de Rochechouart ! Ceci dit, il s’éloigna un peu des deux enfants. Louis Victor de Rochechouart était un homme très aimable, plutôt absent au sein de la famille, mais un vrai gentilhomme et, en tant qu’honorable homme d’affaire, il avait un bon flair et se trompait que rarement.

Toujours tête baissée et les mains derrière le dos, elle s’avançait, guignant de temps en temps le garçon au regard émeraude. Il semblait avoir son âge, mais était déjà haut d’une tête de plus qu’elle. Ne sachant quoi s’attendre de celui-ci, elle lui pausa la seule question qui lui passa en son esprit :

Vous visitez souvent les familles de la noblesse d’Asunia ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Jeu 18 Avr - 7:59
S’il était souvent perdu dans ses pensées, souvent qualifié de rêveur, Seyren ne perdait en rien des conversations autour de lui. Le baron Rochechouart l’intriguait grandement. Pourquoi l’avoir invité chez lui ? S’agissait-il d’une histoire de trésorerie ? Leurs coffres étaient-ils vides ? Il n’était pas rare qu’on profite du jeune âge de l’héritier Windsor pour demander un prêt. Quoi qu’il en soit, Seyren était certain d’une chose : on allait lui demander quelque chose. Bien évidemment, avant cela, on allait le caresser royalement dans le sens du poil et, le jeune seigneur comptait bien en tirer profit pour s’amuser un peu… Comme il était coutume après un long voyage, le baron Rochechouart avait dressé une grande table et fait préparer un copieux repas en l’honneur de la visite du Seigneur Windsor. Mais pour l’heure, toute l’intention de l’écuyer se portait sur Elenwë. Il fronça d’ailleurs les sourcils quand celle-ci se hâta de dissimuler ses oreilles dans ses cheveux. Le garçon ne comprenait pas en quoi ses oreilles pointues étaient une honte… Lui trouvait ça si fascinant !

- « Vous visitez souvent les familles de la noblesse d’Asunia ? » Demanda la jeune demoiselle.

- « Seulement quand on m’y oblige. » Lui répondit le garçon en soupirant de lassitude. - « Être semi-elfe apporte-t-il des avantages ? » Voulu-t-il savoir en remettant le sujet des origines elfiques d’Elenwë sur le tapis.

Le jeune Windsor, sans gêne, ne cachait en rien sa curiosité. Bien évidemment, l’épéiste d'Asunia parlait d’avantages en combat, bien qu’Elenwë ne l’avait peut-être pas comprit de la même façon… Se disant qu’il la gênait peut-être à la questionner de la sorte, le garçon aux yeux émeraude enchaîna :

- « On raconte que mes ancêtres auraient mêlés leur sang à celui de démons. Sir Augustin ne dira pas le contraire. »
S’amusa le petit seigneur en lançant un regard joueur vers le chevalier en question.

- « En effet mon Seigneur. Vous êtes un vrai démon. » Soupira le guerrier.

Tout en écoutant attentivement les dires du baron et de sa compagne, ô combien ils résonnaient comme une pièce de théâtre interprétée par de mauvais acteurs, l’héritier Windsor échangé avec la jeune enfant qui, devait plus ou moins avoir le même âge que lui. Naïvement, Seyren se demandait où été les parents biologiques de la demoiselle Faelivrin ; il aurait tant aimer voir la différence entre un elfe et une demi-elfe ! Mais, étant lui-même orphelin, l'écuyer d'Asunia savait que cette question pouvait s’avérer douloureuse… Le malheur ne s’abattait jamais que sur une personne à la fois.

Une grande table attendait le petit groupe au cœur-même du jardin, richement décorée de nappes en tissus blanc, d’assiettes et de couverts en argent et de gobelets d’or. Pour donner des couleurs à la mise en table, des corbeilles débordantes de fruits de toutes les couleurs avaient été déposées sur toute la longueur de la table. Du raisin descendait en cascade des plats incrustés de pierres précieuses, encadrant des bouteilles contenant de grands crus. Même la tempête de garçon devait admettre qu’ils avaient fait un effort particulier pour sa venue. Si le baron Rochechouart avait déjà attribué précisément les places assises, Seyren n’avait attendu aucune directive avant de s’installer en tête de table, sur le fauteuil moelleux réservé d’ordinaire au chef de la noble famille… Sir Augustin avait fait de grands signes au jeune trouble-fête, lui demandant de bouger rapidement de là mais, c’était sans compter sur la mauvaise foi maladive de l’écuyer Windsor.

- « Ne me regardez pas de la sorte ! Les Windsor sont faits pour régner ! C’est dans notre nature d’être d’éternel conquérant ! »
S’imposa Seyren en souriant sournoisement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Sam 27 Avr - 11:09
Le petit Windsor lui répondit tout en soupirant de lassitude qu’il en était obligé et enchaîna Être semi-elfe apporte-t-il des avantages ?

Elenwë fut bien surprise que le jeune seigneur puisse s’intéresser à cette particularité. C’était bien rare et elle en était plutôt ravie. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres.

Peut-être.. Elle du réfléchir un instant pour trouver comment répondre à une question si vaste Je dois être plus agile et plus rapide que vous, puis grimper aux arbres ne me pause aucun problème. Par contre, Son sourire se dissipa quelque peu - ce qui est embêtant c’est le regards que certains me portent.. Parce que je suis différente des autres. On se moque souvent de mes oreilles, genre, ils font "Lapin ! Lapin !" Fit elle en plaquant ses deux mains à coté de ses oreilles. Mais bon, c’est eux qui sont ridicules et je m’en fiche de ça de toute façon. Finit-elle par affirmer, fixant de nouveau le sol.

Ce problème survenait surtout avec les enfants de la haute société, car ceux de familles plus modestes se montraient souvent plus ouverts aux différences. Ses amis font d’ailleurs partie de ces derniers. Elle ne s’entend jamais vraiment avec les gosses de riches. Ils paraissent toujours si hautains et arrogants.. Vraiment détestables. Ou sinon, ce sont de vrais pantins sans identité aux mains de leurs paternels, ce qui n’est pas plus intéressant non plus. La semi-elfe se demandait bien si ce garçon faisait aussi partie d’un de ces lots, ou du moins, du premier car le deuxième semblait être déjà exclu.

On raconte que mes ancêtres auraient mêlés leur sang à celui de démons. Sir Augustin ne dira pas le contraire. Plaisanta-t-il, chose que le guerrier confirma tout en soupirant. Elenwë, quant à elle, frissonna spontanément en entendant le mot "démon".

Son grand-père elfe lui avait conté les légendaires épopées du Windsor qui mit fin à la grande guerre, il y a deux siècles maintenant. Elle était donc au courant de cet événement, une malédiction qui toucha ce grand chevalier, et peut-être, le reste de sa lignée. Cela lui faisait peur. Pourtant, au lieu de faire face à des yeux rouges flamboyants, incarnation du mal, elle retrouva le regard vert intense du jeune garçon, ce qui eu don de l’apaiser.

Derrière eux, on pouvait entendre ses parents se vanter de leur modeste demeure de plaisance Un vrai petit bout de paradis ! Idéal pour se relaxer et laisser de côté les contrariétés de tous les jours. Mon Seigneur, je suis certain que vous allez adorer passer cette journée ici, en notre compagnie. déclara le Baron. Celui-ci continua en louant les qualités d’Elenwë, à la grande surprise de celle-ci. Vous pourrez le juger par vous même, notre chère enfant est une vraie boîte à surprises.Finalisa-t-il, amusé.

Effectivement.. Et vous apprécierez sans doute écouter notre fille jouer de la harpe. Son professeur est le maestro même de l’orchestre symphonique royal d’Asunia et ses petites mains de fées paraissent délibérément taillées pour cet instrument. Elle est vraiment très douée. Se glorifia Madame la Baronne, chose qui exaspéra au plus haut point la concernée. Avec le temps, elle apprit à apprécier cet instrument, mais détestait qu’on la force d’y jouer, ni qu'on l'impose les musiques à interpréter et encore moins que sa maternelle en profite pour se pavaner auprès des autres.

Se fut à son tour de lâcher un soupir de lassitude. Elle décocha une pierre qui traînait d’un léger coup-de-pied et se retourna vers le jeune Seyren, en chuchotant :

Vivement qu’on grandisse pour être enfin livre de faire ce que l’on veut, n’est ce pas ?

L’astre solaire était pratiquement à son apogée lorsqu’ils arrivèrent finalement au centre du jardin, où se trouvait la table richement dressée qu’elle avait entrevue plus tôt. Ce qui lui sauta directement à la vue fut les cabas garnis de fruits en tout genre. Une vraie mosaïque de couleurs, une variété de saveurs qui lui donna aussitôt l’eau à la bouche.

Quelque agitation la rappela à la réalité et elle vit, ahurie, le petit Windsor se ruer sur la grande chaise en tête de table, la place réservée au Baron.

Ne me regardez pas de la sorte ! Les Windsor sont faits pour régner ! C’est dans notre nature d’être d’éternel conquérant ! déclara-t-il sournoisement au chevalier qui l’accompagnait.

Même Madame la Baronne resta sans voix devant l’audace du jeune Seigneur. Tout était devenu silencieux autours deux. Le Baron, quand à lui resta inébranlable. Sans perdre son sourire qui se voulais aimable, il avait mine de réfléchir, le verre de son monocle reflétant la lumière éblouissante et frottant sa barbichette. Il fit signe à Elenwë de s’asseoir à coté du Windsor et articula gentiment Il n’y a aucun soucis ! La table est assez grande pour tous. Et puis c’est bien vous, Seigneur Windsor, qui est à l’honneur aujourd’hui. En même temps, il transporta un des sièges de la table pour la planter à la pointe opposée de celle-ci, comme pour marquer sa position, et s’assit, face au petit Seigneur. Les domestiques s’affalèrent pour placer les couverts du chef de famille et le reste du groupe s’assit finalement à ses respectives places.

Néanmoins, la tradition veut que se soit le maître des lieux qui goûte les vins avant de les servir. Il fit signe à un des domestiques pour apporter le premier des grands crus. Celui-ci remplit un verre de cristal haut et large, jusqu’au tiers et le transmit au Baron qui l’examina, huma et le goûta, fermant les yeux de satisfaction. Parfait ! Un Meursault blanc ne déçoit jamais. Le grand vin pouvait être enfin servi.

Les serviteurs apportaient du foi-gras, caviar et quelques autres entrées élaborées : homards, melon et jambon fumé, entre autres. Mais la seule chose qui attirait la jeune demoiselle était les grappes de raisins pourpre et reluisantes qui tombaient en cascades, comme posées là exprès pour la tenter et la martyriser. Lorsque tout le monde était occupée à autre chose, elle subtilisa une grappe et la cacha sous la table. Elle se contentera de ça et d’un peu de fromage de chèvre pour l’instant. Mieux valait manger peu à chaque plats pour pouvoir tenir jusqu’à la fin du repas. Lorsque Seyren termina de se servir, elle se retourna vers lui.

Alors… vous comptez suivre la chevalerie comme vos ancêtres ? Demanda-t-elle, curieuse d’en savoir plus sur ce garçon, descendant d’une lignée légendaire et pas très attentif aux règles de courtoisie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Dim 5 Mai - 8:30
Elenwë Faelivrin avait réussie à captiver l’attention du seigneur Windsor mais cette fois-ci, ce n’était pas dû à ses origines elfiques, c’étaient ses mots qui avaient atteint de plein fouet le cœur du jeune guerrier. Le rejet des autres, l’obstacle des différences, Seyren les avait connu dès son plus jeune âge et avait grandit en essayant, mais en vain, d’y faire abstraction. S’il n’avait jamais essuyé de moquerie directe, Seyren Windsor avait néanmoins été contraint à la solitude. Le garçon en venait presque à envier Elenwë de n’être qu’un « lapin » aux yeux des autres lorsque lui, était un « monstre ». Sa force inhumaine, sa magie incontrôlable, ses colères aussi soudaines que violentes et le nom terrifiant de Windsor, avaient toujours découragés quiconque tenté d'approcher de trop prêt l'héritier des héros de Midgard. Sans parents pour lui apporter l’affection et l’amour dont tout enfant a besoin, Seyren avait développé une personnalité terrible et un côté solitaire problématique pour un personnage de sang royal. Afin de ne plus souffrir des autres, le jeune garçon avait épousé la solitude tout, en étant incapable de la supporter.

Les sombres pensées du Windsor s’étaient volatilisées à table, alors qu’il s’amusait à lancer des grains de raisins sur son pauvre valet, lequel était partagé entre une gêne profonde et une colère refoulée ce qui, encourageai d’avantage Seyren à poursuivre son petit jeu. Le baron Rochechouart et sa femme vantaient sans arrêt les mérites de la demi-elfe, à tel point que Seyren avait l’impression qu’ils essayeraient de la lui vendre à la fin de journée et, il n’était pas si loin de la vérité au bout du compte… Alors qu’il jugeait la qualité du vin avec une expertise effrayante pour son jeune âge, une question, d’une des voix qu’il n’avait pas encore mis sur « silence », venait d’interrompre sa dégustation.

- « Alors… vous comptez suivre la chevalerie comme vos ancêtres ? » Demanda la demi-elfe.

