" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: La veuve et l'orphelin (Flora) Sam 24 Aoû - 4:43
- Mais ce n'est pas possible !

Ourya ruminait, le long du chemin, les informations qui l'avaient tant secoué. Il avait passé de longs mois à sourire sur la vertu et le courage des Paladins, après avoir accompli une quête en compagnie du plus noble d'entre eux... Hélas ! Quelle désillusion en ce jour, d'apprendre que même en cet ordre sacré, des renégats salissaient l'honneur du saint dévouement de ces hommes ! Les faits étaient catégoriques. Un simili-paladin qui n'avait plus de paladin que l'armure, s'était attaqué à des êtres sans défense, pillant plusieurs fermes, et on avait même rapporté qu'il avait été le ravisseur d'une prêtresse, probablement désireux d'avoir une guérisseuse personnelle. C'en était trop pour le pégase, qui ne pouvait reprendre son chemin en telle situation. Mais s'il fallait chasser le paladin pour défendre la veuve et l'orphelin, où allait donc Midgard...

Il avait donc fait route vers les ruines de l'ancienne et glorieuse capitale, où cet imposteur avait semblait-il fait son camp. Il ne manquait plus que de déshonorer les vestiges de cette ville si porteuse de mémoire et de sens !

Dès son arrivée sur les lieux, il s'était remis à son intuition, passant les anciennes ruelles envahies de végétation que seuls les animaux habitaient désormais. La désertion de l'endroit était si ancienne qu'en de nombreux endroits, plus rien ne semblait subsister. Il fallait creuser la terre, ou enlever quelques branches, pour retrouver les restes... Néanmoins, le réseau de ruelles était toujours apparent, et les bâtiments les plus solides continuaient de dresser vers la cime des arbres leurs murs orgueilleux, qui semblaient se tendre vers le ciel comme le fût de grands et mystérieux végétaux de pierre.

L'endroit était propice à la rêverie... Ourya en avait quasiment oublié ses préoccupations, touriste solitaire de vertes avenues désertées. Le chant des oiseaux avait, depuis si longtemps, remplacé le cri de la foule...

C'est pourquoi, il mit un certain temps à réaliser ce qu'il vit soudainement en face de lui. C'était comme un rêve, un rayon échappé de ses songes, ça ne pouvait pas être vrai ?

Là, trébuchant sur les gravas cachés sous les feuilles, pieds nus tout comme lui, se retenant à une branche, une enfant qui semblait sortie d'époques lointaines était apparue. Elle était vêtue d'une robe simple et blanche qui n'était pas sans rappeler les propres habits d'Ourya, encore qu'avec beaucoup plus de subtilité. L'apparente simplicité de la robe ne faisait que renforcer la douce grâce de ses traits, mais le regard était tout de suite attiré par la couleur... très inhabituelle de sa chevelure, qui semblait avoir été teinte avec l'azur du ciel. Descendait-elle de la haut ?

Ourya avait gardé à l'esprit pouvoir rencontrer la prêtresse enlevée, qui aurait pu s'échapper. Une prêtresse a plus d'un tour dans son sac. Par ailleurs, ce fait avait clairement joué dans sa détermination à chasser le paladin. Pour Ourya, l'ordre des Prêtresses était infiniment précieux, et il avait toujours infiniment respecté leur dévouement pour autrui et leurs aptitudes à la guérison de l'âme et du corps.

Pourtant en cette circonstance, il ne pouvait faire le rapprochement le moins du monde. Il cherchait seulement à comprendre le pourquoi d'une telle apparition. En fait d'une enfant, il s'agissait d'une jeune fille, de la taille d'une enfant. Elle ne semblait pas l'avoir vu... Et Ourya se rendit rapidement compte que son regard ne voyait plus que la dimension intérieure des choses. Elle s'était immobilisée, s'étant très certainement rendu compte de sa présence. Il osa élever la voix, craignant toutefois la voir s'évaporer ou disparaître... bien qu'elle lui semblait cependant bien réelle, maintenant qu'il était proche presque à la toucher.

- Je ...

Il hésita.

- Pardon !

Cherchant ses mots,

- Je ne veux pas déranger...

Après une grande inspiration :

- Est-ce que je peux vous aider... Mademoiselle ? Nous sommes assez loin des terres habitées... Êtes-vous accompagnée ? Que... Que faites-vous-là ? Où allez-vous ?

Beaucoup de questions en une seule fois. Mais malgré son expérience du monde, il avait rarement été confronté à une telle situation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Dim 25 Aoû - 9:26
Allons bon ! Pourquoi ce genre de bêtise n’arrivait qu’a elle ? Il n’y a pas cinq jours, Flora se trouvait dans une bourgade non loin des marécages d’Asunia. Occupée a soignée, prêcher et aider autant que faire ce peu. Et bien avant ça, déjà, Flora avait remit sur pied un village en bordure de la forêt de Lysa, avec l’aide d’Aegan.

Et voila qu’un homme, un chevalier a ses dires, s’est mis bille en tête qu’elle devait l’accompagner. Et pourquoi faire s’il vous plait ? Pour le soigner lui exclusivement lui. Flora en avait bouillit de colère, elle qui sait être si patiente. Mais cela n’empêcha pas le malotru de la jeter en travers de sa selle, poings liés dans le dos et de quitter le village au triple galop.

Flora en avait encore le cœur révulsé, et surtout chamboulé. Elle qui n’aimait déjà pas chevaucher, elle avait été servie la pauvre. Car le paladin ne lui avait accordé aucune pause, aucun répit jusqu'à ce qu’ils furent arrivés. Et même là, il jeta nonchalamment la prêtresse sur son épaule en sifflotant et entra « chez lui

La pièce dans laquelle la jeune femme avait été séquestrée sentait la poussière et le vieux bois. Il y avait une paillasse et une cuvette d’eau. Rien de plus sinon que des araignées et de la saleté. Flora s’était plusieurs fois mise a hurler a cause d’un insecte qui courait sur sa peau. Ces moments avaient l’air d’amuser le paladin qui en riait à grosse voix.

«
Hey, t’t’fait des amies la d’dans ? »

Flora ne répondait jamais et se contentait de se pelotonner encore plus dans un coin de sa cellule.

