avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Vengeresse
Exp : 1612

Messages : 45
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: [Chevalier] Logan Laeth Mer 9 Oct - 7:58
Midgard

--- Personnage...


  • Nom : Laeth
  • Prénom : Logan
  • Sexe : Homme
  • Âge : 21 ans
  • Race : Humain
  • Classe : Chevalier

  • Magie & Armes :

Comme tout chevalier qui se respecte, Logan est muni d’une épée à son flanc gauche qu’il garde précieusement dans son fourreau couleur azure. Le pommeau de cette arme, de couleur bleu ciel, se marie parfaitement avec le bleu marin de sa garde et de sa fusée. Sa lame, par contre, en métal, brille d’un éclat blanc, froid et inquiétant. Celle-ci mesure aisément une cinquantaine de centimètres, en partant de la garde jusqu'à la pointe acérée de cette dernière. Elle est nommée Ascalon.

Cette arme blanche est pourtant spéciale. En plus d’avoir un puissant enchantement de glace, elle est ce qu’on appellerait une épée maudite. En fait, elle semble habitée par l’esprit d’un être mystérieux qui, dés que l’on dégaine son épée, prend possession du corps du détenteur jusqu’à ce qu’il rengaine sa lame. Est-ce un grand guerrier piégé dans sa propre lame ou bien un démon ? Personne ne le sait, malgré que Logan et lui communiquent souvent, mais ses capacités au combat sont spectaculaires. Son style de combat est basé sur la vitesse d’exécution et sur l’esquive sans parade, ce qui permet de déstabiliser l’adversaire et de le tuer à petit feu en l’affaiblissant. Il est prévu que, dés que Logan aura accompli sa vengeance, son âme se retrouve piégé dans cette lame jusqu’à ce qu’un autre chevalier conclue un pacte avec cette dernière.

L’épéiste n’excelle pourtant pas dans le maniement des épées si il n’est pas sous l’influence de cet être, mais il a pourtant eu le privilège d’apprendre tous les devoirs des chevaliers et de se comporter comme tel.


  • Stats : (15 étoiles à distribuer)
Vitalité :      
Attaque  :       
Magie       
Déf. Physique :       
Déf. Magique :       
Vitesse  :      


  • Caractère :

Malgré ce que l’on pourrait penser, le jeune homme est très sociable. Non pas grâce à son humour moqueur, mais surtout par le fait que la vie et le bonheur de ses amis passent avant lui-même, dans presque n’importe quelle situation. En effet, vu qu’il n’avait jamais eu beaucoup d’amis dans son passé, il voudrait garder ceux qui sont là avec lui le plus longtemps possible.

Mais il n’a pas pour autant beaucoup de personnes dans son cercle sociale. L’une de ses plus grosses erreurs a été de faire confiance aux mauvaises personnes et il n’aimerait pas se faire trahir comme jadis. C’est en partie pour cela qu’il reste le plus souvent distant des inconnus, s’attendant au pire de leur part.

En plus de sa confiance difficile à avoir, son rire et son sourire sont eux aussi une denrée rare. Il a décidé de ne plus trop exprimer ses émotions et de rester aussi froid que de la glace dans certaines situations afin de ne pas laisser ses sentiments s’entremêler dans ses devoirs et sa vie de tous les jours.

Son sens du devoir, de l’éthique, du respect et de la dignité de tous est particulièrement élaboré pour lui. En effet, vu qu’il avait des difficultés avec la pratique pour devenir chevalier, il a décidé de tout miser sur ce qu’on pourrait appeler la théorie. Cependant, il lui arrive, lorsqu’il est sous l’influence de son épée, de commettre des faits qu’il n’aurait jamais imaginé faire un jour.

Il est aussi adepte de grands discours racontant les aventures de vaillants guerriers ou encore d’histoires totalement inventées qui ne servent qu’à faire rêver ou encore remettre en question les gens sur ce qu’ils pensent du monde et des ses habitants.

Il a pourtant tendance à parfois faire passer sa vengeance avant quoi que ce soit. C’est cette haine qui le fait vivre et qui lui donne la force de continuer à vivre, malgré ce qu’il a vécu et ce qu’il vivra encore.

Dans son enfance, il était quelqu’un de très jovial, heureux, souriant, protecteur, attentionné et rieur avant que sa vie ne change brusquement. Il croit que ce lui a disparu depuis bien longtemps, mais il arrive encore parfois que des bribes de son ancienne personnalité ne refasse surface du jour au lendemain et le fasse hésiter sur ce qu’il fait ou ce qu’il doit faire.


  • Physique :

Malgré sa majorité, il a gardé des traits d’enfants, à commencer par son petit nez fin, ses pommettes légèrement rebondies et sa peau aussi douce que de la soie. Ses cheveux bleus longs qui encadrent ses magnifiques yeux bleus sombres et liquides, donnant cet air froid sur son visage.

Devant atteindre le mètre quatre-vingts dix, le jeune homme est à peine plus fort que la moyenne. Ses muscles sont tracés sur son corps fin et léger. En effet, son épée est si légère qu’il n’a pas besoin d’avoir une musculature impressionnante pour l’utiliser.

Préférant ne pas revêtir une armure, il porte constamment une tunique, au quelle est accroché une cape bleu claire, jusqu’à son bas ventre de la même couleur que ses yeux et un pantalon lui arrivant un peu plus bas que les genoux de la même couleur, le tout lui conférant une grande mobilité dans ses gestes.

Le mot  « bleu » le décrit parfaitement, que ce soit pour ses yeux, ses cheveux ou sa tunique, le tout se mariant avec le teint pâle de sa peau.  C’est ce qui lui attire aussi tous les regards quand il se promène dans des endroits fréquentés, mais, se sentant alors menacé, le chevalier pose ses longs doigts fins et blancs sur la garde de son épée, ce qui dissuade souvent ces quelques personnes de continuer à le fixer de manière aussi insistante et dérangeante.

Son corps est aussi très souple et agile. En effet, pour compenser son manque de force dans sa frappe, il a décidé de jouer de sa souplesse et de prouesses impressionnantes pour esquiver les attaques, assaillir son ennemi ou tout simplement parader dans la rue.



  • Thème : I Hate Every Things About You – Three Days Grace / Serpentine - Disturbed
  • Adore : La justice, l’amitié, l’honneur, les histoires.
  • Déteste : La trahison.



Midgard

--- Joueur...