Le visage du jeune seigneur s’était soudainement assombrit et, ses yeux verts semblaient d'ores et déjà s'excuser au prêt de la petite Faelivrin.

- « Je n’ai pas le choix. C’est une malédiction. » Déclara froidement le garçon, choquant la plus part des convives. - « Le fait que j’en ai conscience ne me sauvera pas pour autant. Je suis inévitablement attiré par le champ de bataille. Je suppose qu’on ne peut pas parer ce genre de chose… Le destin, disons. » Enchaîna Seyren, amer.

Le regard émeraude du petit seigneur s’était immédiatement braqué sur le chevalier Sire Augustin, avant même que celui-ci ne réagisse à la provocation en abattant violemment son poing sur la table, secouant la vaisselle disposée autour de lui et renversant le contenu de son gobelet d'or.

- « Votre père, tout comme vos ancêtres, étaient des hommes braves et honorables ! Ils ont écrit les légendes de notre monde avec leur propre sang ! Ils se sont sacrifiés pour faire perdurer la paix ! Vous devriez, jeune Seigneur Windsor, porter plus de respect envers votre nom ! » Éclata t-il, le visage ivre de colère.

- « Ma mère est morte en me donnant la vie. Mon père est mort pour la préserver. C’est ce que j’appelle une malédiction. » Riposta le seigneur en soutenant le regard outré du chevalier.

Repoussant une assiette qu’il avait déjà fort bien entamé, le garçon aux yeux émeraudes s’était levé de table. Son visage était à présent pâle comme un linge. Il se mordait nerveusement la lèvre inférieur.

- « Si vous voulez bien m’excuser… J’ai besoin d’être un peu seul. » Affirma t-il, en s’inclinant respectueusement vers le baron et sa femme. – « Je serai ravis de converser avec vous plus tard au sujet de votre charmante fille, sire Rochechouart. »

Sans rien ajouter d’autres, la petite tempête s’était éloignée d'un pas trainant vers les jardins encerclant la demeure du baron mais, une fois loin des regards, c'est presque qu'en sautillant que Seyren se baladait à travers les vastes étendues d'herbes parfaitement entretenues de la famille Rochechouart, s'attardant sur le moindre détail sortant de l'ordinaire, s'amusant même à se remémorer les noms scientifique de chaque plante et de chaque animal qu'il croisait. C'est devant une fontaine représentant une étrange créature, mélange de cheval et de poisson, que le Windsor s'était finalement arrêté. D'un pas lent, il avait fait le tour de la sculpture plusieurs fois, laissant son regard aiguisé l'analyser dans le moindre détail, fouillant dans son incroyable mémoire afin de se souvenir du nom de cet animal marin. C'est avec frustration que le petit seigneur dû admettre qu'il ignorait ce qu'elle représentait. Soupirant, il avait prit appuis contre la pierre, observant sur l'eau le reflet d'un jeune homme qu'il connaissait que trop bien.

- « Le coup du petit orphelin fonctionne toujours à merveille… » Murmura-t-il, un sourire sournois sur les lèvres, alors que le reflet d'Elenwë venait d'apparaître au côté du sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mar 21 Mai - 13:34
Elenwë n’aurait jamais pensé que sa question, aussi simple qu’elle puisse paraître, irait provoquer une telle réaction de la part du jeune Windsor. La petite Elenwë fut choquée, puis attristée par les dires de celui-ci, qu’il était en fin de compte enchaîné à un destin qu’il n’aurait jamais souhaité. Mais la violente discussion qui en suivit la pétrifia tout cour. Jamais elle n’aurait souhaité lui rouvrir de profondes blessures et elle se sentait maintenant très mal pour ça.. Surtout qu’elle connaissait que trop bien cette douleur qu’est de ne pas avoir ses parents près de sois. C’est toute bouleversée qu’elle vit l’enfant s’éloigner d’eux, avant de disparaître parmi les arbustes.

Son père, bouche-bée, laissa tomber son morceau de viande de sa fourchette, faisant un petit « plouf » dans son verre. Ainsi, sa mère ne put se contenir plus longtemps et commença à vociférer de sa voie aiguë sur le mauvais comportement du jeune sire et de la bêtise de sa fille, mais cette dernière n’y prêta aucune attention. Ses yeux devenaient de plus en plus humides en repensant aux paroles proférées par le pauvre enfant et au mal qu’elle lui avait provoqué.

En silence, elle quitta à son tours la table afin de le retrouver, mais a peine ayant parcouru dix mètres, elle fit demi-tours pour rejoindre l’entrée qu’elle avait empruntée plus tôt dans la journée, récupéra sa sacoche qui traînait encore dans le coin, puis rebroussa chemin d’un pas aussi rapide que ses petites jambes et sa robe lui permettaient, tout en cachant ses larmes lorsqu’elle passa de nouveaux auprès de la grande table.

Elle sentait de l’empathie pour Seyren.. Elle qui, d’un jour à l’autre, avait également perdu toute sa famille et qui demeurait maintenant dans une société dont elle ne faisait aucunement partie.. Elle comprenait parfaitement ce qu’il devait ressentir. Tout deux avaient été touchés par l’infortune et elle même ressentait ce mal encore trop souvent.. Elle se devait donc de redonner l’éclat de ses yeux émeraude qu’il avait perdu par sa faute.

C’est entre quelques hoquètements qu’Elenwë retrouva le jeune homme auprès de la fontaine de ce matin. Elle tenta au mieux de sécher ses larmes puis alla le rejoindre pour lui présenter ses excuses. Mais, à sa grande surprise, celui-ci se tenait complètement normal et arborait un petit sourire en lui murmurant :

Le coup du petit orphelin fonctionne toujours à merveille…

Au début, elle resta sans réaction, puis... comprenant la supercherie, se fut la goutte de trop. Sous la pression, son visage vira à l’écarlate et elle haussa la voie tout en le fixant de ses yeux encore humides.

En gros, tu t’es moqué de nous tous avec ta plaisanterie et moi, naïve, j’y ai vraiment cru ! Une boule se formait dans sa gorge pendant qu’elle continuait, excédée par la situation Au fond, tu.. tu n’es qu’un insensible pour avoir usé de ce prétexte pour sortir de table. On ne rigole pas avec les tristesses des orphelins..

Les nerfs eurent enfin raison de la demi-elfe et elle se retourna pour cacher les nouvelles larmes qui vinrent se verser de nouveau sur ses pommettes rossées. Elle fit un gros effort pour ne pas sangloter.

Je me suis sincèrement inquiétée pour toi. Enfin, c’est parce que je te comprenais.. Des démons ont également prit la vie de mes parents et de mon grand père, ma seule vraie famille qui me restait… donc voila, je me sentais coupable de t’avoir ramené de mauvais souvenirs.. mais c’est bon, ça ira.. Finit-elle, toujours le dos tournée, s’efforçant de se calmer et s’essuyant une énième fois ses larmes.

C’est qu’elle est vraiment émotive la petite, elle n’y peu rien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mar 28 Mai - 2:27
Seyren était profondément consterné par les paroles de la demi-elfe. Il avait provoqué cette situation et, il s’en voulait terriblement… D’ordinaire, il ne récoltait que la colère et l’agacement des autres, jamais leurs larmes. Si en apparence le petit seigneur s'affichait comme un être vantard, provocateur, docilement égoïste et salement coléreux, au fond de lui, Seyren Windsor n’était qu’un enfant comme les autres. Ô combien il avait toujours été bercé par la noblesse, les légendes et les prophéties héroïques, il ne restait ni plus ni moins qu’un enfant. Face aux pleurs de la petite rousse, le seigneur ne pouvait rester de marbre. Il ressentait sa peine, comme une vieille blessure qui venait tout juste de se rouvrir. Et puis, ses yeux commençaient à piquer et, le jeune seigneur Windsor préférait mourir, transpercer par l’épée du premier forban venu, plutôt que de se mettre à pleurer devant une fille…

- « Je n’ai pas menti. » Se défendit-il avant toute chose, fronçant les sourcils.

Le garçon aux yeux émeraude n’en avait pas dit plus. Il ne voulait pas s’attarder sur ce sujet épineux, non seulement pour Elenwë mais aussi pour lui. Sa mère avait donnée sa vie pour la sienne en le mettant au monde et son père, s’était sacrifié pour la préserver. Un Windsor était peut-être une épée promise à apporter la victoire à sa cause mais, au prix de combien de vies sacrifiées… ? Seyren Windsor, du haut de ses douze ans, considérait déjà le nom glorieux qu'il portait comme une bien triste malédiction.

- « Je te comprends, Elenwë. » Soupira-t-il en s’avançant vers elle d’un pas lent, posant ensuite une main réconfortante sur l’épaule de la jeune fille dos à lui.

Quand la petite Faelivrin fit volte-face, elle découvrit un mouchoir en tissus doré, brodé de l’emblème rouge du lion à couronne des Windsor, tendit vers elle par la main libre de l’héritier des héros, soudainement devenu tendre. Une facette que le garçon préférait dévoiler qu'en cas de force majeure.

- « Sèches tes larmes, je sais qu’elles ne changeront rien au passé… » Tenta-t-il humblement, murmurant ses derniers mots, comme s’ils l’atteignaient lui-aussi.

Baissant son regard à terre, Seyren Windsor demeura quelques instants respectueusement silencieux puis…

- « C’est quel animal ? » Demanda-t-il subitement, passant du coq à l’âne comme si de rien n’était.

Tout en restant au prêt de la fille adoptive du baron, Seyren avait pointé un doigt en direction de la statue au cœur de la fontaine, celle représentant ce mystérieux animal marin, qui avait intrigué l'Asunien dès son arrivé.

- « Il ne me semble pas qu’il soit dans les livres de la bibliothèque d’Asunia… Nous sommes tristement limités. Ce qui explique pourquoi les chevaliers actuels sont tous des ignorants illettrés. » N’avait-il pût s’empêcher d’ajouter, de nouveau égal à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Ven 31 Mai - 1:18
Elenwë était surtout embarrassée par la situation qu’elle avait créée. Le sac qui s’était rempli goute à goute de ses sombres pensées et de remords pour le mal qu’elle avait causé, avait finit par éclaté avec ses nerfs et ce fut de nouveau le pauvre garçon qui s’était tout ramassé dessus. En fin de compte, elle avait injurié LE Windsor avec ses paroles et celui-ci ne lui avait en fin de compte pas menti. Ses émotions lui avaient encore une fois joué un mauvais tour et elle craignait maintenant les conséquences de sa bêtise.

Je te comprends, Elenwë. Lui dit-il d’un soupir, lui posant ensuite une main réconfortante sur son épaule.

Il ne lui en voulait pas ? Le petit bout de femme se retourna et découvrit le mouchoir doré que lui tendait Seyren. En une fraction de seconde, ses yeux pétillèrent de gratitude.

Sèches tes larmes, je sais qu’elles ne changeront rien au passé…

Elle acquiesça timidement, laissant échapper un merci pratiquement inaudible et s’exécuta. Ses paroles étaient d’une grande sagesse pour un si jeune enfant. Elle le connaissait à peine et déjà il lui inspirait confiance. Sans doute qu’ils iront bien s’entendre…

C’est quel animal ? Demanda-t-il subitement. Elle commençait à s’habituer aux réactions inattendues du jeune héritier et ne put retenir un petit rire innocent, finissant de se sécher ses larmes. Des larmes de joie cette foi ci. Elle se sentait maintenant plus légère.

Il ne me semble pas qu’il soit dans les livres de la bibliothèque d’Asunia… Nous sommes tristement limités. Ce qui explique pourquoi les chevaliers actuels sont tous des ignorants illettrés.

C’est fière et le visage de nouveau radieux et souriante qu’elle entama son explication.

Hum.. Ce que t’a en face de toi est un hippocampe, ou plus communément appelé de "cheval de mer". Maitre Zuko m’a expliqué un jour que c’est un poisson très gracieux. Ils glissent lentement dans l’eau, propulsés par leur nageoire dorsale qui vibre très rapidement et les couples qui sont unis pour la vie, font une danse rituelle tous les matins pour se saluer.. Ah ! et c’est les mâles qui portent les œufs !

Le savoir de son maître fascinait toujours Elenwë et elle se demandait souvent comment pouvait-il savoir autant sur tout ce qui touchait la nature et son équilibre.. C’était comme si il en faisait partie.

Pardon, j’oubliait.. Zuko Kiyomizu est mon professeur et c'est une vraie encyclopédie ambulante. J’apprends donc beaucoup de chose avec lui sur les Sciences Naturelles et Humaines. Puis il m’entraine dur et m’enseigne l’art de.. de danser.Elle bafouilla ses derniers mots, manquant d’en dévoiler trop. Oui, c’est également mon Maître de Danse Finit-elle par déclarer d’un ton sure, tentant de se rattraper sur ce coup.

Ce n’était pas totalement faux. Son maitre lui enseignait effectivement "la Dance de l’Eau", un style de combat aux mouvements fluides et subtils qu’il ramena d’une région lointaine, au-delà de Jade. Et cela devait rester un secret.

