avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 4 Juin - 3:52
Le soleil était déjà bas dans le ciel. Celui-ci prenait déjà de belles couleurs orangées. La jeune griffonne contemplait les jeux de lumières tout en parcourant la large rue marchante. Le soleil déclinant lentement avait déjà fait rentrer la plupart des acheteurs ou de simples personnes venant se balader. Il ne restait d'autant plus qu'une dizaine de gens qui se préparaient certainement à partir également. Il était l'heure de dîner. Les habitants étaient riches ici, ils n'avaient pas à rester en fin d'après midi. Seuls des aventuriers cherchaient encore une auberge ou attendaient quelqu'un pour un quête spéciale.

Faörih faisait partie de ces aventuriers. Elle se baladait tranquillement entre les marchands. Habillée comme d'habitude, c'est à dire, une robe bleue nuit en dessous de son armure, des gantelets en métal, de grandes bottes en cuir, la protection en métal pour sa gorge relié avec des chaînes ainsi que son éternel masque gravé qu'elle quittait rarement. Sa longue tresse blonde se balançait au rythme de ses pas. Un ruban de ma même couleur que sa robe tenait le tressage en place. Son épée, dont la l'âme était désormais recouverte d'un bandage crasseux, pendait à son dos.

Souriant à tous les passants, Faörih était à la recherche d'un merveilleux gallinacé, prêt pour partir à l'aventure. Pour ceci, la griffonne demandait une poule qui n'avait pas froid aux yeux et pas peureuse pour un sou. C'est pourquoi, après deux bonnes heures d'errance entre les marchands, elle n'avait encore rien trouvé de convenable. En effet, les poules ont peur des griffons, et ainsi, elles ne pouvaient voyager avec Faörih. Celle-ci n'en était pas triste du tout, elle comprenait, elle était un prédateur. Enfin, un ex-prédateur. Il était normal que, de part leur instinct de survie, elles fuient à toute allure devant elle.

La joyeuse griffonne avait déjà parcouru une grande partie de la ville dites commerciale de Lumiä. Il ne restait plus grand chose à voir, et, c'était avec un peu de déception que Faörih avait envisagé passer à une autre ville. Sans démordre de son sourire, elle fouillait du regard chaque étalage à la recherche d'un vendeur de poulet.

C'est alors, en tournant dans une rue, qu'elle aperçut un vendeur de bétail de ferme. Son sourire s'élargit avant de se précipiter, littéralement, dessus. En seulement quelque enjambées, la griffonne arriva à son but. Toutes les poules battirent des ailes, comme si elles pouvaient voler, frénétiquement dans leur cage. La créature soupira, elle n'avait pas de chance! Comment ce pouvait-il qu'il n'y avait aucune poule un peu courageuse? Elle s'approcha néanmoins du vendeur, au cas ou il n'aurait quand même pas en tête un gallinacé forte-tête. Le vendeur était assez vieux, mais ne devait pas dépasser les soixante ans. Il l'accueillit d'un sourire.

-Bonjour monsieur! A vrai dire, je cherche une poule, mais pas n'importe quelle poule, commença Faörih.

Elle montra d'un geste toutes les poulets, presque terrorisées, face à un prédateur potentiel.

-Comme vous pouvez le voir, les poules ne m'aiment pas beaucoup... Je me demandais si vous posséderiez une poule qui ne me craint pas, j'en ai vraiment besoin, continua-t-elle d'un air un peu déçu.

Le vendeur lui sourit en acquiesçant. Il tourna les talons, silencieux, et sembla fouiller dans quelque chose. Sur la pointe des pieds, la griffonne put s'apercevoir qu'il essayait d'attraper une poulet caractérielle. Elle était vraisemblablement isolée des autres poules. L'homme d'un âge avancé finit par l'attraper par les ailes et à faire volte-face. Faörih s'étonna, la poule était entièrement noire, mis à part quelques taches de plumes blanches sur sa tête et dans sa nuque. Son regard vif et curieux regarda instantanément la griffonne. Ce poulet plaisait déjà à la griffonne. Quand le vendeur la posa sur l'étagère en bois, elle ne fuit pas. Au contraire, elle affrontait le regard vairon de la créature qui sourit.

-Elle est parfaite!

Le payement, honnête, fut réglé sous les sourires dans deux protagonistes. Le vendeur lui avait proposé une cage, mais la griffonne, qui avait elle-même horreur des cages, avait promptement refusé. Elle avait prit la poule qui étrangement, c'était laissée faire, avait acheté un sac de graine en prime et s'en alla en sautillant. Enfin, elle avait sa petite poule! Elle l'avait trouvée, et en plus, elle ne semblait pas vraiment agressive ni craintive! Sa poule se laissait complètement faire, comme si on ne la touchait pas. Elle était plutôt... soupe au lait? Faörih haussa les épaules, la poule sous le bras. Que cette poule fut dénuée de peur ou complètement inconsciente, la griffonne s'en fichait.

-Mary!

Faörih, ayant trouvé un prénom pour sa nouvelle amie, l'avait crié sans, bah, crier gare, au milieu de la rue. Il y avait peu de monde, elle ne s'était donc pas gênée de le dire fort et d'un air très réjouit. A présent, la griffonne ne savait plus trop quoi faire, elle se dirigea donc vers les bois, pour y dormir tranquillement, et sans payer. Le bois était assez loin, mais cela ne la dérangeait pas de marcher encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 4 Juin - 5:42
Déjà, en cette splendide soirée estivale, le soleil déclinait dans un florilège visuel, titillant mon sens de la vue dans ses teintes aux milles déclinaisons, de l'agrume mûre au rubis en allant cotoyer le cramoisi, et, encore en ce moment, des restes bleu pâle cohabitaient dans l'harmonie naturelle de la vie avec les couleurs chaudes ainsi qu'avec des jaunes citron, dans toute la splendeur de Midgard, et plus précisément de Lumïa dont les silhouettes des chaumières cossues et leurs cheminées fumantes étaient hachées par l'astre solaire déclinant. Il ne faisait que peu de temps que je m'étais séparé de Taomi, la jeune fille sauvage et effrayée par les humains qui, du moins je l'espère, avait fait un pas vers un monde ou les hommes étaient bons pour elle grâce à moi et notre escapade en ville; mais ces faits me semblaient séparés de l'instant présent d'un gouffre temporel incommensurable tant mes quelques journées passées ici, dans la cité aux milles merveilles, étaient chargées d'activités. Mes pas rapides et le bruit du choc de mes semelles Elfiques sur les pavés gris de la ville n'avaient même pas assez d'ampleur pour parvenir à mes tympans sous le charivari qui régnait en ces lieux dans lesquels, accompagnant l'ouïe, se déchaînait un festival sensoriel, ou tous étaient flattés; les occasions d'humer des senteurs appaitissantes ne manquaient pas, ni les restaurateurs qui vous proposaient de goûter à leurs produits, fromages, sucreries ou viandes, et bien d'autres, pour ne pas passer le reste de ma soirée à citer le nombre immense d'objets attirants ici. Parmi les pauvres oiseaux exotiques en cage ou bien les dagues bariolées se trouvaient, en guise d'exemple, moult échoppes de légumes ou de fruits, ou encore des draperies orientales…

Ma vie se résumait, au final, de phases d'alternence entre la civilisation et la vie sauvage, simple, faite de chasse, de siestes et de soleil, et la vie humaine, normale, ou je parcourais le monde, dormait dans des auberges, et rencontrait des gens; je n'aurais su dire laquelle je préférais, malgré que l'appel de la terre m'envahissait souvent. Je commencais en outre à maîtriser de plus en plus ma métamorphose, au point de pouvoir revêtir de formes hybrides, comme avec une queue de félin ou encore des oreilles; mais le plus utile, hormis l'esthétique, restaient les griffes que je parvenais désormais à déployer. J'avais fini par réaliser qu'au bout de quelques temps, par distraction et sans m'en rendre compte, je gardais cet état entre deux mondes; cependant, cela ne semblait nullement choquer les badauds riches et les touristes me croisant, prenant cela comme un factice accesoire de mode.

Mon estomac sans fond me criait déjà famine par de longs grognements plaintifs et répétés, comme un petit fauve rugirait sur sa mère et la nourriture; je m'empressai de dénicher un stand de petite restauration quelconque, n'étant pas regardant sur la qualité lorsque cela n'était pas moi même derrière les fourneaux. Bien vite, je trottinai vers une échoppe qui, par les senteurs qui s'en échappaient, ne pouvaient que m'allécher; celle si présentait un concept qui m'était inconnu. Du pain chaud sur lequel était étalé du gruyère fondant ainsi qu'une viande que j'identifiais comme du porc coupé en de fines tranches... Original et nouveau, pourquoi pas. Je dégustai cette chose - je ne savais nullement comment la nommer -, le vent faisant jouer mes cheveux, ébouriffant les poils courts sur mes oreilles de léopard; déjà, les rues, grandes artères si bondées à l'habitude de la cité, commencaient à se vider, ainsi que les marchands, pour certains, a remballer leurs affaires et divers présentoirs ainsi que marchandises, et s'évaporaient à mon regret les fumets des mets et boissons chaudes dans les airs.