  • Pseudonyme ou Prénom : Vous pouvez m’appeler Alexis ou encore Pyrgus, même si je sais que personne ne le fera… Alors bon, Hinata, Logan, tout cela me convient très bien !
  • Âge & sexe : Masculin & 17 ans
  • Expérience Role Play : Cela se résume assez vite… Une bonne petite année que je suis sur ce fabuleux forum ! Et c’est tout, je n’ai jamais fait d’autres forums RP avant cela…
  • Code secret de la charte de Midgard :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Vengeresse
Exp : 1612

Messages : 45
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Mer 9 Oct - 7:59
◊ Chapitre 1 ◊
 

Son épée tomba à terre dans un grand bruit métallique, rebondissant quelques secondes avant de s’aplatir complètement sur le sol. S’empressant d’appuyer ses deux mains libres sur son flanc gauche, Logan laissa échapper un cri de souffrance, un rictus de douleur au visage. Un léger filet de sang coulait à travers ses mains et ce fluide laissait tomber  quelques gouttes sur le sol de manière irrégulière, colorant le sol de pierre d’un liquide écarlate. A la vue de ce sang, le jeune garçon, alors âgé de douze années, se dépêcha de presser encore plus avec ses paumes son entaille et fut pris d’une nausée incontrôlable.

Quelques rires s’échappaient des autres jeunes garçons qui l’entouraient en demi-cercle, attendant sagement leur tour. Il étouffa un juron à l’encontre de ses condisciples et dut lever la tête quand la froideur d’une lame vint lui caresser le cou, comme une douce plume d’acier.


- Toujours aussi faible Logan, lui dit son adversaire. Tu ne deviendras décidément jamais un grand garde de la célèbre prison d’Utguard. Ramasse tes affaires et va-t-en, je ne veux plus te voir durant cette journée.


Le Maître Arik, comme il aimait que les autres l’appellent, rangea son épée dans son fourreau et désigna un autre élève à venir combattre avec lui après avoir jeté un regard noir à son précédent élève. Le jeune garçon choisi avait alors troqué son délicieux sourire moqueur en une expression de surprise et de peur.

Le garçonnet resta encore quelques secondes dans cette position, les mains ensanglantées, et se maudit intérieurement. Il était faible, c’était la terrible vérité. Sa capacité de combat à l’épée n’avait pas changé depuis le temps qu’il était entré dans l’entrainement de la garde, et cela lui attirait la foudre de tous ses professeurs, convaincus qu’il n’arriverait jamais à rien en tant que combattant à l’épée. Le Maître Arik était le plus sévère et sadique des enseignants : il prenait plaisir à battre ses élèves en duel et exigeait une maîtrise parfaite de l’épée quand le changement d’enseignants devait avoir lieu.

Logan ramassa son arme dans une quinte de toux et la rengaina dans son fourreau, avec quelques gouttes de sang sur la garde venant tout droit de sa main devenu écarlate. Il se leva, tremblant et fixant le sol, s’inclina et repartit aussi tôt dans une démarche qui laissait apercevoir sa souffrance et sa détresse.

Ces quelques mètres qui le séparaient de la sortie semblèrent éternels à ses yeux, chaque pas lui arrachait une plainte de douleur et un peu plus de sang coulait de sa plaie. Il crut ne jamais arriver aux vestiaires où il savait que quelqu’un l’attendait, comme toujours maintenant. En retirant le fourreau de sa ceinture, il déposa toute son arme à l’endroit fait pour cela et continua dans ce long tunnel de pierre. Le sol fait de cette matière dure et grise s’élançait dans toutes les directions possibles, le tout couvert par un toit en voûte fait uniquement de pierre à la grandeur proportionnelle et régulière. Cela donnait l’impression d’être dans un labyrinthe sans fin, où chaque virage ne servait qu’à t’enfoncer encore plus dans ce gouffre meurtrier, mais le jeune garçon avait plus d’une fois parcouru ce dédale et il en connaissait les moindres recoins.

Après quelques bifurcations par endroits, il arriva finalement devant une grande porte de bois qu’il se hâta d’ouvrir d’un coup sec. La personne à l’intérieur sursauta et, après s’être rendu compte de qui il avait à faire, vint aider le jeune garçon à s’asseoir sur un des bancs en pierre que comportait cette salle.

- Ah la la, dit le jeune garçon qui faisait face à Logan en réprimant une nausée en regardant l’entaille, que t’est-il encore arrivé ?

- Comme d’habitude, répondit-il dans un sourire rendu crispé par la souffrance.

- Enfin bon… Je m’en occupe alors.

Le garçon, âgé de quelques années de moins que Logan, enleva le tissu qui entourait la plaie et passa ses mains au dessus de celle-ci, une lumière éclatante dans les paumes. Ce garçonnet était le frère adoptif du blessé. Les circonstances de son adoption avaient toujours été très vagues, mais Logan avait pleinement confiance en lui et en son pauvre don de magie blanche. Son soigneur le soutenait toujours et lui donnait la force et le courage de continuer dans sa voie de garde.

- Voilà, je pense que cela a suffisamment cicatrisé, annonça le jeune garçon.

- Merci Aster, c’est vraiment gentil de t’être déplacé encore pour moi, lui répondit son frère avec gratitude dans la voix.

Aster lui sourit de toutes ses dents, un peu gêné comme à son habitude. Il avait lui aussi le teint pâle comme la mort comme son frère, mais ses cheveux, eux, étaient verts et ébouriffés, tandis que ceux de Logan étaient bleus et coupés courts. Ses yeux au départ verts viraient peu à peu au jaune, ce qui était étrange et rarissime, mais cela faisait aussi pour effet de faire fuir toutes personnes qui le croisaient, par peur de l’inconnu et du changement. On ne pouvait pas reprocher cet effroi aux habitants d’Utguard, eux qui vivaient à côté d’un monde peuplé de créatures étranges et dangereuses. Il avait revêtu son éternelle tunique blanche aux manches trop grandes que ses parents lui avaient donné le jour de son anniversaire d’adoption, lui donnant l’air d’un fantôme quand il se promenait dans les rues d’Utguard où la couleur terne régnait en maître.

- Bon, je dois y aller… On se revoit tout à l’heure, comme d’habitude ? lui demanda son frère adoptif dans un sourire mielleux.

- Oui, d’accord ! s’écria Logan en lui rendant son sourire.