Les deux enfants se trouvaient dans une partie moins entretenue du domaine des Rochechouart, proche de la lisière de la forêt. Si on y prêtait plus attention, on pouvait sentir la nature y frétiller de toute part, tout comme elle l’avait sentit plus tôt ce matin. Pas un nuage ne venait déranger ce beau décor et, pour pouvoir en faire également partie, elle ôta les sandales de ses pieds, redécouvrant de nouveau la fraîcheur de l’herbe verte. Elle se sentait bien comme ça, en harmonie avec la nature. C’était sans doute à cause de ses origines elfique que ce contact lui semblais si bénéfique et cela devait se voir à l’extérieur. Cependant, parmi les chants mélodieux des oiseaux des champs, un bruit plus strident les prit de surprise.

Tu as aussi entendu ? Demanda-elle inquiète, cherchant l’origine de ce son.

Les bruits aigus, mélange de cris et reniflements s’intensifiaient. Rapidement, la petite Faelivrin dépausa sa sacoche au bord de la fontaine, bien ouverte pour que ses pauvres occupants puissent finalement se sauver, et attrapa la main de l’héritier de la famille de légende, l’entrainant en direction de la forêt.

Viens, allons voir ce qui se passe.

Sans ses sandales, elle était bien plus à l’aise et ses mouvements plus souples, comme si elle était dans son élément. Tout deux avancèrent d’un pas discret, attentif au moindre mouvement, et bientôt, elle le fit s’arrêter, lui montrant le buisson d’où venait maintenant un bruit de soufflement, plus bas. La chose s’avançait faisant bouger les feuilles et brindilles de la végétation et ses mains se crispèrent, se préparant à agir en cas de nécessité. Sentant son cœur battre la chamade, Elle regrettait déjà le risque qu’elle lui avait fait prendre. Les dernières secondes furent longues avant que la chose surgisse finalement des buissons. Un visage porcin, des oreilles dressés, pelage raillé et haut comme trois pommes.

Ohh! C’est un marcassin ! S’écria-t-elle, surprise de leur trouvaille.

Elle avait déjà oublié leur frayeur tant la petite créature était mignonne et celui-ci s’avançai, trotinant sans aucune crainte vers les deux humains. Sans doute que le petit sanglier était encore trop jeune pour savoir qu’il était dangereux de s’approcher de ces bipèdes.

Alors mon petit, tu t’es perdu ? Lui demanda-t-elle, tendant une main pour qu’il la renifle, puis lui caressant le haut de sa la minuscule tête.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Jeu 6 Juin - 6:38
Seyren avait rapidement comprit que la petite Elenwë pouvait se montrer très bavarde une fois lancée… Cela ne le dérangeait pas tellement mais, il en était surprit. En réalité, c’était rare qu’un enfant de son âge ait envie de converser avec lui. Généralement, on préférait éviter le Windsor et, si le malheur et le hasard faisaient en sorte qu’on se retrouve nez à nez avec le lion, une courbette polie et la fuite étaient de rigueur. La solitude pour un enfant est quelque chose d’horrible et Seyren, ne pouvait que chérir sa rencontre avec la demi-elfe. Alors que la jeune enfant parlait de son maître et du savoir qu’il lui transmettait, l’héritier des Windsor était encore au début de la conversation, bloqué sur…

- « Les mâles portent les œufs ?! » Cria-il, le visage figé dans l’effroi. – « C’est abominable ! » Ajouta-t-il en secouant frénétiquement la tête.

Tout en laissant son esprit imaginer mille horreurs à ce sujet, le garçon observait la demi-elfe se rapprocher de la végétation environnante. Rapidement, Seyren avait chassé toutes ses pensées parasites pour se remémorer les grandes lignes des nombreux livres qu’il avait lus sur le peuple elfique. Pieds nues dans l’herbe fraiche, les oreilles à l’écoute des sons que beaucoup d’hommes préféraient ignorer, le sourire aux lèvres, Elenwë Faelivrin semblait être dans son élément, heureuse simplement. La fillette illustrait parfaitement, en ce moment-même, l’image que Seyren se faisait des elfes. Le jeune seigneur se souvenait que le peuple elfique possédait un lien émotionnel très étroit avec Dame Nature et, qu’un elfe loin de toute forêt finirait par se laisser mourir de chagrin… Seyren n’appréciait pas vraiment les elfes pour leur naturel trop pacifiste et simpliste à son goût bien que, Elenwë n’avait d’une fleur délicate que l’apparence…

- « Tu as aussi entendu ? » Demanda soudainement Elenwë, aux aguets, tirant le Windsor de ses pensées.

- « Je n’entends rien… » Répondit Seyren en fronçant les sourcils, portant une main à son oreille.

En se concentrant d’avantage, le jeune homme avait cru entendre, durant un bref instant, quelques bruits aigus lointains… Un petit animal ? Ou, tout autre chose… ?

- « J’entends quelque chose ! » Déclara-t-il avec enthousiaste.

- « Viens, allons voir ce qui se passe. » Décida la jeune fille.

S’il n’était pas courant que Seyren Windsor laisse une autre personne prendre les directives, sa curiosité grandissante avait su prendre le dessus sur son sale caractère de leader. Contournant les troncs robustes des arbres et traversant avec hâte buissons et fourrés, le regard émeraude du seigneur scrutait les bois avec une prudence rare pour un si jeune homme. En quelque sorte, Seyren donnait l’impression d’escorter la petite Faelivrin à travers les bois, comme un chevalier escorterait une princesse. Bientôt, les deux enfants arrivèrent à l’origine du bruit… Un buisson se mit à frémir et, instinctivement, l’écuyer avait posé sa main sur la garde de son épée, une lame qui, bien qu’elle soit de grande qualité, n’avait en soit rien d’exceptionnelle. Quand la fameuse créature à l'origine du bruit quitta brutalement sa cachette, le jeune garçon n'avait pas pu contenir sa déception, soupirant bruyamment. Il n’aurait pas à livrer une quelconque bataille épique contre une créature du mal aujourd’hui encore… C’était juste un petit marcassin égaré. L'air innocent et désorienté, la petite bête s'approchait des deux enfants.

- « Ohh! C’est un marcassin ! Alors mon petit, tu t’es perdu ? » S’émerveilla la demi-elfe avant de caresser le petit porcinet.

Seyren quant à lui, avait levé les yeux au ciel jusqu’à ce que… Le ciel lui réponde. Deux énormes sangliers venaient de surgir d'entre les grands arbres, comme tout droit sortit de nulle part, et l’un d’eux – que le jeune Seyren qualifia comme étant la mère – poussa un grognement alarmé en voyant son petit au côté des deux humains. Ne comprenant pas vraiment ce qui se passait, le petit cochon répondit joyeusement à sa mère. Le mâle, bien plus impressionnant et bien plus gros que la femelle, darda ses yeux noirs sur les deux bipèdes.

- « Bonjour ! » Lança Seyren en souriant de toutes ses dents.

Pour toutes réponses, les deux sangliers lancèrent la charge, obligeant les deux gamins à prendre la poudre d’escampette. Tout en courant aussi vite qu’il le pouvait, le Windsor se maudissait d’être incapable de ôter la vie à une bête innocente, en particulier devant une fille aussi sensible que Elenwë et qui plus est, très proche de la nature… Il n’avait qu’une seule solution pour se sortir de ce pétrin : courir ! Si l’héritier des héros de Midgard n’était pas une bête de course, Elenwë courrait comme le vent, dépassant rapidement le jeune homme et le larguant sur plusieurs mètres. N’ayant aucune envie de tester la puissance de la charge d'un ou deux sangliers furieux, le seigneur Windsor grimpa, tant bien que mal, au premier arbre venu, se hissant sur la première grosse branche, hors de portée des porcs sauvages.

- « Elen, ta main ! » Cria t-il en tendant sa paume derrière-lui, avant de remarquer que la jeune fille était déjà dans l’arbre et pour couronner le tout, bien plus en hauteur que lui… Ce qui, n'aida pas Seyren à faire preuve de sang froid. - « Je ferai de vous mon repas ! » Gronda le futur chevalier en pointant du doigt les deux sangliers.

Qu'il n'avait pas l'air crédible le petit Seyren Windsor, accrochait désespérément à sa branche, à deux doigt de basculer au moindre mouvement brusque...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mer 3 Juil - 11:41
Satisfait, le petit porcinet manifesta son contentement en remuant sa queue. il semblait même défier les deux enfants, sautillant par ci, par là, comme qui aurait découvert deux potentiels camarades de jeux. Attendrie, La petite Elenwë s’était agenouillée pour le cajoler, chose que le petit sanglier sembla apprécia, mais il ne paraissait pas totalement satisfait. Le plus grand des humains ne lui prêtait aucune attention. Il grouina pour attirer son attention et se plaça, assis devant lui, le regardant patiemment en attendant une quelconque réaction de sa par. Personne ne bougea. Quel drôle d’image que celle-ci. 

L’observant à son tour, elle remarqua qu’il avait gardé une main sur la garde de son épée. Elle se rappela alors les paroles proférées par le jeune Windsor encore à table, puis les légendaires épopées de sa lignée, comptées par son grand-père, Elwë Singollo, le sage patriarche de son ancien clan. Ce n’est qu’à ce moment qu’elle réalisa réellement qui était en face d’elle : Un descendant d’ancêtres légendaires qui sera légende à son tour. Un futur héro. L’épée de tout un royaume, le Royaume des Hommes. Elenwë espérait sincèrement qu’un jour, ce chevalier encore enfants, aux yeux toujours virés vers le ciel, puisse trouver la force de vaincre ses fantômes, trouver enfin la paix en sois, et que entre champs de batailles, destinée qu’il ne peut fuir, que les vents le guide vers de plus calmes jardins. Pourvu qu’il ne se perde pas.. N’ayant obtenu l’attention souhaitée, le porcinet retourna vers la demi-elfe qui le caressa distraitement, toujours perdue dans ses pensées. C’était bien curieux de voir comme le destin pouvait nous jouer des tours. Si lui semblait refouler le chemin tracé par ses ancêtres, Elenwë, quant à elle, n’avait que cette envie. Suivre les traces de ses parents était son souhait le plus chère et elle s’entrainait tous les jours ardument pour être apte à perpétuer la mission de son clan, la MoonGuard, ou du moins s’en rapprocher le plus possible vu que celle-ci ne pouvais être ressuscitée. Mais pour l’instant, elle était coincée ici, se sentant comme un rossignol dans une cage en or, à la garde des Rochechouart. La balance s’équilibrera un jour pour tout deux, elle l’espérait.

Un bruit de buisson la détourna de ses pensées, quelque-chose s’approchait deux. Elenwë se retourna pour voir ce qui en était et la petite créature en fit de même.
– Regarde, c’est maman… et papa…… !? – Son cœur se mit immédiatement à battre plus fort, la tétanisant sur le coup. Sa voix défaillit. Les deux gros sangliers qui venaient apparaître n’avaient pas l’aire très amical. Ils étaient mal barrés. Que faire ? Tans que le petit marcassin n’était pas menacé, tout se passerait bien, et pas de mouvements brusques ! Pas toucher le petit, souffla une petite voix dans sa tête, se rendant compte qu’elle le tenait encore contre elle. Elle s’exécuta le plus calmement possible et les deux suidés répondirent en grattant le sol de leurs sabots. 
– Bonjour !  Lança allègrement Seyren, la surprenant également.
Quel pétrin ! Les deux sangliers se lancèrent immédiatement à la charge et les éloigner de leur progéniture ne suffisait pas, ils semblaient déterminés à les anéantir. Heureusement pour la métisse, elle courait vite. Mais elle était toujours pieds nus et finit par se couper en marchant sur une branche, l’obligeant à ralentir. Le jeune Windsor la rattrapa et se dirigea vers le premier arbre venu. C’était sans doute le seul moyen pour fuir la furie de ces deux colosses qui se rapprochaient dangereusement d’eux. D’un bond, elle s’agrippa sur une branche bien plus haute qu’elle et se hissa dessus – chose plutôt aisée pour quelqu’un de si souple et légères - laissant le tronc pour Seyren qui ne semblait pas tant à son aise sur les arbres. Dépêche-toi, se répétait-elle en voyant les deux sangliers chargeant en sa direction. Elle grimpa vite, plus haut sur l’arbre pour en faire le tour et le rejoindre. Heureusement, il réussi à se hisser sur une branche, hors de portée des sunidés.
– Elen, ta main ! – Cria t-il en tendant sa paume vers le bas.
– Mais.. Je suis là ! – Répondit-elle, agitant sa main pour qu’il la remarque, deux ou trois branches plus haut. Apparemment, elle avait réussi à le surprendre, chose qui l’amusait comme à chaque fois qu’elle gagnait un défi contre un garçon. C’était impressionnant comme une défaire contre une fille pouvait les affecter, mais l’heure n’était pas à la compétition.
 Seyren, ne t’agite pas trop, tu risque de tomber – Fit-elle, une pointe d’inquiétude dans sa voix, en voyant le petit – mais pas si petit que ça – Windsor vociférer contre les deux phacochères. Presque qu’il en perdait son équilibre. – Tien bon ! je te rejoins. 
Elle s’immobilisa encore un moment, observant les deux créatures se déchaîner sur le tronc où ils se trouvaient, cognant et déchirant l’écorce de leurs défenses, mais l’arbre était robuste. Ils étaient sains et sauf tant qu’ils se maintenaient en hauteur. Elle entreprit alors la descente, de branche en branche, chose facile pour elle et son équilibre bien développé, et s’arrêta une branche au dessus du jeune seigneur. Non, elle n’allait pas prendre le risque de se mettre sur la branche ici bas, le nouveau poids risquerai de la secouer et déséquilibrer son compagnon d’infortune. Il y avait une autre solution. Rapidement, elle s’assit sur sa branche, coinça sa robe entre ses genoux et bascula le haut de son corps vers le vide. Son visage apparu soudainement devant celui de Seyren et agrippa ses épaules pour pas qu’il bascule. Il n’y avait maintenant que ses jambes qui la soutenait sur la branche de dessus. Elle était pendue, tête à l’envers avec ses cheveux ondulants dans le vide et cela ne semblait la déranger, au contraire, voir le monde à l’envers lui plaisait énormément.
– Pour maintenir ton équilibre, il faut que tu fixe un point devant toi et que tu te concentre dessus.. Ça aide vraiment. – Non, elle ne se moquait pas, ce petit conseil fonctionnais réellement. La petite jeta un coup d’œil vers le bas et constata que les deux bêtes étaient encore présents, soupira et continua.  On risque de devoir attendre un bon moment ici. Mieux vaut donc que l’on se mette à l’aise. – Conclu-t-elle, le contemplant toujours crispé sur sa branche, même en le soutenant de ses mains au niveau des épaules. Elle en sourit. La situation était délicate, mais cela aurait pu être bien pire. Ils avaient eu beaucoup de chance… 
– C’est moi qui nous ai entraînés dans ce pétrin. – Son sourire s’évanouit un instant, tout comme son regard qui fuyait légèrement celui de Sey   Je suis vraiment désolée pour tous ces événements, c’est entièrement de ma faute… J’espère ne pas avoir gâché.. votre séjour chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Dim 14 Juil - 5:55
[ Thème ]