Puis un jour, le chevalier entra. Il sentait l’alcool et le bruit de ses pas était irrégulier. Flora devina que l’homme était ivre. Ses oreilles affutées perçurent aussi les cliquetis des boucles qu’on défait, ceintures, armures, et le fracas que faisait le métal en heurtant le sol. Suivis du choc sourd de la masse du paladin sur les dalles froides, tout prêt d’elle. Il avait entre temps, posé une main sur la cuisse de la prêtresse et s’était penché sur elle.

«
Hey, ma jolie, j’ai b’soin d’réconfort. »

Quand le corps masculin vint se presser contre le sien, la jeune femme sentit la peau et rien d’autre. Ce simple contact avait électrifié l’aveugle qui s’était écartée d’un bon du soulard. Un courant d’air choisi ce moment pour caresser la joue de Flora qui d’un pas maladroit couru vers la porte

Une main divine guida sans doute l’infirme à travers les ruines du village sans qu’elle se cogne ou se blesse. Mais restant humaine et de condition plutôt faible, Flora finit par s’épuiser. Elle posa sa paume contre l’écorce rassurante d’un arbre et s’agrippa a ses branches. Et c’est a cet instant qu’une voix s‘éleva, de sa gauche :

«
Je … Pardon ! Je ne veux pas déranger… »

Flora ouvrit la bouche pour parler, pour demander de l’aide, pour prévenir, avertir. Le paladin devait être déjà a ses trousses, parce qu’elle avait fuit surement. Mais l’autre l’en empêcha, tout a trac

«
Que faites-vous là. Où allez-vous ? »

Flora inspira et voulut répondre quand un grand fracas se fit entendre derrière elle.

«
Sale peste ! T’es ou ? T’vas voir, c’va être t’fête, putain ! C’gueuses d’religieuses, t’jours à chier p’us haut q’eul fesses ! T’vas voir c’que je vais t’y faire aux tiennes ! »

Le visage de la prêtresse vira au livide et elle se remit à courir, courir en direction de celui qui lui parlait juste avant. Elle le bouscula, sans se faire mal et contourna son dos, pour s’y camoufler. La tête dans les épaules, les mains crispées sur les omoplates du jeune homme – C’était un homme non ?- et le corps tremblant, la prêtresse gémit tout bas quand elle entendit les pas du paladin qui arrivait droit sur eux.

Lorsqu’il parvint en vue du duo, le mauvais chevalier eu un rire malsain :

«
Quoi ? C’est quoi ca ? Une fillette ? T’veux aussi ? T’fait pas j’en aurais assez pour deux. J’veux la pucelle d’abord et après j’te ferais ta fête, s’tu veux. »

Flora plaqua les paumes de ses mains sur ses oreilles ne pouvant en supporter d’avantage, surtout quand le glissement métallique d’une lame sortant du fourreau résonna sur les murs de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Dim 25 Aoû - 23:27
Un pégase considère toujours l'endroit où il se trouve comme le don de la providence. Même l'endroit qui lui serait fatal, la mort étant un concept plus abstrait pour ces créatures, à jamais immortelles puisque de tout temps, un pégase avait pris la relève du pégase tombé... A moins que ce ne soit plus probablement le pégase tombé qui se relève en un autre corps, veillé par les fées jusqu'à ce qu'il redevienne un pégase dans une nouvelle force et vigueur.

Quoi qu'il en soit, en quelques secondes, Ourya avait parfaitement compris le profond intérêt de sa présence à cet instant précis. Il y a une minute à peine, il était près à passer des heures ou des jours à apprendre à connaître cette inconnue qui lui semblait si remarquable. Mais avait-il été ébloui à ce point, qu'il n'avait pas remarqué sa détresse ? Il était néanmoins difficile de lire dans le regard de la jeune fille, et c'était la manière de lire les autres pour le pégase...

Les mots abjects de l'homme le hérissèrent. Il en tremblait même légèrement. Il avait suffit de ces quelques paroles pour replacer la situation. Pour couronner le tout, l'inconnue s'était glissée derrière lui, comme un objet précieux à protéger derrière un solide bouclier. Et si Ourya n'était pas à spécialement parler solide, il demeurait inébranlable en telle situation... Son instinct protecteur faisait comme bouillir son sang dans ses veines. Il tendit la main vers son épée mais se ravisa. Il était trop en colère. Il risquait de faire du mal. La puissance de son épée était immense mais elle restait une lame de vie, une arme qui ne prenait pas la vie, sauf de ce qui était déjà mort ou entièrement possédé par une force de mort. Il ne pouvait se permettre d'en souiller le nom en la brandissant sous prétexte de vengeance.

Par ailleurs, il ne pouvait risquer de la manier trop brusquement, ni même de faire des gestes trop brusques. L'inconnue était trop proche. Tant qu'elle le touchait, il ne pouvait se permettre de ne pas réagir en douceur.

Il ne sembla pas curieux à l'homme qu'Ourya ne manifestait aucune crainte, et le regardait droit dans les yeux. Il était visiblement ivre en plus d'être grossier et violent. Il lui aurait fait pitié en d'autres circonstances.

« Quoi ? C’est quoi ca ? Une fillette ? T’veux aussi ? T’fait pas j’en aurais assez pour deux. J’veux la pucelle d’abord et après j’te ferais ta fête, s’tu veux. »

Du point de vue d'un guerrier, Ourya pouvait effectivement sembler une fillette. Un peu comme un homme frustre traiterait un elfe, jusqu'à se rendre compte que malgré l'apparence douce et fragile, il pouvait être plus fort que lui.

L'homme ne portant pas son armure, Ourya ne réalisa pas qu'il pouvait s'agir du fameux "faux-paladin" qui avait motivé sa recherche. Dans tous les cas, rien d'autre n'existait, si ce n'est protéger celle qui lui avait porté sa confiance.

D'un pas lourd mais rapide, l'agresseur interrompit toute réflexion en arrivant à portée d'Ourya. Il lui donna un rude coup d'épaule qui aurait dû le faire voler plus loin, mais les pieds du pégase semblaient enracinés dans le sol. C'est à peine si la jeune fille avait dû sentir un léger mouvement. De son autre main, l'homme éleva la lame dégainée d'une ceinture rapidement et maladroitement ajustée. Il la lui plongea dans le ventre, et s'attendit à le voir s'effondrer. Rien n'en fit. A sa grande stupéfaction, et avec une force que l'homme n'avait pas prévu, Ourya retira l'arme de ses mains et la lui enfonça dans l'épaule. L'homme cria et prit la fuite, bras ballant, hurlant des insanités, laissant sur place la lame ensanglantée qui était retombée sur le sol dans un fracas métallique.