Sur ces paroles échangées, Aster se retourna et courut vers la sortie, à la fois pressé et heureux d’avoir rendu service à quelqu’un. Logan le regarda s’en aller au loin, un sourire aux lèvres en pensant à l’époque où il était comme lui, l’époque de l’insouciance et de la liberté. Le temps où seul comptaient les jeux et les loisirs dans les couloirs, ne se préoccupant que de ce qu’on allait faire après ou encore manger au soir. Les moments où le monde extérieur n’avait aucune importance et que tout semblait aller à merveille tant que le soleil resplendissait dans le ciel bleu. Mais cette époque a laissé place à la réflexion constance et au travail en grandissant, abandonnant aussi son imagination pour l’échanger contre la dure réalité.

Sur ces pensées, il se leva et prit l’épée qui l’attendait dans sa partie du vestiaire réservée pour lui seul. Il caressa le manche doucement, comme si il s’agissait de la chose la plus fragile et précieuse qu’il avait en sa possession, ce qui était vrai dans un certain sens. C’était un cadeau de ses parents en guise de félicitation pour son entrée dans l’entrainement de futur garde et ils lui avaient dit alors de la dégainer seulement quand il serait prêt. Sa curiosité fut alors vraiment à son comble, en se demandant de quelle couleur pouvait être cette lame. Peut-être était-elle bleue, comme le manche ? Peut-être était-elle verte, comme les cheveux d’Aster ? Il ne le savait pas du tout, et il avait eu plus d’une fois l’envier de satisfaire sa curiosité, mais la promesse qu’il avait fait à ses parents prenait le dessus à chaque fois. C’était ce qui le forçait aussi à continuer cet entrainement, en plus du sourire de ses parents quand ils pensent que leur fils va devenir quelqu’un de fort et de doué dans la célèbre prison d’Utguard.

Accrochant son épée sur sa ceinture, il prit les quelques affaires qu’il avait emportées avec lui et s’en alla d’un pas rapide pour ne pas être en retard pour le dîner.

***

- Alors, comment s’est déroulé ton entrainement aujourd’hui, Logan ? lui demanda son père dans son éternel sourire.

- Très bien, comme d’habitude… Maître Arik pense que je vais devenir un bon garde, mentit-il en lui adressant son plus beau sourire.

Ses parents semblaient ravis, comme tous les soirs à présent. Le jeune garçon ne leurs disait jamais la vérité, par peur de leur honte et de leur mécontentement. Alors il préférait mentir pour ne pas leurs faire de la peine. C’était quelque chose d’assez risqué, mais il préférait que cela reste ainsi et il dira la vérité en temps voulu.

- Et tu as vu Aster aujourd’hui ? demanda sa mère qui n’arrivait pas à cacher son angoisse. Car il n’est pas rentré de la journée et je commence sérieusement à m’inquiéter…

Logan haussa un sourcil spontanément. Son frère adoptif ne s’absentait jamais longtemps et, si jamais c’était le cas, c’était pour une heure ou deux seulement en prévenant bien tout le monde.

- Euh… Non, je ne l’ai pas vu, mentit-il encore une fois. J’irais voir après lui après avoir mangé, cela vous convient ?

- Oui oui, c’est parfait, merci mon cœur, lui dit sa mère dans un sourire moqueur.

- Je t’avais demandé de ne plus m’appeler comme ça, maman ! s’écria Logan, les joues en feu. De toute manière, j’ai fini mon repas… Je vais aller chercher Aster et je reviens !

À peine avait-il fini sa phrase qu’il se leva de table et se dirigea vers la porte de  sa grande demeure. L’étage où il habitait était à une bonne centaine de mètres du sol enneigé, ce qui lui donnait une vue imprenable du seuil de sa porte. Il aimait s’y arrêter quelques instants et savourer le vent que caressait sa peau, mais là, il ne le pouvait pas, il devait se mettre à la recherche de son frère. Logan évalua rapidement les endroits où il aurait pu aller. Il ne pouvait pas s’être enfui, car sa famille adoptive était vraiment dans un milieu aisé et ce n’était pas l’affection qui manquait. C’était triste à dire, mais il ne pouvait non plus être chez des amis, vu qu’il n’en avait pas – en tout cas, pas à la connaissance de Logan. Il y avait vraiment peu d’endroit où Alois pouvait se trouver, il fallait donc mieux tous les explorer.

« Ce ne sera pas si long que ça, se rassura-t-il intérieurement, cela ne devrait prendre que quelques minutes »

Le premier endroit qui vint spontanément dans sa tête fut le terrain de jeux. Après tout, son frère adoptif était toujours un enfant, et rien de mieux qu’un terrain de jeu pour divertir des gamins. Même si il n’aimait pas trop aller là-bas, c’était une piste à poursuivre.

Descendant le long escalier de pierre qui séparait sa maison de l’étage où se trouvait la plaine de jeux, il en profita pour prendre une bonne bouffée d’air frais. Le vent, toujours aussi froid depuis des lustres, caressait les grandes parois de pierre appartenant à la ville d’Utguard, encore plus impressionnante la nuit tombée, comme à ce moment-là. La pierre reflétait vaguement les rayons lunaires, ce qui donnait l’impression à cette forteresse de briller. Chaque étage était recouvert d’un grand toit de matière grise, illuminé par les quelques flambeaux accrochés aux murs ou bien transportés par les gardes lors de leur ronde. Peu d’endroits étaient ouverts vers l’extérieur, par peur des monstres errants dans le Niflheim, mais Logan et sa famille avait eu la chance d’avoir un logement qui donnait vers l’intérieur des terres de Rune Midgard. Mais cette chance se transformait vite en cauchemar. Ils avaient eu plus d’attaques de créatures ces quelques années ci que lors de toute la vie de Logan. Le jeune garçon commença à trembler à se remémorant ces jours terribles, mais le contact avec le manche de son épée le rassura et il put continuer sa course vers le terrain de jeu.

Ce n’était pas vraiment un terrain de jeu, au vu que seulement quelques enfants sur toute la ville avaient la possibilité et l’autorisation d’y aller. C’est pourquoi il n’y avait presque aucun jeu, si ce n’est un cheval à bascule et une balançoire. Cela ressemblait plus à un endroit hanté qu’à un lieu pour enfant, ce qui donnait lieu à des légendes étranges sur des enfants morts près d’ici et qui sont revenus en tant que spectre pour assassiner les enfants qui s’amusaient à leur place. Ne s’attardant pas plus ici, il se mit de nouveau à la recherche son frère.

