avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Mer 17 Avr - 6:22

Un nouveau jour. Encore. C'était un soleil radieux et une brise légère qui balaya le visage de la jeune femme. Toute souriante et sautillant gaiement en dehors de la grande cité de Lumïa, Linaewen était prête pour de nouvelles aventures. Ce serait tout simplement épique de rencontrer peut être d'autres personnes et leur parler de son futur projet qui, elle l'espère, se concrétisera. Les oiseaux chantaient, peu de nuage à l'horizon. Ce serait un voyage intrépide ! Sifflotant, Linaewen se mit à chanter. Elle avait le rythme dans la peau et dansait en plein milieu du sentier battu, ne sachant où cela allait la mener. L'herbe verte s'étendait jusqu'à l'horizon. Elendil virevoltait dans le ciel, tout heureux lui aussi de sortir enfin de cette immondice ville où le corbeau ne se sentait pas libre. Il racontait à la petite elfe ses récits de la journée, ce qu'il s'y passait et ce qu'il faisait. Du moins, l'elfe tentait de le comprendre à certains moments. Le fait qu'il soit tout deux super proches leur permettait de se comprendre d'un seul regard. Sur la route, ils rencontrèrent un marchand sur son cheval. Il était mince et avait de longs cheveux bruns. Des yeux gris et un petit bouc au menton. Saluant la jeune femme, il décida de prendre des nouvelles.

- Et bien monseigneur, rétorqua la jeune femme, ces temps ci Lumïa est plutôt calme. Il peut y avoir des petits chapardeurs dans les coins de rue. Mais durant mon parcours, j'ai rencontré pas mal d'agitations au niveau des bosquets et les forêts deviennent bien trop lugubres pour s'y aventurer seul. Baissant un peu la voix Linaewen rajouta, Ne vous faites pas prendre ! Faites attention à vous et prenez garde. Cependant, sur ce chemin vous serez tranquille !

Il repartit en lui faisant un signe de la main. L'archère continua son trajet, arc et carquois dans le dos. Le temps était vraiment splendide. Tout était merveille et bonne humeur. Peut être dû aux récentes rencontres ? Elle n'en savait que trop rien. Seul le fait de pouvoir se procurer un tel plaisir de respirer l'air frais et de voir ses vêtements flotter ainsi au rythme de la danse, ses pas allant de droite à gauche, d'avant en arrière et une pirouette. Ouais. C'était comme le twist. Se sentir léger et se mouvoir sur le son qu'on avait dans la tête. Pourquoi pas ? Se sentir vivre. "Yeah babe !". Oh ! Quelque chose interpella la jeune femme. Des sons. Des bruits. Des pas. Des cris de joie. Où était-ce ? Elle se mit soudain à courir, Elendil la suivit de haut, son champ de vision était largement supérieur et il piailla son excitation en voyant des saltimbanques dans une fête foraine. Oui. Une fête foraine ! C'est dans un petit village sans nom que notre jeune femme se dirigea avec de grands pas et arriva nez à nez devant une grande dame sur des échasses. Elle lui jeta des paillettes et des confettis. Avançant, Linaewen s'extasia devant tant de couleurs et de danse. Voyant des gens jouer de leurs instruments, elle ne put résister. De sa cape de plume et de sa jolie robe, l'elfette s'avança au milieu de la place et se mit à danser sur le rythme. Un son. Yeah. De la musique et c'est parti ! Beaucoup la rejoignirent et se mirent à jeter encore plus de confettis. Des rires et des enfants. Du chant et de la danse. Les petits comme les grands s'amusaient avec des ballons. Une dame à peu près du même âge que Lin s'avança et dansa avec elle. Toutes deux semblaient rires et s'amuser. Puis elles s'arrêtèrent pour aller boire un verre.

C'est dans un petit restaurant, non loin de la foire où elles conversèrent toutes les deux. C'est si rare qu'une femme l'aborde de cette façon. Celle ci lui demanda d'où elle venait, ce qu'elle faisait. Puis elle commença par lui parler de ses habits qu'elle trouvait absolument ravissant. Puis de ses formes. C'est à partir de ce moment où Linaewen eu un petit bond dans le coeur. L'archère n'avait jamais vraiment parler de son corps à quelqu'un et cette femme qu'elle venait tout juste de rencontrer ... qui s'appellait Liessa lui trouvait beaucoup de charme. Elle vint alors lui toucher le visage et lui demanda de l'accompagner dans une petite ruelle, lui tenant la main. Cette ruelle était plutôt sombre et il y avait des tonneaux de bières et autres cochonneries. Qui viendrait ? Devait-elle s'alarmer ? Mais les femmes, l'elfe n'avait jamais eu de tel contact aussi direct. "Tu es intéressante ..." murmura Liessa aux oreilles de Lin. Elle rougit. Non pas qu'elle était timide mais en si peu de temps. Linaewen commençait à rougir de plus en plus quand Liessa la plaqua contre le mur, lui toucha le visage, approcha son corps et vint l'embrasser. Sensation ... étrange. Linaewen aimait ce contact. Puis Liessa vint lui effleurer le corps, goûtant à ses lèvres rosées avec ce regard amusé. Liessa lui prit la main et l'emmena alors près de la foire, encore pour aller boire un coup. Un verre. Une danse. Un verre ... un verre. L'elfette avait le feu aux joues. C'était quoi tout ça ? Et ce bruit ? La fête foraine. Oui voilà. La fête. La Dame l'embrassa encore. Etait-ce de l'amour ? Peut-être. Puis un regard, Elendil était parti. Il devait s'amuser à voir d'autres animaux. Cette jeune femme l'emmena alors que le soleil commençait à se coucher dans une étroite ruelle. Là, il y avait pleins de femmes plus ou moins dévêtue.

Liessa - Linaewen, ma belle et ravissante Lin'. Que dirais-tu de m'aider ? Un baiser.

Linaewen - Grmblre (incompréhensible) ... boui ! Je peux sure... certainement !

Liessa lui susurra quelques mots à ses oreilles. Linaewen ne comprenait pas tellement. Puis elle commença à se dévêtir. Liessa la regarda avec envie et tendresse. "Tu seras ma meilleure fille" dit-elle. Ne comprenant rien, l'elfette commença alors à se sentir épier. Les autres femmes à moitié dévêtues semblaient plus ou moins surprise de voir une arrivante. Une nouvelle arrivante. Liessa la prit dans ses bras et l'embrassa une dernière fois, touchant avec gourmandise ses jolies courbes pour enfin repartir derrière une autre ruelle. La laissant là, dans la rue. Quelques minutes passèrent. Lin prit sa tête dans les mains, à moitié endormi et complètement bourrée. Puis un homme apparut, d'une forte carrure avec une cicatrice sur son oeil droit. Il cherchait. Et il trouva. Et ce fut sur Linaewen que ça tomba.

- Bah alors ma jolie, on a trop bu ? Oh. Regardez-moi ça .. tutututu, ricana t-il. Il s'approcha de Lin, la releva et la prit par les hanches. Tu ferais mieux de passer la nuit dans un bon lit douillet. Que dirais-tu de venir avec moi ? On s'amusera tout les deux.

- Beuuuuh ... Non. Dit-elle la main sur le front.

- Non ? Non. Non ... Il la gifla. Non ?

Linaewen prenait peur. Son état n'était pas normal. Quel était cet instant ? Ce moment ? D'où elle sortait ? Voilà. C'était le moment où Linaewen prenait conscience de toute la journée qui venait de se passer. Pourtant après cette magnifique aventure avec Rána qu'elle compte revoir bientôt, comment cela pouvait-il se passer ? Non. Elle n'ira jamais dans les bras d'un bouseux comme ce mec qui débarquait de nul part. Elle essaya de se débattre seulement son mal de tête ne faisait qu'empirer les choses. C'est alors qu'il y eu un vif mouvement que l'elfe ne comprit pas sur l'instant. Qui va là ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Mer 17 Avr - 9:11

Que la vie était douce, sans ces artifices futiles qu'étaient l'argent ou le surplus de nourriture, sans la boisson abusive, sans les vêtements de luxe. Une vie faite de chasse, de siestes au soleil, et de solitude. Loin de la civilisation. Quitter les plaines avait été un véritable déchirement, comme a chaque fois que je quittais un lieu qui avait été mon foyer. Partout ou je passais, je laissais une trace; infime, des restes de feu de camp parfois, un abri rarement, mais tous gardaient mon souvenir et je gardais le leur. La forêt aux champignons, la jungle d'émeraude, la forêt de GreenArrow, Prontera... Pyrrhus se lassait de ses étendues verdoyantes - pourtant magnifiques - et regrettait amèrement l'absence d'arbres... Ma communication avec le jeune oiseau vermeil n'allait qu'en s'améliorant, et sans que ce soit de la télépathie, un lien s'était tissé entre nous, et je commençais a ressentir ses émotions les plus fortes. Sans trop me poser de questions, je mis tout cela sur le compte de ma race. Explorant les alentours de Lumïa et leurs nombreux hameaux bucoliques a pieds (ou plutôt a pattes), préférant le sol pour les courts trajets, j'étais tombé sous le charme de l'un d'eux alors que je n'y avais pas encore pénétré. La lumière colorée y resplendissait a des lieues à la ronde, et on y entendait la musique qui en provenait comme une rumeur douce. Quelque chose dans l'air me rendait... Heureux. Encore d'avantage que d'habitude, et j'avais vraiment très envie d'y pénétrer. Ce village, un simple village comme tant d'autres, m'avait redonné goût en l'humanité.