La demi-elfe, inquiète pour son compagnon d’infortune, l’avait rejoint en faisant preuve d’une grande souplesse, se déplaçant de branche en branche avec aisance et élégance. Elle était en cet instant même, tout le contraire du petit seigneur… Seyren ressemblait plus à un lionceau dans un arbre, ayant grimpé avec tout le courage du lion mais, encore maladroit, is’était retrouvé coincé en hauteur, incapable de descendre sans faire de casse. L’équilibre du garçon aux yeux émeraude était douteux et, quand bien même il s’accrochait de toutes ses forces, il avait la sensation constante de glisser sur le côté. Elenwë était apparue subitement devant lui, le surprenant dans un petit sursaut, la tête à l’envers, ses longs cheveux roux ondulants vers le vide et ses yeux verts plongés dans ceux du descendant des héros. Les petites mains de la jeune fille avaient agrippés les solides épaules du Windsor, l’aidant à trouver un peu de stabilité sur sa branche. Les joues du futur chevalier dragon s’étaient teintées de rouge.

Tandis qu’Elenwë avait repris la parole, Seyren était resté un instant silencieux, observant simplement le doux visage de la fille adoptive du baron. Le garçon n’y décelait aucune crainte, aucun mépris, simplement la curiosité et l’innocence que tout enfant de cet âge porte en lui. Seyren Windsor ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui clochait… Pourquoi était-il si détendu et confiant en sa présence ? Qu'avait cette fille de si particulier ? Quand la rousse commença à se reprocher leur fâcheuse situation, le jeune seigneur reprit subitement la parole, chassant les paroles de la petite Faelivrin d’un geste de la main.

- « Ce… Ce n’est pas ta faute ! C’est toujours comme ça avec moi ! Je me fous toujours dans le pétrin ! Ce devrait être à moi de m’excuser…»

Ceci dit, Seyren baissa la tête, quittant Elenwë du regard. Il hésitait à parler, redoutant la réaction de la demi-elfe face à ses interrogations. Le vent jouait avec la cime des arbres, la secouant frénétiquement, répandent une agréable et fraiche mélodie à travers les bois. Sous une brise plus prononcée que les précédentes, une pluie de feuille était tombée de l'arbre où les deux enfants avaient trouvés refuge. Le jeune seigneur en avait à présent une multitude dans ses cheveux châtains…

- « Elenwë… » Murmura le jeune homme d’une voix douce afin d’attirer toute son attention.  - « Pourquoi es-tu si gentille avec moi ? » Demanda Seyren en penchant légèrement la tête sur le côté, les sourcils froncés. - « Je ne sais pas si c’est parce que tu n’es pas entièrement humaine mais, ton regard… Il est si clair. Je ne suis pas un monstre pour toi ? »

Le visage du garçon, d’ordinaire si arrogant et froid, s’était assombrit. Ses iris verts avaient définitivement fuit la petite Faelivrin pour se perdre dans l’écorce robuste de l’arbre, le regard tremblant. Ses joues étaient toujours rouge de gêne et des mèches de ses cheveux étaient collées à son front, victimes de la sueur provoquée par leur petite course à travers les bois, en compagnie des deux sangliers. Seyren Windsor semblait à présent si seul et brisé, loin de l'image du chevalier qu'il était destiné à incarner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Jeu 18 Juil - 6:39
– Ce… Ce n’est pas ta faute ! C’est toujours comme ça avec moi ! Je me fous toujours dans le pétrin ! Ce devrait être à moi de m’excuser… – Se reprocha le jeune seigneur, reprenant subitement la parole.

– Mais non.. – Commençait-elle à répliqué calmement. C’était clairement elle qui les avait mis dans le pétrin, mais sa voix mourut, remarquant le regard du garçon la quitter. Quelque chose n’allait pas.

Seyren avait baisé la tête, comme en conflit avec lui-même. Que se passait-il ? Elle s’apprêtait à le demander lorsqu’une pluie de feuille tomba sur les deux enfants, après une brise plus prononcée. Quelques unes s’étaient coincées sur ses longs cheveux et elle secoua la tête frenetiquement , de gauche à droit, pour les faire tomber. Lui en était tout recouvert.

– Elenwë… – Murmura-t-il tout doucement, attirant son attention. – Pourquoi es-tu si gentille avec moi ?  Je ne sais pas si c’est parce que tu n’es pas entièrement humaine mais, ton regard… Il est si clair. Je ne suis pas un monstre pour toi ?

– Un monstre ? – Entonna-t-elle, surprise par les paroles de Seyren.

Cette question ne lui faisait aucun sens.  Pourquoi se martyrisait-il ainsi ? Il n’allait vraiment pas bien, et le voir ainsi en proie avec ses propres fantômes attristait également la petite elfette. Trop sensible, ses yeux s'humidifièrent de nouveau, mais elle se ressaisit. Se remettre à pleurer n’allait qu’empirer les choses. Il suffisait de tristesse pour aujourd’hui, et ces sombres nuages qui le tourmentaient devaient être chassés au plus vite.

– Pourquoi est-ce que tu serais un monstre ? Et pourquoi je ne pourrais pas être gentille avec toi ? – Lui demanda-t-elle innocemment de sa douce voix, tentant de le rassurer d’un tendre sourire.

Elle voulait vraiment l’aider, et pour cela, devais comprendre au plus vite le pourquoi de ce brusque changement d’attitude de son compagnon d’infortune. Mais, au fond, elle ne connaissait que grand chose de lui.. La jeune fille tenta encore de se remémorer ce que la baronne lui avait inculqué hier à propos du jeune seigneur, mais elle ne s’en souvenait plus trop. Sans doute ne l’avait elle pas écouté, comme d’habitude, la tête toujours ailleurs. Et elle n'était pas une bonne référence non plus. Puis, les diverses événements du début de journée lui vinrent à l’esprit, le regard amer du futur chevalier à son arrivé dans la demeure des Rochechouart, son comportement pas très correct à table et la violente dispute qui s’en suivit..  

– Il est vrai que tu n’as pas toujours été très correct avec les autres, ce matin. Tu dois être plutôt turbulent comme garçon.. comme une tempête ! – Continua la demi-elfe, toujours la tête à l’envers, son regard se voulant le plus bienveillant qu’il soit. –  Mais tu m’as montré une autre facette de toi. Le Seyren que j’ai connu aujourd’hui est plutôt curieux, sensible, et s'est montré soucieux envers moi.. Il y a du bon en toi. – Elle balaya du revers de sa main le feuillage qui restaient sur ses épaules, puis continua en retirant les feuilles de ses cheveux châtains, une par une. – Et comme la rivière qui arrondit les arêtes des pierres contenues en sont lit, il ne te manque sans doute plus qu’un petit coup de polissage, pour mettre en évidence le bon Seyren qu’il y a en toi.

Elle ajusta de ses doigts les quelques mèches plaqués sur le front du garçon et, toujours avec la dernière feuille en main, vint le taquiner, caressant la pointe de son nez avec celle-ci. Elle en sourit. Oui, elle était certaine qu’au fond, c’était un bon garçon. La preuve était qu’il se remettait en question et elle espérait, avec son intervention, avoir apaisé un tant soit peu son esprit. La petite Elenwë tenait toujours les larges épaules du Windsor, les mains se voulant rassurantes et tout en l’observant, elle rajouta:

– S’il y a d’autres choses qui te traquassent, tu peux m’en parler.. Il n’y a pas meilleur remède pour se libérer de ses peines.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Lun 29 Juil - 8:31
– « Pourquoi est-ce que tu serais un monstre ? Et pourquoi je ne pourrais pas être gentille avec toi ? » Lui avait-telle demandée.

Seyren était resté un instant silencieux, fronçant les sourcils. Il observait le visage de la demi-elfe avec incompréhension, comme s’il cherchait à y déceler un mensonge ou, à dénicher un sens caché à ses précédentes paroles. Non, il s’interdisait de penser qu’Elenwë puisse être aussi sournoise. Elle semblait, tout au contraire, d’une infinie tendresse. Elle n’était définitivement pas comme tous ces adultes, essayant constamment de tirer profit du jeune âge du seigneur. A la pensée que la fille adoptive du baron puisse chercher à le consoler, les joues du seigneur Windsor s’était colorées de rouge. Après courte réflexion, le descend des héros de Midgard s’était convaincu que la jeune fille habitait trop loin de la capitale et qu’elle n’avait probablement jamais assez entendu parler de lui, avant qu’il ne soit invité par le baron Rochechouart et sa femme, pour avoir une raison suffisante de le craindre ou de le mépriser.

- « Il est vrai que tu n’as pas toujours été très correct avec les autres, ce matin. Tu dois être plutôt turbulent comme garçon... Comme une tempête ! » Ajouta la demi-elfe d’une voix tendre.

- « Une tempête… » Répéta le seigneur en boudant, détournant son regard émeraude.

-  « Mais tu m’as montré une autre facette de toi. Le Seyren que j’ai connu aujourd’hui est plutôt curieux, sensible, et s'est montré soucieux envers moi... Il y a du bon en toi. »

- « Bien sûr qu’il y a du bon en moi ! » Riposta-t-il, toujours boudeur.

Du revers de sa petite main, la fillette avait chassée les quelques feuilles reposant sur les épaules du Windsor avant, de s’attaquer à celles coincées dans sa tignasse désordonnée. Docile, et c’était bien là une première, Seyren s’était laissé faire, se contentant de baisser le regard tout en écoutant la voix de la demi-elfe. Une par une, Elenwë Faelivrin retirait les traces de verdure des cheveux du futur chevalier, faisant preuve d’une grande douceur. N’ayant jamais connu l’amour maternelle, Seyren appréciait ce contact parfaitement étranger.

- « Et comme la rivière qui arrondit les arêtes des pierres contenues en sont lit, il ne te manque sans doute plus qu’un petit coup de polissage, pour mettre en évidence le bon Seyren qu’il y a en toi. »

- « Si tu me parles en énigme, tu peux être certaine que je ne vais absolument rien comprendre… » Grogna-t-il avant d’afficher un petit sourire en coin, soulignant la victoire d’Elenwë, elle avait réussie à lui remonter le moral.

Soudainement joueuse, la fille des Rochechouart s’était amusée à taquiner le nez du garçon de la pointe d’une feuille, laissant Seyren perplexe. Il n’aimait pas vraiment être taquiné comme un enfant, lui qui se prenait déjà très au sérieux. Se défendant maladroitement de sa main, le seigneur d’Asunia eut juste le temps de se couvrir le nez des deux mains avant d’éternuer.

- « S’il y a d’autres choses qui te traquassent, tu peux m’en parler... Il n’y a pas meilleur remède pour se libérer de ses peines. »

Le Windsor ne lui avait pas répondu mais, avait accepté silencieusement la proposition, hochement brièvement la tête. S’il avait bon être d’un tempérament arrogant, comme tout bon noble, Seyren se sentait parfois si seul, que même sa fierté ne pouvait le consoler. Plus à l’aise sur sa branche, il avait aidé Elenwë à se redresser sur la sienne, lui offrant ses bras comme appuis. Dans le cours des évènements, les deux enfants en avaient oubliés les deux suidés.