- Mary!

C'était une jeune femme, non loin devant moi - tout au plus quelques mètres - qui s'était adressée d'une façon enthousiaste; celle ci avait l'air juvénile, un sourire angélique ainsi que une longue natte blonde qui battait dans son dos à chacun de ses pas, qui me rappela ma queue féline que je sentais contre mon pantalon. Dans ses mains demeuraient une petite poule noire, étrange sur les bords, et l'association des deux créatures ne pouvaient que renforcer le contraste entre elles deux. Croyant qu'elle se présentait pour une raison inconnue, il me sembla de la moindre des politesses de lui répondre, malgré que cela eut le don de me surprendre quelque peu. Je m'avancai en lui serrant la main courtoisement, sans réellement comprendre ce geste alors je jamais je ne l'avais aperçue a aucun lieu que ce soit... Je ne conaissais même pas son nom.

- Euh, bonjour! Je m’appelle Léo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 4 Juin - 7:31
Vraiment, Mary était bizarre pour une poule. En effet, elle se contentait de regarder autour d'elle comme si elle était totalement à l'aise. Faörih se demandait si cette poule n,avait pas un problème mental, pour être si molle et paresseuse. Enfin, cela ne la dérangeait pas du tout, tant qu'elle pondait régulièrement des œufs mangeables. Un sourire aux lèvres, Faörih sifflotait l'air qu'Ourya, la première créature et sa dernière rencontre en date, lui avait chanté. Elle ne connaissait toujours pas la signification des paroles, mais elle aimait cette balade et la chantait régulièrement.

Soudain, quelqu'un arriva pile devant elle sans crier gare. Faörih s'arrêta net sans lui rentrer dedans. La griffonne dit merci à ses réflexes de prédateur. La personne lui prit la main. Étrange, que voulait-elle faire encore? Ha oui, c'était une coutume humaine pour dire bonjour. Faörih regarda leurs mains avec étonnement, perplexité et amusement. Mary ne sembla pas plus réagir, se contentant de lever la tête en caquetant faiblement.

- Euh, bonjour! Je m’appelle Léo.

La griffonne releva vivement la tête. Elle sourit, au jeune homme, manifestement. Car oui, quand elle pût enfin le voir et le détailler, elle n'aurait pas vraiment été certaine du genre de cet elfe. Il était grand, aussi blond que Faörih mais moins longs et surtout, ils voletaient au gré du vent. Ses yeux verts, un peu plus foncés que l'œil gauche de la griffonne, la regardait avec de la curiosité lui semblait-elle. Il était habillé de vêtement bien coupé, léger et pratique, comme elle en avait déjà vu au pays des elfes. Ses traits étaient typiquement elfique, assez androgyne, sans l'être de trop. Mais la chose qui attira tout de suite le regard de la créature. Il avait des oreilles et une queue! C'était donc un changeling félin! Faörih adorait les changelings, bien plus près de la nature et bien plus respectueux. Elle l'aimait déjà bien ce jeune elfe, plus jeune qu'elle a première vue.

Pourquoi se présentait-il? Il n'y avait vraiment aucune raison de le faire! Il s'était planté devant elle, et avait dit son nom. Étrange coutume, mais c'était peut-être une coutume elfique! Faörih ne connaissait pas grand chose des rites des elfes, même si elle préférait mille fois ce peuple aux autres. Surtout quand ils étaient des changelings, ce qui était assez fréquent en fait. Elle lâcha la main du prénommé Léo. Elle supposait qu'elle devait lui rendre la pareille.

-Salut! Moi c'est Faörih, et la poule c'est Mary, dit-elle d'un air enjoué et très à l'aise.

Elle leva plutôt la main en signe de salut. Mary ne réagit pas, sans surprise. Il avait l'air sympathique, mais elle se demandait pourquoi il s'était présenté quand même, c'était entrave pour Faörih qui n'avait toujours pas assimilé complètement les coutumes de chacun des peuples. Elle fronça les sourcils, mais plus en signe de perplexité que d'énervement. Elle ouvrit la bouche, mais rien de sortit aux premiers abords. C'était vraiment étrange! Son bras retomba mollement le long de son corps. Après un moment d'hésitation, la griffonne finit par dire:

-Mais... Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mer 5 Juin - 6:09
La natte blonde dans son dos avait cessé de se balancer derrière elle à l'instant même ou elle se stoppa non loin de moi, et je lui tendis la main pour la saluer comme elle l'avait fait verbalement il y a un instant; elle aussi arborait un air surpris, comme si c'était moi et pas elle qui l'avait saluée spontanément, sans aucun et quelconque contact préalable. Néanmoins, d'un air joyeux qui ne l'avait pas quitté - et qui, d'une intuition personnelle, ne le quittait que rarement - et d'un joli sourire rose, elle m'avait serré la main, louchant légèrement sur cet acte pourtant si familier, comme si cela était étonnant. Ses yeux, que je remarquai vairons - un vert magnifiquement moucheté de taches d'or ainsi qu'un gris - me scrutaient attentivement, comme examinant mon âme, et une robe bleue nuit couvrait son corps ainsi qu'une armure d'un poids que je supposai moyen, afin de privilégier ses mouvements de combat, semblait il; en effet elle avait tout l'air d'une aventurière, et, à mon humble avis, son apparence n'en disait pas long sur sa férocité en combat. Elle lâcha alors ma main afin de m'en faire un signe, et se présenta.

- Salut! Moi c'est Faörih, et la poule c'est Mary!

Mary était donc le nom du petit animal - étrangement calme et placide dans ses bras - noir qu'elle soutenait, et non pas sa propre appellation... Cela n'expliquait nullement pour laquelle des raisons obscures elle avait énoncé le nom de son ami à plumes - ou futur dîner - à vive voix en pleine rue; celle-ci n'était pas bondée si bien qu'elle n'avait pas tant attiré l'attention, mais m'avais fait douter sur la signification de ses dires. Elle s'appelait en réalité Faörih, un nom peu commun chez les Elfes et les humains, à mon humble connaissance de ce domaine; peut être était-elle une étrangère venue de l'est ou du sud, des îles, malgré qu'aucun accent ne faisait chanter ses paroles comme les bonnes gens d'Alcombord ou la façon froide et étrange de s'exprimer à Utgard, la ville frontière. Elle avait marquée une pause, mais semblait vouloir rajouter quelque chose. Je levai le menton, le vent faisant jouer mes cheveux sur mon visage, admirant le soleil déclinant au loin; sa silhouette, tant l'astre était bas désormais, était découpée par la lumière, floue au niveau de la tête, comme si un halo fantomatique l'entourait, tandis que son corps, lui, demeurait relativement net.

- Mais... Pourquoi?

Il y avait un malentendu; je crus qu'elle se présentait, mais il n'en était rien, et je me retrouvais à parler à cette jeune femme sans réelle raison. Je ris légèrement, souriant, un peu gêné.

- Je pense qu'il y a un petit malentendu... Lorsque, à haute voix, vous avez énoncé le nom de votre ami à plumes ici présente, Mary, j'ai cru que vous vous présentiez à moi, pour une raison que je n'avais pas saisi. Si je peux me permettre, qu'allez vous faire avec cette poule? C'est inhabituel que ces animaux ne se retrouvent pas en cage, malgré que je n'approuve pas vraiment ces entraves. Et puis malgré sa liberté, elle me semble bien peu agitée.

En effet, entre ses bras demeurait Mary, entièrement noire, mis à part quelques plumes blanches sur le haut de son crâne et sur le haut de son dos, ce qui était plutôt inhabituel; une pensée traversa mon esprit selon quoi il serait déplorable de se servir d'un si bel animal en guise de dîner, d'autant plus qu'elle semblait des plus dociles. D'un coup d'aile, elle aurait pu s'enfuir, pour trottiner un peu dans la rue, cependant elle restait tranquillement là, a observer nonchalamment les alentours, sans se poser d'avantage de questions. Les deux protagonistes devant moi formaient un groupe des plus hétéroclite, et la clarté générale de Faörih contrastait avec celle de la poule qui demeurait contre elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Dim 9 Juin - 4:29
Le jeune elfe sembla se rendre compte de quelque chose suite à la question -si elle en était vraiment une- et un rire gêné assez clair. La créature trouvait son rire agréable à entendre. Néanmoins, elle pencha la tête sur le côté, qu'y avait-il de drôle? La réponse était-elle si évidente? Faörih ne perdit cependant pas son sourire. Étrange! Alors qu'elle allait réitérer sa question, il éclairait sa lanterne -sa torche- .

-Je pense qu'il y a un petit malentendu... lorsque, à haute voix, vous avez énoncé le nom de votre ami à plumes ici présente, qu'allez-vous faire avec cette poule? C'est inhabituel que ces animaux ne se retrouvent pas en cage, malgré que je n'approuve pas vraiment ces entraves. Et puis malgré sa liberté, elle me semble bien peu agitée.