Les gens s'y trémoussaient sous le son de musique des plus entraînante, les pas frappant le sol au rythme des manèges. Ou était passé ma joie de vivre? Je chassai ma morosité et me mis a danser presque malgré moi sur les mouvements des riverains. Ceux-ci lancaient des confettis, les enfants criaient de joie, se pourchassaient et jouaient, les serpentins pleuvaient même d'individus bienveillants et souriants du haut de leurs échasses. Peu d'Elfes, beaucoup d'humains, pas d'importance. Personne ne se souciait de quoi que ce soit ici, hormis de la joie. Même animaux s'amusaient, je le sentais autour de moi. Le rire était contagieux et bientôt, je fus pris de spasmes d'amusement inexplicables sans raison, et je m'en fichais; c'était génial. Non pas qu'une morosité habituelle m'habite, mais plutôt que j'avais perdu la saveur des fêtes.

J'avais faim, et il y avait plusieurs mois que je n'avais mangé autre chose que un repas basique constitué de viande; ici, les restaurants fleurissaient comme des boutons d'or au printemps, un magique fumet s'échappant de leur portes entrebâillées. D'après la position du soleil, il devait être aux environs de midi. Une auberge me tendit les bras, et j'y commandais a manger. Je réservai aussi une chambre pour ce soir. Je ne savais pas vraiment ou aller, et cet endroit me plaisait. Pourquoi se priver? Un hameau comme beaucoup d'autres, agréable et sans histoire. Parfait.

L'après-midi fut sans événement notable; malgré ce'la, je ne vis pas le temps passer et j'en fus presque surpris lorsque les cieux se teintèrent d'une splendide couleur vermillon. Je sortis faire un tour, j'aimais voir l'activité s'éteindre peu a peu. Déjà, l'écarlate du coucher du soleil n'était plus qu'un souvenir brumeux a l'horizon, et les étoiles scintillantes accompagnées de leur reine lunaire avaient pris sa place. Il faisait frais, et une brise douce soufflait sur ma peau de porcelaine, c'était très rafraîchissant. Un bruit. Un bruit avait retenti. Enfin, retenti n'était pas le bon terme. Mes oreilles sensibles D'elfe avaient perçu un bruit. Quelqu'un se débattait, et sans même y avoir pensé, j'étais déjà sous forme féline. Des ruelles sombres parsemaient le hameau, comme dans tout les hameaux du monde; j'avais localisé sans peine celui dont provenait cette perturbation sonore qui ne me disait rien de bon. Ma curiosité se muait peu a peu en inquiétude lorsque j'aperçus la scène. Une jeune fille, Elfe, aux cheveux aussi blancs que la neige, se débattait d'un vieil ivrogne, et il ne voulait pas lui offrir le thé. Je ne devrais pas me mêler des affaires des autres... Mais j'aidais toujours tout ceux que je rencontrais, c'était plus fort que moi, et elle semblait en difficulté. J'intervins.

C'était facile, la rue était sombre et les belligérants peux sobres, l'alcool réduisant leur acuité. J'avais surgi aux pieds de la jeune inconnue et lui intimai de s'écarter (sans penser qu'elle ne saurait peut être rien de ma nature) afin de me trouver face a l'assaillant. Il était de grande carrure, une balafre déformant son visage non harmonieux. Il dégaina une dague, sans avoir le temps de s'en servir; je lui avais déjà sauté à la gorge. Le choc de son crâne contre le mur de pierre de la paroi de la rue produit un bruit sourd, et je l'avais p^lus amoché que prévu. Oups... Je tournai la tête pour voir la réaction de la jeune fille, la transperçant de mes yeux de félins couleur émeraude.


~Musique~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Mer 17 Avr - 10:31

Une ombre. Un félin. Surgissant d'un coin de rue pour venir secourir la jeune fille. Un énorme chat qui venait la sauver tandis qu'elle était en difficulté. S'écartant, Lin' laissa l'animal se charger du reste qui sauta à la gorge de cet humain et le plaqua contre le mur. Sa force fut telle qu'il brisa le crâne de l'homme ingrat qui tentait d'emmener l'elfe chez lui. Il se retourna. Ses yeux étaient teintés de vert, un vert si beau qu'on croirait voir un joyau brillé de mille feux. Tendu était cet instant. Linaewen ne bougea pas d'un poil. Bien sur elle s'entendait parfaitement bien avec la nature et les animaux. Comment réagir dans une telle situation ? Faut-il courir ou bien remercier la bête ? Ce félin venait tout de même de lui épargner une nuit de souffrance et de terreur. Elendil arriva, telle une flèche qui filait droit devant, sifflant au vent. Se posant devant Lin' il tenta de communiquer avec cet animal et commença par croasser. De quoi pouvait-il parler ? En tout cas, les deux animaux semblaient se comprendre. Elendil reposa un regard sur sa maîtresse pour incliner la tête vers le sol afin de lui dire qu'il n'y avait aucun danger. Linaewen était ravie et remercia son corbeau qui vint la rassurer. Puis vint le tour de ce félin à qui elle adressa une caresse sur le museau, gentiment. Sans hésitation, elle touchait du bout des doigts cet animal à la corpulence bien musclée et tenta tant bien que mal de lui parler en essayant de rester le plus claire dans ses mots. Il est vrai qu'avec de l'alcool dans le sang, l'elfe ne se sentait pas vraiment super bien.

- Je ... merci. Tu viens de me saubfqf...sauver mattou. Chat. 'Fin quelque chose comme ça. Je te dois quelqu'chose. On fait quoi ? Attend ... je me sens pas ...

Lin' s'avança près du mur et vomit derrière un fût de bière qui était vide. Le bruit du dégueulis résonnait dans la petite ruelle quasiment déserte. L'air commençait à empester d'une odeur forte. Ayant un mal de crâne comme pas possible, la jeune femme décida de bouger un peu. Elendil semblait alarmé. C'était la première fois qu'il voyait sa maîtresse dans cet état et quelque chose l'intimidait au fond. Il n'était pas restée auprès d'elle durant la journée et l'oiseau s'en voulait. Il détourna la tête, l'air triste et s'envola près de son maître pour tenter de la réconforter. Lin' s'en alla, tournant à gauche, à droite... et encore une ruelle. Où était la place du centre ? Qu'était cet endroit déjà ? Ah oui. Le village sans nom. C'est de cette façon que cette enfant déambulait sans savoir par où passer, sans savoir ce qu'il arriverait dans les prochaines minutes. Le félin semblait la suivre. Lin' ne prenait guère attention. Elle était dans les brumes, telle une ombre, inaperçue.

[...]

Un temps. Le vent brisait le silence pesant du petit village. Le crépuscule faisait place à la nuit. Les dernières lueurs rougeâtres dans le ciel donnait une impression de peinture sur toile, faite de la main avec quelques coups de pinceaux par ci, par-là. Ces nuages font tâches. Non. En fait, ils rajoutent ce petit plus à la peinture. Mais. Non. La réalité est tout aussi incroyable. Les artistes s'inspirent de tous ces moments, ces instants où l'on se sent parfois dans un état second. La sensation de vivre dans un autre monde, que son corps marche tout seul mais que son esprit est en stand-by. La dame aux plumes marchait d'un pas décalé, petit à petit, avançant sans prendre conscience du monde qui l'entoure. Sans entendre les sons et les piaillements du corbeau qui se faisait un sang d'encre pour la jeune femme. Puis elle s'arrêta. La tête baissée en regardant ses pieds et les cailloux. Ses bottes blanches étaient un peu sales à cause de la poussière et de la boue. L'odeur de la nourriture, de la bonne volaille. Lin' n'avait pas mangé depuis le midi et de la nourriture lui ferait le plus grand bien. C'est alors qu'elle repensa à Liessa. Il fallait qu'elle aille la voir. Dans cet état ? L'elfette s'en fichait. Elle voulait la retrouver et lui dire ce qu'il s'était passé. Rebroussant chemin, Lin' se dirigea d'un pas décisif et à la fois lent vers la maison en bois où s'était installée cette Dame. Elle avait les cheveux d'un blond comme si une essence dorée s'était déversée sur ces cheveux. Des yeux d'un bleu comme le ciel qui venait de dégager tous les nuages blancs pour ne laisser que l'espace d'un doux rêve. Elle avait également de jolies formes et un visage angélique. Un corps un peu rond mais qui donnait envie d'en découvrir plus. Quelle était cette douce folie ? C'était comme grimper sur les échelons du paradis comme pour obtenir l'ultime récompense. Linaewen n'écoutait plus. N'entendait plus. Ne souhaitait qu'une chose et ne pensait qu'à cette chose. Elle. Celle qui lui avait donné un goût sucré dans la bouche. Elendil commença à se rapprocher de l'elfe et celle ci lui dit d'un ton décontractée :

- Ne t'inquiètes pas. Je me sens un peu mieux. Il faut que j'aille voir quelqu'un. Attend moi juste devant la porte si ça t'intéresse. Dit à ton copain le félin qui ne cesse de nous suivre qu'il peut aussi m'attendre devant la porte. Je ne serai peut être pas longue ... En fait. Je ne sais pas. Je verrai.