Dès qu'il fut hors de vue, les épaules du pégase s'affaissèrent. Il ne ressemblait plus qu'à un jeune homme aux traits elfiques immensément fatigué, bien loin de ce qu'il avait été quelques minutes auparavant pour briser l'élan de celui qui s'était attaqué à eux. Il était même trop fatigué pour un changement de forme et, donc, bloqué sous forme humaine. Il se retourna et, tâchant de rester sommairement debout, s'adressa à la jeune fille.

- Tout va bien ?

Il jeta un oeil là où l'homme avait disparu

- Il ne devrait pas revenir de sitôt. Et même, je suis toujours là, rajouta-t-il pour la rassurer en faisant semblant d'être dans toute l'étendue de sa forme, sa main pressée contre sa blessure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Jeu 29 Aoû - 9:51
Le corps pressé contre celui du pégase, l’aveugle pouvait ressentir la tension qui habitait le jeune homme. Il eu quelques mouvements, et des grognements, suivit des pas lourd et métalliques du paladin en train de fuir.
Doucement Flora sorti de sa cachette, et soupira.


« Est-il partit ? »
« Tout va bien ? »

La demoiselle hochât doucement la tête, replongeant dans le mutisme. L’homme prêt d’elle lui paraissait épuisé, fatigué, comme s’il s’était battu durant des heures. La prêtresse se souvint alors que le paladin déchut avait appelé son sauveur « fillette », peut être la constitution du jeune homme était elle fragile.

« Il ne devrait pas revenir de sitôt. Et même, je suis toujours là »

Flora fronçât ses sourcils et plissa son nez. Le malaise qu’elle avait ressenti et la faiblesse du jeune homme venaient de trouver une signification au nez de l’aveugle. En effet Flora avaient enfin sentit l’odeur du sang. En quantité, et mêlé aux souillures de l’intestin dans lequel la lame avait plongé. Si la religieuse n’agissait pas très vite, le jeune homme risquait de mourir.

Lentement, à gestes prudent, l’Enfant de Foi posa ses doigts sur le flanc du jeune homme. Très vite elle trouva au toucher la zone humide et baignée du sang. L’entaille était profonde sous les doigts de la religieuse et elle semblait irrégulière. Avec un soupir Flora plissa ses yeux qui n’y voient pas et murmura un sortilège. La magie s’écoula en elle, pour envahir de son froid polaire le corps du jeune pégase. Connaissant son don, Flora savait qu’une légère buée s’échappait à l’ instant des lèvres du garçon, et que ses os tremblaient de froid malgré la chaleur estivale.

Bientôt les lèvres de la blessure se ressoudèrent et il ne resta plus qu’une mince ligne rose sur la peau du jeune homme.
Flora quant a elle, chancela un peu sur ses jambes.

L’usage de la magie l’exténuait au plus haut point, surtout quand elle devait soigner quelqu’un. La jeune femme y mettait toujours trop d’ardeur et de cœur, mettant souvent sa vie en danger.
Titubant, la religieuse s’écarta du pégase, une main sur le front et murmura, comme si sa tête bourdonnait :


« Excusez moi, j’aurais du demander votre accord … »
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Sam 31 Aoû - 0:03
Ourya n'avait pu empêcher ses derniers mots de trembler, et il craignit, l'espace d'un instant, que ses jambes ne le lâchent et qu'il ne s'affaisse contre le sol, incapable de protéger la jeune aveugle au cas d'un nouvel assaut. Sans un mot, la jeune fille chercha pourtant la blessure qu'elle avait si clairement ressentie. A l'instant où ses doigts le touchèrent, il ferma les yeux, abandonné à la sensation prodigieuse que la main dégageait. Qui pouvait-elle bien être ? Le temps se suspendit et une force prodigieuse travailla en lui, lui insufflant les forces qui étaient en train de l'abandonner.

Comme par miracle, la douleur s'estompa comme un nuage porté par un vent puissant... Il avait froid, et il était fatigué, mais plus rien ne le faisait souffrir, et il se sentit à nouveau fermement debout, avec l'assurance de celui dont la constitution est sereine. Quel était ce prodige ? Il n'avait encore rencontré personne avec un don aussi prononcé, tout du moins, personne comme elle, dont l'apparence ne laissait pas supposer une force aussi grande...

Elle s'écarta soudain et énonça quelques mots, les premiers, en fait, depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Sa voix était douce, presque chantante à la sensibilité du pégase, mais il ne s'arrêta ni à cela, ni même à lui répondre... Elle semblait aussi affaiblie que si elle avait reçue la blessure qui l'avait touché. Il se rendit immédiatement compte que le soin n'avait pas été anodin, et il compris pourquoi il avait été si efficace... Elle ne mesurait pas son implication et donnait tout d'elle-même, au point de s'être très certainement mise en danger.

Il se précipita, la prit dans ses bras et la posa avec une délicatesse extrême contre un jeune arbre dont les feuilles très douces avaient comme tapissé une litière autour de lui.

Je suis tellement désolé ! Je n'ai même pas fait attention à ce que vous avez pris sur vous, en me soignant tel que vous l'avez fait !

Je... Je ne vous excuse pas d'avoir pris ce risque alors que je voulais vous protéger. Je n'ai plus rien... Vous auriez pu soulager cette blessure sans aller jusqu'à sa guérison ultime !


Il caressa son ventre, au travers du trou que la lame avait fait à son vêtement. Aucun doute, la seule plaie visible n'était plus que celle du vêtement...

Qui... Qui êtes-vous ? demanda-t-il enfin, avec une admiration manifeste dans sa voix.

Il finit de s'asseoir à ses côtés, lui prit les mains, et la regarda, telle qu'elle était... Chose qu'il n'avait pas l'habitude de faire, le regard étant toujours attiré justement par le regard... Ici, c'était comme si son corps entier était son regard. Une chaleur vibrait dans leurs mains qui se touchaient, comme si le regard, aussi, se transmettait par leur intermédiaire... Qu'est-ce qu'un véritable regard de toute façon, sinon le langage baigné d'infini de deux coeurs qui se répondent ; sans le regard le coeur était toujours là et se manifestait forcément au travers d'autres circonstances...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Dim 1 Sep - 8:58
A l’ instant où Flora eu fini de parler, ses jambes cédèrent sous elle. Une paire de bras jaillit et saisi sa taille et ses épaules pour la déposer doucement sur le sol. Les yeux blancs de la prêtresse papillonnaient et sa tête dodelinai de droite a gauche comme si le soleil qui tombait sur son visage la gênait. Le corps fragile de Flora apprécia le tapis d’humus, confort bienvenu après la rudesse de la cellule.