Un malentendu... Bien sur, la créature s'étonnait de ne pas y avoir penser plus tôt! Elle eut également un petit rire, nullement gêné, quand elle prit conscience que sa tendance à parler tout haut, -très haut- pouvait causer ce genre de quiproquo. C'était assez amusant en fait!

Léo lui reparlait de Mary, de la poule inconsciente qu'elle tenait dans sa bras sans qu'elle ne bougeât. Ou même sans protester. Il était vrai qu'elle était pas comme les autres! Faörih aimait bien sa couleur noire cendrée. Quand à son caractère... Et bien... Elle était spéciale. Elle avait peut-être un vrai problème, mais ils ne pouvaient rien y faire. Elle restait là, comme si elle était endormie, ou l'esprit complètement embrumé. La griffonne détestait tout autant les cages que semblait le montrer le changeling , si pas plus. Faörih ne pouvait pas supporter de voir qui que ce soit privé ainsi de liberté. Alors, comme lui avait déjà dit son maître d'arme, "Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse".

La créature sourit à sa nouvelle rencontre et montra Mary juste devant le nez de Léo. Le gallinacé ne réagit pas plus, se contentant de regarder autour de lui lentement. Par curiosité, elle secoua la poule pour voir sa réaction. Aucune. Mais c'était vraiment étrange!

-C'est Mary, c'est ma nouvelle poule et ma nouvelle amie! Elle va assurer ma survie maintenant! Enfin, je pense qu'elle a pas conscience du danger, qu'elle est toute embrumée dans son esprit, mais je l'aime déjà!

La griffonne sera la poule, pas trop fort quand même, contre sa poitrine, sans réaction de la part du câliné. Elle reprit toujours affublée de son sourire et son ton toujours joyeux.

-Et je ne mettrais jamais quelqu'un en cage, même pas un petit animal. Je la porterais ou elle me suivra peut-être, mais je ne compte pas la mettre dans une cage. Elle m'est très précieuse maintenant, cette petite poule folle!

Sur ses mots, elle rit d'une voix claire et enfantine. Elle était sur que son ami pégase serait fière d'elle! Bien sûr, elle avait des envies de manger du poulet, mais elle ne voulait y penser. La griffonne était déterminée à ne pas céder à ses envies! Elle devait refouler toutes ses pensées de viande et se concentrer sur son nouveau mode de vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Dim 9 Juin - 7:24
- Je pense qu'il y a un petit malentendu... lorsque, à haute voix, vous avez énoncé le nom de votre ami à plumes ici présente, qu'allez-vous faire avec cette poule? C'est inhabituel que ces animaux ne se retrouvent pas en cage, malgré que je n'approuve pas vraiment ces entraves. Et puis malgré sa liberté, elle me semble bien peu agitée.

Je ne savais si elle avait un certain pouvoir sur les animaux, mais l'animal noir entre ses bras restait on ne peut plus impassible, malgré l'absence de cage; le même air absent n'avait pas quitté son faciès, et elle n'émettait aucun bruit, même pas les habituel caquetements de ces animaux tant son bec restait clos. C'était peut être la personne qu'il me falait. A l'entente du quiproquo que nous avions créé, Faörih et moi, tout comme moi même un peu plus tôt, émis un petit rire amusé; elle me sourit, et, comme pour approuver mes dires et mes précédentes pensées, et, la poule entre ses deux mains dont les plumes noires les masquaient partiellement, tenue à bout de bras, elle l'avait poussée sous mon nez, ce qui me fit sourire. L'air déconfit du gallinacé était plutôt amusant; et cela le devint d'autant plus au vu de l'absence de réaction de l'animal lorsqu'il fut doucement secoué par la jeune femme en face de moi.

-C'est Mary, c'est ma nouvelle poule et ma nouvelle amie! Elle va assurer ma survie maintenant! Enfin, je pense qu'elle a pas conscience du danger, qu'elle est toute embrumée dans son esprit, mais je l'aime déjà!

Elle ramena ses bras contre elle ainsi que son amie a plumes, la serrant contre sa poitrine telle une peluche; il était vrai que l'animal avait un air plutôt mignon. Je n'étais pas sur qu'elle convienne, mais au moins, elle avait l'air d'apprécier les animaux.

- Et je ne mettrais jamais quelqu'un en cage, même pas un petit animal. Je la porterais ou elle me suivra peut-être, mais je ne compte pas la mettre dans une cage. Elle m'est très précieuse maintenant, cette petite poule folle!

Elle rit alors soudain d'une joile voix, légère, guierette, jeune, et demeurait, à première vue, fort sympathique.

- Euh, j'aurais... Un service à te demander… Si tu as le temps et l'envie bien sûr… Je suis désolé de te demander cela, je te connais à peine mais j'ai vraiment besoin d'aide.En fait, je suis très inquiet car mon oiseau, et meilleur ami, est très bizarre depuis ce matin. Il n'a pas l'air malade, sa santé est bonne, mais ne veux pas bouger... Il crie d'effroi quand je le secoue doucement, et je suis obligé de le nourrir moi même alors qu'à son habitude, il est très indépendant. Je n'ai pas trouvé de personne dont c'était le métier alors, comme tu sembles aimer les animaux, j'ai pensé que tu pourrais peut être m'aider…C'est une espèce assez rare, il vient des îles pirates, au sud, et je l'ai rencontré avec une jeune albinos, en le sauvant d'un prédateur. Depuis, il ne me quitte plus. Il est aux portes de la ville, non loin des murailles, dans la plaine. Tu voudrais m'y accompagner? Je t'en prie... Je peux te dédommager. Je... Enfin, si tu le veux bien, il faudrait se dépêcher... Je suis anxieux...

J'émis cependant un petit sourire forcé, mais elle semblait avoir acquiescé. Tant j'étais soulagé, je n'avais ouï ses dires, et nous nous mouvâmes en vitesse vers les plaines sous les derniers feux du soleil doré. J'y retrouvai avec satisfaction Pyrrhus, qui n'avait pas bougé, et il émis un cri satisfait en me voyant arriver. Dans un bol du à son immobilité, j'y déposai un peu de viande; je remarquai la surprise sur le visage de celle qui m'accompagnait. En effet, il ne me semblait pas avoir stipulé qu'il était aussi grand.

- Tu penses pouvoir faire quelque chose?...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Sam 15 Juin - 22:53
Léo, le jeune changeling, ne semblait pas vraiment l'avoir écoutée. Bien sûr, la griffonne ne s'était pas vexée pour autant. En effet, elle avait pu remarqué -bien qu'elle n'en était pas sûre- qu'il était préoccupé. Faörih allait lui demander ce qu'il se passait et s'il allait bien, mais, alors qu'elle avait ouvert la bouche pour lui poser la question, l'elfe aux oreilles de félins l'avait devancée. 

- Euh, j'aurais... Un service à te demander… Si tu as le temps et l'envie bien sûr… Je suis désolé de te demander cela, je te connais à peine mais j'ai vraiment besoin d'aide.En fait, je suis très inquiet car mon oiseau, et meilleur ami, est très bizarre depuis ce matin. Il n'a pas l'air malade, sa santé est bonne, mais ne veux pas bouger... Il crie d'effroi quand je le secoue doucement, et je suis obligé de le nourrir moi même alors qu'à son habitude, il est très indépendant. Je n'ai pas trouvé de personne dont c'était le métier alors, comme tu sembles aimer les animaux, j'ai pensé que tu pourrais peut être m'aider…C'est une espèce assez rare, il vient des îles pirates, au sud, et je l'ai rencontré avec une jeune albinos, en le sauvant d'un prédateur. Depuis, il ne me quitte plus. Il est aux portes de la ville, non loin des murailles, dans la plaine. Tu voudrais m'y accompagner? Je t'en prie... Je peux te dédommager. Je... Enfin, si tu le veux bien, il faudrait se dépêcher... Je suis anxieux...

Un service? La griffonne ne pouvait jamais refuser un service! Elle aimait aider les autres, et une de ses principales motivations était désormais de rendre le sourire aux gens autour d'elle. Or, le petit sourire forcé qu'il lui avait fait ne la convainquait pas du tout. Aquiescant avec énergie, elle se retrouva emportée par sa nouvelle rencontre. Faörih ressera sa prise sur Mary pour ne pas qu'elle glissât. Celle-ci, sans réaction, devenait vraiment inquiétante. Pourtant, ce n'était pas le moment de penser à ça. Ils avancèrent encore, la nuit arrivait à grand pas. Où pouvait être l'oiseau? Dans un arbre certainement, pour ne pas se faire écraser par les passants maladroits. Ou peut-être dans une boîte, même si cela aurait été étonnant. Quoiqu'il en était, Faörih suivait Léo, un sourire aux lèvres, un air amusé sur le visage. Obligée de trottiner, elle n'avait pas lâché sa main pour ne pas le perdre. Elle sentait qu'il aurait pu courir à toutes jambes pour y arriver. 