Quelques minutes, elle retrouva son chemin et la maison où s'était calfeutrée la Dame Liessa. Lin' prit la poignée de la porte dans la main et tira en avant pour rentrer dans l'enceinte de la bâtisse. C'était un endroit vraiment chaleureux et incroyable. Une petite cheminée dans la pièce principale sur le mur droit, un tapis avec deux sofas. Il y avait la cuisine à l'arrière avec quelques couverts et un plateau de fruits. Des escaliers menaient à l'étage. Il y avait une porte juste à côté de la cheminée. Lin' décida d'abord de remettre sa cape et son écharpe bien comme il faut en tentant de rester présentable. Lin' s'avança et entendit des bruits de pas qui descendaient les escaliers. Liessa arriva et fut stupéfaite de voir la jeune fille encore ici.

Liessa - Et bien, que fais-tu ici ? Personne ne te voulait ? Ma douce, avec une telle beauté. Je ne comprends pas.

Linaewen - Ma Dame. Liessa. Un ivrogne à tenter de m'emmener chez lui. Je ne suis en aucun cas une catin. Vous avez du charme. Vous êtes une pure beauté, une humaine avec un corps de déesse. Mais vous me voyez navrée. Je ne peux pas jouer à ce jeu. J'aurai tellement voulu vous connaître plus. Si ce n'est que vous avez fait tout ça exprès. N'est-ce pas ? J'ai réfléchi même en colmatant et ...

Liessa vint vers elle, l'embrassa. Une dernière fois. De ses doigts longilignes effleurant ses formes et commença par lui retirer sa cape. Lin ne bougea pas mais lui dit d'un ton ferme "Arrête". La Dame s'arrêta. Ses yeux se remplirent de tristesse mais elle comprenait. Ayant entendu l'histoire de la jeune femme, elle ne pouvait se permettre de la garder comme un bijoux de valeur. Lin serait certainement tombée amoureuse de Liessa. Mais sa vie n'était pas ici. Dans ce village sans nom. S'excusant, Lin' lui dit ces mots "On ne récolte pas le beurre sans l'argent du beurre". C'est ainsi que Lin caressa une mèche de cheveux de Liessa, pour repartir les larmes aux yeux avec une main à moitié levé en guise d'adieu. Ses cheveux aussi blanc que la neige se balançant de chaque côté. Ce serait surement la seule fois qu'elle la verrait. Ou bien une occasion se présentera un jour. Qui sait. Sans jeter un regard en arrière, Lin' ouvrit la porte et la referma promptement. Lin' se posa contre la porte et se mit à pleurer, silencieusement. C'était une journée si belle qui avait commencé et qui se termine avec des larmes. Elendil s'approcha et regarda son amie, sa maîtresse chagrinée. Le félin s'avança et quelque chose se passa sous ses yeux ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Jeu 18 Avr - 5:21
#Musique#

Je lui avait sauté à la gorge. Dans le but de l'immobiliser, ou de l’assommer. Mais son crâne avait heurté durement le mur de pierre, et le bruit sourd d'un os brisé résonnait dans mes oreilles. Tuer un humain n'était pas dans mes habitudes. Bien sûr, j'étais tout à fait dans le bon droit et dans la légalité, et certains y verraient un acte héroïque, une intervention emplie d'une bravoure sans égale. Moi pas. Ôter une vie animale, pour se nourrir, était commun, et il me fallait de la viande et des protéines pour développer ma musculature; je n'avais aucune raison d'assassiner des hommes. Cependant, la jeune fille un peu éméchée était sauve, et je me persuadai que cela était le principal, chassant ses sombres pensées de mon esprit tourmenté. Au loin, la musique et l'allégresse générale résonnait dans mes tympans doucement, tel une douce rumeur dansante et entraînante, résidu de la joie de vivre.

~ Je ... merci. Tu viens de me saubfqf... sauver matou. Chat. 'Fin quelque chose comme ça. Je te dois quelqu'chose. On fait quoi ? Attend ... je me sens pas ...

Ses pommettes avaient viré au cramoisi sous l'effet de la boisson, contrastant harmonieusement avec sa peau de porcelaine, et ses yeux vairons et légèrement vitreux en cette fin de soirée plutôt alcoolisée me transperçaient. Dans un élan de politesse, la jeune fille dont le nom m'était toujours inconnu s'enquit de tituber en direction d'un tonneau un peu plus loin dans ce que je pourrais apparenter a un boyau d'animal - la ruelle immonde - et cracha ses entrailles au pied de la paroi, salissant encore d'avantage le sol. J'avais rarement eu l'occasion d'expérimenter ces breuvages douteux, et une mauvaise expérience de surplus d'hydromel dans les veines m'ayant entraîné vers un sermon sévère suivi d'une punition, j'évitais désormais de boire plus que de raison.

Le splendide corbeau semblait embarrassé de voir son amie dans ce triste état, et à la manière dont il avait détourné la tête, je devinais une once de dégoût qu'il n'aurait su avouer, par amour par sa maîtresse. Celle-ci s’avança d'un pas incertain vers une rue plus... fraîche, et son compagnon, déployant ses ailes noires comme la nui, suivant la jeune femme, et j'en fis de même. Je retrouvai avec plaisir la clarté lunaire, astre brillant tel un diamant-roi régnant sur ses sujet les étoiles-joyaux. Les maisons en encorbellement, damiers blancs ciselés de planches étaient éclairés d'un halo fantomatique dans l'une des allées principale du hameau. Mais d'un demi tour sur un pied, comme si elle tournait autour d'un poteau, elle changea de direction, d'un pas toujours hésitant.

~ Ne t'inquiètes pas. Je me sens un peu mieux. Il faut que j'aille voir quelqu'un. Attend moi juste devant la porte si ça t'intéresse. Dit à ton copain le félin qui ne cesse de nous suivre qu'il peut aussi m'attendre devant la porte. Je ne serai peut être pas longue ... En fait. Je ne sais pas. Je verrai.

La femme aux plumes était entré dans une auberge, et je l'attendais là, tel un chien de garde, son compagnon ne m'ayant bien sur rien dit. Je voulais en savoir plus sur cette Elfe que j'avais sauvé d'une nuit de supplices, donc j'attendis derrière la porte ronde en bois rustique. L'entretien fut d'une durée raisonnable et très vite, l'inconnue en ressortit, et râpa son dos contre la paroi de torchis de l'édifice pour s'affaisser et libérer toutes les larmes de son corps en un flot incessant. Soudain, je me rendis compte que je demeurais toujours a ses yeux un gros félin poilu, comme quelqu'un qui chercherait ses lunettes alors qu'elles se trouvent sur son nez; ma métamorphose fut rapide. Je m'offris un court instant pour me réadapter a mes formes humanoïdes en appréciant le charme bucolique du village, menton relevé, bravant la brise qui caressait mon visage. La rue était déserte, et un agréable et épais silence s'était abattu, et tout laissait croire que la nuit allait être bonne. Mais quelque chose dans l'air me susurrait le contraire... Je sentis que l'Elfe derrière moi avait levé les yeux, alors je me retournai vers ses iris encore humides.

~ Ca va mieux?

Je lui offris mon plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Ven 19 Avr - 2:38

Qu...quoi ? Il n'était donc pas un animal ? Voilà sans doute pourquoi Elendil ne l'avait point attaquer. Il était tout simplement un humain prenant la forme d'un animal. Comme Rána. Chacun avait donc son animal, se métamorphosant comme bon lui semble. Un elfe des bois, des cheveux longs et dorées, ces mêmes yeux vert émeraude qui scrutaient le visage de la demoiselle. Le soleil faiblissait au loin. Linaewen hocha de la tête en signe d'approbation. C'était tout simplement une passade. La jeune femme en verra surement d'autres. Elle chassa les dernières larmes qui coulaient sur sa joue pour lui sourire à son tour. Elle l'emmena au centre de la place pour aller boire quelque chose. Ils avancèrent à pas lent vers un petit café ou restaurant qui était encore ouvert. La lumière grésillait via une lampe à huile. Peut-être fallait-il en informer l'aubergiste pour la remplir de nouveau. Nos deux personnages s'installèrent sur des fauteuils en bois. Attendant que l'aubergiste leur donne leur chocolat. Mais quelque chose chiffonnait la jeune femme aux plumes qui sentait de drôle de regard et un frisson lui parcouru le long du dos. D'un ton peu commun et à voix basse, elle tînt ses mots:

- Je ne me sens plus aussi à l'aise que tout à l'heure ... Quelque chose ne tourne pas rond. Où sont les enfants ? Il n'est même pas 20h et le noir commence à s'installer ...