- « Les jambons ne sont plus là ! » Remarqua Seyren en se redressant, fronçant les sourcils à l’idée que les deux sangliers étaient partis triomphant. - « C’est ton discours qui les a fait fuir ! » Ajouta-t-il pour embêter la petite Faelivrin.

Sans attendre l’aide de la fille - car le jeune seigneur estimait qu’il s’était montré déjà trop doux et émotif, dépassant largement son quota de la saison -, Seyren avait commencé à descendre du grand arbre avec lenteur et prudence. C’est avec fierté que ses deux pieds avaient regagné le sol de la forêt. Elenwë, quant à elle, était descendue après lui, probablement car elle s’inquiétait que son compagnon de fortune ne se brise quelque chose durant sa périlleuse désescalade. Le visage du Windsor était à présent transformé et, c’est avec un sourire radieux, dévoilant ses belles dents blanches, qu’il s’était tourné vers Elenwë, ses yeux verts pétillants d’impatience.

- « Allons explorer les environs ! » Décida-t-il pour eux, enjoué.

Agissant soudainement en parfait gentleman, Seyren avait tendu son bras à Elenwë.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Ven 2 Aoû - 4:58
Le jeune Windsor finit par accepter sa proposition d’un silencieux hochement de tête, après avoir passé son temps à bougonner lorsqu’elle essayait de l’animer. Il se faisait difficile, mais la petite métisse avait bien remarqué comme il avait rougi. Sans trop comprendre pourquoi, elle trouvait ce comportement plutôt mignon, puis ce sourire ne trompait pas, elle avait bel et bien réussi à l’égayer. Pour peu, elle aurait imaginé devoir faire un petit détour vers les ruisseaux pour lui montrer quelques belles pierres qui s’y reposeraient.

Finalement, il réussit à se mettre assis, montrant qu’il avait gagné en assurance sur sa branche. Elenwë, par contre, était resté bien trop longtemps la tête en bas, sentant la pression du liquide vitale qui lui avait trop monté au cerveau.

– Hum.. Moi aussi je devrais me redresser..

Levant ses mains sur la tête, elle sentit son crâne qui commençait à bouillonner, puis remarqua que Seyren lui tendait gentiment ses bras pour l’aider. Elenwë le remercia timidement et, une fois assise sur sa branche, se secoua un tantinet la tête. Elle en eu le tournis. La demi-elfe s’était redressé trop vite et le sang lui était redescendu trop rapidement dans son corps, mais heureusement, elle se ressaisit. Ça faisait un drôle d’effet de revoir les arbres et le reste du monde dans le bon sens.

- Les jambons ne sont plus là ! – Entendit-elle, à l’étage en dessous.

Elle se pencha alors sur sa branche pour vérifier par soi-même. Effectivement, les sunidés avaient disparu, il n’y avait plus que Seyren qu’elle pouvait entrevoir, juste en dessous.

– C’est ton discours qui les a fait fuir ! – Lui lança-il, d’un ton espiègle.

C’est toujours si bête les garçons… Ça fait le difficile et l’insensible pour paraître plus fort, heureusement qu’il y a les filles pour équilibres la balance..

– Oh.. Au moins, nous pouvons redescendre maintenant.. – répliqua-la demoiselle, après avoir laissé un long soupir lui échapper.

Prudemment, il entama la descente du grand arbre, et c’est juste après qu’il ait mis pied sur terre, pour ne pas le déconcentrer, que la petite Faelivrin descendait à son tour. Assise et tout en faisant attention pour que sa robe ne se soulève, elle sauta de la dernière branche sans oublier d’amortir sa chute de ses jambes, une fois le sol atteint. Par contre, la petite coupure au pied qu’elle s’était fait en courant, elle l’avait oublié et une fine douleur ne tarda pas à le lui faire rappeler, mais n’en tenait pas compte. Avec ses entrainements, la jeune archère était bien habituée aux blessures et ce n’était pas cella qui l’arrêtait. Surtout pas après le radieux sourire que lui avait dévoilé son compagnon, en se retournant.

– Allons explorer les environs ! – Proposa-t-il tout impatient, en lui tendant son bras comme faisaient les adultes les plus galants.

Elle en rougit. Jamais personne ne lui avait adressé un tel geste, et n’aurait jamais imaginé qu’on la traiterait un jour de cette façon, comme une vraie lady. Les personnes avec qui elle s’entendait le mieux venaient des classes plus modestes, comme les enfants des domestiques, et jamais elle s’était liée d’amitié avec quelqu’un de son milieu. Tous la considéraient comme un être impropre, inférieur, la traitant parfois de sauvage, même qu’elle en était fière. Mais maintenant, voila qu’un jeune et noble seigneur la traitait comme égale, le visage rayonnant et ses yeux émeraudes pétillants de joie, montrant que son geste lui venait de bonne grâce. Tout cela pouvait être insignifiant pour lui, mais pour Elenwë, cette attention comptait beaucoup, tout comme le mouchoir en tissus doré qu’elle avait gardé sur elle. C’est toute attendri et sans trop savoir comment faire que la demoiselle accepta son bras, le serrant contre elle, et ses pommettes en rougirent de plus belle.

– Oui.. allons-y ! – affirma-t-elle toute souriante pour le jeune homme qui avait au moins une tête de plus qu’elle. – Si tu veux, je peux même te montrer les meilleurs endroits des alentours !

C’est avec cette sensation de confort et de sécurité que la petite fille du Baron le guida pour une sereine promenade, prenant les plus beaux passages qu’elle connaissait tant bien, passant parfois par de discrets sentiers parmi les terres boisées, ou traversant les prairies d’herbe douce. Elle lui fit même monter une petite colline où l’on pouvait voir la grande capitale qu’était Asunia, plus au loin. Entre quelques discutions sérieuses et rigolades, il y avait aussi des moments de silence au sein du petit groupe, profitant de la belle vue, des mélodieux sons de la nature et de l’arôme fleuri de la campagne qu’elle essayait de lui faire découvrir, que tout deux puissent en bénéficier. En tout cas, cette journée devenait de plus en plus spéciale pour elle.

– Attends, je vais te montrer l’endroit que je préfère. – fit-elle en l’attirant vers les sons d’eau coulante qu’elle entendait déjà. – Nous sommes bientôt arrivés.

Bientôt, le chemin du petit groupe aboutait devant une petite rivière, serpentant calmement au milieu de la clairière. La demi-elfe venait souvent se promener en ce lieu où les trois éléments se mariaient harmonieusement, perdue dans ses pensées, voire même pour s’entrainer, comme le démontrait les quelques cavités sur l’écorce de plusieurs arbres. Elle laissa le curieux garçon explorer les environs pour se diriger vers le petit pont en bois qui traversait le cours d’eau et s’y installa sur le rebord, trempant ses petits pieds sur son lit tiède. Vilaine coupure.. Ce n’était pas grand chose, juste une petite plaie sur le coté du pied, mais cela devenait gênant avec cette longue marche. Puis, sentant l’approche du jeune Windsor, La petite s’empressa de cacher ses pieds, barbotant dans l’eau, tout en le regardant et rigolant de ses enfantillages.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Dim 18 Aoû - 4:21


Les deux enfants ressemblaient à deux jeunes amoureux qui se seraient donnés secrètement rendez-vous dans les bois afin d’y trouver un semblant d’intimité. Mais, n’allez pas leur dire, vous risquerez de les brusquer dans leur élan de douceur… La petite Elenwë était à moitié blottit contre le bras solide du Windsor, les pommettes aussi rouges que les siennes. Ils n’étaient vraiment pas habitués à ressentir un sentiment aussi simple que celui de la complicité pour un autre enfant de leur âge mais, dans l’insouciance propre à la jeunesse, ils ne se posaient pas trop de questions, profitant simplement de l’instant présent.

La demi-elfe connaissait parfaitement la forêt et, c’est avec empressement et enthousiaste qu’elle fit visiter ses lieux favoris au futur chevalier. Guidé par son amie et sa curiosité sans limite, Seyren semblait découvrir un nouveau monde, s’émerveillant devant ce qu’il aurait ignoré d’ordinaire. Jamais, n’avait-il prit à ce point le temps d’observer et de contempler l’œuvre issue de la main de mère nature. Il se surprenait aussi à rire pour tout et n’importe quoi, à jouer le plus simplement du monde, en doublant la jeune fille à la course dans les larges étendues d’herbes par exemple, avant de se faire lamentablement battre à plate couture… Ce qui l’avait poussé à faire la moue quelques instants, avant de se sentir obliger de répondre au sourire amusé de la petite Faelivrin. Ils avaient longtemps marchés, discutant de leur quotidienne et ennuyeuse vie de château, de ce qu’ils aimaient et ce qui les contrariés, avant de laisser un silence bienvenu leur rafraîchir les idées alors qu’ils observaient, du sommet d’une petite colline, la capitale du monde des Hommes, au loin... Jamais Asunia n’avait parue si glorieuse aux yeux du jeune seigneur.

C’est finalement dans une lumineuse clairière, où la rivière venait serpenter en son cœur, que les deux enfants avaient finalement accordés une petite pause à leur aventure. Alors qu’Elenwë avait pris place sur un petit pont de bois, laissant ses pieds barboter dans l’eau fraîche, le jeune épéiste observait les environs de son regard brillant puis, abandonna ses préoccupations pour rejoindre la fille adoptive du baron.

- « Quelqu’un vient souvent ici pour s’entrainer au tir à l’arc… Il y a des impacts correspondant à ceux laissés par des flèches sur ces arbres, là-bas. » Indiqua-t-il en pointant trois grands arbres du doigt. Décidemment, rien ne pouvait lui échapper.  – « Qui qu’il puisse être, il a encore des progrès à faire avant de cibler le vivant. » Commenta t-il de son habituelle mauvaise foi.

Il s’était assis sur le pont, au côté d’Elenwë, n’osant néanmoins pas retirer ses bottes pour l’imiter. Fils d’une mage du feu, il n’appréciait pas spécialement le contact relaxant de l’eau. Doucement, Seyren Windsor avait pris l’une des mains de la jeune demoiselle dans la sienne, l’observant de son regard émeraude tout en la caressant innocemment du bout des doigts. Il ne savait pas trop ce qu'il faisait mais, était persuadé en avoir le droit.

- « Je pari qu’ils sont tous en panique chez-toi… J’imagine la tête du chevalier Sire Augustin ! Il doit s’en mordre les doigts ! Mais, je n’ai pas envie de rentrer pour le moment. Que nous nous hâtions maintenant n’y changera rien, nous allons tous les deux avoir le droit à un long discours inutile… Rentrons juste avant la tombée de la nuit, si il est tard, ils se passeront de nous ennuyer. » Proposa le garçon en lui souriant tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Dim 16 Mar - 9:30
Le jeune Seyren finit par s’asseoir, son reflet apparaissant à présent au coté de la petite demoiselle songeuse. Elle failli se dénoncer à la suite de la pointilleuse remarque de ce jeune chevalier, mais fini par se retenir à temps, inspirant un bon coup d’air frais, puis se retournant à nouveau vers l’eau frétillante. Cela la chiffonnait plus que tout ! Vu la distance, ses flèches étaient plutôt bien lancées, cependant le doute subsistait. L’apprenti archère avait encore des progrès à faire.. créer des flèches de lumière parfaitement droites n’était point une tache facile et elle avait encore de la peine à métriser sa magie. Mais elle s’améliorait. Maitre Zuko lui avait accordé qu’elle avait du potentiel et deviendrait sans doute un jour une redoutable combattante. Elle l’espérait, très fort, pour quand le moment sera venu, qu’elle puisse enfin partir et suivre la trace de ses chers parents.

La demi-elfe fut tiré de ses pensées lorsqu’elle senti sa main lui être volée et se retourna, surprise de la trouver logée contre celle du jeune garçon. Un étrange contact.. mais pas désagréable pour autant. Elle se sentit du coup plus apaisée, se redressant pour fixer enfin son compagnon, ses pommettes teintes de plus belle.

La panique chez les Rochechouarts? Sans doute… et ce cher Seyren ne devait vraiment pas connaitre les crises de Madame la Baronne. Sire Augustin doit à présent, déjà regretter amèrement d’être venu.. La petite Elenwë acquiesça. Mieux valait profiter de cette resplendissante journée d’été. Et dire qu’encore ce matin, elle croyait cette journée gâchée ! L’elfette retira délicatement sa main toujours sous emprise, par réflexe et ajusta ses quelques mèches rebelles tout en lui renvoyant timidement son tendre sourire.

– Et il serait bête de gâcher une si belle journée. Du moins, cela faisait longtemps que je ne m’amusais autant.. Les garçons comme toi, ça ne cour pas les avenues d’Asunia, tu sais ? Je.. J’aurais bien aimé que….

Et elle se tût. Bien gênée, de son audace peut-être, elle dévia subitement son regard pour les planter sur ses pieds toujours trempés dans l’eau tiède. Même la pointe des ses oreilles rougirent sur le coup. Ou avait-elle donc la tête ? Importun ou non, ce fut son estomac qui conclu à sa place, en un gros gargouillis.

– Je n’ai pas beaucoup mangé à table.. – Lui rappela-t-elle, le ton désolé – puis toute cette marche m’a donné faim. Pas toi ? – Finit-elle pour s’esquiver. Que d’embarras… C’est Le Windsor tout de même..