L’être proche d’elle lui parla, s’excusa mais Flora secoua la tête.

«
Allons, allons, c’est rien, une simple fatigue, je vais bien. »

Pourtant elle ne tenta pas de se lever pour l’instant sachant que la position verticale démentirai aussitôt ses paroles.

«
C’est plus fort que moi, je ne supporte pas l’idée qu’on puisse souffrir près de moi, alors que les Ases m’ont offert un don. »

Un léger silence, cour, suivit les paroles de la jeune femme alors que le pégase tâtait ses cotes pour vérifier sa peau. Elle l’entendit presque sourire et s’étonner de son ouvrage.

«
Qui… Qui êtes vous ? »

Les oreilles de Flora entendirent dans ces quelques mots une admiration. S’offrant le luxe d’un sourire qu’elle aurait aimé mystérieux mais qui parut surtout fatigué, Flora répondit, très simplement :

«
Je suis Sœur Flora, prêtresse novice. Et vous-même ? »

Après un soupir fatigué elle reprit. Elle sentait le regard du jeune homme peser sur elle, détaillant sa physionomie, son visage, et peut être plus, Flora n’aurait sut le dire a ce moment la, ignorante des hommes qu’elle était. Ses propres mains étaient prisonnières de celles du pégase, comme s'il craignait qu'elle ne trépasse.

«
Désolée, je ne suis pas une personne importante, ni une déesse descendue sur terre. »

Doucement, l’Enfant de Foi laissa sa tête rouler en arrière et heurter l’arbre dans son dos.

«
Merci au fait. »

Flora hésita un instant, sentant le regard du pégase sur elle, curieux cette fois. Elle inspira une fois, puis deux, puis trois et expliqua. Entre temps une larme perla aux yeux de l’aveugle et alla rouler jusqu'à son menton.

«
Je me trouvais dans un village alentour il y a quelques jours. C’est la que j’ai été capturée par ce sombre individu. Je n’ai pût me sauver, aujourd’hui, que parce qu’il a voulu abuser de moi, et que j’y ai perçut une occasion à saisir. »

Flora souffla et grelota pour finalement tourner la tête de droite a gauche et de gauche a droite.

«
Vous êtes sur qu’il est bien partit ? Il ne risque pas de nous surprendre ici ? »

Et comme si le destin s’acharnait sur le duo improvisé, une branche craqua non loin, faisant sursauter la prêtresse et lui arrachant un léger cri.

D’autres bruits suivirent ainsi que des grognements et des jurons. Flora se surprit à regretter son compagnon Elfe et à le souhaiter dans les parages. Se recroquevillant sur elle-même, les yeux a nouveau mouillés de larmes, Flora s’attendit à entendre surgir le paladin déchut a tout instant.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Dim 1 Sep - 22:45
Le pégase hocha doucement la tête

Hmmm... Nombreuses sont les personnes à refuser ou oublier le don qui leur a été fait... Nombreuses sont celles à l'avoir détourné de son but véritable... Si tu sais honorer le don qui t'est fait, ne va pas jusqu'à t'oublier toi-même. Un don doit servir les autres autant qu'il sert son possesseur...

Il sourit. Elle ne pouvait pas voir, mais c'était plus fort que lui.

- Mais j'en t'en suis profondément reconnaissant et je suis très touché de la générosité que tu exprimes. Rares sont les personnes à s'oublier pour les autres... Pardonne-moi si tu as cru que je te faisais un reproche. J'ai juste eu très peur de t'avoir fait du mal.

Il s'interrompit, songeur. « Je suis Sœur Flora, prêtresse novice », comment pouvait-on être novice et avoir de telles capacités ?

- Je m'appelle Ourya, et je ne suis qu'un voyageur. Je n'ai pas d'attaches et je vole au gré de mon sentiment, parfois aidant, parfois me faisant aider.

Il n'avait pu empêcher le terme "voler" de s'échapper... C'était un mot qu'il reprenait aisément, miroir du fait que lorsqu'il ne volerait plus, il ne serait tout simplement plus...

Il laissa glisser doucement les mains de la prêtresse des siennes. Peut-être avait-elle senti l'énergie qu'il avait tenté de lui transmettre. C'était la moindre des choses...

- Pas une personne importante ! Par les dieux, si une personne comme toi n'est pas importante, alors personne n'est important !

C'était un cri du coeur. En même temps, les guérisseurs étaient déjà dans la plus haute estime du pégase.

Il écouta avec une attention entière le récit de son aventure. Ourya n'empêcha pas une larme de couler de ses propres yeux : comment ce monde pouvait-il agresser une âme si précieuse ? La jeune fille tremblait également un peu. Il jura intérieurement, énervé de ne savoir quoi faire, écartelé entre un sentiment de pégase qui l'aurait pris dans ses bras, et l'expérience de sa vie sous forme humaine qui lui avait appris à prendre de la distance... Il se décida finalement à enlever sa cape et la lui posa sur ses épaules. Le tissu était doux et sentait la nature, Ourya n'ayant jamais eu aucune odeur, quelle que soit la forme qu'il pouvait prendre.

« Vous êtes sur qu’il est bien parti ? Il ne risque pas de nous surprendre ici ? »

Ourya voulu lui répondre mais il n'eut pas le temps. "L'autre" n'était pas loin.

Le pégase cependant n'avait plus le calme de la première rencontre. Maintenant qu'il savait ce qu'il avait fait à la prêtresse, doublé du fait qu'il l'avait épuisée en la forçant à soigner la blessure reçue...

- Ahmais ! ça suffit hein !

Il se leva promptement, jeta sa veste sur le sol, dégaina Sylenda étincelant d'une lumière aveuglante, et avança à grands pas vers l'homme qui avait, durant ce temps, réussi à remettre totalement son armure malgré son épaule blessée. On ne put savoir ce qui l'impressionna le plus, l'épée, la détermination d'Ourya, ou tout simplement l'absence de blessure sur son torse nu. A priori, il s'était attendu à tout (surtout à le trouver agonisant) mais pas à ça... Il fit un leste demi tour et s'enfuit. Ourya hésita à le poursuivre mais il ne voulait pas laisser la prêtresse seule.