Alors qu’il se dirigeait vers leur endroit habituel de rendez-vous, l’alarme sonna d’un coup fort et soudain pendant quelques secondes. Logan fut d’abord apeuré avant de se rendre compte de ce que cela signifiait. Un assaut de créature. C’était la plupart du temps des créatures mineures qui venaient dans ce château pour s’approvisionner ou bien encore pour se suicider à leur porte, mais c’étaient des menaces à part entières pour tous les habitants du royaume. Il se dirigea chez lui dans le pas de course tout en restant calme, comme le demandait les protecteurs de la ville. C’était pour « ne pas déranger les personnes qui travaillent en les stressant inutilement » qu’il disaient si bien. Ce qui était parfois très utile, surtout lorsque que, une fois, un démon était venu capturer des citoyens et tout le monde courait dans tous les sens pour ne pas se faire attraper. Il y avait eu une dizaine de morts, dont sept écrasés par la foule. Après cet incident, ils ont décidé d’instaurer une alarme et des règles clairs et précises à respecter, dans tous les cas. La seule chose qu’espérait Logan à présent, c’était que son frère avait lui aussi entendu l’alarme et qu’il était retourné à la maison.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour regagner son étage et il ne vit pas son frère sur le retour. Le chemin qu’il avait emprunté était le conduit principal qui menait aux différents bâtiments, et il n’y avait pas beaucoup d’autres passages à part celui-là. Il ne lui restait plus qu’à espérer le voir chez lui.

Finalement arrivé devant sa porte, il regarda autour de lui désespérément si jamais Aster ne se cachait pas quelque part pour éviter l’attaque des créatures. Se rassurant quelques secondes intérieurement, il allait tournée la poignée de la porte quand il eut une légère douleur au cœur, quelque chose de rapide et de brusque. Comme si il avait un mauvais pressentiment. Ses membres se mirent à trembler imperceptiblement et il hésita quelques secondes à franchir cette porte qui n’était qu’un obstacle entre lui et son refuge. Sa vue devint floue le temps d’un claquement de doigts et une migraine se fit ressentir, l’obligeant à masser ses temps avec ses mains. Ses yeux se fermèrent par réflexe et il crut quelques instants que le temps s’était arrêté et que la fin était proche pour lui, mais tout son malaise se dissipa aussi rapidement qu’il était venu. Il reprit instinctivement une grande inspiration avant de s’éponger le front, tout en sueur. Une voix lui criait que, lorsqu’il tournerait cette poignée, il ne pourrait plus jamais faire marche arrière, que tout serait tracé à ce moment-là. Mais, ne sachant pas pourquoi, malgré tous ces avertissements, il ouvrit la porte dans un grincement.

Rien n’avait changé. Le couloir de marbre continuait à se lancer pendant quelques mètres, finissant sa course dans l’escalier qui menait à la cave. Les murs étaient toujours aussi lisses et le passage toujours tout aussi étroit. Quelques tableaux étaient accrochés de part et d’autres du conduit, d’une manière à ce que l’on ait l’impression constante que tous ces visages nous regardaient méchamment. Mais surtout, c’était ce silence. Un silence de mort, pesant, qu’on aimerait rompre d’un seul et grand cri, mais, pourtant, un bruit se faisait entendre. Un seul bruit venant de la cave, quelque chose d’indescriptible, mais de vile. Logan se mit en marche en direction de la cave avec une prudence et une furtivité digne de grands assassins. Plus il avançait dans ce couloir de l’horreur, plus le bruit se précisait. Cette chose difforme se transformait peu à peu en une voix, une voix froide et inhumaine. C’était même plus qu’une voix, c’était un rire, un rire sadique et dépourvu d’émotion, si ce n’est le bonheur et le plaisir à l’état pur. S’en suivit alors le bruit lourd et le rire s’arrêta quelques secondes avant de reprendre de plus belle. C’en était de trop pour le jeune garçon. Sa tête allait exploser et il ne se sentait plus la force de continuer dans ce cauchemar. Chaque pas devenait plus hésitant et douloureux à faire. Ce n’était plus sa maison à présent, tous ses souvenirs ici avaient disparu le moment où il avait tourné cette poignée et que ce rire immonde avait retenti dans toute la demeure. Il ressentait encore ce mal de tête et ce pressentiment qui avaient essayés en vain de le convaincre de se retourner et de ne jamais revenir.

Toucher la garde de son épée lui redonna un peu de courage. « Si il y a un problème, je n’aurais qu’à les battre avec ça », se dit-il pour se donner de l’espoir. Mais la dure vérité vint rapidement : il ne ferait pas le poids face à n’importe quel guerrier, sa maîtrise était beaucoup trop basique et maladroite. Cela ne l’empêcha pas de poursuivre sa route d’un pas décidé et rapide vers l’endroit du rire. Il ne pouvait plus reculer et il voulait que cela se finisse assez vite, pour ne pas se torturer encore longtemps. Il descendit les escaliers en faisant le plus de bruits possibles afin d’attirer l’attention de ceux qui se trouvaient à l’intérieur de la pièce et ouvrit la porte de bois dans un grand coup de pied.

Ce qu’il le vit lui arracha une violente nausée, l’obligeant à se mettre en boule pour ne pas recracher son diner avant de se mettre à crier de pleins poumons, lui arrachant quelques larmes au passage. Au centre, il y avait Aster, entièrement couvert de sang. Mais ce sang ne lui appartenait pas. Il arborait un sourire moqueur au jeune homme qui venait d’entrer, un poignard ensanglanté rose à fleurs dans la main. Rangeant l’arme dans son fourreau, il éclata d’un rire profond tout en montrant la tête dépitée et dégoûtée de Logan

- Haha ! s’écria-t-il. Tu devrais voir ta tête… Elle est juste magnifique. Un rictus de souffrance et d’incompréhension sur ton petit visage d’enfant, tout ce que j’aime ! Tes parents ont aussi été très divertissants, mais de très courte durée malheureusement.
Il avait prononcé sa dernière phrase en montrant un coin de la pièce où l’on pouvait voir clairement deux choses s’entasser l’une sur l’autre, mais Logan détourna le regard aussi tôt pour lui épargner toute cette souffrance.

- Mais pourquoi as-tu fait ça, Aster ! cria-t-il à gorge déployée, la voix. Pourquoi ? Eux qui t’avaient accueilli comme leur propre fils, qui t’avait nourri et t’avait aimé !