C'était aussi pour ça que la créature appréciait tellement les elfes. Ils étaient soucieux de la nature et de ses habitants, ils étaient si proches d'elle. C'était le meilleur des peuples pour la griffonne, eux seulement aurait dû pouvoir fouler le sol de Midgard. Malheureusement, ce n'était pas le cas. Stop. Faörih secoua la tête pendant la route et manqua d'ailleurs de trébucher. Elle ne voulait plus penser ainsi! Elle s'était promise de ne plus donner d'opinion et de laisser les choses se dérouler comme elles le voulaient. Oui, neutre, et ne pas agir, c'était mieux pour tout le monde. 

Enfin, aux dernières lueurs du crépuscule, ils arrivèrent dans les plaines. Faörih se rappela la rencontre qui fut certainement une des plus importantes de sa longue vie. Mais, ses pensées se tournèrent vers l'énorme oiseau qui piaillait suite au retour de son maître. La griffonne posa Mary par terre. Celle-ci s'empressa de trottiner vers l'autre énorme poulet, curieuse. La griffonne resta un moment immobile, c'était un grand oiseau! Ce n'était pas ce qu'elle avait imaginé au premier abord, mais la créature reprit très rapidement vie et en quelques enjambées, c'était retrouvée à caresser le bec de l'animal, un grand sourire aux lèvres. Bon, il fallait découvrir ce qu'il n'allait pas. Et pour cela, et bien, Faörih se mit à l'observer sous toutes les coutures. 

L'oiseau nommé Pyrrhus avait sans doute sentis la vraie nature de la griffonne, mais n'en fit rien. La créature soulevait ses ailes, regardait ses yeux, son bec, l'intérieur de celui-ci. Bien sûr, elle ne connaissait pas grand chose, mais étant une créature à moitié oiseau, il y avait des choses qu'elle savait. Après une rapide inspection, Faörih en déduit qu'il ne s'agissait pas des ailes, ni du bec, ni des pattes. Mécontente de ne rien pouvoir faire, la griffonne soupira. 

-Il doit y avoir un truc qui nous passe sous le nez,grommela-t-elle en se grattant la tête.

C'est alors qu'elle remarqua que l'oiseau avait un ventre anormalement gros. C'était impossible que l'oiseau soit obèse, vu qu'il se nourrissait seul et un animal ne se rend pas gros de son plein gré. Faörih s'approcha de lui et tâta lentement son ventre. L'oiseau protesta. Ha, c'était autre chose ça. La griffonne, ne pouvant faire rouler l'animal, se tourna vers Léo et enfin, dit quelque chose. 

-C'est un mâle ou une femelle Pyrrhus? Parce que, j'ai peut-être une piste!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Sam 22 Juin - 23:54
J'étais vraiment dans l'embarras le plus total, ne sachant que faire, et j'ignorais si la dénommée Faörih ici présente pouvait m'aider, mais c'était pour ainsi dire la seule opportunité qui s'ouvrait à moi.

- Euh, j'aurais... Un service à te demander… Si tu as le temps et l'envie bien sûr… Je suis désolé de te demander cela, je te connais à peine mais j'ai vraiment besoin d'aide. En fait, je suis très inquiet car mon oiseau, et meilleur ami, est très bizarre depuis ce matin. Il n'a pas l'air malade, sa santé est bonne, mais ne veux pas bouger... Il crie d'effroi quand je le secoue doucement, et je suis obligé de le nourrir moi même alors qu'à son habitude, il est très indépendant. Je n'ai pas trouvé de personne dont c'était le métier alors, comme tu sembles aimer les animaux, j'ai pensé que tu pourrais peut être m'aider…C'est une espèce assez rare, il vient des îles pirates, au sud, et je l'ai rencontré avec une jeune albinos, en le sauvant d'un prédateur. Depuis, il ne me quitte plus. Il est aux portes de la ville, non loin des murailles, dans la plaine. Tu voudrais m'y accompagner? Je t'en prie... Je peux te dédommager. Je... Enfin, si tu le veux bien, il faudrait se dépêcher... Je suis anxieux...

Ayant conté son mal ainsi que son histoire, je relevai les yeux vers la jeune femme et son regard bienveillant; elle demeurait souriante, sa natte blonde devenue dorée sous la lumière orange du soleil en fin de déclin, et dont les rayons hachaient avec grâce les silhouettes géométriques des cossues habitations de Lumïa, au loin. Elle me sourit, acquiescement plus vite que ce à quoi je m'étais attendu, et je ne pus à ce moment dire si c'était elle ou moi qui menions l'autre vers la sortie de la ville; elle serra d'avantage la petite poule soire dans ses bras, et me pris la main afin que je l’emmène vers mon ami à plumes. Je craignais vraiment pour lui, si jeune et insouciant, téméraire... J'ignorais d'ailleurs la raison de sa blessure dans les îles Kynthos, mais nul doute qu'elle provenait d'un acte irréfléchi et enfantin de sa part; le plus intriguant était qu'aucun mal ne le parcourait, aucun supplice physique ne l'accablait.

Déjà, le crépuscule nous avait recouvert, plongeant les plaines que nous venions de rejoindre dans une ambiance entre chien et loup, sombre, et elle pourrait être inquiétante si ma vision nocturne n'était pas parfaite; au loin, j’aperçus l'oiseau rouge et rutilant, brillant comme un flambeau sous les rayons de lune de l'astre naissant, qui poussa un cri à mon approche. Il était un peu plus loin sur la pleine, pas trop proche des portes, mais tout de même visible depuis la ville; ma compagnonne, à coté de moi, laissa batifoler Mary la poule, qui, dans un élan de curiosité insoupçonné, s'approcha de Pyrrhus. Je déposai un peu de viande dans le bol, devant lui.

- Tu penses pouvoir faire quelque chose?...

Pour toute réponse, elle s'approcha a grand pas de la bête, souriante, pour lui caresser la tête, et probablement jeter un œil à l'animal immobile; elle soupira, m'en arrachant un aussi. Mauvais signe.

-Il doit y avoir un truc qui nous passe sous le nez,grommela-t-elle en se grattant la tête. 

Elle tâta alors son ventre, et il poussa un cri de protestation.

-C'est un mâle ou une femelle Pyrrhus? Parce que, j'ai peut-être une piste!

- A ma connaissance, c'est un mâle, mais...

Lorsque j'y réfléchissais, je ne pouvais réellement en être certain... Je n'avais pas réellement vérifié de moi même, mais... Je ne savais pas, en réalité. Dans mon absence de savoir, j'avais déduit de son immense appétit que c'était un mâle... C'est idiot.

- Euh... Je pense bien que ce soit un mâle, mais rien n'est moins sûr je suppose...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Sam 29 Juin - 0:12
- A ma connaissance, c'est un mâle, mais...

Un mâle, était-ce vraiment un mâle ? Parce que, tout indiquait que non. Enfin, la griffonne ne pouvait pas vraiment en être certaine. Mais quand même, réagir comme ça, ce serait bien étonnant qu’il s’agît d’un mâle et non, comme le pensait Faörih, d’une femelle. La créature se gratta le crâne.


- Euh... Je pense bien que ce soit un mâle, mais rien n'est moins sûr je suppose...

Il n’était pas sûr, évidement ! Sa théorie était donc peut-être juste ! Enfin, le problème était qu’elle ne pouvait pas vérifier son hypothèse, car il n’y avait pas moyen de prouver ses dires, enfin, ses pensées. La griffonne se retourna face à Léo et lui sourit. Il n’y avait qu’une seule solution.

-Moi je pense que c’est une femelle ! Et tu sais pourquoi ? Parce que je pense qu’elle a un gros œuf dans son ventre ! Mais, je ne peux pas l’affirmer… Faut juste attendre pour en être sûr, de toute manière, elle n’a pas de blessure ou de maladie à première vue, attendre ne sera pas trop dur !

Faörih se glisser sur le sol en retirant au préalable son épée de son dos. Son épée qui, depuis qu’elle avait décidé de changer, était enroulée dans un morceau sale et vieux de tissu. La griffonne posa son arme sur le tapis herbeux et put s’asseoir tranquillement. Attendre, ce n’était pas compliqué ! Et, comme elle pouvait le montrer, la jeune griffonne était décidée à rester ici jusqu’à que le problème fût résolu. Il fallait qu’elle eût le fin mot de cette histoire, elle était bien trop curieuse. Et puis, elle n’avait plus grand-chose à faire, alors que son éthique avait été réinventée, elle ne pouvait plus voyager de ville en ville pour tuer tous ceux qui violaient la loi. Désormais elle ne pouvait plus faire ça, et elle n’avait plus beaucoup de raison de voyager, pour l’instant.

Son regard se posa sur Mary qui picotait la terre d’un air presque absent. Cette poule était définitivement étrange, mais c’était un peu grâce à elle qu’elle y avait pensé. En effet, Faörih avait souvent observé les oiseaux, et elle avait déjà pu voir que les oiseaux s’arrêtaient de voler quand ils avaient fait leur nid et que la femelle allait pondre. A partir de ça, ce n’était plus très dur de s’imaginer qu’il y avait un œuf qui se cachait derrière tout ça.