Il revint vers elle, s'assit comme si rien ne s'était passé, remis sa veste et rengaina son épée dont la lueur s'était adoucie.

Il fut profondément touché de la retrouver recroquevillée, le visage humide. Il lui répondit, presque en chuchotant :

- Non, il ne nous surprendra pas, même s'il était plus discret. Je ne dormirai pas tant qu'il sera dans les parages, et j'ai les sens aiguisés dans ces circonstances...

Impossible de résister au besoin de la réconforter, même si cela devait être maladroit. Il se rapprocha et posa sa main sur ses épaules, revenant d'un air un peu timide au vouvoiement

- Il faut s'occuper de cet individu, qu'il ne recommence plus jamais de tels méfaits... Mais si cela est trop dur pour vous, je peux auparavant vous conduire... à un endroit qui vous est familier... ? A une personne qui vous est chère ? Je voudrais vous aider avant toute chose, le puis-je ?

Il réfléchit un court instant

Je connais un... cheval elfique à qui je peux demander des services. Il vous raccompagnera ou vous voudrez, avant ou après avoir résolu ce... problème.

Il espéra néanmoins qu'elle ait le courage de rester... La raccompagner en faisant semblant d'être un simple cheval risquait de laisser du temps à l'homme pour se cacher plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Jeu 5 Sep - 1:43
A la question sur le lieu familier ou la personne de confiance, le cœur de Flora partit battre quelques secondes dans un endroit inconnu, la ou celui qui lui avait fait tourner la tête et accélérer le palpitant se trouvait. Oui il serait bien agréable de retourner là bas, juste un tout petit peu.

Cependant la demoiselle bleue secoua la tête et se redressa : «
Non je ne peux pas partir maintenant. Cet homme m’a humiliée et je ne trouverais jamais le repos tant qu’il ne sera pas sous les verrous. Trop d’autres prêtresses pourraient devenir sa victime et ne pas avoir la même chance que moi. »

Soulant un bon coup pour se donner du courage, l’aveugle se remit doucement sur ses pieds. L’avantage quand on n’y voit pas c’est que le monde ne peut tourner quand vous vous relevez trop vite.

«
Tout à l’heure vous parliez de sens aiguisés. Je suis sure que je vous bats a plates coutures pour ce qui est de l’ouïe. »

Un léger sourire s’était dessiné sur le visage de la sacerdoce, loin de celui, plus franc qu’elle aurait eu quelques jours plus tôt, juste avant son enlèvement. «
Au fait, vous ne m’avez toujours pas dis qui vous étiez ? Avant vous parliez d’un cheval Elfique, êtes vous un Changeant ? »

Laissant passez un moment de silence surprit, la demoiselle eu un petit rire avant d’expliquer : «
Je suis aveugle et pour pouvoir me repérer dans l’espace, mes autres sens se sont développés. J’entends très bien et j’ai un bon odorat. Vous sentez la paille et l’écurie. Comme Nath, mon frère, il sentait pareil. Mais vous c'est plus .... animal. »

Fermement campée  sur ses pieds Flora délia doucement les muscles de sa nuque en faisant tomber sa tête a droite et a gauche, lentement, le tout en profitant du soleil qui brillait au dessus de leur tête.

«
Etait il surprit ? » Le paladin déchut, bien sur. Flora faisait allusion a la tentative de les prendre a revers, tentative qui avait avorté grâce aux sens affutés des deux compagnons forcés.

Tendant l’oreille au moindre bruit, Flora finit par délaisser ses assouplissements pour se tourner vers Ourya, rejetant l’idée de rejoindre son Elfe ronchon pour le moment.
«
Bon, on fait quoi maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Jeu 5 Sep - 3:49
L'intuition de Flora manqua renverser le pégase.

Heu ! Oui mais non... C'est à dire vous voyez, je... Enfin, je suis... Je veux dire que...

Il tenta vivement de détourner la conversation

Je suppose que vous avez une ouïe vraiment excellente alors !

Evidemment, la jeune fille attendait toujours sa réponse. Aucun doute qu'elle ne lâcherait pas l'affaire. Et comme Ourya mentait aussi facilement qu'une carpe écrirait une missive...

Et puis, il ne pouvait pas ne pas répondre à la demoiselle qui, sans même compter les heures difficiles qu'elle avait traversé, lui inspirait une affection certaine. C'était aussi la moindre des choses pour saluer sa force et son courage... Elle semblait avoir grandement récupéré, et sa curiosité était très bon signe. Inspirant un grand coup, il se prépara à lui répondre.

Tu sais...

Il éclipsa immédiatement toute distance... Cette confidence était la plus intime qu'il pouvait révéler. Il aurait dû se douter qu'une aveugle aurait une telle sensibilité.

C'est vrai, tu as raison. Cette forme n'est pas le seule qui fasse ce que je suis...

Alors. Si tu es d'accord maintenant, il faudrait suivre l'homme. L'acculer, le... capturer. J'aimerais laisser son jugement à d'autres. Mais ce qu'il a fait... Ce qu'il t'a fait... Oui, il ne peut rester là. Il ne peut continuer cela. C'est une évidence...


Il lui prit la main.

Mais je voudrais être certain que tu vas bien. Que tu es suffisamment remise. Une chose est plus importante que tout finalement... et c'est toi-même. Alors tu dois me dire... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Lun 9 Sep - 2:12
Était-elle remise ? Une petite voix rebelle s’exclama dans la tête de la prêtresse : « Mais non je ne suis pas remise ! Il y a moins d’une semaine je contractais la peste noire. » Et c’était vrais, Flora était plus qu’épuisée. User de son pouvoir pour soigner, surtout si parfaitement qu’elle ne l’avait fait pour Ourya, ça l’éreintait et après elle ne rêvait que d’allonger son corps au chaud et de dormir une douzaine d’heures d’affilées.

«
Je vais parfaitement bien, je t’assure. »
Mensonge bien sur et le pégase le verrait surement.