- Pour le plaisir bien sûr, répondit-il simplement en souriant de toutes ses dents, mais aussi pour le travail. Ils travaillaient sur des projets concernant le Niflheim, et j’ai été choisi pour recueillir des informations sur cela. Et, ensuite, une fois ma mission accomplie, on m’a donné la permission de les tuer… Mais je pense que, toi aussi, tu vas devoir partir. Tu as tout vu et je n’ai aucune envie d’attirer des ennuis aux gens avec qui je travaille… Alors bon, éliminez-le je vous prie.

Il prononça sa dernière phrase dans un soupir las et activa un sort de téléportation qui éclaira la pièce d’une lumière bleu aveuglante, laissant Logan seul avec l’obscurité. Un bruit métallique sortit le jeune garçon de son effroi et il releva la tête par réflexe, cherchant d’où venait ce bruit inquiétant. La lumière de la seule et unique torche dans cette salle rectangulaire se reflétait sur des surfaces brillantes qui augmentaient en nombre au fur et à mesure que le temps passait. Des assassins. Aster avait tué ses parents et avait fait entré des assassins dans sa propre maison. Il se sentait terriblement trahi. Un pas en avant avait été fait, et il n’était plus possible de faire marche arrière. Il fallait encore aller de l’avant et voir l’avenir, aussi horrible soit-il, en ne faisait pas les erreurs du passé.

Etrangement, il ne sentit pas une tristesse profonde s’envahir de lui, même pas des pleurs ou de cris de douleur morale. Il se sentit vidé, dépassé par tous les évènements qui venaient de se dérouler sous ses yeux d’enfants. Même l’envie de combattre avait disparu. Il était faible, il avait tout vu, mais il n’avait rien su faire. Et il ne saurait rien faire face à ce qu’il allait arriver. Il pouvait aisément compter les assassins, surement cinq au total, tous habillés entièrement de noir, arborant un simple poignard aiguisé pour chacun d’entre eux. Il posa sa main sur la garde de son épée, comme pour chercher le courage dont il avait besoin. Sauf que ce ne fut pas le courage qu’il y trouva. Le temps sembla s’arrêter quelques instants tandis qu’une voix rauque sifflait des mots de l’esprit de Logan.

« Ensemble, nous pouvons venger tes parents… Ensemble, nous pouvons tuer cet Aster… Ensemble, nous pouvons être invincible… Tu as quelque chose que je veux et j’ai quelque chose que tu veux… Que dirais-tu de pactiser…? »

Cette voix semblait appartenir à un homme d’âge mûr, mais celle-ci avait pourtant aussi l’air de venir d’un démon, un démon pernicieux et tentateur.

- Et qu’as-tu à me proposer ? Et en échange de quoi ? demanda Logan à voix haute, interloquant les assassins quelques secondes.

La voix étouffa un rire et reprit.

« Je te propose la puissance… », dit-il avant de marquer une pause.  « Je te donnerai ta vengeance… En échange de quoi, lorsque cela sera fait, j’aimerais ton âme »

Logan pouvait clairement ressentir le sourire de l’esprit dans sa tête. Cette proposition ne fit pas deux fois le tour de sa tête.

- J’accepte, dit-il en dégainant son épée dans un geste ample en resserrant l’emprise sur sa garde.

Son mouvement n’avait rien avoir avec une quelque oncques reprise d’espoir, ce n’était que la brusquerie de la haine qui l’habitait à présent.

Le changement fut assez rapide. Logan sentit son corps disparaître littéralement, commençant à ne plus ressentir chacun de ses membres, mais en les voyant encore. Son corps ne lui appartenait plus, et comme seule preuve de cela, ses yeux, d’habitude bleu légèrement foncé, devinrent des blocs de glace, d’un bleu si clair et si blanc que ca en était effrayant. Il y avait aussi ce sourire qu’il arborait, mais qui n’était pas le sien.

- Ah ! Ca fait du bien de pouvoir bouger à nouveau, cria Logan dans une voix qui n’était pas la sienne. Enfin, j’ai du travail. C’est fini les filles, je vous souhaite un agréable voyage vers le monde des morts…

L’épée, maintenant dégainée, resplendissait d’un métal blanc éclatant d’où sortait une légère fumée blanche, ce qui prouvait que c’était une arme de glace par enchantement. La lame semblait avoir été forgée dans un bloc de glace, tellement ce blanc était pure et froid au regard.

Les personnes de l’ombre, incrédules, reprirent rapidement leurs esprits et s’élancèrent avec rapidité et silence sur l’épéiste comme un seul homme, faisant siffler le vent à travers cette grande pièce sinistre. Ils étaient invisibles, comme si ces gens faisaient parties des ténèbres qui enveloppaient ces lieux. La cave devait faire au moins deux douzaines de brasses en profondeur et le double en largeur, ce qui donnait énormément de place pour se mouvoir.

Prenant appui de son pied gauche, Logan s’élança rapidement sur le premier adversaire qui se jetait sur lui, poignard à la main. La pointe de la lame caressa la légère tunique de l’assaillant au niveau du torse et y laissa un fin et profond sillon rouge entouré de cristaux glacés d’où ne s’écoulait qu’une fine gouttelette de sang. La victime, prise pas surprise, s’écroula sur lui-même, la bouche grande ouverte et serrant sa blessure qui le marquait de ses mains tremblantes tellement que ce froid était insupportable. Ses muscles se contractaient petit à petit et sa respiration devint rapide et irrégulière. Il regardait sans cesse sa blessure et criait parfois même, ne comprenant pas pourquoi tous cela lui arrivait en voyant sa blessure, sous l’œil invisible de ses compagnons. Son teint prit rapidement une couleur livide et toutes traces de vie s’évaporèrent de cet homme.

- Observez messieurs dames, s’écria Logan dans la même voix qu’auparavant, un sourire exagéré aux lèvres, cette épée est spéciale… Et le cadavre de votre ami en détient la preuve : cette lame est si froide qu’elle brûle.

Après quelques secondes où le silence se fit pesant, deux personnes sortirent soudainement de la pénombre, la mine toujours aussi glaciale, malgré la mort de leur acolyte. Tous portaient ce même uniforme noir qui les couvrait de la tête aux pieds en laissant seulement une légère fissure dans le tissu au niveau des yeux, leur donnant un aspect de songes cauchemardesques. Ils s’élancèrent comme une seule personne sur Logan qui essaya de s’esquiver sur le côté, trop tard pourtant. Une légère entaille sur sa cuisse gauche apparut après le contact avec le poignard éclatant. Logan soupira en constatant qu’il s’agissait d’une plaie superficielle, malgré le rictus de douleur qui s’affichait sur son visage et sur le véritable détenteur du corps.