– Je sais ou nous pouvons aller ! – Déclara l’elfette après un rapide moment de réflexion.

Sans attendre, elle se leva, secoua légèrement ses petits pieds mouillés et tendis la main au jeune chevalier toujours assis. Bientôt, tous deux se retrouvèrent de l’autre coté du pont de bois.

La forêt de ce coté de la rivière semblait plus authentique, intouchée.. Aucun sentier ne se présentait même pour les guider, que de la végétation. Cependant, La jeune Elenwë n’en était pas pour autant désorientée. Elle connaissait que trop bien ces bois et s’en émerveillait à chaque fois qu’elle s’y rendait. Ils étaient à peine à quelques miles de la forêt du Vergeau. Lentement mais surement, ils progressèrent parmi la dense végétation jusqu’à apercevoir un rideau de lumière au loin. Une clairière. Quelques rochers de granite, de toute taille s’y reposaient sous le soleil, recueillis sur un lit de buissons. Sans prévenir, la petite s’élança aussitôt vers ces dits buissons, juste à quelques mètres et s’écria joyeusement.

– Ils sont mûrs !! –  Disait-elle, toute enjouée – Et délicieux, tous délicieux !

Aussi rapidement qu’elle était partit, elle retourna vers Seyren, cueillette en main et les lui présenta.
– Des myrtilles et des mûres, j’espère vous aimez ! – Fit-elle tout en le regardant de ses yeux pétillants. Vraiment, elle espérait pouvoir le voir plus souvent..

Plus au loin, vers le ciel où l’attention des deux enfants n’atteignait plus, planaient et voletaient quelques sombres oiseaux, se rassemblant petit à petit aux cime des arbres en une symphonie de croassement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Lun 31 Mar - 5:33
Songeur, Seyren était resté silencieux, ne lâchant que quelques rares mots pour confirmer qu'il était attentif aux dires de la fille adoptive du Duc. Il s'était laissé guider dans la forêt par la demi-elfe, son esprit errant à des réflexions qui, n'auraient jamais dû autant préoccuper un garçon n'étant même pas encore tout à fait entrer dans l'adolescence. Elenwë arrivait facilement à semer le trouble dans l'esprit du Windsor. « Les garçons comme toi, ça ne cour pas les avenues d'Asunia, tu sais ? Je.. J'aurais bien aimé que.... » Avait-elle commencée sans finir. Pourquoi l'appréciait-elle ? Elle semblait si sincère ! Il n'avait pourtant pas l'impression de lui avoir accordé un traitement de faveur. Et, qu'aurait-elle aimée au juste ? Roh, et puis ! D'un geste rageur, le petit seigneur passa une main frénétique dans ses cheveux, secouant sa crinière comme pour chasser ses interrogations.

C'est en se reconnectant à la réalité qu'il se retrouva soudainement face à la jeune fille qui, faisait deux têtes de moins que lui. Les yeux d'Elenwë brillaient et ses mains étaient chargées de fruits rouges. « Elle est plutôt mignonne, cette petite elfe... » se surprit-il à penser. Jugeant qu'ils étaient soudainement trop prêts, l'écuyer recula discrètement d'un grand pas en arrière. Ne lui en voulait pas, la petite Faelivrin est la toute première fille avec qui Seyren a échangé plus d'une phrase...

- « Des myrtilles et des mûres, j'espère vous aimez ! » S'émerveilla la demi-elfe en lui proposant sa cueillette.

- « J'espère que ce n'est pas du poison sinon, on est mal...» Grogna Seyren avec sa mauvaise foi habituelle, après en avoir avalé quelques-unes.

Le jeune seigneur ne se rappelait plus vraiment de la dernière fois où il avait mangé de telles friandises. Il souriait et, s'il avait voulu donner son avis sur ces fruits, d'autres mots sortirent comme tous seuls de sa bouche.

- « Elenwë, tu saignes ! » Cria soudainement l'enfant, son regard émeraude rivé vers le bas.

Deux petits filets de sang ruisselaient sur l'un des pieds de la demi-elfe. Tranquillement, le petit seigneur posa un genou au sol, observant l'ampleur des débats en fronçant les sourcils. Ce n'était qu'une simple égratignure mais, il ne pouvait s'empêcher de chercher « comment » la petite elfe avait pu se faire ça. L'éternelle curiosité d'un enfant...

- « Je ne suis pas médecin mais, je ne pense pas que tes jours soient en danger...» Annonça-t-il avec un air grave, comme si cela n'était pas une évidence. - « Je vais te porter, ne t'inquiète pas, je marcherai tout-doux-doucement ! »

Sur ces mots, Seyren s'était relevé pour tourner le dos à la petite Faelivrin. Quand son amie s'approcha, il jeta un regard par-dessus son épaule et tendit ses mains vers l'arrière, l'invitant à grimper sur son dos. A peine avait-elle commençait à enlacer le cou du Windsor de ses petits bras, que le garçon attrapa les jambes de la petite princesse afin, qu'elle puisse tenir en selle sur son mignon destrier. Un instant, Seyren s'était demandé si son geste était digne de la galanterie ou, tout au contraire, dégradant pour un sang royal. Mais, il n'y avait personne dans les parages et, Elenwë était si gentille !

- « J'ai l'impression d'être un cheval... »
Râla-t-il dans un soupir.

Ne se souciant pas de la direction qu'il prenait, Seyren s'enfonçait dans la forêt, ne faisant aucunement attention à l'obscurité qui naissait au fil de ses pas. La demi-elfe ne semblait pas plus attentive quant à leur destination, probablement gênée ou amusée par leur étrange situation. Elle ne connaissait qu'à peine ce jeune homme que déjà, elle se retrouvait en balade sur son dos. L'héritier des Windsor avançait doucement, comme il l'avait promit un peu plus tôt. Ses beaux yeux émeraude étaient perdus sur le chemin naturel qu'ils empruntaient.

- « Tu sais Elenwë, tu es la première personne qui soit réellement sincère et gentille avec moi... Je n'ai jamais voulu de cette force, je n'ai jamais voulu cette magie indomptable... Je donnerai tout pour être ordinaire, pour ne pas être le Windsor. » Commença-t-il dans un murmure embarrassé. - « Je n'ai pas le droit d'être moi. Tout le monde s'attend à ce que je gagne la première guerre désespérée qui se pointera tout, en mourant sur le champ de bataille afin, d'être sûr que jamais je ne représenterai une menace pour eux. Mais... Avec toi, ce n'est pas pareil, j'ai l'impression que je peux être moi-même. Que je ne te fais pas peur. »

Jetant un regard derrière son épaule pour juger de la réaction de la petite Elenwë, le jeune Seyren lui adressa son plus tendre sourire, les joues tâchées par la gêne qu'il combattait.

- « Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Sam 7 Juin - 13:57
Ravie, Elenwë contemplait le jeune Seigneur goûter, ou plutôt, engloutir une après une les petits fruits des bois cueillies par ses soins. Quelle voracité ! Heureusement qu’elle connaissait très bien la flore sylvaine, il était si facile de se tromper… – Il n’y a rien à craindre.. – Rassura-t-elle tout en savourant quelques dernières myrtilles avant qu’elles ne disparaissent pour de bon. Elle attendait impatiemment le verdict final que Seyren semblais cogiter, et qui se présageais positif, vu sa mine goulûment satisfaite..

– Elenwë, tu saignes !

– Heu… – Ce n’était pas exactement le genre de commentaire qu’elle aurait espérer entendre. Le regard perplexe, la petite Faelivrin examina premièrement ses mains tâchées de jus de fruits rouges. Serait-ce une farce ? Puis sa confusion crût à la vue de son compagnon s’abaissant au niveau de ses pieds nus. Mais qu’est ce que.. Ah ! Ça !

– Je ne suis pas médecin mais, je ne pense pas que tes jours soient en danger... – Lui déclara-t-il très sérieusement.

Effectivement, la coupure s’était rouverte et deux filets de sangs ruisselaient tranquillement sur son petit pied. Instinctivement, elle recula de deux pas, gênée de toute cette attention soudainement retournée sur elle.

– Non, ce n’est pas bien grave.. C’est arrivé tout à l’heure, en fuyant les deux gros jambons sur pattes – Commenta l’elfette, gênée et souriante, voulant se montrer forte sur ce coup. Ce n’est pas ce genre de bobo qui m’arrêterait, bon sang !J’ai du marcher sur une branche… ou une brindille. Presque rien. – Cependant elle ne pu éviter une légère grimace et un ridicule « aïe » en s’appuyant sur le dit pieds. Maudite coupure !

– Je vais te porter, ne t'inquiète pas, je marcherai tout-doux-doucement !

Lui ? Me porter ?! Rien que cette pensée la fit rougir de plus belle et elle s’apprêtait à contester son offre, mais il s’était déjà retourné, l’invitant à se rapprocher. Une petite voix lui disait qu’il valait mieux ne pas contrarier un Windsor.

– D.. D’accord. – Finit-elle par lâcher, inspirant un bon coup avant de s’avancer.

Ses mains étaient toujours tâchées de jus des baies. Hum.. ne voulant pas salir son compagnon, elle s’essuya simplement les mains sur ses vêtements avant de tendre ses deux bras ver le cou de Seyren. Tam pi pour la robe.. Je vais de toute façon me faire gronder en rentrant. – Wow ! – S’exclama-t-elle en sentant ses pieds quitter soudainement la terre ferme. Seyren venait de la hisser sur son dos et elle s’affola de cette perte de contrôle soudaine. « Je peux lui faire confiance » Se répétait-elle tout en contrôlant sa respiration. Ses petits bras se serrèrent un peu plus contre le jeune garçon.

- J'ai l'impression d'être un cheval... – Râla le Seyren grognon. La jeune elfette en ris. Elle avait regagné son calme.

La petite Elenwë n’arrivait toujours pas à y croire. Moi ? Sur le dos de l’héritier des Windsor ? Incroyable. Et pourtant les solides épaules sous ses fins bras étaient bien réelles. C’était si gentil de sa part de la porter de cette façon, préoccupé de son bien être. Puis, une pensée lui traversa l’esprit. Cela faisait combien de temps depuis la dernière fois qu’on l’avait porté ainsi ? Depuis bien de longues années.. Six pour être exact. Elle se remémorait vaguement l’image de celui-ci. Grand, chevelure noire ébène et aux yeux d’un intense bleu-vert, comme les siens. C’est avec une pointe de nostalgie, mais toujours sereine qu’elle se perdit dans ses songes remplit de rires et de jeux d’enfants. L'elfette se sentait en sécurité.

– Tu sais Elenwë, tu es la première personne qui soit réellement sincère et gentille avec moi... –  Elle cligna des yeux, retournant à l’instant présent. Elle n’avait même pas fait attention à où ils allaient. –  Je n'ai jamais voulu de cette force, je n'ai jamais voulu cette magie indomptable... Je donnerai tout pour être ordinaire, pour ne pas être le Windsor. – Murmurait-il, d’un ton plutôt gênée. Elenwë était de toute ouïe. – Je n'ai pas le droit d'être moi. Tout le monde s'attend à ce que je gagne la première guerre désespérée qui se pointera tout, en mourant sur le champ de bataille afin, d'être sûr que jamais je ne représenterai une menace pour eux. Mais... Avec toi, ce n'est pas pareil, j'ai l'impression que je peux être moi-même. Que je ne te fais pas peur.

Le Windsor jeta son regard émeraude sur la jeune Elenwë et termina sa confidence par un touchant « merci ». Ne sachant que dire, elle se contenta de rétribuer son sourire, le remerciant de ses paroles, mais en même temps désolée. Cela devait être si compliqué d’être l’héritier d’une telle famille légendaire. Pauvre enfant. Quel genre de personnes cohabitait-il pour avoir de telles pensées ? Personne ne prenait soins de lui ? Le faisaient-ils croire qu’il était un monstre ? Est-ce qu’ils le traitaient comme t’elle ? Tant de questions tournaient dans sa tête et elle se sentait si impuissante pour l’aider, c’était si injuste.. Son regard s’assombris. Le monde où nous vivions était bien trop injuste, ça elle le savait très bien. Elle se souvint brièvement de son clan et des gents qui la composaient, avec qui elle avait vécue ses premières années et qui lui avaient transmis les plus importantes leçons de vie. Une lueur d’espoir réapparu dans son regard, l’éclairant momentanément.

– Un vieux proverbe bien connu des Elfes dit, dans notre langue, que « La destinée ne vient pas du dehors à l'homme, elle sort de l'homme même ». Les Nains ont aussi leur propre proverbe sur le sujet, à leur manière. Selon eux.. – Elle se racla la gorge pour prendre une voix bien plus grave, et s’efforçant de maintenir un air crédible – « Le destin bat les cartes mais c’est nous qui les jouerons ! » – C’est fichu pour la crédibilité. – Bref, hum.. J’espère que tu pourras y réfléchir.. – Elle fit une courte pose, le temps d'organiser ses idées, et son regard s’éclaira de plus belle. – Puis, le vrais Toi ne me fais pas peur. J’ignore ce que les autres disent ou pensent à ton sujet, et cela ne m’intéresse point. À ce que je vois, cela doit être infondé. Le Seyren que je viens de connaitre a bon cœur, j’en suis sûre. Il est en ce moment même en train de me porter, soucieux pour mon bien être. – Lui soufflait-elle le gratifiant de son regard. Sa voix était plus tendre maintenant. – J’ai passé une très agréable journée en sa compagnie. Je.. J’espère  sincèrement que ce ne sois pas la dernière.. – Ses pommettes se colorèrent encore plus et elle ne put terminer que d’une petite voix – Peut-être que les autres n’ont pas la chance de connaitre le vrais Toi..