Un instant, Flora regretta de ne pas posséder un bâton de marche pour y prendre appui. Lentement, elle tendit la main et attrapa le coude du pégase. «
Juste un peu fatiguée. »
Le pégase les mena a travers les ruines pour leur trouver un abris. Tout les deux avaient besoin de repos. Même si actuellement c’était un grand mot que le repos.

Flora s’attendait a tout instant a ce qu’une main armée vienne se refermer sur elle, poignet, cheville … Ou même gorge, comme ce fut a l’instant même le cas. Une poigne de fer s’était enroulée autour du cou gracile de la prêtresse et la trainait doucement vers les ombres. Affolée la demoiselle voulut hurler mais l’air ne parvenait pas a ses poumons. Ses doigts se muèrent en griffes et raclèrent la peau d’Ourya.

La prêtresse sentit les feuilles et les branches qui lui cinglaient le visage et les bras alors que le faux paladin –qui cela pouvait être d’autre ?- la tirait à sa suite. La main sur la gorge avait bougé et s’était emmêlée dans la chevelure de la jeune fille. Flora ne savait pas se battre. A cause de son handicap et de sa vocation. Elle était faite pour mener un autre combat. Sur un autre plan et contre un autre type d’ennemis. Ceux qu’on ne voyait pas, mais qui vous rongeait. Ceux qui vous tuaient dans la fièvre et les délires, dans la toux et dans la souffrance. Pourtant la jeune prêtresse maudit cette incapacité qui faisait qu’elle devait suivre l’homme qui avait le souffle court à cause de la blessure que le pégase lui avait infligée.

Au détour d’une maison écroulée, le paladin poussa la jeune femme contre un mur de brique et pressa la main de Flora sur sa plaie.
«
Soigne-moi, salope ! Soigne-moi, que j’aille mettre une dérouillée a ton ami. »
Déjà fatiguée par les soins offerts à Ourya, Flora secoua la tête. «
Non, je ne peux pas. »
«
Si, tu peux, et tu vas le faire ! C’est pour ca que j’t’ai embarquée, c’est à ca que tu dois servir … En plus des extras ! Soigne-moi ! »

«
Non ! » Cria la prêtresse, imposant pour une fois, ses envies et ses opinions.
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Lun 9 Sep - 10:03
Ourya soupira. La prêtresse avait aussi peu de talent dans le mensonge que lui-même... Il ne répondit rien pour la démentir. Flora pouvait concevoir par elle-même que si tout allait parfaitement bien par les mots, son corps ne la suivait plus. Il lui sourit gentiment, elle y répondit en s'attachant à son coude, comme à un bâton de marche. Ils s'éloignèrent des lieux de l'affrontement, Ourya finissant par passer son bras sous ses épaules, la soutenant presque comme s'il la portait. Enfin ils trouvèrent un abri sain et confortable, un cocon accueillant pour un repos bienvenu.

La prêtresse dodelina de la tête et plongea rapidement dans un sommeil récupérateur... Il la regarda avec bienveillance, ses traits adoucis par le repos. Elle rayonnait d'une énergie très douce, enveloppante et bienfaisante. Elle semblait à la fois forte et fragile. Dans la pénombre grandissante, ses cheveux paraissaient d'ébène, et on n'aurait pas pu imaginer que ses yeux ne voyaient plus dans la vie du jour, à tel point ses paupières étaient sereinement closes sur le mystère de son sommeil.

Ourya posa doucement sa main sur celle de Flora, posée tout à côté de lui. Il ne devait pas dormir, mais veiller sur elle. Chose très abordable pour la créature qu'il était, qui n'avait qu'un besoin très relatif de sommeil et de nourriture. Malheureusement, la blessure et le soin qu'il avait reçu avait rendu sa récupération essentielle. Il ne s'en rendit pas compte, tandis que sa rêverie se transforma en véritable sommeil...

Il se réveilla en sursaut, en plein milieu de la nuit. Flora avait disparue. Son coeur se figea, comme en plein cauchemar. Il sauta sur ses pieds, vite, plus vite, il fallait courir, il fallait la retrouver ! Plutôt mourir que de l'avoir perdue, alors qu'elle lui faisait confiance, alors qu'il devait la protéger !

Les minutes avaient dû être interminables pour la prêtresse, coincée entre un mur et le personnage répugnant. Combien de fois Flora avait-elle dû refuser de soigner ? Peut-être jamais ! Ce soir, c'était cependant le cas.

Derrière eux, une lumière se rapprocha. L'homme, complètement occupé par son affaire, ne la vit pas arriver. Il était si violent dans ses désirs, qu'il aurait probablement réussi à étouffer totalement la jeune et généreuse prêtresse, qui ne pouvait se dégager d'une telle étreinte.

La lumière jaillit soudain et devint aveuglante. Ourya retourna son épée brillante dans sa main, afin de ne pas risquer d'effleurer la jeune fille, et d'un coup de pommeau énergique fit voler l'homme à plusieurs mètres. Il ne s'en occupa plus. Posant son épée sur le sol, il se précipita sur Flora qui était tombée à genoux, terriblement inquiet pour elle. Elle ne lui répondit qu'une seule chose...

- Attention !!

L'homme s'était précipité sur eux, l'arme haute. Ourya eut juste le temps de ramasser son arme, trop tard pour éviter le coup porté. Mais sa riposte, amplifiée par le pouvoir révélé de son épée, coupa net l'armure de son adversaire, qui s'écroula plus loin.

Du sang coulait de son flanc, mais la blessure n'était pas si grave que la première qu'il avait reçu. Il en avait vu d'autre.

- Je te défends formellement de me soigner ! répliqua-t-il vivement, comme un cri du coeur.

Puis, plus doucement, comme pour se faire pardonner :

- Enfin, tu me soigneras plus tard si tu le veux et si cette égratignure s'avère rebelle à la guérison... Mais cette fois-ci, je veux que tu prennes soin de toi avant les autres.

Il tenta de reprendre son souffle. A première vue, tout était terminé. Mais leur adversaire, bien qu'hors d'état de nuire, était toujours vivant. Son sort dépendait, en quelque sorte, de la prêtresse... Ourya, par lui-même, l'aurait sommairement soigné et conduit aux plus proches autorités, car de sang froid il ne pouvait laisser personne mourir, mais qu'en était-il de la pensée de Flora ?