La griffonne tendit les bras à sa nouvelle compagne en claquant de la langue pour attirer son attention. Mais le gallinacé ne réagissait pas. D’ailleurs, la créature ne pouvait pas tout le temps la porter lors des déplacements, alors comment allait-elle l’inciter à la suivre et non à rester sur place ou à partir dans le sens opposé ? C’était une question très importante qui était digne des plus grands problèmes nationaux, pour la créature…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Sam 29 Juin - 11:05
J’avais repensé à son interrogation au sujet du sexe de mon plus fidèle compagnon, monture et ami qui m’accompagnait depuis plus d’un an maintenant, sans trouver de preuve réelle de masculinité ; peut-être que son appétit démesuré m’avait poussé vers cette éventualité, par un sot préjugé, ou encore son caractère de jeune fou, pour les mêmes raisons, je n’en savais rien, au final. Je n’avais jamais vérifié, non pas car je ne savais pas comment m’y prendre mais plutôt par manque d’intérêt réel pour la question, et maintenant, à ses dires, cela semblait importer grandement, sans quoi elle ne me questionnerait pas. Quoi qu’il en était, il ou elle refusait de se mouvoir, et il y en avait une raison.



- Euh... Je pense bien que ce soit un mâle, mais rien n'est moins sûr je suppose...


Je l’avais rencontré dans les îles Kynthos en compagnie d’Aaku – que j’avais recroisée par après – et cette espèce qui vivait chez les pirates m’étaient donc totalement inconnue, étant donné que toutes les expéditions scientifiques lancées la bas ne sont jamais revenues hors de la folie ; je ne pouvais en savoir plus par ce niveau-là, et il ne me restait plus qu’à espérer que Faorih Xeih en sache plus que moi et qu’elle éclaire ma lanterne.  Le soleil projetait désormais ses dernières forces dans la bataille contre la nuit, les ultimes rayons contrastant fortement avec le ciel noir ou bleu foncé parsemé de quelques petits points blancs naissants ; déjà, la lune, au loin, avait débuté son ascension, projetant sur nous ses morceaux de lumière blanche, donnant aux pleines un magnifique halo fantomatique.



- Moi je pense que c’est une femelle ! Et tu sais pourquoi ? Parce que je pense qu’elle a un gros œuf dans son ventre ! Mais, je ne peux pas l’affirmer… Faut juste attendre pour en être sûr, de toute manière, elle n’a pas de blessure ou de maladie à première vue, attendre ne sera pas trop dur !

Un… Un œuf ? Une femelle ? C’était trop de révélations d’un coup sur mon ami à plumes, et je me sentis presque trahi qu’il – ou plutôt elle – ne m’ait pas informé ; quel imbécile je faisais… Cependant, qui disait œuf disait petit, et si l’enfant avait le même appétit que sa mère… J’allais finir par rendre le gibier en voie d’extinction, avec cet animal… Mais c’était, avant tout, un événement heureux, et je ne manquerais pas de choyer le potentiel petiot rutilant.

La nuit et sa noirceur avait à présent pris le dessus, ainsi que la lueur lugubre avait remplacé la précédente, fantomatique et irréelle dans ses brumes blanchâtres ; ma vision nocturne était, heureusement, parfaite, et je voyais l’intégralité de la scène en noir et blanc, telle un chat – je remarquai au passage que ma queue et mes oreilles dépassaient toujours – mais la jeune femme ne possédait peut être, ou même probablement pas mon acuité et je me devais donc d’allumer un feu, d’autant que la nuitée se rafraîchissait peu à peu. Sortant des aluettes, ramassant quelques branches mortes traînantes, et formant un cercle de pierres pour contenir le brasier. Les flammes bondissantes formaient de splendides ombres dansantes sur l’herbe verte foncée, jouant de nos ombres et de celle de l’oiseau, toujours immobile.
Faörih s’était alors employée à attirer l’attention de la poule, jouer avec elle, la distraire, mais, s’il elle avait réussi, la gallinacé n’avait eu aucune réaction fidèle à elle-même ; à ses claquements de langues, elle laissait les criquets et les crépitements du feu lui répondre, ses appels, elle les laissait à la lune.

- Mais… Une femelle ? Tu en es certaine ?


Je marquai une pause, indécis.

- Et puis, si elle pond, que dois-je faire ?




Je n’étais pas vraiment un expert dans le domaine…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 16 Juil - 1:07
Ce poulet n’était décidément vraiment pas réceptif. Mary se contentait de picorer le sol d’un air absent, sans réagir un tant soit peu aux appels de sa nouvelle maîtresse. Mais celle-ci n’abandonnait pas, elle réfléchissait activement à un moyen efficace pour l’inciter gentiment à la suivre. Pour l’instant, il n’y avait pas grand-chose qui lui venait en tête, mais elle finirait par trouver, assurément. La nuit s’était alors totalement installée. Faörih en bon prédateur qu’elle était, voyait dans le noir sans pour autant voir comme un plein jour. En effet, ses autres sens jouaient beaucoup, son ouïe, son odorat, tout ceci lui permettait de savoir parfaitement où elle était et où les autres se trouvaient. Le feu qui crépitait près d’elle rendait l’ambiance chaleureuse et légère. L’elfe ne semblait que peu réagir après avoir allumé la source de chaleur qui n’était pas vraiment utile à la griffonne qui ne redoutait aucunement le froid. Faörih était plus concentrée par son nouveau compagnon à plume que par celui avec des oreilles de félin.

- Mais… Une femelle ? Tu en es certaine ?

La griffonne hocha la tête en reportant son regard vairon sur l’elfe. Enfin, elle n’en était pas sûre à cent pourcent, mais c’était une des hypothèses la plus plausible qu’elle avait. Faörih renonça à faire venir sa poule et se tourna entièrement vers le changeling pour écouter la suite, s’il y en avait.

- Et puis, si elle pond, que dois-je faire ?

C’était une bonne question, et à vrai dire, la créature ne le savait pas exactement elle-même. Elle n’avait jamais élevé un oiseau, surtout un si gros. Elle ne savait pas grand-chose sur ça. Néanmoins, il y avait une chose qui était indéniable, et Faörih ne se garda pas de le dire :

-Tu sais, des fois, faut laisser faire la nature ! Ta compagne est né dans la nature, elle saura parfaitement quoi faire le moment venu. C’est instinctif chez elle, c’est son instinct maternel qui entre en jeu. Toi, tu auras juste à regarder, à veiller que rien de grave n’arrive, et être heureux d’avoir une nouvelle boule de plumes avec toi !

La griffonne lui fit un grand sourire pour ponctuer son discours réjouit. C’était un heureux événement, un très bel événement auquel la créature aurait bien assisté. Cependant, elle ne savait si elle pouvait rester ici avec eux, une inconnue qui s’invitait, c’était un peu comme ça qu’elle le voyait. Mais il n’y avait pas d’inquiétude à avoir, l’elfe allait surement accepter qu’elle restât jusqu’à la fameuse ponte, c’était certain. Il semblait vraiment gentil ! Il avait nourrir son oiseau, il était inquiet, le changeling allait surement vouloir de la compagnie. Certes, la griffonne n’était pas prêtresse et ne connaissait pas grand-chose à la médecine, voire rien du tout. Mais ça pouvait toujours faire du bien d’avoir quelqu’un à qui parler. La créature était heureuse d’avoir rencontré quelqu’un si tôt après sa dernière rencontre avec un pégase qui lui avait ouvert les yeux. Avant cela, la mort d’un de ses amis l’avait poussée à ne plus voir personne et à retourner à la nature en restant un long moment sous sa forme originelle, sans prendre forme humaine pendant plus de deux semaines.

Stop, ces pensées sombres allaient saper la bonne humeur de Faörih, elle ne voulait pas penser à la mort tragique et brutale de son ami, ni aux pleurs et à la gêne qui avaient suivi. La griffonne chassa mentalement tout ça d’un geste de la main. Ce n’était pas le moment. C’était le moment d’être heureuse pour un inconnu et de trouver un moyen pour faire que Mary la suivît.