Elle l’avait dit ! Enfin ! Mes Dieux, qu'allait-il penser de tous ça?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mer 25 Juin - 11:16
Le garçon avançait doucement, son regard verdoyant rivé sur le tapis naturel de la forêt. La fille adoptive du Duc lui semblait en cet instant encore plus fragile et minuscule que lors de leur première rencontre au manoir. Elle était si légère ! La plupart des elfes étaient végétariens et, Seyren semblait convaincu que c'était pour cette raison que leur corps était si maigre et si fin. Pourtant, Elenwë Faelivrin n'était qu'une demi-elfe. Elle vivait avec des humains riches et influents mais, parfaitement ordinaires. Non, ce n'était pas ses origines elfiques qui la rendait si vulnérable aux yeux du garçon... C'était autre chose.

Lorsque la demi-elfe reprit la parole, essayant de remonter le moral au Windsor en lui citant des proverbes, imitant très mal la voix grave d'un nain durant l'un d'eux, Seyren ne pu s'empêcher de sourire. S'il arrivait souvent au futur chevalier de broyer du noir, il n'était au fond qu'un enfant, un rien suffisait à lui faire oublier ses démons.

- « Puis, le vrai Toi ne me fais pas peur. J'ignore ce que les autres disent ou pensent à ton sujet, et cela ne m'intéresse point. À ce que je vois, cela doit être infondé. Le Seyren que je viens de connaitre a bon cœur, j'en suis sûre. Il est en ce moment même en train de me porter, soucieux pour mon-bien-être. J'ai passé une très agréable journée en sa compagnie. Je... J'espère sincèrement que ce ne soit pas la dernière... Peut-être que les autres n'ont pas la chance de connaitre le vrai Toi.. » Avait-elle continuée avec gêne.

Le Windsor s'était arrêté, son regard perdu dans le lointain. La forêt était de plus en plus sombre et, les rayons orangés du soleil couchant avait grande peine à traverser le plafond de branches et de feuilles. Mais, tel le lion qui se sent Roi en tout lieux, cela n'avait pas inquiété l'héritier des héros. Ou plutôt, cela n'avait pas interpellé l'enfant insouciant qu'il était...

- « Tu es gentille Elen... » Commença-t-il en l'appelant ainsi pour la première fois. Seyren avait toujours eu cette manie de donner des surnoms ou des diminutifs à tout le monde. - « Tu ne m'as jamais vu combattre. Tu sais, j'ai déjà tué... Je ne maitrise pas encore l'épée que déjà, j'ai du sang sur les mains. Les Windsor ne sont pas tout à fait humains. » Conclu-t-il d'une voix qui ne laissait pas d'ouverture à la discussion.

Le hurlement lointain d'un loup puis, de plusieurs autres, semblant relayer un message compris d'eux-seuls, comblèrent le lugubre silence de la forêt. Le regard du jeune homme s'était alors mis au travail, observant autour d'eux, cherchant un repère quant à leur position. Les arbres étaient si grands qu'il n'en voyait pas la cime même en levant la tête. Leurs branches semblaient difformes bien que garnies de feuilles. Au loin, il apercevait une brume qui semblait profiter de la fin du jour pour se répandre entre les troncs des arbres. Le garçon réalisa également qu'il n'entendait à présent plus le chants des oiseaux. S'il ignorait où ils étaient, il n'en était pas effrayé pour autant. Il en fallait bien plus pour inquiéter le Windsor, aussi jeune était-il.

- « Où sommes-nous ? » Demanda Seyren d'une voix neutre, les sourcils froncés. - « L'atmosphère semble... Différente. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Lun 1 Sep - 13:33
Ne sachant plus quoi en penser, elle se tût, résignée. Porter le nom de Windsor devait être un énorme fardeau et il semblait à la jeune enfant, de plus en plus impossible d’en échapper. Pourtant, la demi-elfe ne voulait pas abandonner. Ils ne se connaissaient que depuis quelques heures mais déjà elle ressentait une forte empathie pour lui et apaiser la douleur de ce mystérieux jeune homme était devenu une de ses priorités. Mais à présent, elle se sentait impuissante à cette tache..


Sa tristesse fut de courte durée car soudainement, le lugubre hurlement de plusieurs loups vint rompre le silence qui s’était installé autours d’eux, mettant instantanément l’elfette en état d’alerte. C’est avec stupeur qu’elle réalisa à quel point ils étaient allés loin dans les bois, sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte.

– Où sommes-nous ? L'atmosphère semble... Différente. – Sa voix montrait qu’il était à peine effrayé par ce nouveau scénario.

– La Forêt du Vergeau. Ce n’est pas recommandé d’y rester jusqu’à très tard. – Finit-elle par lui répondre, après avoir regagné son calme. Cependant, plus elle analysait la situation, plus elle réalisait qu’ils étaient fourrés dans un sacré pétrin. Encore une fois... – Seyren, j’ai un mauvais pressentiment relativement aux loups que nous avons entendu. Ces bêtes chassent la nuit tombée et nous sommes sur leur territoire. Quelque chose me dit qu’ils savent déjà de notre présence. – Conclua Elenwë, les yeux rivés sur les hautes branches de ces colosses d’arbres, où quelques corbeaux avaient pris place. Sa voix était maintenant suppliante. – S'il te plaîs, partons vite d’ici.

La brume se faisait de plus en plus épaisse et seuls leurs pas pesant sur le tapis de feuilles mortes et leurs souffles saccadés se faisaient entendre dans cette inquiétante forêt. Elenwë avait insisté pour reprendre pied sur terre, afin de ne pas les ralentir, et tout deux courraient maintenant main dans la main pour rejoindre au plus vite la lisière de la forêt.

Les hurlements recommencèrent, plus proches, confirmant sa plus grande crainte. Leurs regards se croisèrent. Il n’y avait plus de doute qu’ils se faisaient traquer par une meute de loups et même si les hurlements semblaient encore lointains, elle savait que c’était une impression trompeuse. Ils pouvaient être bien plus proches que l'on pouvais imaginer, et avaient la brume à leur avantage.. D’ailleurs, à cinq mètres de distance on y voyait plus grand-chose. Elenwë se décida finalement de faire usage de son don, même si discrètement pour ne pas être vu par l’apprenti chevalier. En canalisant son énergie, elle était capable d’une vision plus développée, permettant de percevoir les plus infimes détails de ce qui l’entourait. Une légère lueur dorée parut sur chacune des iris de la jeune fille. Tout en surveillant le paysage qui défilait, elle tentait de se remémorer tout ce qu’elle connaissait des loups, de leur comportement et mode de chasse. Elle savait que s’ils arrivaient à les distancer, ils abandonneraient rapidement la poursuite, mais par contre, s’ils se faisaient rattraper, la fuite serait alors inutile et les inciteraient encore plus à attaquer. Rester immobile ou leurs faire front serait alors plus efficace cars ces canidés en seraient déstabilisés. La course à travers la dense et lugubre forêt ne durait qu’à peine une minute ou deux, mais cela lui semblais déjà une éternité. Elle en avait même oublié la douleur au pied.

Subitement, elle vit du mouvement parmi la végétation. D’ailleurs la vision ne fut pas son seul sens en alerte, son ouïe avais également perçu quelque chose derrière eux. Et merde..

– Arrête ! – Lança-t-elle sans hésiter à l’adresse du Windsor, tout en tirant sur sa main pour le ralentir.
 
Quelques bruits de froissement de feuilles, maintenant perceptible pour tout deux, se silencièrent les secondes qui suivirent leur arrêt. La menace était là, mais ils ne la voyaient pas.. et ça, ça lui rappelais que de mauvais souvenirs. Elen était terrorisée et essoufflée, mais ne suivant que son instinct de survie, elle attrapa le premier bâton qui se trouvait à sa portée et vins se coller au côté de son compagnon d’infortune, surprenant sans doute ce dernier qui devais s’attendre à une toute autre réaction de la pars d’une si petite fille. Et elle les chercha parmi les troncs et les buissons, dans le brouillard qui les entouraient. Les derniers rayons orangés se faisaient la malle, laissant tous les deux dans la pénombre, le silence régnait.
 
Le contour d’une première ombre ne tarda pas à se matérialiser, puis une deuxième.. Vins le fameux moment où l’on se demande "quand vais-je sortir de ce mauvais rêve ?".
 
– Sey, j’en compte cinq.. – Sa voix était faible, tremblante. – Tous entre midi et quatre heures.


 
 ---

[HRP]Si quelqu'un à un doute pour les heures, sait-on jamais: Lien x)[/HRP]
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Dim 2 Nov - 12:17
Le jeune homme, malgré l'angoisse et la peur qu'il pouvait percevoir dans les iris verts de son amie, ne pouvait que trouver la situation excitante. Il n'avait pas peur de mourir. Comme si, de son jeune âge, il avait encore la naïveté d'ignorer ce qu'était la mort. Et pourtant, Seyren l'avait déjà que trop côtoyé et ce, à peine était-il venu au monde... Non, c'était l'adrénaline guerrière qui s'emparait doucement mais sûrement de la raison de l'enfant. Il aimait se battre. Il se sentait si fort et si libre dans ces moments-là ! Mais, il n'était pas seul et ça, Seyren était assez mature pour s'en apercevoir. La petite Faelivrin avait peur, elle voulait rentrer chez elle et au plus vite. A peine le garçon avait-il déposé la demi-elfe au sol qu'il avait attrapé sa petite main, l'emmenant avec lui vers le chemin qu'il espérait être celui du retour.

Il courait aussi vite que ses jambes pouvaient le porter, ignorant les branches et les feuilles qui lui fouettaient le visage par moment. La blessure d'Elenwë était à présent oubliée, devenue trop superficielle par rapport à la situation dans laquelle ils se trouvaient à présent. Quel beau pétrin ! Si dans un premier temps le futur chevalier avait espéré fuir, il avait rapidement compris que c'était peine perdue. Non seulement les loups étaient plus rapides sur leur quatre pattes, mais en plus, ils semblaient simplement pousser les deux enfants à fuir dans une direction précise, comme s'ils cherchaient à refermer un piège... C'est la demi-elfe qui pris la décision d'arrêter leur course désespérée la première. Le petit Seigneur avait écarquillé les yeux en l'observant ramasser un morceau de bois. Qu'espérait-elle faire avec une brindille contre des loups ?!

- « Sey, j'en compte cinq.. Tous entre midi et quatre heures. » Avait-elle indiqué à son compagnon de fortune, lui donnant elle aussi un surnom.

Serrant les dents, l'héritier des Windsor avait dégainé son épée. Si la lame luisait sous les derniers rayons orangés du crépuscule, elle n'en restait pas moins trop ordinaire au goût du garçon. Seyren s'était alors dit que si son maître avait accepté qu'il puisse porter l'épée de son défunt père, la 9K, il aurait pu repousser ces maudits loups d'une seule étincelle de flamme ! Tout en maudissant intérieurement son maître d'armes, le garçon aux yeux verts observa l'apparition des loups qui, lentement, quittaient l'obscurité de la forêt pour se manifester tel des créatures spectrales.

- « Ne tombe surtout pas... » Avait lancé Seyren à Elenwë, collant son dos au sien afin d'empêcher une ouverture d'attaque aux canidés. Le petit Seigneur savait qu'une fois à terre, les loups avaient gagnés. - « Si je viens à tomber, profite pour t'enfuir... Je te rejoindrais. »

Si les deux enfants ne reculaient pas, les loups eux, avancés. Face aux deux silhouettes humaines, les animaux carnivores semblaient hésiter. Ils étaient plus nombreux mais, assez intelligent pour savoir que les bâtons des humains étaient des armes mortelles... Seyren ne pouvait s'empêcher de les trouver gigantesques ! Il avait déjà autrefois aperçu des loups mais, seulement de loin. Si les légendes dans lesquelles il avait toujours baigné ne parlaient que de monstres et de démons, le jeune bretteur en avait presque oublié à quel point les animaux ordinaires, eux-aussi, pouvaient être dangereux.

Le regard émeraude de Seyren fixait l'animal le plus proche de lui, un grand loup gris sombre qui, les babines retroussées pour dévoiler ses armes, grognait avec un air féroce. Profitant de la diversion offerte par l'un de ses congénères, un autre loup, probablement impatient et imprudent à cause de la faim, avait bondit sur le jeune homme. Les crocs puissants s'étaient refermés avec force sur le pauvre bras du Windsor. Sous la surprise, l'épée avait rejoint le tapis de feuilles mortes de la forêt. Le poids de l'animal menaçait de faire basculer le garçon au sol mais, avant que le loup ne puisse réellement parvenir à maîtriser cette proie battante, Seyren lui administra un sévère coup de pied au ventre. Le loup avait lâché sa prise dans une pitoyable plainte. Son bras en sang contre son torse, le jeune garçon s'était baissé en hâte pour récupérer sa lame.