Ne se laissant pas abattre, il reprit appui sur sa jambe valide et se propulsa vers son adversaire le plus proche, son épée entre ses mains. Sa lame, brandie vers le ciel, s’abattit son ennemi en plein visage, défigurant le présent cadavre tandis que son autre adversaire regardait le corps rougi de son associé tomber par terre dans un bruit sourd. S’en suivit alors un autre silence, mais cette fois, il fut de consternation et de fureur. Le visage de l’autre assaillant prit une teinte plus rouge et des larmes coulèrent des ses petits yeux bleus. Le véritable Logan eut vraiment pitié de cette personne qui devait sans doute être une femme de part sa fine poitrine dans sa tenue moulante. L’assassine s’élança sur Logan dans un cri de rage et avec brusquerie. Sa fureur aveugle lui fit perdre sa technique et Logan n’eut qu’à se mettre de côté pour l’éviter.

« Epargne la, elle est triste de la mort de son compagnon… Tu n’as qu’à l’assommer avec le plat de ton épée », dit Logan dans son esprit à l’intention de la créature qui contrôlait son corps.

Pour toute réponse, son épée creusa une large éraflure mortelle dans le dos de la jeune femme, laissant son cadavre s’écraser sur le sol de dalles.

- Novice, susurra Logan, on ne t’avait pas appris à toujours garder ton sang-froid ? Minable, vraiment… Et pour répondre à ta question, non, je fais ce que je veux… Ne me dis pas que tu vas céder ta pitié pour ce monstre ? Aurais-tu oublié ce pourquoi j’ai accepté de conclure un pacte avec toi ? C’est ta haine qui m’intéresse et me fait vivre… Et il n’y a pas de place pour la pitié.

« Mais… Oui, tu as raison… Excuse-moi pour cette remarque déplacée », répondit-il, encore incertain.

- Excuse acceptée, j’ai du travail maintenant…

Le jeune homme se rendit alors compte qu’il n’était toujours pas plus puissant. Son illusion de puissance provenait d’un être ayant accepté de coopérer avec lui mais qui n’en faisait qu’à sa tête, ce qui n’était pas vraiment quelque chose lui appartenant pleinement. Il n’était qu’un pion que les autres manipulaient et faucheraient dés qu’il aurait réussi son devoir personnel. Sa vengeance était vraiment sa seule préoccupation, mais il ne savait pas si, pour se faire, il devait aussi céder son destin aux mains d’une épée maudite.

Son flux de pensées s’arrêta brusquement quand une autre personne s’attaqua à lui. Son opposant brandissait, lui, une épée, plus longue qu’un poignard et plus courte qu’une épée basique, dans chaque main et se mit à jouer de sa rapidité pour atteindre son adversaire. Sa danse était impressionnante et imposante,  faisant siffler l’air à coups de lames. Il ne laissait transparaître aucune émotion, pas comme ses précédents attaquants, ce qui démontrait son ancienneté dans son groupe. Il avait eu le temps de se perfectionner et de devenir une véritable machine à tuer sous les ordres de ses supérieurs, obéissant aux directives qu’on lui donnait comme un chien dévoué.
Ses deux épées tranchèrent le vent en direction de Logan si rapidement qu’il l’esquiva difficilement en bondissant sur le côté. Il s’apprêtait à rendre le coup quand il entendit bouger juste derrière lui. Son pas latéral lui sauva la vie et lui permit d’esquiver le poignard qui était sorti tout droit de l’ombre.

- Hé ! Mais ce n’est pas du jeu ça ! s’écria-t-il avec une pointe d’agacement. Si c’est comme ça…

Tout en feintant son adversaire, il se jeta sur l’un des cadavres et ramassa le poignard tombé à terre.

- Voilà, amusons-nous maintenant, dit-il.

Il n’y avait pas eu cet amusement dans la voix, ni même de plaisir. Tout ce qu’il restait, c’était la douleur physique et l’épuisement. Le petit combat n’avait pas duré plus de cinq minutes, mais il avait tellement bougé que son corps commençait à demander du repos. Ses muscles se contractaient parfois dans un spasme et de légers tremblements s’intensifiaient avec le temps, réduisant sa rapidité et sa précision. Chaque mouvement se faisait de plus en plus douloureusement et ses sens commençaient à se ramollir à vue d’œil. Il n’entendait plus que sa respiration haletante et son cœur battre la chamade.

- Tu es si faible, je ne sais pas comment tu as réussi pour vivre jusqu’ici, dit Logan dans un souffle.

Un rire étouffé parcourut la salle vide.

- Nous, faibles ? Tu t’es vu j’espère, répondit l’assassin avec l’unique poignard. Je te donne au maximum cinq minutes pour nous…

- Tais-toi ! Je ne te parlais pas… Logan, répond-moi, comment as-tu fait pour rester aussi faible durant tout ce temps ? redemanda l’épéiste blessé. Je pensais que tu suivais un entrainement pour devenir garde… Mais je n’imaginais même pas à quel point tu étais minable ! Je n’arriverais surement pas à finir ce combat pour toi…

Le véritable Logan fut à la fois surpris et nostalgique. Ces mots auraient pu être prononcés par Maître Arik, qui n’était maintenant qu’un lointain souvenir malgré leur entrainement de ce jour-là. Rien n’avait plus d’importance dans ce combat, même pas le temps ou l’espace. Même la raison de cette bataille semblait lui échapper quelques secondes avant de faire rapidement surface. La vengeance et la haine. Deux choses qui pourraient paraître affreuses, inhumaines, mais qui ne l’étaient pas tant que cela. Rien n’est néfaste dans la vie, seule la manière de l’utiliser et de l’accomplir est important. C’est ce que pouvait ce dire Logan dans un moment pareille, afin de rassurer son égo sur la gravité de ses faits et de ses pensées.

« La question du pourquoi n’est pas intéressante. Je le suis et c’est tout. Tu n’as pas besoin d’en savoir davantage sur ma vie pour le moment. Ce que tu dois faire, maintenant, c’est m’obéir comme prévu et je t’ordonne de gagner ce combat. Que tu veuilles m’écouter ou non m’importe peu, mais, si je meurs, tu ne pourras pas avoir ce que tu veux, et ce serait fort regrettable, n’es-tu pas d’accord ? », lui répondit-il dans son esprit.