D’ailleurs, une idée lui vint en tête. La poule ne semblait n’être attirée que par la nourriture, ou la curiosité, il suffisait de lui donner une ressource de nourriture qui la pousse à suivre la griffonne. Bien sûr, si celle-ci se contentait de lui montrer des graines hors de portée, elle allait rapidement de désintéressée. Il fallait trouver un moyen pour lui mettre une source de nourriture à portée et continuellement. La griffonne réfléchit toujours plus pour résoudre son problème toujours plus important, sans pour autant lâcher des yeux l’elfe changeling pour attendre une quelconque réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 16 Juil - 6:25
C’était comme si toute ma vie était remise en doute, toutes mes certitudes ébranlées par une seule trahison – le mot était mal choisi, car je ne pouvais m’en vouloir qu’à moi-même – comme si l’information était capitale ; comme si j’avais attendu de l’oiseau qu’il vienne à moi et se présente, afin que je sache tout sur lui avant même d’avoir appris à le connaître. A y réfléchir, j’ignorais toujours beaucoup de choses sur lui, ou plutôt elle : qu’étais-ce donc qui l’avait blessée sur les îles Kynthos, quel âge avait elle, quelle était son espèce, son vécu avant notre rencontre… Il aurait été plus aisé de lister les choses que je savais sur elle plutôt que mes lacunes, malgré notre lien mental mutuel qui se renforçait de jour en jour ; il ne savait réellement s’exprimer, ce qui ne facilitait les choses, mais j’avais le don de ressentir ses émotions, ses peurs, ses sentiments et ses ressentis, de même que il ressentait les miens. Également, je pouvais lui parler clairement, lui donner ordres et conseils, ou le rassurer et le cajoler ; elle en savait beaucoup sur moi, et moi peu sur lui, si peu qu’elle avait pu trouver un père pour ses petits dans ses heures d’indépendance. Je chassai un instant ces pensées pour en revenir au concret de la réalité, à savoir la nuit tombante et la lueur fantomatique que projetait son acolyte, la lune, sur les plaines lumineuses de Lumïa, leur donnant un air irréel, presque d’outre-tombe, comme si je demeurais sur une version controversée des grandes plaines de lumière, ma foi des plus inquiétantes ; pour chasser cette lugubre idée, nous réchauffer et améliorer l’acuité visuelle de mon amie à mes côtés, je disposai des galets en cercles, ainsi que des brindilles sèches en leur centre afin d’allumer un petit feu rapide, pour au moins passer la nuit. Au loin, le doux murmure des ruisseaux et le léger bruissement de la brise dans les herbages fut interrompu par ma voix, accompagnée d’un très léger trémolo inquiet.

 
- Et puis, si elle pond, que dois-je faire ?
 
Elle resta indécise un moment, debout non loin du petit brasier qui faisait danser nos ombres sur le tapis végétal devenu bleu qui nous entourait, ainsi que le léger vent faisait remuer  sa natte de part et d’autre de son dos, ainsi que sa chevelure au-devant de son visage, tout comme les miens.
 
-Tu sais, des fois, faut laisser faire la nature ! Ta compagne est née dans la nature, elle saura parfaitement quoi faire le moment venu. C’est instinctif chez elle, c’est son instinct maternel qui entre en jeu. Toi, tu auras juste à regarder, à veiller que rien de grave n’arrive, et être heureux d’avoir une nouvelle boule de plumes avec toi !
 
Voilà qui eut le don de me rassurer, mais un instant seulement ; je n’avais même pas entendu la fin de sa phrase que l’allégresse retomba soudain : je devrais veiller à ce que « rien de grave » n’arrive ? Que pouvait-il arriver de grave exactement ? Je n’osai même pas lui poser la question, et, dans ma lâcheté, préférai ne pas penser aux mauvaises choses qui pourraient nous tomber dessus, à Pyrrhus et à moi – d’ailleurs, ce nom était moins approprié désormais, mais je l’aimais bien et, faisant fi des règles du parler humain, l’oiseau avait considéré qu’il lui siérait à merveille, puisqu’elle l’avait adopté – et me contentai de penser à de jolies choses, comme ma petite sœur ou une tasse de thé au miel. Elle me sourit, comme pour effacer à jamais la morosité qui m’avait dégringolé dessus, un joli sourire qui égayait son visage fin et de porcelaine, m’observant de ses yeux vairons amicaux, et je lui souris en retour. J’étais content d’avoir quelqu’un avec moi pour affronter cette épreuve dont je ne connaissais absolument rien, et espérais secrètement qu’elle reste, simplement pour ne pas être seul. Ma voix s’éleva, un peu plus rauque et moins chaleureuse que d’habitude, troublant le semi-silence que les sons ambiants avaient générés.
 
- Dis… Je suis désolé de te demander cela, tu es probablement occupée et a autre chose à faire que de m’aider… Enfin, je suppose… Mais j’aimerais que… En fait, je ne connais vraiment pas ce genre de choses, et moi qui suis d’habitude confiant, je suis très inquiet pour elle… Alors, tu avais l’air de t’y connaître en animaux, et donc, j’ai pensé que… Tu pouvais peut-être rester un peu avec moi, le temps que… Tu sais, que il… Ou plutôt qu’elle ponde… Je… Je ne veux pas qu’il lui arrive quoi que ce soit, c’est ma meilleure amie et je la connais depuis presque un an et demi maintenant… S’il te plait…
 
Il faisait un bout de temps que je n’avais été aussi suppliant, et mes runes, que j’avais presque oubliées et qui, d’habitude, scintillaient doucement sur  ma peau, étaient presque éteintes, à l’inverse de lorsque j’avais des sentiments plus violents que la tristesse, comme la haine ou la joie, comme lors de cette terrible soirée, il y a deux ans, là où elles avaient atteint leur paroxysme et là ou j’avais subi une terrible métamorphose… Encore une fois, je ne préférai ne pas y repenser, faire l’autruche à nouveau, enfouir mes souvenirs douloureux du passé au fond d’un trou et ne plus jamais y revenir ; repartir à nouveau en courant dans les plaines, mes pattes martelant le sol, comme avant, ou voler en plein ciel avec mon amie. La jeune femme blonde avait reporté son attention sur la petite poule avant de me répondre, elle qui était aussi blasée que sa maîtresse souriante ; elle était restée stoïque malgré toutes ses pacifiques provocations pour la faire réagir, la remuer un brin. J’ignorais si elle avait désiré un tel caractère pour cet animal, et, si c’était le cas, pour quelle raison ? Qu’avaient donc la poule que l’on croisait à tout coin d’échoppe, naturelle, blanche et rouge, emplumée et un peu idiote ? Certes, je n’avais rien contre la couleur de la bête, et devais avouer que son tempérament calme comportaient quelques avantages, mais tout de même…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Sam 12 Oct - 22:21
- Dis… Je suis désolé de te demander cela, tu es probablement occupée et a autre chose à faire que de m’aider… Enfin, je suppose… Mais j’aimerais que… En fait, je ne connais vraiment pas ce genre de choses, et moi qui suis d’habitude confiant, je suis très inquiet pour elle… Alors, tu avais l’air de t’y connaître en animaux, et donc, j’ai pensé que… Tu pouvais peut-être rester un peu avec moi, le temps que… Tu sais, que il… Ou plutôt qu’elle ponde… Je… Je ne veux pas qu’il lui arrive quoi que ce soit, c’est ma meilleure amie et je la connais depuis presque un an et demi maintenant… S’il te plait…

Son ton se faisait presque suppliant. Cela laissa la griffonne perplexe. Il était donc si inquiet. Si inquiet pour son compagnon, au point de perdre les moyens qu’il disposait ainsi que son assurance. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’un membre de sa famille. Mais n’en était-ce pas un, dans un sens ? C’était ce que s’était dit la créature à cet instant, alors que le changeling semblait près à la soudoyer pour qu’elle l’accompagnât durant cette naissance.

Il n’y aura jamais plus tendu et perdu qu’un être qui attend un heureux événement

Son maître lui avait vraiment dit ça, elle s’en rappelait. Elle se rappelait de toutes les choses qu’il lui disait. Et son maître lui en disait des choses, chaque jour, chaque entrainement, chaque épreuve, chaque discussion. Tout était prétexte à lui enseigner la vie, pour qu’elle la comprît. Or, la griffonne n’avait pas encore saisit tout ce qu’il avait pu déblatérer pendant toutes ces années, mais la jeune créature espérait qu’elle saurait tout assimiler, et devenir une jeune femme sage et intelligente.

Un doux sourire se dessina sur ses fines lèvres. Elle ne bougea pas de sa place qui lui était confortable. Et regarda le feu qu’avait tranquillement allumé Léo, fautes de savoir quelle était la véritable nature de la griffonne, qui, en bon prédateur, n’avait aucunement besoin de lumière pour se repérer dans l’obscurité. Enfin, prédateur, en ce moment et dans le futur, ce n’était et ne serait plus le cas. C’était fini désormais, elle ne voulait plus de tout ça. Et même si cela lui tiraillait l’esprit et qu’il lui semblait que quelque chose n’allait pas, comme si une petite voix lui chuchotait constamment dans la tête.

Un simple chuchotement, faible, presque imperceptible, grattouillait dans sa tête. Ce n’avait encore rien de gênant, mais elle le sentait, ce gratouillement continuel. Ses yeux s’assombrirent quelques instants alors qu’elle se blottissait contre le gros truc à plume. Elle devait penser à autre chose, il fallait qu’elle pense à autre chose, tout sauf à ça.

La griffonne se rendit compte qu’elle avait non seulement perdu son sourire, mais qu’elle n’avait même pas répondu à sa question, ce qui avait du le stresser encore plus. La croire dans l’hésitation alors qu’elle ne l’était pas. Faörih se força à sourire, mais celui-ci avait quelque chose de différent. La créature n’avait jamais su faire de sourire forcé, mais c’était toujours la peine d’essayer.

-Je resterai, ça me fait plaisir, t’inquiète pas, j’aime bien les naissances, même si elle ne va que poindre et que l’œuf éclora après. J’espère que tu as du temps devant toi, parce qu’ils ne vont plus bouger d’ici jusqu’à l’éclosion de l’œuf. Enfin, généralement c’est comme ça, après pour ton oiseau je ne sais pas.