C'est à la fin de sa phrase que tout changea. L'atmosphère était brumeuse, un épais brouillard arriva d'un coup et on entendait des corbeaux croasser au loin. On pouvait entendre comme des cris d'agonies et des présences pesantes. Des regards vides. Les sièges où ils étaient assis s'affaissèrent dans un craquement sec, laissant un bois pourrit et en charpie. Lin' commença à être effrayer. Quel était cet endroit ? Où était ces maisons toutes neuves et les restes de la fête foraine ? Où était passé tout ses habitants ? La Dame aux plumes n'en avait jamais entendu parler. Quel était ce maléfice ? Tout n'était que désert et damnation. Soudain, on pouvait apercevoir des tombes et des cercueils. Une puanteur de mort s'intensifiait. Ce lieu n'était qu'une illusion ? Où était le mage qui faisait ce spectacle ? Ce n'était vraiment pas amusant. Se relevant avec peine, elle jeta un regard à Léo qui semblait lui aussi bouleversé. Cet endroit ne disait rien qu'y vaille et soudain des pleurs. Linaewen regarda en arrière et vit une ombre dans la brume. Une ombre de petite fille en train de pleurer.

- Regardez ! Une enfant. Peut être est-elle perdue ? Nous devons l'aider.

Linaewen commença à aller dans sa direction. Des débris sur le sol et cette odeur qui prenait aux tripes. La jeune femme ne savait pas tellement quoi penser et se sentait triste et désemparée. Quel était cette étrange sensation qui picorait le cou ? Arrivant devant l'enfant, voulant toucher les cheveux, tout disparu dans un nuage de fumée. Et une main sorti de la terre. Puis deux mains décomposées et verte où on remarquait les doigts de la phalange. Poussant un cri, la demoiselle courut en direction du jeune homme et lui prit la main en lui parlant d'une voix entre coupée.

- Vite ! Nous devons partir d'ici ! Cet endroit est ... cours !

[hrp: désolée j'suis pas trop inspirée là ><]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Ven 19 Avr - 4:38
A peine ses pommettes avaient-elles légèrement pâli qu'à nouveau elles s'étaient teintées de cramoisi sous la surprise; cependant, elle semblait posséder une certaine expérience dans les changelings, ne fuyant pas comme la précédente jeune fille sauvage que j'avais rencontré il y a quelques semaines de là, semblant plutôt soulagée. Je ne connaissais toujours pas son nom. Il faudrait que je me rappelle de lui demander, une fois. Bref, la jeune inconnue m'avait emmenée vers la terrasse d'une sorte de café-restaurant ou une lampe a huile branlante émettait une lumière vacillante; la lune brillait bien d'avantage, et, pour patienter et apprécier la douceur de la nuit tombante, je levai le menton, les yeux dans le néant du cosmos parsemé de joyaux. Des fauteuils en bois de chêne de qualité moyenne nous servaient de sièges, et la noirceur de l'auberge commençait a me faire douter sur les heures d'ouverture de l'établissement. Malgré la lune pleine et magnifique qui brillait du haut des cieux, quelque chose clochait...

- Je ne me sens plus aussi à l'aise que tout à l'heure ... Quelque chose ne tourne pas rond. Où sont les enfants ? Il n'est même pas vingt heures et le noir commence à s'installer ...

Un brouillard sombre et épais comme jamais je n'en avait vu était tombé subitement, mais pourtant sans que cela soit brutal. C'était étrange, ces perturbations météorologiques étaient anormales... On entendit au loin le coassement d'oiseaux d'une couleur d'ébène si profonde que on ne pouvait les distinguer. Il y avait un problème. Un gros problème, et tout en moi me soufflait de m'enfuir; la place était déserte alors que le soleil venait a peine de décliner il y a peu. La mort nous entourait, titillait nos sens par la vue, l'ouïe et l'odorat; soudain, le siège s'affaissa, laissant la place à un tas de bois miteux et pourri, mais déjà j'étais debout.

- Regardez ! Une enfant. Peut être est-elle perdue ? Nous devons l'aider.

Une petite fille pleurait dans notre dos, et nous ne devions PAS la rejoindre, et j’attendais donc a l'endroit ou nous nous trouvions; elle n'allait pas tarder à me rejoindre. La petiote s'était effritée et évaporée dans un nuage sombre au contact des douces mains de la jeune femme, et elle s'était retournée vers moi, horrifiée.

- Vite ! Nous devons partir d'ici ! Cet endroit est ... cours !

~ J'espère que tu t'adapteras vite, mais tu vas devoir t'envoler, tu n'as pas le choix!

Je sifflai entre mes doigts, mais c'était inutile, car déjà, j’apercevais l'éclair flamboyant qui fendait les cieux en piqué vers la damoiselle. Je lui intimai d'une fois forte étant donné la panique toute relative qui nous envahissait de se préparer alors que l'oiseau avait atterri quelques mètres devant elle.

~ Grimpe et envole toi! On se retrouve quelque part ou nous serons en sécurité, comme euh... Le toit de l'église!

En saut, je me métamorphosai en félin afin de bifurquer vers ladite chapelle qui se trouvait a l'opposé. Tiens, je ne lui avais pas dit que c'était ma monture... Bah, je suppose qu'elle s'en était rendu compte. Ces êtres morts vivants étaient vraiment immondes, dégoulinants et la chair déchirée sur tout le corps. Il fallait vraiment que je me dépêche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Sam 20 Avr - 5:06
Dans les brumes du soir, un bruit sourd. Des ailes, immenses et incroyablement belles. Un énorme oiseau vint se poser sous les ordres du jeune homme non loin de l'endroit où Lin' courait. La dame aux Plumes fit de grands yeux ébahis. Elendil s'envola au loin, évitant bras et autres morts vivants qui se relevaient peu à peu du sol. C'était un incroyable saut que la jeune femme entama afin d'arriver sur le dos de ce volatile. Les morts vivants entouraient la zone. Léo se changea en une panthère noire et se fondit dans les ténèbres. Les yeux verrons de Lin' scrutait avec effarement les immondices qui poussaient des cris de terreur. Ces atroces choses avaient eu un corps et une âme. Soudain, regardant derrière elle avant que l'oiseau ne s'envole, une mèche de cheveux, blonde. Un visage à moitié déconfit par le temps. *Ce n'est pas ... possible ...* et l'oiseau s'envola. Linaewen avait crû reconnaître Liessa. C'était certainement une erreur. La tête n'avait plus d'yeux cependant la tenue vestimentaire qu'il restait et cette mèche ne pouvait appartenir qu'à une unique personne que la demoiselle avait rencontré durant sa journée. Se remémorant les scènes de cette journée, c'était comme une plaie ouverte où on y enfonçait un peu plus loin une aiguille. Une peur. Une tristesse. Liessa n'avait donc jamais trouvé le repos éternel. Cette ville était donc maudite. Pourtant, tous ces événements, ces odeurs de nourriture et de boissons, ce parfum, ce contact si chaud étaient réels. L'oiseau continua son chemin dans les cieux, évitant les zones trop noircies par les nuages ténébreux. Des arbres morts entouraient le village. Ce village sans nom.

Seulement le vent qui sifflait sur les oreilles de l'elfette. Ils étaient vraiment haut tandis qu'elle scrutait vers le bas les quelques morts vivants qui tentaient de les suivre tant bien que mal. Certains allaient à une allure rapide et d'autres étaient lents. Soudain l'oiseau commença à battre des ailes plus intensément. Un vent violent soufflait sans qu'un grondement ou qu'un éclair ne vienne les prévenir. Puis une voix. Une voix venant des tréfonds de la terre. Intimidante et quasiment audible. Ce n'était pas une langue d'elfe ni d'humain. Cette langue devait être ancienne et Lin' ne comprenait pas vraiment. Trop de sons se ressemblaient et le vent déformait les mots. C'était une peinture beaucoup trop sombre pour que ce ne soit qu'un simple cauchemar. Linaewen n'avait jamais vraiment rencontré beaucoup de créatures. A vrai dire, ses parents ne lui avaient enseignés qu'une certaine partie de ce qu'elle pourrait trouvé dans le monde. Les morts vivants en faisaient parties. A vrai dire, la jeune femme n'aurait jamais désiré en voir de si près et encore moins se sentir en danger. L'oiseau distingua alors une sorte d'église. Elle tombait en ruine mais l'oiseau pouvait prendre appuie sur une partie du toit. Se plaçant à cet endroit, l'elfette le remercia et se posa sur un socle de pierre.

- Elendil ... où te caches-tu ? rétorqua t-elle, les mains contre son coeur et scrutant de ses yeux d'elfe la brume.

Le corbeau volait toujours. Ne sachant où trop aller. Il voyait également des animaux morts et à la fois vivant. Comment était-ce possible ? Une ranimation de ce type devrait être punit par la loi. L'oiseau d'ébène ne cherchait qu'une chose. Un abri. C'est alors que le vent violent le secoua dans tous les sens et se prit une branche d'arbre pourrie dans l'aile droite. Il venait de se briser l'aile et ne pouvait pas voler. Tentant de rester sur cette branche, Elendil regarda la scène avec frayeur et vit bon nombre de zombies se diriger vers l'église en empruntant une route pleine de boue et de sang séché. Les ombres avançaient. Des ombres de chiens qui gambadaient et aboyaient avec férocité. Une scène abominable. Où était le chant clair des oiseaux, les arbres rempli de fruits et l'herbe verdoyante ? Où étaient ces sons et ces coeurs plein d'enthousiasme et de joie ?