Dans tous les cas, cette question n'importunait pas son esprit. Il était seulement préoccupé par l'état de la jeune prêtresse, et il s'en voulait terriblement encore de n'avoir pas su éviter ce qui venait de se produire... Il la regarda avec l'air désolé de celui qui n'a pas honoré la confiance qu'on lui avait porté. Etait-il pardonnable ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Mer 11 Sep - 3:15
« Attention ! »

Elle pointait du doigt le chevalier qui chargeait le jeune homme. Elle perçut les bruits des combats et sentit un jet de sang pleuvoir sur son visage. Un choc sourd prés d’elle et l’odeur fort du sang firent tourner la tête à la demoiselle. Juste a coté se trouvait le pégase, a nouveau blessé. Tout de suite elle tendit une main, mais il la repoussa en lui interdisant de l’aider.

Les joues de Flora rougirent comme s’il l’avait frappée, mais elle pouvait comprendre qu’il refuse juste par intérêt pour elle. Il est vrai que la porter ne devait pas être chose aisée. Aussi la prêtresse hocha la tête. Elle comprenait.

Flora se tenait encore la gorge, la massant doucement. Près d’elle se trouvait le pégase. Sans se préoccuper du Chevalier, qui n’irait plus nul par vu son état, la prêtresse leva les yeux vers Ourya.

«
Comment ? Comment a tu su où il m’a emmenée ? »

Voila un mystère que le jeune homme devait absolument résoudre, au vu des derniers temps. Flora toussa un peu, pour apaiser l’irritation liée au manque d’air. Sa gorge lui faisait l’effet d’être en feu et maintenant elle s’ornait d’une large marque rouge, qui virerait plus tard au bleu …

Flora avala plusieurs fois sa salive avant de tenter de se relever. Ses paumes s’appuyaient au mur derrière elle et elle poussa dessus pour se redresser.

«
Ou est il ? » Ourya lui prit la main et la guida vers l’homme. Allongé au sol, il gémissait de facon pitoyable, affublant la pretresse et le pégase de noms d’oiseaux. L’odeur du sang emplissait l’air et donnait la nausée. Flora se mit a genoux pres du bléssé et tata la plaie. Le dechut tenta bien de se degager, mais il était trop affaibli par ses blessures pour résister bien logntemps.

«
Je ne peux rien faire pour lui » murmura la jeune femme en se redressant. « Il est condamné. » Le paladin l’entendit et il se mit a bramer. Il gueulait des insultes encore plus odieuses que précédemment, tout particulièrement a l’attention de Flora, en –asse et en –tin, crachait des malédictions et des menaces. Pourtant l’aveugle ne revint pas se mettre a genoux prés de lui. Tout ce qu’elle fit encore, c’est extraire une bible. Le déchut ricana alors en la voyant faire. « Hey, salope, tu sais lire, finalement, t’est pas si aveugle que ca ! »

Mais Flora avait appris par cœur les mots et d’une voix douce prononçât les derniers sacrements au dessus du chevalier. Elle pria tout du long jusque dans un dernier soupir chargé d’insulte le renégat eu expié.

A ce moment la seulement, la prêtresse referma son livre d’un coup sec et le rangea dans une poche secrète de sa robe.

«
Ourya ? Tu m’as demandée avant, si je voulais aller dans un endroit familier ? »
Flora leva la tête à sa manière a elle, et fixa l’horizon.
«
Je sais ou je veux aller… »

Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Jeu 12 Sep - 8:32
Le dénouement des choses soulagea le pégase. Vu les réactions de l'individu, il aurait été terriblement difficile de le supporter... A moins peut-être de l'assommer régulièrement... Quoi qu'il en soit, tout semblait pour le mieux. Les mains du Repos vinrent porter le sombre personnage vers d'autres rivages. Puisse ce voyage le changer en une personne meilleure...

Ourya sourit en regardant la prêtresse bénir les derniers instants de son agresseur. C'était une jeune fille merveilleuse, digne de toute son admiration. Une guérisseuse dans le vrai sens du terme, capable de pardonner et de se mettre à la place des autres. Comprendre que l'insulte pouvait être un masque cachant la souffrance éprouvée par un coeur, n'était pas donné au premier venu. Mais il n'y avait pas de mots capables d'exprimer le don de Flora aux derniers souffles de vie de l'homme qui aurait pu être son meurtrier. On pouvait juste dire qu'elle était aussi lumineuse qu'un grand coeur aux reflets de soleil.

Il soupira, presque imperceptiblement. Flora le touchait beaucoup, et il ne savait ni quoi dire, ni quoi faire pour partager ce sentiment ; elle était une part de lumière qu'il voulait protéger et, comment dire ? Les mots sont faibles pour exprimer l'élan indicible dicté par un battement de coeur.

Elle lui adressa tout à coup la parole.

La pensée du pégase fut partagé entre la joie et une mélancolie discrète. La joie de savoir ce qu'il pouvait faire, la mélancolie de l'amener là où, visiblement, d'autres allaient prendre soin d'elle. Cela valait sans doute mieux, lui n'était qu'un pégase, après tout.

Flora n'entendit aucune réponse. Peut-être même craignit-elle un court instant que le jeune homme n'ait disparu. Mais elle sentit rapidement un grand corps chaud tout à côté, tandis qu'un museau reniflait dans sa main. Il était dorénavant un simple cheval, magnifique au demeurant. Entièrement blanc, yeux bleus et museau rose, il dégageait la présence et la grâce qui auraient convenu au palefroi de la plus haute princesse de Midgard - dommage de Flora ne pouvait rien voir, sinon toucher son pelage soyeux. Il saisit délicatement ses doigts entre ses lèvres et les posa sur sa blessure, toujours présente malgré son changement de forme. L'air de dire, bon, si je dois te porter, et porter le corps sans vie de "l'autre" pour que tu le remettes aux autorités de la ville, je veux bien finalement un petit soin pour la route !

Il renifla et hocha la tête, à la façon d'un cheval amusé. Nul doute que si Flora ramenait le corps du malfaiteur sur le dos d'une monture à la prestance royale, le conduisant sans rêne à la façon elfique, elle allait susciter la stupéfaction de beaucoup !