Son regard vairon se porta à l’animal à plume tranquillement assis, attendant patiemment que son petit œuf se décide à être pondu. Combien de temps allait-il passer avant la ponte ? C’était une très bonne question. Mais de toute façon, Faörih n’avait rien d’autre à faire, si ce n’était de trouver un moyen d’appâter Mary.

Chercher chercher, réfléchir et attendre. Ce n’était pas bon pour la griffonne. Dans le calme, dans le repos, le gratouillement reprenait, elle le ressentait, plus fort, plus insistant. Il fallait qu’elle s’occupe, absolument. Ainsi elle reporta son attention sur l’elfe inquiet à ses côtés. Réconforter n’était certes pas la chose que Faörih savait le mieux faire, mais elle pouvait toujours essayer. Ses mains gantées vinrent tapoter la place à côté d’elle. Son sourire se fit plus franc, mais surtout plus rassurant.

Pourquoi s’inquiétait-il comme ça ? Il n’allait rien se passer de grave à priori ! A priori, car il arrivait que l’œuf se casse à la ponte, qu’il soit trop fragile… Mais il ne fallait pas lui en parler, ça ne servait à rien.

-Allez, tout va bien se passer, il faut avoir confiance en votre oiseau, c’est la nature, elle saura bien se débrouiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Lun 14 Oct - 5:28
http://www.youtube.com/watch?v=KTjwXwl_be8

Il faisait désormais un long moment que je n’avais plus eu aucun contact avec la civilisation s’il on omettait cette rencontre, et bien entendu, il s’en était avéré de même pour Pyrrhus, nom qui ne convenait plus que moyennement désormais, de par sa consonance masculine ; mais cela n’avait réellement de l’importance, et tous deux étions habitués à cette appellation. De plus, malgré que l’oiseau soit loin d’être stupide, je doute qu’il ne se reconnaisse à cette désignation, de même que j’en aurais été troublé si soudain, un quelconque ami m’avait appelé Robert. Et mon inquiétude, pour moi comme pour les plus avisés, semblait normale, et même logique, mais nombreux semblaient choqués lorsque je le… lorsque je la présentais comme ma meilleure amie ; je leur répondais que je préférais avoir un animal pour compagnon, et non pas un homme qui risquait de me trahir à chaque instant, mais… Ils ne saisissaient pas. C’était commun, pourtant, d’où je venais. Mon grand-père avait un vieux renard comme complice, et cela n’avait jamais soulevé la moindre remarque à ce sujet, tandis qu’ici, tous n’hésitaient pas à me montrer du doigt et à me désigner comme un éternel solitaire malgré lui, et n’avaient pas souhaité comprendre les différences qui nous séparaient. Et si les hommes étaient ainsi faits, tous n’étaient pas comme cela, mais les grandes cités avaient la particularité d’en regorger plus que raison, ou en tout cas, telle en était mon impression.
 
Le crochet pâle brillait haut parmi ses loupiotes flottantes dans l’océan céleste, tandis que beaucoup plus bas, le feu que j’avais allumé entre quelques galets pour éviter de ne trop carboniser l’herbe alentour crépitait joyeusement, élevant ses flammes par volute jusqu’à un mètre, tandis que mes yeux se perdaient dans sa rougeoyante danse, projetant de longues ombres sur la végétation derrière nous ; et je réfléchissais sans piper mot, attendant la réponse de la jeune femme qui ne m’avait répondu alors qu’un certain temps s’était déjà écoulé – probablement m’avait-elle oublié. Je me contentai alors de sortir une pièce de viande séchée et de la lancer à Pyrrhus, qui la happa au vol ; il – elle – préférait la viande fraîche, mais je n’avais ni faim ni le cœur à la chasse, ce soir.
 

- Je resterai, ça me fait plaisir, t’inquiète pas, j’aime bien les naissances, même si elle ne va que poindre et que l’œuf éclora après. J’espère que tu as du temps devant toi, parce qu’ils ne vont plus bouger d’ici jusqu’à l’éclosion de l’œuf. Enfin, généralement c’est comme ça, après pour ton oiseau je ne sais pas. 
 
Bien sûr que j’avais du temps; jamais je n’avais dû, dans ma vie, me soucier ne serait- ce qu’une fois, des jours qui passaient trop vite, puisque les miens étaient doux et heureux, et que plus rien si ce n’était mon ami à plumes ne me rattachaient à quoi que ce soit. Et j’étais content que la jeune femme reste à mes côtés pendant ces temps incertains ; d’abord car j’appréciais sa compagnie, mais aussi car je ne savais combien de temps allait durer cette période, et je ne pouvais rester ici indéfiniment mais ne pouvais également pas la laisser seule. Je remarquai soudain que j’étais en train de labourer le sol avec des griffes à la place des ongles, et fit cesser cela immédiatement ; la jeune femme me jeta un regard attendri, et tapota une place à côté d’elle.
 
- Allez, tout va bien se passer, il faut avoir confiance en votre oiseau, c’est la nature, elle saura bien se débrouiller.
 
Je… Suppose. Pourtant, d’habitude, je suis plutôt du genre à faire confiance à la nature, mais…
 
Et, pour répondre à son invitation, je posai mes sabres et mon arbalète non loin, avant de me changer en félin pour aller me placer, dans une grosse boule de poils, à côté d’elle, mes grands yeux smaragdins scrutant les flammes pour y trouver un quelconque réconfort. Il semblait que je finis par m’assoupir sans même proposer à manger à ma compagne, d’un sommeil de plomb et sans rêves, bercé par mes inquiétudes et par le doux crépitement du feu.
 

Ce fut quelques heures plus tard que, brusquement, je m’éveillai, réveillé par un cri de Pyrrhus, et mon rugissement de surprise qui s’ensuivit n’arrangea rien à la panique de la situation. Avec un certain affolement, je cherchais des yeux la jeune femme qui avait promis de m’aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : °w°
Localisation : I'm flying away
Exp : 872

Messages : 315
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 13
Grade : D
Joyau(x) : 900

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Mar 17 Déc - 6:08
-Je… Suppose. Pourtant, d’habitude, je suis plutôt du genre à faire confiance à la nature, mais…

Étrangement, cette phrase n’étonna absolument pas la griffonne, qui pensait dur comme fer que tous les elfes faisaient confiance à la Nature. Après tout, c’était des elfes non ? Il n’y avait pas de raison qu’ils ne soient pas respectueux de la Nature. C’était pour ça d’ailleurs que la créature aimait les elfes, pour leur proximité avec la Mère de tous. Mais n’était-ce point un stéréotype que de penser cela ? La griffonne n’y pensa pas un instant, peut-être le savait-elle au fond d’elle, qu’ils n’étaient malheureusement pas tous comme ça, que certains étaient plus des Humains que des Elfes. Pourtant Faörih  semblait vouloir garder encore quelques piliers branlant dans son esprit, avant que tout ne s’effondre définitivement.  

Du mouvement attira le regard de la jeune presque femme. C’était Léo, il se transformait. C’était donc définitivement un changeling. Qu’aurait-il pu être d’autre, avec des oreilles et une queue de félin ? Une créature ? Non, bien sûr que non, sinon la griffonne l’aurait senti. Ainsi, il s’agissait plutôt d’un grand félin, une panthère de toute beauté aux yeux captivants d’une couleur rappelant les tissus des riches personnes dans les grandes villes. Ces personnes qui ne faisaient rien, qui laissaient tout faire à leurs pauvres esclaves, qui étaient prêts à tout pour avoir de la puissance et de l’argent, même à tuer leurs Mère… Stop, ce n’était toujours pas le moment. Il fallait arrêter de dévier toujours ainsi, sans raison. Et ce gratouillement devait cesser ! Pourquoi ne voulait-il pas s’en aller ?

Heureusement, le changeling la tira de ses idées noires. Elle l’en remercia silencieusement pour cela. Faörih haïssait plus que toutes ses pensées corrompues, ces pensées qui n’avaient rien à faire dans son esprit. Elle était gentille ! C’était tout ce qu’elle était. Une chevalière qui ne voulait que le bien autour d’elle, en théorie. Son mal de crâne amplifia, mais le pic eut tôt fait de redescendre quand la chaleur du félin parvint à la griffonne. Celle-ci étira un sourire. Il était vraisemblablement le temps de dormir. La griffonne avait aussi légèrement sommeil, mais elle voulait avant tout manger quelque chose. La créature coula un regard vers Mary. Peut-être avait-elle pondu quelque chose ?

Hélas non, rien du tout. Il ne lui restait donc que ses provisions de fromage qui s’amenuisaient lentement. Elle fit une moue légère, de sorte qu’elle ne réveillât pas son nouvel ami endormi. Elle attrapa sa besace après s’être étirée pour l’atteindre. Un odeur presque nauséabonde s’en échappait, mais Faorih s’était depuis longtemps habituée à ces relents, malgré son odorat sensible. La créature engloutit non sans appétit cinq fromages entier pour que son estomac soit plein pour le maximum de temps. Enfin, physiquement, car, la griffonne avait beau manger autant de produit laitier et d’œuf qu’elle pouvait, elle avait toujours cette impression de faim… Ce manque. Elle ne comprenait pas de quoi elle avait faim, si ce n’était de nourriture. Encore une fois, la griffonne fuyait-elle seulement la vérité ? Elle ne le savait pas elle-même, et ne cherchait pas à le savoir.