Linaewen s'inquiétait. La panthère n'était toujours pas présente et son corbeau semblait avoir des problèmes. Ne voulant pas perdre espoir, la jeune femme se mit à chanter une musique douce et calme. Celle qui donne courage et vaillance au combat. Celle qui redonne espoir et apaise les coeurs. Les grelots orangés cliquetaient sans arrêt, créant le son cristallin. Cette Dame toute blanche créait comme un halo de lumière au sein des ténèbres, guidant par la voie le chemin. Un tel pouvoir n'est utile qu'en cas de peur ou de perte de courage. Elle dansa sur elle même, jouant avec les mots et le chant, apaisant l'âme des vagabonds.

"Je suis arrivée au lieu-dit, trompée par ces sombres nuages,
Mon corbeau s'est enfuit, mais j'ai gardé mon courage,
Contournant l'église dont la porte était fermée,
J'ai survolé l’édifice et puis les morts vivants sont arrivés.

Ô toi mon compagnon ! Entends donc ma voix,
Suit le chemin tracée qui te ménera à moi,
Ne perds pas ton temps dans ces cadavres et viens me chercher,
Nous vaincrons ces abominations et iront les brûler !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Dim 21 Avr - 5:26
Déjà, je m'étais lâchement enfui, laissant l'Elfe aux mains de Pyrrhus; en un sens, je me sentais coupable, craignant que la jeune femme n'aie le mal de l'air ou le vertige, la panique ambiante n'ajoutant rien à la facilité d'un premier vol. Tout en courant, j'évitais de blesser les morts vivants, gardant à l'esprit que ces pauvres et misérables gens n'étaient que des damnés éternels, destinés a revivre le même calvaire chaque nuit; malgré cela, c'était difficile, car leur corps n'étaient que putréfaction. L'église se profilait au loin, le vétuste clocher se perdant dans cette étrange brume noire, et les parois de pierre usées luisaient sous la lune, humidifiées par le brouillard nocturne. L'escalade allait être difficile... Contournant le bâtiment, j'y décelai là un pan de mur qui me semblai possible de franchir; cela ne me semblait pas bien différent d'un arbre... Un pied posé sur une paroi trop glissante, un échec. Une prise non fiable, un deuxième échec. Mon incompétence m'apportait un point positif: je ne tombais pas de trop haut.

Impossible, le mur était trop glissant, et mes chutes répétées avaient fini par attirer des putréfiés... Tout autour de moi n'était qu'un néant d'ébène infini et silencieux dans lesquels ils se mouvaient sans bruit, et aucun de mes sens a part mon instinct ne pouvait prévoir leur venue. Soudain, arrivant devant mes yeux et partant de la direction opposé de l'édifice religieux, j’aperçus le familier volatile fendant les cieux; mais quelque chose semblait bizarre. Dans l'éventualité où il serait venu pour me chercher après avoir secouru la jeune inconnue, pourquoi arrivait-t-il de cet endroit? Ce fut deux yeux bleus et luisants tout proches qui m'interrompirent dans mes réflexions, deux yeux sans âme pour la nuit. Peut-être étais-ce un père de famille, un honnête maçon, un homme de foi... La nuit, tout les chats sont gris et tous semblaient vouloir vous dévorer, mais le jour, ils demeurent de bonnes gens...

Sans attendre, j’accueillis à bras ouvert Pyrrhus qui venait probablement de me sauver la vie, et bien vite je fus en haut des vieilles tuiles humides et noire de l'édifice religieux; au loin, une douce et cristalline voix s'élevait, fendant le brouillard de ses paroles. Il me fallut un instant pour identifier la jeune étrangère que je n'osais interrompre dans son chat de bravoure, et je m'approchai un peu tout de même afin de la localiser, et j'eus la surprise de découvrir qu'elle dansait sur place, une danse légère et fine. Un halo de lumière aussi blanche que les ténèbres étaient noire l'entouraient, renforçant encore d'avantage sa blancheur immaculée, et ses pirouettes faisaient joliment tinter ses clochettes; la brise faisait frémir les plumes qu'elles portaient partout. Un phare parmi les ténèbres.

"Je suis arrivée au lieu-dit, trompée par ces sombres nuages,
Mon corbeau s'est enfuit, mais j'ai gardé mon courage,
Contournant l'église dont la porte était fermée,
J'ai survolé l’édifice et puis les morts vivants sont arrivés.

Ô toi mon compagnon ! Entends donc ma voix,
Suit le chemin tracée qui te ménera à moi,
Ne perds pas ton temps dans ces cadavres et viens me chercher,
Nous vaincrons ces abominations et iront les brûler !"


- Tu chantes vraiment très bien... Au fait, je m’appelle Léo. Léo Manjano., dis-je en sortant des ténèbres. - Au fait, je suis désolé de t'avoir abandonnée, tout à l'heure. J'aurais aimé que mon fidèle compagnon et monture, Pyrrhus l'oiseau rouge ici présent, t'aide à t'enfuir, mais il y a eu un petit malentendu... Je remarquai avec effroi l'aile de son corbeau. - Il faut absolument aider ce pauvre... Elendil, c'est cela? Je dois faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Sam 27 Avr - 9:33
Léo Manjano, ça ne semblait pas vraiment un nom d'elfe commun. En tout cas, il apporta du réconfort à la jeune fille. Il devait être aux alentours de 21h30 ou 22h. Cette soirée risquerait d'être longue et mouvementée. Bien que les hommes et les femmes morts vivants ne sachent grimper. Entassés près de la bâtisse, leurs bruits d'agonie et leurs mains levées, c'était une scène incroyablement stupide. Il présenta son animal, Phyrrus. Cet oiseau qui venait de lui sauver la vie par rapport à la course poursuite des zombies. Il demanda par la suite d'aider son corbeau qui revint vers elle en très mauvais état. Son Elendil souffrait énormément de sa blessure. Son aile cassée, le vol fut douloureux et il du faire de nombreux efforts pour éviter la mort ou simplement de tomber dans la boue.

- Sire Manjano. Je me nomme Linaewen Elenwë. Archère. Elendil est mon allié et mon ami le plus précieux. Si vous pouvez faire quelque chose pour lui, ce serait avec un immense honneur. De plus, je ressens qu'il souffre et ça me fait de la peine. Je ne peux qu'attendre demain pour lui faire un bandage avec des brindilles et des feuilles. Regardons autour de nous. Il n'y a que poussière, pierre et boue. Dont une accumulation de morts vivants aux portes du domaine de la foi.

Elle prit le corbeau dans ses bras en faisant attention à son aile brisée. Lui caressant doucement la tête. Il ferma les yeux au contact de la paume sur ses plumes puis les rouvrait une fois qu'elle décolla sa main de son crâne. Ce mouvement répétitif qui montrait son affection mais aussi sa douleur par quelques croassements rauques. Linaewen se sentait désemparée dans cette situation. Plus jamais elle ne reviendra sur ces terres. Ces illusions qui les bernent ne sont que mensonges et tromperie. Un sale tour qu'un magicien aurait tenté de faire devant un public enfantin. Mais ce magicien là aurait été puissant. Et ces illusions auraient pu tuer nos interlocuteurs qui, sans broncher, rester sage et attendait le jour. Se posant contre un mur, toujours le volatile en main, elle décida de parler d'une voix calme et posée pour rétorquer ces quelques mots :

- Ne pensez-vous pas qu'il faudrait dormir ? Ces immondices ne peuvent grimper et notre seul refuge pour l'instant est ce bloc de pierre assez stable et assez grand pour tous nous soutenir. Je ne vais pas pouvoir faire nuit blanche à veiller sur ces créatures de l'ombre. Mais qu'allez vous pouvoir faire à mon Elendil ? Ne le faites pas trop souffrir. J'aimerais qu'il puisse se reposer ce soir. Et votre Pyrrhus ? Se sent-il bien ? Nous ne devons pas perdre nos moyens. Rester en hauteur jusqu'au lendemain me semble une sage décision. Nous ne pouvons les tuer. Ils sont déjà morts. Et je n'en vois nullement l'utilité. Ce maléfice partira surement ... Je l'espère.