D'autres loups, encouragés par la folie de celui qui venait de blesser le futur chevalier, s'étaient finalement décidés à passer à l'attaque !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mar 14 Juil - 15:42
A peine avait-elle donné l’indication sur la position des canidés qu’elle entendit la lame du jeune chevalier sortir de son fourreau. Au contraire de la demi-elfe, celui-ci semblait à peine terrorisé de se retrouver face à face avec des loups affamés. Et pourtant, ces bête étaient bien trop effrayantes... Sans hésiter, il lui fit coller son dos au sien en vue des loups qui comptaient les encercler.

– Ne tombe surtout pas... – Lui avait lancé Seyren. La petite Elenwë acquiesça et se colla encore plus contre le dos de son compagnon de fortune, pour ne laisser aucun espace entre eux comme pour se réconforter un tant soit peu... – Si je viens à tomber, profite pour t'enfuir... Je te rejoindrais.

La fille adoptive du baron se retourna légèrement, fixant de son regard affolé le jeune héritier des Windsor.

Elle n’était pas dupe. Son ami voulait juste la rassurer avec ces paroles. Elen savait très bien que s’il tombait, ce serait finit. Il ne la rejoindrait plus jamais... Rapidement, elle regarda de droite à gauche pour faire le point de la situation. Les loups avançaient d’une démarche hésitante. Leur arrêt avait réussi à semer le trouble dans l’esprit des canidés et la menace de l’épée les maintenaient en respect. Cependant, ils semblaient déterminés. Leurs grognements se faisaient entendre. Cinq loups… c’était trop pour le jeune garçon. La petite Faelivrin ne voulait pas être un fardeau pour son camarade. Cependant, elle n’avait pas son arc sur elle, elle n’était armée que d’un vulgaire bâton qu’elle tenait fort dans ses mains.. Une pensée traversa vaguement son esprit et elle desserra sa prise. Son regard vert pin vint fixer sa petite main libre.

C’est horrifiée qu’elle vit un des loups se lancer et s’attaquer au bras de Seyren sans qu’elle puisse le prévenir. Le jeune homme avait réussi à se libérer de l’emprise du canidé d’un violent coup de pied, mais d’autres s’apprêtaient déjà à prendre la relève. Ni une, ni deux, la jeune fille à la chevelure de feu fit volte-face, se plaçant devant les loups et leurs lança en un demi-cercle des milliers de petites particules lumineuses, comme qui enverrait du sable sur les yeux de ses adversaires. Les minuscules grains de cette poussière d’étoile éclatèrent aussitôt en contact des faces des grands canidés, les aveuglant momentanément.

– Allez-vous-en ! – Avait-elle crié de sa voie enfantine, sans vraiment songer à ce qu’elle venait de faire.

Cela avait réussi à les surprendre. Plusieurs avaient reculés de quelques pas, désorientés, d’autres s’étaient carrément retournés en arrière en glapissant. Jetant un rapide coup d’œil derrière, elle aperçut que Seyren avait pu récupérer son épée au sol. Son bras gauche était ensanglanté. Alerté par un grondement non loin d’elle, Elenwë se retourna pour faire face à un loup gris sombre qui semblait la fixer de ses yeux ambre. Le souffle court, ses mains se serrèrent autour de son bâton.

– Va-... t’en !

Elle frappa de toutes ses forces sur la tête du loup pendant qu’il était encore sonné. Cependant, son coup n’avait pas semblé l’affecter, ou plutôt, la frappe n’avait servi qu’à effaroucher encore plus la bête. A la vue des crocs acérés que ses babines retroussées laissaient entrevoir, elle comprit, effrayée, la bourde qu’elle avait commise et le regretta amèrement. A peine avait-elle eu le temps de prendre du recul que l’animal s’attaqua au bâton qu’elle tenait toujours devant elle, l’arrachant de ses mains. Comble de tout, la fillette s’emmêla aussitôt les pieds dans sa longue robe bleu turquoise, tombant hasardeusement en arrière. «Fichue robe !» Se lamentait-elle intérieurement.

Lorsqu’elle rouvrit ses yeux embrumés d’effroi, l’horrible loup avait lâché son bâton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Joueuse
Localisation : Partout à la fois...
Exp : 3234

Messages : 1003
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mer 22 Juil - 12:12
Le garçon savait que se faire petit devant des bêtes sauvages était risqué. S'il se baissait pour ramasser son arme, les loups y verraient de la faiblesse et bondiraient aussitôt sur lui pour le tailler en pièces. Ils étaient déjà bien nombreux et féroces, les encourager à passer à l'assaut n'était clairement pas une bonne idée ! Mais, n'était-ce pas plus dangereux encore de rester désarmé face une meute de loup affamés... ? Seyren avait donc ôté pour prendre le risque, se jetant à terre pour ramasser son épée. Il n'était pas seulement question de lui, Elenwë Faelivrin était également en danger !

Contre toute attente, ce fut la petite demi-elfe qui protégea l'écuyer. Effectuant une roulade, Seyren ramassa son arme avant de se relever d'un bond, adoptant une posture de combat défensive. Le pommeau de l'épée tenu fermement à deux mains, le jeune garçon était resté un instant bouche bée, impressionné par ce qu'il n'aurait jamais soupçonné chez Elenwë. Des projectiles lumineux quittaient les mains de la demoiselle pour se ruer sur les loups les plus téméraires, les obligeant à reculer ! Mais, ce n'était pas sa magie de lumière qui impressionnait le Windsor, son amie savait se battre !

Seyren n'était pas resté spectateur bien longtemps. Le plus gros des loups venait de prouver à la jeune fille qu'elle n'était pas de taille contre lui, la désarmant de son bâton qui, bien qu'inutile, agissait comme une protection dans l'esprit de la petite Elenwë. Réalisant qu'il n'y avait plus rien pour faire obstacle entre elle et les crocs de l'animal, la fille du duc avait glissée vers l'arrière mais, au lieu de chuter vers le tapis naturel de la forêt, son dos avait heurté son compagnon.

La demi-elfe blottit malgré elle contre lui, Seyren passa un bras autour de sa taille, de sorte à la garder en sécurité, contre lui. Sa main libre brandissait son épée vers la bête sauvage. Jamais le regard vert du jeune garçon n'avait quitté les yeux jaunes du grand loup au pelage sombre. Lentement, l'épéiste reculait, entrainant son amie avec lui. Il devait veiller à garder sa position menaçante. Si les loups réalisaient que Seyren et Elenwë étaient en fuite, ils se sentiraient en grande supériorité et lanceraient immédiatement l'assaut ! Si la démonstration de magie d'Elenwë et l'épée de Seyren avaient suffit à couper l'appétit à de nombreuses bêtes, ce n'était pas le cas du plus grand d'entre eux. Dévoilant ses armes sous forme de crocs, le grand loup au pelage gris continuait de coller les deux enfants.

Puis, ce que Seyren redoutait arriva. Le loup gris sombre avait outre passé la menace du Windsor et s'était élancé sur lui et sa compagne. La pointe de épée se planta dans la gorge de l'animal avant de ressortir au travers de sa nuque, sa lame rougit par le sang.

Retirant son épée d'un mouvement brusque, Seyren sera ses lèvres sèches en observant le sang de la pauvre bête, qui ruisselait encore le long de la gouttière de son épée. De nouveau, il reculait, plus énergiquement, plus rapidement. Alors que les deux enfants d'Asunia s'éloignaient, quelques loups s'étaient rapprochés tristement de la dépouille du plus courageux d'entre eux. Quelques regards s'étaient levés dans la direction qu'avaient emprunté les deux enfants. Une fois de plus, les humains avaient prouvé à quel point ils pouvaient être dangereux... Sans surprise, les loups chanteront leur peine et leur mélancolie à la prochaine lune.

Conscient que les loups étaient à présent loin, Seyren avait libéré Elenwë de son étreinte. Son bras meurtrit par les loups était serré contre sa poitrine. Toujours aussi pressé de s'éloigner encore et toujours encore plus, fuyant plus l'acte désespéré qu'il avait commit que les bêtes sauvages, l'héritier des Windsor pris délicatement la main de la jeune fille dans la sienne, continuant à s'enfoncer négligemment dans les bois.

- « Je n'ai pas eu le choix... » Murmura-t-il plus pour se rassurer lui-même que pour consoler la jeune fille. - « Il ne m'a pas laissé le choix... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : bénévole et spontanée
Exp : 906

Messages : 289
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 250

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ] Mer 26 Aoû - 14:14
La jeune fille tentait désespérément de s’équilibrer, après avoir marché sur sa propre robe en reculant, cherchant à se distancer du loup exalté, cependant la chute semblait inévitable. Toutefois, au lieu de tomber sur un tapit de feuilles mortes, son dos avait heurté quelque chose d’autre, plus réconfortant. Son ami l’avait attrapé de justesse. Le grand canidé stoppa immédiatement son approche en apercevant sa proie potentielle sous la protection de l’autre humain, bien plus menaçant avec sa lame reluisante pointée dans sa direction.

Tenant toujours la petite Elenwë sous son aile, serrée contre lui de son bras indemne, le jeune bretteur reculait lentement, l’entrainant avec lui. Cependant, le loup ne semblait d’enclin à les laisser filer. Blottie contre son compagnon, Elen contemplait effrayée le grand loup gris qui continuait de les harceler, les babines retroussées, cherchant inlassablement une opportunité pour les attaquer. Puis, ses yeux verts pins s’écarquillèrent de stupeur. Ignorant la menace du jeune épéiste, la bête s’était brusquement lancée sur eux et trouva la pointe de la lame en son chemin. Sous ses yeux, le loup transpercé à la nuque laissa échapper son dernier souffle avant de s’écrouler sur le sol.

Pétrifiée par ce qui venait d’arriver, la jeune elfette se laissa entraîner par le Windsor, puis quand ils furent assez loin des autres loups, il la libéra de son étreinte et attrapa sa délicate main pour reprendre la fuite dans les bois.

Sans l’intervention de Seyren, je serais tombé, je ne me serais plus jamais relevé.. elle ne cessait de se le répéter. Tourmentée par cette terrifiante pensée, elle oublia totalement la douleur de sa petite blessure au pied et continua à courir, menée par le jeune chevalier. Les loups ne semblaient plus les poursuivre et, rapidement, ils passèrent la clairière où ils avaient mangé les mûres, mais son ami ne semblait pas l’avoir remarqué.

– Je n'ai pas eu le choix... – Avait-il murmuré. – Il ne m'a pas laissé le choix...

Il était en proie avec ses propres pensés et quand l’elfette s’en rendu compte elle en fut totalement désolée. Pendant qu’elle s’inquiétait sur ce qui aurait pu lui arriver, Seyren se tourmentait à cause de son acte brutal, mais nécessaire. C’était si triste… Une fois arrivés à la petite rivière, le petit groupe s’arrêta finalement de courir. Ils étaient enfin saufs... Sans que le jeune Windsor ne s’y attende vraiment, la petite fille du baron se jeta sur lui au bord des larmes, le serrant fort contre ses bras.

– J’ai eu tellement peur.. – Exprima-t-elle entre deux sanglots. – Si ce n’était pas toi, je.. je… Tu m’as sauvé la vie.

Après tout ce qui c’était passé cette étreinte était tellement réconfortante, la jeune fille avait réussi à se calmer un peu.

– Ce n’est pas de ta faute. S’il-te-plait, je ne veux pas que tu sois triste pour ça…

La demi-elfe resta encore un moment blottie contre son ami, le visage appuyé sur son torse, lorsqu’elle se rappela enfin d’un important détail.

– Ta blessure ! Je vais m’en occuper.

La petite Elenwë s’éloigna de quelque pas et sans hésiter, elle chercha une longue parcelle de sa robe encore propre pour la déchirer. Elle s’essuya rapidement les dernières larmes qui trainaient sur son visage et délicatement, elle remonta la manche du bras meurtris du garçon. Les canines du loup n’avaient pas fait de trop grands dégâts, mais avait tout de même perforé profondément la chair. Il saignait toujours un peu. Le pauvre.. Sans dire un mot, Elenwë ressortit de sa poche le mouchoir doré que Seyren lui avait tendu plus tôt dans l’après-midi, le plia et le déposa autours du bras de façon à recouvrir toute la blessure. Puis, elle enroula minutieusement le tout avec le morceau de tissu fraîchement déchiré pour en faire un bandage. En aucun moment elle quitta son travail de ses yeux redevenus clairs. Une fois son oeuvre terminée, elle vérifia si celui-ci n’était pas trop serré et juste après, elle plaça ses deux mains autour de la blessure.

– N’aie pas peur.. – Ceci dit, une fine lueur dorée se forma en dessous de ses petites mains. – Cette lumière guérie que très peu, mais elle apaisera la douleur que tu dois ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]

MessageSujet: Re: Le poids d'une promesse [ PV Elenwë ]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Le poids et le nombre des deportes pour 2006
» Un chanteur de poids à redécouvrir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Asunia-