Ce fut cette fois ci à Logan de sourire devant les assassins toujours aussi perdus dans ce dialogue fantôme.

- Je n’en demandais pas moins… Et bien, si c’est cela que tu veux, que cela soit fait, à n’importe quel prix. Sauf celui de ta vie, évidemment, rajouta-t-il dans un autre sourire.

Tandis qu’il levait ses deux lames sur le dessus de son crâne, Logan s’élança dans un ultime assaut qui refit saigner sa blessure déjà inondée de ce liquide écarlate. Elle s’était aggravée au cours de la bataille et le tissu collait contre sa chair à vif. Ses mouvements avaient encore ralentis et sa vision se troublait de temps à autre, rendant la localisation des ennemis bien plus difficile. Il n’avait plus droit à l’erreur à présent. Ce mouvement était le dernier qu’il pourrait faire sans s’écrouler sous l’effort. Ses épées dansaient au-dessus de sa tête, d’un air menaçant, reflétant la lumière de la seule torche présente dans ce trou lugubre sur ses deux adversaires souriant de toutes leurs dents.

Logan allait abattre ses armes sur son adversaire le plus proche quand celui-ci lui décocha un coup de pied dans l’estomac, l’obligeant à lâcher ses armes dans un cri de douleur et à s’agenouiller à terre. Sa blessure au flanc continuait de saigner dans un flot discontinu, lui donnant une nouvelle nausée. Ses yeux reprirent leur couleur initial et il redevint Logan, le faible Logan. Ses membres commencèrent à trembler sous cette douleur intenable, l’obligeant à s’appuyer sur le sol pour ne pas s’étendre de long en large sur le sol de pierre teint de rouge par le sang qu’il avait versé. C’était trop de sang pour lui, trop de morts en si peu de temps. Il ne voulait pas l’admettre, mais il avait perpétré un massacre, que ces gens soient venus pour le tuer ou non. Cela ne lui ressemblait pas. Chacun méritait un traitement de faveur équitable et une chance de se repentir de ses actes, or, là, il n’y avait pas eu de cela. Les cadavres se poursuivaient dans une ronde infernale, entourant le jeune homme dans son propre malheur et ses actes. Cette scène lui rappelait quelque chose, mais il n’arrivait pas à s’en souvenir, comme si cela remontait à une vie qui n’était plus. Une histoire écrite à la craie sur un grand tableau blanc, mais qui fut vite lavée par le sang et les évènements, comme si cela n’avait jamais existé. Mais pourtant, cela réveillait quand même un tourbillon d’émotions en lui, ce qui le troublait encore plus. La mémoire ne voulait pas s’additionner à la scène, rendant ce moment de torture encore plus douloureux pour sa tête.

Il fut violemment arrêté dans ses pensées par la lame de son adversaire qui caressait sa gorge. Le double-lames le regarda avec mépris et lui dit tout simplement :

- Tu es si faible... Moi qui m’attendais à un petit peu de difficulté de la part de l’assassin de mes compagnons… Tu ne t’es pas amélioré depuis tout à l’heure pourtant…

Ces paroles eurent l’effet d’un poignard dans son cœur fragile. Son teint devint si blanc que l’on pouvait voir à travers sa peau toute sa souffrance et sa peur. Il se souvenait à présent de cette scène. C’était même pire qu’un souvenir, c’était la réalité. Maintenant, sa mémoire et la réalité des choses le frappaient de plein fouet. Tout était pareil, rien n’avait changé. Cette voix glaciale appartenait à la même personne qui l’avait blessé quelques heures auparavant, cette même personne qui l’avait ridiculisé. Maître Arik. Un de ses assassins était Maître Arik. Plus il prenait conscience de cela, plus l’image de son Maître se superposait avec celle de son adversaire. Ses cheveux noirs tombaient dans sa nuque dans un dégradé monstrueux, taillant une sorte d’épine à la pointe de ses cheveux, mais qui maintenant étaient caché par cette cagoule noire. Ses yeux verts opaques ressortaient légèrement sous la faible lueur de la torche, ce qui leur donnait un air irréel dans ce petit monde sombre et cadavérique. Sa tenue noire moulante montrait sa musculature impressionnante et une carrure imposante, ce qui ne semblait pas diminuer pour autant diminuer sa vitesse.

Maître Arik leva sa lame au-dessus de sa tête dans un regard empli de mépris. Logan y vit ses derniers instants dans ce monde. Il mourrait de la main de celui qu’il a détesté toutes ces années à cause les choses horribles qu’il lui faisait subir, mais le véritable sens de cette scène lui sauta au visage : cet odieux personnage n’était qu’un obstacle devant son objectif. Son premier barrage devant sa vengeance. La mort ne pouvait pas le saisir maintenant, pas tant que sa besogne ne soit pas encore accomplie. Mais le souffle commençait à lui manquer de plus en plus. Sa blessure, devenue grave, s’était arrêtée de saigner pour laisser place à une sensation de brûlure constante, comme si des flammes lui léchaient le flanc sans relâche. Il sentait ses poumons se contracter dans sa poitrine et sa tête prête à exploser sous la pression du stress et de la douleur.

Une voile noire apparut peu à peu devant ses yeux et il s’écroula sur le sol dans un long soupir. L’inconscience le prit très vite, mais il eut clairement le temps d’entendre un sifflement dans l’air et le bruit d’un corps qui s’écrase lourdement contre le sol.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Vengeresse
Exp : 1612

Messages : 45
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Mer 9 Oct - 8:02
◊ Chapitre 2 ◊
5 ans plus tard…

« Bien, ça commence enfin à ressembler à quelque chose, ton truc», ricana l’occupant de l’épée dans l’esprit de Logan.

- Tss. Tu dis n’importe quoi. Je fais comme ça depuis le début, lui répondit-il d’un ton froid et exaspéré.

Logan se trouvait au milieu d’hautes herbes verdoyantes, d’où sortaient quelque fois des fleurs rouges et bleues. Le soleil rayonnant du temps de midi éclairait ce milieu de long en large, n’épargnant pas Logan et son nouveau Maître par sa chaleur.

- Eh bien Logan… Tu t’améliores à vue de nez pour ce poirier ! Dans quelques jours, tu le maîtriseras à la perfection, l’encouragea son mentor, assis près de leur tentes en peau.