Les yeux à moitié endormis, Linaewen rêvassait des beaux jours et du temps merveilleux. Le froid sur sa peau la rendait plus pâle que d'ordinaire. Ses yeux bleus et jaunes étaient beaucoup moins éclatant que d'ordinaire. Comme si on puisait ses ressources vitales. Au final, nos deux protagonistes n'avaient pas mangé à leur faim également. Cette soirée aurait été un beau spectacle mis à part ces quelques troubles. Le devoir et leur honneur leur demandait de rester en vie, de ne pas périr sur un champ fait de tombes et de trous béants où reposaient les morts. Même les animaux qui vivaient ici étaient des ombres aux yeux effervescents. Cette lueur dans l'obscurité qui rendait l'atmosphère putride, ce nuage qui ne laissait voir qu'à quelques mètres devant eux. Ce soit était la plus grande frayeur que Lin' ai pu connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Sam 27 Avr - 21:27
Les étoiles, haut perchées dans leur océan d'ébène, scintillaient comme des joyaux depuis leur royaume céleste. Une brise fraîche me caressait le visage, mes longs cheveux dansant derrière mon dos, et la lune brillait fort, projetant un halo fantomatique sur le toit de notre édifice. Elendil, le noble corbeau de Linaewen, était sérieusement mal en point, et à première vue, son aile était brisée. Du haut de l'église, nous étions dans une sécurité respectable, les morts vivant s'affairant toujours a tenter de grimper les parois glissantes et humidifiées par la nuit, leurs mains décharnées grattant les murs en pierre.

- Sire Manjano. Je me nomme Linaewen Elenwë. Archère. Elendil est mon allié et mon ami le plus précieux. Si vous pouvez faire quelque chose pour lui, ce serait avec un immense honneur. De plus, je ressens qu'il souffre et ça me fait de la peine. Je ne peux qu'attendre demain pour lui faire un bandage avec des brindilles et des feuilles. Regardons autour de nous. Il n'y a que poussière, pierre et boue. Dont une accumulation de morts vivants aux portes du domaine de la foi.

Le dit compagnon a plumes plana avec difficulté vers les bras rassurants de sa maîtresse, poussant de temps en temps des croassements rauques et emplis de désespoir. Alors que la jeune femme était plongée dans ses réflexions, caressant doucement la tête de son ami, je devinai vers ou se dirigeaient ses pensée. Qui, et comment, avait pu maudire un pauvre hameau a ce point? Quel pratiquant des arcanes aurait été assez fou?

- Ne pensez-vous pas qu'il faudrait dormir ? Ces immondices ne peuvent grimper et notre seul refuge pour l'instant est ce bloc de pierre assez stable et assez grand pour tous nous soutenir. Je ne vais pas pouvoir faire nuit blanche à veiller sur ces créatures de l'ombre. Mais qu'allez vous pouvoir faire à mon Elendil ? Ne le faites pas trop souffrir. J'aimerais qu'il puisse se reposer ce soir. Et votre Pyrrhus ? Se sent-il bien ? Nous ne devons pas perdre nos moyens. Rester en hauteur jusqu'au lendemain me semble une sage décision. Nous ne pouvons les tuer. Ils sont déjà morts. Et je n'en vois nullement l'utilité. Ce maléfice partira surement ... Je l'espère.

- Malgré que je suis moi-même lié a Pyrrhus, un volatile, je n'ai que peu d'expérience dans des aides aussi spécialisés; mais j'ai quelques compétences de base en médecine et plusieurs bandages en tissu dans mon sac. Peut être que, au bout de maintes précautions, je pourrais tenter de bander l'aile de votre ami a plumes... Cependant, je m'en excuse, mais il me semble impossible que je m'occupe de lui pour l'instant, mon acuité ayant baissé avec la nuit; la journée a été chargée en aventures, et je pense que je vais devoir attendre le lendemain. Je suis désolé.
Je marquai une pause polie. J'étais vraiment attristé de ne pouvoir aider ce pauvre volatile, mais si je tentais "l'opération" maintenant, je ne risquais que d'aggraver les choses.
- Je le répète, je suis navré, mais je pense qu'Elendil va devoir passer la nuit dans ce piteux état... Je ne peux prendre le risque de le blesser d'avantage. Nous devrions tenter de nous endormir.

Joignant le geste à la parole, je m'étendis sur le sol froid, lançant un dernier regard empli de regret vers le pauvre oiseau. Instinctivement, Pyrrhus alla se glisser près de Linaewen qui grelottait de froid, et je me métamorphosai afin de me rouler en une boule chaude et compacte à la manière d'un chat, non loin de l'inconnue. Les cris des décharnés retentissait comme dans mes cauchemars depuis le sol terreux du village maudit et sans nom, et je distinguais a peine les extrémités de l'église tant cette étrange brume noire était dense. La nuit allait être longue...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Sam 27 Avr - 22:25

Froid. Un ciel éteint. Les seuls sons étaient ceux provoqués par les zombies en bas de l'église en ruine. Pyrrhus vint se blottir contre Linaewen, lui offrant une chaleur. Un réconfort et cette douceur des plumes rouges qui permettaient à la jeune femme de pouvoir s'endormir, la tête contre le flanc de l'animal. Elendil restait dans les bras de sa maîtresse, mal en point. Cependant, ils étaient réunis tous les quatre sur ce petit bloc de pierre. Léo prit sa forme animal et promis à la demoiselle qu'il aiderait le corbeau à se sentir mieux. Les bandages feront un meilleur effet, encore fallait-il une meilleure vision. La fatigue les fit s'assoupir rapidement. Le temps passa. Les quelques cris dans la nuit ne réveillaient pas forcément nos quatre protagonistes. Mis à part Elendil qui se réveillait par quelques sursauts, un mal dans l'aile droite. Puis un grand silence et la brume déguerpit comme elle était venue. Les premières lueurs du soleil montaient au fur et à mesure dans le ciel, quelques touches de jaune et d'orangé. On pouvait entendre résonner le chant des oiseaux et des brouhaha de voix résonnant.

Lorsque Linaewen ouvra les yeux, ce n'était plus du tout le même paysage. Ils étaient sur une grande estrade en bois et en pierre qui s'élevait juste à côté du toit de l'église qui s'était recomposé. Des chants s'élevèrent de l'église, féminines et cristallines. La fête avait disparu, mais il y avait un petit commerce de nourriture et même d'objets divers. Les plumes de Pyrrhus étaient tellement douces que la petite elfe se croyait dans un lit douillet. Elendil avait fermé les yeux, fatigué par cette nuit douloureuse. Le réveillant doucement par un baiser sur sa tête, l'oiseau aux plumes ébènes fit un petit croassement de bonheur en regardant sa maîtresse et enfouit sa petite tête dans le creux de son bras. La panthère noire avait encore les yeux fermés, son ventre se soulevant à chaque respiration. Tous était bien. Lin' regarda le soleil se lever aux aurores. Un nouveau jour. Les zombies n'étaient plus. Cette nuit de terreur avait enfin cessé. Cependant, elle ne désirait pas s'établir dans ce camp. Désirant seulement boire quelque chose et ensuite repartir pour l'aventure. Peut-être que cet elfe voudrait venir au sein de sa guilde ? Ils pourront alors voyager ensemble. Mais avant ça, il fallait lui en faire part et voir s'il accepterait sa proposition. Elle se jura qu'elle fera tout ce qui est en son possible pour créer un monde de paix et d'harmonie. Sa guilde sera la plus connue et la plus valeureuse, comprenant des compagnons de choix et braves.


Touchant l'abdomen de Pyrrhus, la dame aux plumes commença par réveiller le volatile de Léo. Le remerciant de l'avoir aidé hier ainsi que d'avoir pu bercer sa nuit. Se levant sans trop bouger les bras, elle se plaça aux côtés de la panthère et l'interpella d'une voix calme "Léo ... Léo, réveille-toi. Ils ne sont plus là. Léo. Regarde ..." elle embrassa le crâne de la panthère et lui fit un grand sourire lorsque ses pupilles se dilatèrent pour montrer des yeux d'un vert de jade. Le temps était venu pour eux de se sentir de nouveau en sécurité et libre. Ils ne seront plus importunés par ces monstres nocturnes aux yeux sans couleur. La jeune femme lui demanda alors s'il pouvait également placer un bandage sur l'aile de l'oiseau. Certes, il ne pourra pas voler avant un certain temps mais sa santé serait sauve. Sur l'estrade, il y avait des vitraux où on pouvait observer l'intérieur de l'église qui avait repris sa forme d'origine. Des gens étaient installés sur des bancs à entendre ces douces voix mélodiques. Il devait être 7h ou 8h du matin. Linaewen fit un demi-tour et discuta un peu avec Léo.