La nuit était tombée depuis longtemps. Son repas était en train d’être digéré. Il n’y avait pas meilleur moment pour piquer un somme. Ses yeux scrutèrent de droite à gauche, faisant le tour des environs. La griffonne renifla. Elle cherchait la moindre présence mal intentionnée, ou bien intentionnée, peu importait. Heureusement, il n’y avait personne. Elle pouvait dormir tranquillement sans être dérangée. Sa main alla caresser doucement la tête de Léo qui dormait déjà. Lentement, les yeux clos, elle glissa elle aussi dans ses rêves sombres et incertains.

La nuit sembla passer en un clin d’œil. D’ailleurs, elle parut vraiment plus courte que d’habitude. En effet, ce n’était pas pour rien. Un bruit avait tiré la griffonne, toujours en alerte, de son sommeil. Elle ouvrit les yeux brusquement, cherchant le danger rapidement. Ses mains s’étaient déjà mises à changer pour se couvrir de fourrure et laisser de longues griffes acérées remplacer ses ongles. Tel était sa nouvelle arme.

Après quelques secondes, Léo se réveilla aussi et rugit d’étonnement face au cri que la griffonne avait enfin pu identifier. Il s’agissait du cri de l’oiseau du changeling, qui, visiblement, n’était pas très content. Faörih secoua la tête en cherchant la bête volante du regard. Elle était surement en train de pondre, très probablement même !

Le regard des deux nouveaux amis se croisa. La panthère était apeurée une nouvelle fois. Il était vraiment déstabilisé et ne savait pas garder son calme. D’un côté, la griffonne était toujours affublé de ses pattes de griffons à moitié humaine à la place de ses mains. Mais on n’était jamais trop prudent. Faörih sourit à Léo pour le rassurer, elle vint poser sa patte griffonnesque sur sa tête de félin. Elle ne savait pas encore exactement ce qu’il se passait, mais elle ne tarderait pas à le savoir. De toutes manières, il n’y avait surement aucune raison de s’inquiéter pour ça.

-Ça va, ne stresse pas, elle va surement bien. Elle doit juste pondre en ce moment, ce n’est pas grave ! Souffle un peu, ton cœur va s’arrêter.

Bien sûr, depuis que les cris avaient commencé, Faörih n’avait même pas encore regardé ce qu’il se passait, elle ne savait absolument pas si c’était vraiment rien ou non. Mais ce ne pouvait forcément pas être grave. La griffonne ne s’inquiétait jamais, et pour souvent, cela lui avait sauvé la mise.

Lequel d'entre nous peut, par son inquiétude, prolonger un tant soit peu son existence ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Sauvage
Localisation : Partout
Exp : 2180

Messages : 299
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo] Jeu 19 Déc - 8:18
http://www.listenonrepeat.com/watch/?v=IJiHDmyhE1A

Je rêvais. Je le savais car je ressentais ce vague brouillard entourant les limites de ma pensée, entravant ma conscience et m’empêchant de raisonner clairement, et de réfléchir sur le passé et le futur ; seul le présent comptait dans ces instants oniriques, et j’aurais souhaité qu’il en soit toujours ainsi. Je n’avais pas l’occasion de réfléchir à pourquoi et comment j’étais arrivé là, j’étais là, et c’était tout, et j’agissais en conséquence. Mais c’était un beau rêve, de ceux dont on ressent encore les fugaces sensations au matin et dans lequel on tente de se replonger vainement en se renfrognant sur soi-même pour se rendormir, mais l’esprit est trop réveillé à présent, et l’on est trop conscient du monde extérieur. Je ressentais la naïve sérénité de l’enfance que chacun cherchait à ressentir à nouveau, car alors, j’étais jeune, et voyais tout le monde en plus grand, par la relativité qu’impliquait la taille réduite de mon corps ; les arbres étaient immenses et je n’étais qu’un chaton parmi eux, qui avançait à force de tâtonnants pas balbutiants les pattes dans le sol presque intégralement moussu de la forêt de Lysa. Je distinguais entre les troncs les silhouettes familières de notre ancien camp, et m’en approchai, sans savoir si ce geste relevait de ma volonté propre ou bien du déroulement prédéfini du songe, comme si je me voyais de l’extérieur. Le ciel était bleu, le soleil brillant et bon, et la journée était agréable, et je compris enfin pour quelle raison je rentrais au bercail : mon grand-père m’appelait à grand cris. Je pressai un peu le pas, bondissant au-dessus des grosses racines pour le rejoindre. Il me disait que mon petit frère – ou ma petite sœur – allait bientôt arriver, d’après ses dires. Maman était dans une hutte avec papa et d’autres que je ne connaissais pas, et qui avaient un air sérieux, et des voix animées s’échappaient de la hutte. Mon ancêtre fronça les sourcils à l’entente des bribes de mots qu’il saisissait au vol, et il me laissa seul au pas de la porte. Il m’était ordonné de rester ici, alors je me roulai dans l’herbe et jouai avec les oiseaux alentour ; mais mon père sortit en premier, avec un petit enfant dans les bras, l’air très triste.
« Je te présente Lys », dit-il avec un sourire triste. Je me souviens avoir répondu, de ma voix juvénile :
« Mais, c’est le nom de maman ! »
« C’était vrai… Mais désormais, ce n’est plus que celui de ta sœur. »
« Mais… Pourquoi ? »
Il ne répondit pas, tendit le nouveau-né à mon grand-père et tourna les talons pour s’enfoncer dans la forêt. C’était la dernière fois que je le voyais.
 
J’ouvris les yeux d’un seul coup, désorienté, rugissant sous le coup de la surprise à nouveau. Ce n’était pas un rêve, c’était un souvenir, car je ne dormais pas. Mais ce n’était pas un bon souvenir. Faorih était toujours à mes côtés, et me regardait d’un air interrogateur.
 
Ça va, ne stresse pas, elle va surement bien. Elle doit juste pondre en ce moment, ce n’est pas grave ! Souffle un peu, ton cœur va s’arrêter. 
 
 
J’en avais presque oublié mon oiseau, quiavait désormais cessé de pousser des cris affolés ; tout semblait s’être bien déroulé, et je poussai un soupir de soulagement, non sans une pointe de surprise devant la courte durée de la ponte.
Pyrrhus s’était écartée, découvrant un gros œuf immaculé, me faisant par la même occasion remarquer qu’elle n’avait pas fait de nid ; peut-être ne faisant de logis tel qu’un nid les oiseaux vivant en couple et devant élever leurs petits… Ici, ce n’était pas le cas, je le savais ; je ne « discutais » du passé en compagnie de mon ami à plumes que rarement, car le temps passé et à venir était une notion trop abstraite pour un esprit animal. La vie se résumait à la perspective d’avoir un repas, ou du prochain vol à faire, et non pas de savoir si elle allait rencontrer un mâle dans quelques semaines ou si, la veille, elle aurait mieux fait d’abattre ce lapin au lieu de le laisser s’échapper. La nature ne fonctionnait pas comme cela, elle fonctionnait dans le présent, comme chacun devrait le faire.
 
Je me métamorphosai rapidement, me levant avec difficulté devant Pyrrhus qui regardait chacun de nous tour à tour avant de reporter son attention sur l’œuf, non sans un certain enthousiasme ; soulagé de voir qu’elle allai bien, je restai néanmoins perplexe : elle était engrossée avant la ponte, et désormais, elle avait pondu un œuf, alors que normalement, soit l’on pondait, soit l’on portait un petit et on le mettait bas directement… - Ce n’est que bien plus tard que l’on m’appris le terme d’ovovivipare, et que je pus résoudre ce qui était resté un mystère pour moi jusque-là.
 
 
Et soudain, tandis que je jetai un coup d’œil interrogateur à la jeune femme, l’œuf, qui oscillait déjà légèrement, se craquela peu à peu, et nous pûmes bientôt apercevoir le petit bec jaune cisaillant et attaquant les parois désormais frêles de l’œuf ; mais… Un œuf ne devait-il pas être couvé des jours durant ? Ce n’était pas le moment de penser à cela. La mère de l’oisillon vint le soutenir dans la destruction de sa gangue qui paraissait maintenant comme une prison, et une fois plus amplement dégagé, elle s’approcha de lui pour l’entourer de son plumage. Il était gros comme un petit poulet, et entièrement déplumé ; déjà, il piaillait pour se nourrir avec autant de ferveur que sa mère. Elle m’appris son nom, et je le transmis à Faörih, la voix tremblant un peu d’émotion.
 
« Il s’appelle Hélios. C’est Pyrrhus qui l’a nommé. »
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]

MessageSujet: Re: Rencontre autour d'un... poulet. [pv Léo]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Duo de Poulet à l'ananas
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» Poulet sauté à la coriandre et au cumin
» Le poulet au chlore bientôt dans nos assiettes
» Lasagnes au poulet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Lumïa-