Ourya ne pensait pas reprendre sa forme humaine avant d'être confronté à leur séparation. Il avait trouvé le moyen idéal de la porter dans les deux sens du terme, sans a priori et sans douter de ce qu'il pouvait faire ou dire. L'aveugle allait dorénavant diriger l'expédition... Il la porterait là où elle dirait vouloir se poser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : amoureuse ^^
Localisation : dans les nuages
Exp : 2030

Messages : 95
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 500

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Sam 14 Sep - 23:30
Une immense tristesse alourdissait son cœur. Flora n’aimait pas qu’une vie s’éteigne. Même si la personne était mauvaise. Bien que l’aveugle fut persuadée que le paladin déchut eu d’abord été un homme de bien avant de sombrer dans le noir.

Dans les premiers instant après le trépas, Flora s’activa a baigner le visage et les mains du mort. Ensuite elle nettoya et pansa la plaie qui avait causé sa perte. Tout du long elle pria, pour le salut de l’âme, pour que la Valkyrie, farouche reine, la prenne sous son aile et la conduise au Walhalla. Bientôt le guerrier eu l’air de simplement dormir, les mains enroulées autour de la garde de son épée, si bien sûr on ne prêtait pas attention au teint cadavérique de sa peau.

Flora sentait la présence d’Ourya a ses cotés. Grande masse chaude et pleine de mélancolie elle aussi. L’odeur équestre se fit plus forte, et la jeune femme perçut le doux piaffement d’un cheval. Se redressant la prêtresse eu un rire. «
Alors c’est ca ton autre forme ? » Elle se porta a ses cotés, et ses mains curieuses explorèrent l’animal. Lui trouvant le poil à la fois soyeux et rêche, Flora eu un petit cri de ravissement en découvrant les ailes qui bordait les flancs du pégase. « Un pégase, tu es en fait un pégase. »  

Le museau tout doux de la créature vint taper contre sa main et la saisir avec beaucoup de douceur. Comprenant qu’il lui demandait de soigner sa plaie. S’exécutant avec un sourire, la prêtresse s’appliqua à guérir la balafre sur le poitrail d’Ourya. Pourtant elle ne la cicatrisa pas tout à fait, car elle devait garder un tout petit peu d’énergie pour le voyage. «
Je finirais de la soigner et j’effacerais la cicatrice a notre arrivée, cela me laissera un peu de temps pour me reposer. D’accord ? »  Ourya parut s’ébrouer comme pour lui faire signe de son consentement.

Ensuite tout deux s’affairèrent a charger le corps sans vie du paladin en travers de la croupe du pégase. Une fois cela fait, Flora retourna vérifier que les soins fait sur la blessure d’Ourya avaient tenu bon. Ce qu’elle trouva la satisfit et elle partit grimper à son tour sur le dos de son destrier elfique. Elle s’arrangea à la mode des amazones, faisant confiance à Ourya pour se guider lui-même. Elle sentait bien qu’il n’aurait pas besoin de licou ou de selle pour les transporter tous à Asunia.

«
Heuu, j’ai le mal des voyages a cheval » cru-t-elle bon de signaler.

Un nouveau bruit ébroué de la part du pégase se fit entendre. Aux oreilles de Flora on aurait dit un rire léger et moqueur. «
Je veux aller à Asunia, sur le parvis de l’Eglise, de mon foyer … ». Elle eu un instant de rêverie. Depuis sa mission a la forêt Lysa, la prêtresse n’avait pas remis les pieds à Asunia. Son cœur bondit vers Aegan, quelque part en Midgard. Elle sourit. Ils s’étaient donné rendez vous là-bas, juste avant la nouvelle lune. Elle serait en avance …
Revenir en haut Aller en bas
" Ourya "
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : rêveuse
Exp : 3068

Messages : 350
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 1 600

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora) Dim 15 Sep - 1:49
Ainsi se terminait l'histoire du faux paladin. Ourya avait suivi avec un grand respect le rituel observé par la jeune femme. Il était si rare de pouvoir confronter sa sensibilité de l'existence avec une tierce personne. D'une certaine manière, il se sentait même dépassé. Aurait-il réussi, dans les mêmes situations, à comprendre et à pardonner aussi profondément ? Il fallait être capable de prendre un recul immense, s'élevant au delà des contextes limités du présent, pour appréhender la totalité d'un être et de ce qui l'avait conduit à exprimer ce qu'il était.

Parfois, il était possible de renaître, de devenir, ou de redevenir, meilleur. Parfois, c'était en frôlant la mort. Dans ce cas là, la mort avait été inévitable... Mais les derniers gestes de la prêtresse avaient probablement guéri et apaisé le coeur tourmenté qui avait sombré dans l'obscurité pour des raisons qu'ils ne pouvaient pas percevoir.

Une fois l'oraison funèbre terminée, ce fut au tour du pégase de s'en remettre aux mains de la jeune fille. Il sembla très satisfait de la voir soigner ce qu'il fallait sans aller trop loin pour sauvegarder ses propres forces. Le reste, il pouvait s'en occuper. Il était seulement essentiel qu'il soit à peu près en forme pour le grand voyage qui les attendait...

Flora sembla ravie de découvrir le corps ailé qui était son apparence véritable. Les ailes, ce n'était là que pour lui faire plaisir, pour être vrai avec elle. Une fois qu'elle eut sondé l'aspect matériel de ce qu'il pouvait paraître, il changea à nouveau de forme. Il n'était pas question de prendre le risque d'apparaître aux yeux de la foule sous la vraie apparence. Aussi, ses ailes s'évanouirent, et il devint un simple cheval, sans ailes et sans atours.

Une fois qu'il la sentit sur son dos, il rit de la remarque peu assurée de la demoiselle. Pour lui prouver qu'elle n'avait rien à craindre, il commença par un pas ample si souple que l'on se serait cru voler. Puis il trotta, avec des foulées si harmonieuses qu'il n'y avait aucun soubresaut, aucun heurt, comme une glissade sur des nuages.

Il s'arrêta, huma l'air, sentit la direction à suivre. Sous cette forme ses sens ne pouvaient pas lui faire défaut. Il prendrait la route la plus courte...
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

La veuve et l'orphelin (Flora)

MessageSujet: Re: La veuve et l'orphelin (Flora)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sauver la veuve et l'orphelin? Jamais si on me paie pas plus que le smic ~ Arto
» Sauver la veuve et l'orphelin [mission difficile]
» Voyageur sanguinaire cherche partenaire pour gentil massacre de la veuve et de l'orphelin.
» LOTUS caniche orphelin 10/12 ans SPA EVREUX (27) ADOPTE
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Asunia :: Ruines-