- Dîtes moi, nous n'avons pas eu beaucoup le temps de parler hier. Que diriez-vous de prendre un petit déjeuner ? Nous n'avons plus rien à craindre. Le village est redevenu normal. Je dois vous dire quelque chose. Vous êtes brave. Mon souhait serait de créer une guilde et d'avoir de bons compagnons. Je souhaite aider les gens dans le besoin et montrer au monde qu'il peut être calme et harmonieux, sans guerre et sans bagarre. Nous devons être à l'écoute de chacun. Nous sommes vaillants et nous irons au bout de nos envies et de nos futures aventures ! Hi hi ~

Un large sourire se dessina sur la jeune fille, la lumière du soleil se reflétant sur son visage. Lin' serait la plus heureuse des femmes une fois que son but sera acheminé. Sa vie avait déjà commencé à partir du moment où elle avait rencontré Sven. Au final, peut-être que c'est grâce à lui qu'elle pu établir ce but et ce désir. Peut-être que, grâce à lui, son chemin a été tracé à cet instant dans la forêt entourant Green Arrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Sam 27 Avr - 23:25


Les hurlements rauques et haineux des décharnés résonnaient dans mes oreilles Elfiques , m'emplissant la tête d'effroi tandis que j'étais toujours replié sur moi-même; on n'y voyait toujours rien, l'horrible brouillard sombre obstruant presque mes pupilles. On pouvait entendre leurs ongles pourris gratter les parois de pierre avec acharnement tandis que je tentais toujours de trouver le sommeil. Près de moi, Linaewen respirait doucement de manière rythmée et profonde, et je levai la tête pour observer les étoiles un moment; mais la fatigue accumulée au fil de la journée finit par avoir raison de moi, a mon soulagement. Je m'éveillai quelques fois durant la nuit sans raison apparente, mais ce fut sans conséquence, et bien vite, j'entendis la douce voix de la jeune femme qui avait dormi non loin de moi ml'interpeller, comme si j'étais toujours dans mon rêve. D'un ton cristallin, elle me ramenait dans la conscience. "Léo ... Léo, réveille-toi. Ils ne sont plus là. Léo. Regarde ..." J'ouvris les yeux, mes paupières découvrant mes iris vert émeraude lorsque je sentis un baiser sur mon front félin, et j'eus le plaisir de redécouvrir le splendide village que j'avais connu avant que la malédiction nocturne ne le frappe. Le soleil, au loin, s'élevait avec fierté dans son ciel aux tons d'agrumes et de rubis, et seuls quelques nuages blancs parcouraient les cieux, poussés par la brise printanière. Les morts-vivants n'étaient plus; ils étaient partis comme ils étaient venus, comme un mauvais rêve qui s'évapore au doux réveil. L'astre solaire diffusait une douce chaleur sur l'estrade de bois ou nous nous trouvions, non loin du toit de l'église qui s'était recomposé.

A la manière d'un chat, je plaçai mes pattes loin devant moi et cambrai mon dos afin de m'étirer, tout en bâillant - il n'y avais que de cette façon que je parvenais à me réveiller - et mis mes sens en marche. Non loin de là s'élevaient de jolies et fines voix religieuses, et quelques badauds s'étaient installés sur le banquet, profitant des mélodies et de la chaleur naissante du matin; il était encore tôt. Lin' s'était retournée en ma direction, et comme elle commençait à s'adresser à moi, je me métamorphosai. Elle me demanda si je pouvais bander le corbeau, et j’acquiesçai.
- Dîtes moi, nous n'avons pas eu beaucoup le temps de parler hier. Que diriez-vous de prendre un petit déjeuner ? Nous n'avons plus rien à craindre. Le village est redevenu normal. Je dois vous dire quelque chose. Vous êtes brave. Mon souhait serait de créer une guilde et d'avoir de bons compagnons. Je souhaite aider les gens dans le besoin et montrer au monde qu'il peut être calme et harmonieux, sans guerre et sans bagarre. Nous devons être à l'écoute de chacun. Nous sommes vaillants et nous irons au bout de nos envies et de nos futures aventures ! Hi hi ~

Mes idées n'étaient pas bien claires. - Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais m'asseoir quelque part et boire quelque chose de chaud avant de vous répondre, dis-je en souriant. Nous nous dirigeâmes ainsi donc vers une terrasse d'une auberge ou je commandai quelques viennoiseries et deux chocolats chauds.
- Bien, nous y sommes. Hm. C'est vrai que... Je voyage beaucoup, et, en réalité, malgré ce que je veux m'affirmer, je me sens un peu seul; puis, votre cause est juste... Je dois dire que c'est une proposition alléchante que je n'aurais que peu de raisons de refuser. En bref, ce serait avec plaisir que Pyrrhus et moi se nous joindrions a vous! Y a t-il d'autres personnes qui ont en vue de rejoindre cette guilde, à l'heure actuelle? Je lui souris.

Je pris un instant pour détailler l'environnement qui, en quelques heures, avait changé du tout au tout: les zombies avait fait place à de bonnes gens qui vaquaient à leurs occupations; la kermesse avait disparue, mais quelques échoppes d'alimentation ou de bijoux foisonnaient ca et là, le hameau se mettait peu à peu en mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Lun 29 Avr - 20:14
Surprise de voir l'engouement du jeune homme, Lin' lui fit son plus grand sourire. Certes, l'elfette ne lui avait pas demandé promptement et directement de la rejoindre dans sa cause et pourtant, dans un élan, Léo accepta. Désormais, l'archère échangea un regard coquin avec son corbeau et lui caressa son aile gauche. Au fur et à mesure, l'idée de pouvoir créer et concevoir une guilde pour obtenir de meilleurs jours deviendra réel. Son souhait le plus cher prend goût sucré un peu plus chaque jour. Linaewen ne rêvait pas et c'était sans doute un miracle qu'elle puisse se tenir ici, au milieu de ce village sans nom avec un deuxième compagnon sur la liste. En y pensant, son livre encore dans la sacoche, elle déballa le tout et l'ouvrit sur ses genoux. Recherchant quelques informations qu'elle avait déjà lu afin de peaufiner d'avantage sa requête. Déjà trouver le nom... Lin' pensait à "L'esprit de Vidar" qui est un dieu vengeur de la mort de son père, Odin, il va donc transpercer de son épée le cœur du loup Fenrir ou en lui arrachant la mâchoire à l'aide de sa chaussure magique. Dans les textes, Vidar est encore confus surtout lorsqu'il tue Fenrir. Deux types de mort, et pas des moindres. Cependant, cette idée semblait être bonne du au fait qu'elle vengerait tous les morts innocents et instaurerait un monde meilleur avec ses compagnons. Il leur faudrait un toit, une sorte de refuge privilégié. Tous seront nourrit et logé. Léo demanda si il y avait d'autres personnes qui rejoignaient cette noble cause. Toussotant un peu, la dame aux plumes lui répondit :

- Et bien, pour être franche, avec vous à nos côtés nous ne serons que trois. Rána Urulòki en fait partie également. Il n'y a que des elfes. J'ai pourtant rencontré des hommes mais certains ne désiraient pas vivre une telle vie. Préférant vagabonder ou vivre imprudemment. Ces gens m'ont ouvert les yeux. Dont un en particulier que j'apprécie énormément. Dès l'âge de 12 ans, il fut déjà dehors et ne vivait qu'en volant. Le temps et l'expérience l'ont forgés mais il fut, quelque part, un peu orphelin. Il survit.

La jeune femme pencha la tête sur le côté et vit une dame à forte poitrine, blonde s'avançant vers elle. Linaewen fit de grands yeux. Non. Cela ne se pouvait pas. Posée sur la chaise en osier, l'aubergiste vint leur livrer leur chocolat et quelques gâteaux. La femme s'avança, ses cheveux ondulant, son regard tendre et la grâce de ses gestes. Liessa. Elle apparut comme si, pendant la nuit, elle ne savait pas qu'elle faisait partie de ses innombrables zombies. Ne sachant pas que la mort l'avait déjà attrapé. En clair, Linaewen avait flirté avec une morte. Prenant une chaise, la protagoniste vint s'asseoir aux côtés de Linaewen et fit un geste de la tête comme signe de bienvenue au jeune homme. Regardant Lin', elle fronça les sourcils et commença par lui parler avec une voix sèche et froide.

- Tu m'as dit que tu partirais. Et je te vois encore ici. Avec un homme qui plus est. C'est adieu était en fait pour me cacher que tu avais un amant ! Je te méprise.

- Mais non ! Pas du tout ! C'est juste un compagnon de route ! Et je t'ai dit adieu hier parce que je m'étais dit que nous ne pouvions pas continuer. J'ai des tas de choses à accomplir et si je reste ici, je serai tombée amoureuse de toi. De plus, le soir ce village, vous tous, vous êtes ...

Lin' se tut. Est-ce que leur dire la vérité les effraierait ? A part créer une émeute ou une bagarre, en quoi cela changera cette malédiction ? Elle ne voulait en aucun cas blesser qui que ce soit et surtout pas Liessa. Cette rencontre lui avait donné l'envie d'en apprendre plus sur les femmes. Cependant, la jeune femme s'y résignait. Des quêtes et de l'aventure. C'est de ça dont elle rêvait. Pouvoir un rôle capitale dans l'histoire et se donner une raison de vivre. Rester dans une maison à faire à manger et nettoyer n'était pas ses passions. Cependant, dans un geste d'affection, la dame aux plumes prit Liessa dans ses bras et lui caressait ses longs cheveux. La dame se laissa faire par ce geste, l'embrassa sur la joue et lui tint ces paroles.

- Fais attention à toi. C'est tout ce que je te demande. Reviens me voir quand tu auras du temps de libre.

Partant avec regret et amertume, la fille aux cheveux d'or se dirigea dans la rue qui menait vers chez elle où le soir, ses filles de joie s'amusaient. Voilà donc un nouveau tournant. Linaewen s'excusa envers Léo et commença à manger ses gâteaux qu'elle trempait dans le chocolat. Après cela, elle et Elendil partiraient vers une direction inconnu. Le nord ? Le sud ? Faire de nouvelles rencontres et pourquoi pas, trouver encore plus de compagnons. Ainsi elle se chargera de faire son emblème et de déclarer la guilde dans une des plus grandes villes de Midgard. Bientôt ...

- Qu'allez-vous faire par la suite ? Dit-elle avec un geste furtif en l'air. Dans quelle direction allez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2242

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Mar 30 Avr - 7:04
Mon enthousiasme n'était pas passé inaperçu et un sourire étirait maintenant les fines lèvres Elfiques de ma compagnonne de route, cette tache de rose contrastant agréablement bien avec son visage de porcelaine, et la légère brise matinale faisait danser doucement les plumes qui l'ornaient. Du haut de son ciel azuré, l'astre solaire brillait avec énergie sur le petit village si vivant et bon à vivre dont on ne pouvait imaginer la conversion en un enfer pareil une fois que les étoiles remplacent les cieux; de petits nuages, tels des taches de crème sur une nappe, parsemaient cet océan pur et clair. Assis à la terrasse d'un café local, nous attendions un déjeuner à déguster avant de quitter le hameau, et une serveuse venait justement de nous apporter quelques viennoiseries et gâteaux accompagnés d'un chocolat chaud et mousseux. A l'entente de ma question, Lin toussota un instant, mal à l'aise. - Et bien, pour être franche, avec vous à nos côtés nous ne serons que trois. Rána Urulòki en fait partie également. Il n'y a que des elfes. J'ai pourtant rencontré des hommes mais certains ne désiraient pas vivre une telle vie. Préférant vagabonder ou vivre imprudemment. Ces gens m'ont ouvert les yeux. Dont un en particulier que j'apprécie énormément. Dès l'âge de 12 ans, il fut déjà dehors et ne vivait qu'en volant. Le temps et l'expérience l'ont forgés mais il fut, quelque part, un peu orphelin. Il survit. Je buvais ses paroles avec attention. Elle avait évoqué différentes choses, comme la lâcheté de certains, humains, le courage d'autres, et avait fait mention d'un autre membre de la potentielle guilde, un autre Elfe du nom de Ràna; je n'avais rien contre les humains, mais je me sentais toujours plus en sécurité avec des personnes de ma race.

Les iris vairons de Lin changèrent subitement d'orientation, et je les suivis, découvrant une jeune femme blonde assez perpendiculaire qui observait ma compagnonne avec attention; elle m'avait a peine jeté un regard et marchait avec assurance vers notre table, sa chevelure ambrée ondulant derrière son dos. Au regard de Linaewen et de la jeune inconnue, toutes deux se connaissaient; une pensée effroyable traversa mon esprit: est ce que cette inconnue était consciente de la terrible malédiction qui pesait sur sa personne et sur ses amis? D'un signe de tête, elle me salua, et s'adressa d'un ton empli de reproche a Lin. - Tu m'as dit que tu partirais. Et je te vois encore ici. Avec un homme qui plus est. C'est adieu était en fait pour me cacher que tu avais un amant ! Je te méprise.Je levai un sourcil à l'entente de ces paroles et jetai un regard a mon amie qui ne me pipa mot. - Mais non ! Pas du tout ! C'est juste un compagnon de route ! Et je t'ai dit adieu hier parce que je m'étais dit que nous ne pouvions pas continuer. J'ai des tas de choses à accomplir et si je reste ici, je serai tombée amoureuse de toi. De plus, le soir ce village, vous tous, vous êtes ... Elle marqua une pause, embarrassée, et je réalisai soudain que nous devions être les deux seules personnes a connaître le terrible secret qui pesai sur les habitants de ce village eux même.

Elles se toisaient du regard tandis que j'en apprenais de plus en plus sur la jeune Elfe, et les deux personnes s'enlacèrent, le regard plein de tendresse, mais résigné, et peu après, elles se séparèrent. - Fais attention à toi. C'est tout ce que je te demande. Reviens me voir quand tu auras du temps de libre. Sur ces paroles, elle se dirigea vers une auberge qui m'était familière, me laissant a nouveau seule avec Lin, et un silence gêné s'était installé. Elle s'excusa presque timidement, observant à la fois son doux corbeau aux plumes noires et soyeuses et trempant ses petits gâteaux dans son chocolat. Mon cher ami cramoisi et emplumé revenait de sa chasse nocturne, et je distinguai sa silhouette floue hachée par le soleil qui se rapprochait de nous. Soudain, la jeune femme brisa le silence.

- Qu'allez-vous faire par la suite ? Dans quelle direction allez-vous ?

Joignant son geste à la parole, elle mima furtivement un rapide envol.

- En réalité, je voyage de-ci de-là, cherchant des zones propices à la chasse, et le vis de choses simples. Avec Pyrrhus, je me balade ou bon me semble, et je n'ai aucune destination précise. Si votre but est, actuellement et assez vite, de recruter de braves compagnons, peut être pourrions nous voyager ensemble un moment?...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Anxieuse.
Localisation : ..::Dreamscape::..
Exp : 1798

Messages : 78
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::.. Mar 28 Mai - 20:05
Linaewen réfléchissait. Est-ce qu'elle avait besoin de compagnie ? Pour le moment, il lui fallait peut-être plus d'expériences. Chercher des quêtes, des donjons et apprendre à maîtriser ses pulsions. La jeune femme n'était qu'une petite fleur blanche au beau milieu d'une terre déserte. L'elfette devrait prendre sa route avec Elendil, chercher d'autres compagnons et d'apprendre à se battre. A chaque fois qu'elle allait dans une ville, il s'y passait de drôles de choses et il y avait toujours quelqu'un pour venir la sauver ou simplement pour l'aider. Même l'histoire avec Neal avait été palpitante ! Cependant, la jeune femme devait faire son chemin, seule. Léo était un homme qui semblait vaillant et prêt à affronter les dangers tandis que Lin avait besoin de plus d’expérience dans ce domaine si elle voulait devenir chef de guilde. Des rêves et des ambitions sont faits pour être réalisés mais, il faut aussi avoir du courage et affronter le danger en face. La demoiselle soupira légèrement et parla d’une voix douce et calme à son compatriote :

- Et bien, ta proposition est honorable mais je m’y résigne. Je dois parcourir encore un bout de chemin seule et acquérir de l’expérience. Je garderai contact avec toi. Si jamais j’ai des renseignements intéressants au sujet de la guilde, je t’en ferai part en t’envoyant un oiseau voyageur.

Certes, la déclinaison de cette offre si généreuse pouvait le rendre un peu triste mais c’était le devoir de la petite elfe aux cheveux blancs de partir et d’apprendre. Les livres ne sont pas les seules ressources suffisantes pour créer une guilde. Il faut de la volonté, du courage, un sens de l’honneur et de l’ordre, il faut savoir se battre et mettre sa vie en péril pour celle des autres. Inspirant un grand coup, la jeune femme tenta de finir le dernier petit pain au four et se leva. Tendant la main au jeune homme, elle lui fit un large sourire et lui dit ces quelques mots.

- Pour moi, je te considère comme un ami. Si je te recroise dans mes aventures, peut-être que nous pourrons alors faire un bout de chemin ensemble. Mais pas pour l’instant. Ne t’inquiètes pas, je ne t’oublierai pas. Je te remercie du fond du cœur pour m’avoir aidé dans cette soirée si … mouvementée. Cependant, je ne peux pas rester ici. Pas après ce qu’il s’est passé. Je vais donc partir, je ne sais où. J’ai envie de voir du pays et de rencontrer d’autres personnes. Sur ce, adieu l’ami, puisse les Dieux te garder.

La jeune femme s’en retourna, cape au vent, la main levée en guise d’adieu et parti avec Elendil pour retourner sur cette route sèche et rocailleuse entourée d’herbe grasse. Les bruits du village maudit disparaissant au fur et à mesure que l’archère s’en allait d’un pas assuré vers un endroit insolite et incroyable. Ne sachant pas où aller, seuls ses pieds la guidaient. Au final, la demoiselle partait en direction d’Alcombord. Cela lui mettrait plusieurs jours avant de pouvoir atteindre la ville, surement une dizaine de jours. Durant son trajet, Linaewen cueillait des baies et des fruits, quelques plantes pour le voyage tandis qu’Elendil s’occupait de chasser pour manger. Ce voyage serait long. Entre le temps pluvieux puis le soleil qui pointait de nouveau le bout de son nez. Mais on pouvait entendre le bruit des mouettes. Une odeur maritime. C’est ainsi que l’archère allait donc pouvoir s’amuser dans la ville d’Alcombord, ville au marché noir où pirates et ivrognes se lancent à des jeux d’argent. Lin, tombera t-elle dans le piège ? A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

..:: Beurre et l'argent du beurre ::..

MessageSujet: Re: ..:: Beurre et l'argent du beurre ::..
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je veux le beurre, l'argent du beurre et la crémière!!
» Sache juste que le beurre et l'argent du beurre n'on pas étaient fait pour toi
» [Terminé] Il veut le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière [PV. Elyas]
» Beurre de pommes et Sorbet "Granny"
» [UploadHero ] La Cuisine au beurre [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Lumïa :: Le village sans nom-