Le jeune homme se contenta de lui adresser un sourire avant de recommencer sa figure gymnastique. Cela faisait maintenant cinq ans que ses parents avaient été assassinés et qu’il avait été choisis pour devenir chevalier après sa prouesse guerrière dans cette cave cauchemardesque. Il n’arrivait plus à se remémorer précisément ce qu’il s’était passé après son inconscience. Certains lui disaient que des gardes étaient venus et avaient abattus les deux assassins d’une seule et unique flèche, tandis que d’autres racontaient encore que le futur chevalier avait tué ses assaillants sans peine et qu’il s’était simplement pris un coup sur la tête en glissant sur le sang frais. Mais il restait un problème : seulement six dépouilles, dont les parents du jeune homme, avaient été retrouvées sur les lieux. Or, il aurait dû y en avoir sept, mais le second assassin, qu’il soit Maître Arik ou l’autre, restait introuvable, et rien ne prouvait qu’il était bel et bien mort. Logan avait voulu se renseigner sur la question, mais, le lendemain de sa remise en forme, on lui assigna un chevalier qu’il servait à présent en tant qu’écuyer et on l’envoya sur les routes de Midgard. Lors de son voyage sur les rues cabossées des villes et des forêts, le jeune homme s’extasiait devant tout ce qu’il voyait, que ce soit une petite colline fleurie ou bien un ruisseau limpide entouré d’animaux de genre inconnu pour lui. Le monde le fascinait vraiment, regorgeant de mystères et énigmes, mais il ne pouvait pas se permettre de s’y attarder : il n’osait pas imaginer ce qu’il se passerait si jamais il n’honorait pas le contrat qu’il avait fait avec son épée seulement car il s’était accroché à ce monde. Ce qui était aussi la raison de son soudain entraînement d’acrobates. Il pouvait bien avoir toute la puissance du monde, elle ne lui servirait à rien tant qu’il ne savait pas encore utiliser cette énergie à travers son corps. C’était là que se résidait sa faiblesse. Ses muscles et sa vitalité entravaient son chemin vers sa vengeance, et il ne pouvait pas se permettre de laisser cela inchangés, sous peine de succomber à l’appel de la mort plus vite qu’il ne le pensait.

Logan fit une pause dans son entraînement à cause de son essoufflement et vint s’asseoir près de son maître tout en sueur. Ses cheveux bleus, qui lui arrivaient maintenant à la nuque de manière désordonnée, étaient plaqués contre son front en laissant parfois coulé quelques perles de transpiration le long de son visage. Toujours habillé de son pantalon azur et de sa tunique de cette même couleur, son regard se perdait dans le ciel aussi bleu que ses yeux, lui donnant un certain air rêveur. Seule sa respiration saccadée brisait le silence apaisant de l’endroit.

- Je suis bien évidemment fier de toi pour ce que tu fais avec ton corps, Logan, commença son maître, mais ta maîtrise de l’épée, elle, a aussi besoin d’entraînement. Je t’ai déjà appris tout ce qu’il faisait savoir pour être chevalier, sans trop te tester au combat, mais l’heure que tu as attendue avec tant d’angoisse est enfin arrivée. Et ne t’attends pas à ce que cela te tombe du ciel.

Le jeune homme reprit peu à peu une respiration normale avant de soupirer profondément.

- Je le sais, je le sais très bien même, mais je n’y arrive pas. Quoi que je puisse faire, je suis toujours aussi maladroit.

C’était un sujet qui était d’habitude évité entre eux. Tout le monde provenant d’Utguard connaissait les exploits de Logan au combat pour avoir tué les assassins qui étaient venus pour l’anéantir, sauf que les faits démontraient bel et bien que ce dernier n’avait aucun don au combat. Pas une seule fois son maître ne lui en avait parlé ou avait fait semblant de s’en préoccuper, ce qui était assez étrange de l’homme qui était censé préparer un jeune homme à devenir chevalier.

- Mais pourquoi n’essayerais-tu pas avec l’épée que tu as à la ceinture ? lui demanda son mentor dans le même sourire qui le caractérisait parfaitement. Depuis que nous avons commencé ce voyage, tu ne l’as pratiquement jamais quittée… Et tu ne l’as d’ailleurs jamais utilisée. Ne trouves-tu pas qu’il serait temps que tu me montres ce dont tu es capable avec ?

Un sourire léger s’inscrivit sur les lèvres du jeune homme. Sa confiance envers cet homme n’était pas encore assez grande pour devoir lui communiquer son lourd secret, et il n’arrivait pas à imaginer la réaction de ce dernier lorsqu’il apprendra qu’il a fait un pacte avec une entité maléfique.

- Disons que je ne suis pas encore prêt à m’en servir… C’était un cadeau de mes parents, comme vous le savez, et je ne me sens pas encore assez fort pour affronter tous les souvenirs que contiennent cette épée, soupira Logan.

Son maître lui sourit de manière compatissante et recommença à manger doucement son morceau de pain. Son air laissait présager un certain doute sur la véracité des doutes de Logan, mais il se tut tout de même.

« Tu m’as presque convaincu, tu sais » ricana son épée.

Logan leva simplement les yeux au ciel d’une mimique désespérée en signe de réponse muette. Cela ne faisait que quelques années qu’il l’accompagnait, mais il n’en pouvait déjà plus de son ton moqueur et de son insolence. Chacune de ses paroles étaient ponctuées d’une supériorité arrogante et irritante pour l’esprit du jeune homme. La seule chose qui lui permettait de tenir le cap, c’était  de laver ses souvenirs tachés par le sang de ses parents tués injustement.

Lorsqu’ils eurent tout deux finit de manger, ils reprirent leur marche vers la ville d’Asunia afin de pouvoir se reposer quelqu’un jours dans une grande ville et de se réapprovisionner. Le voyage arrivait à sa fin après trois longues années de marche et d’entraînement. Chaque passage dans une ville avait été un pur bonheur pour le jeune chevalier, lui qui ne connaissait que la simple contrée d’Utguard. Cela lui permettait de faire de nouvelles expériences et de se changer un peu les idées, mais tout a une fin. La vie en tant que chevalier peut être aussi palpitante que terriblement ennuyante.

 Certains chevaliers étaient chargés à la tâche de protection des citoyens, tandis que d’autres étaient envoyés aux quatre coins de Midgard pour faire des missions diverses, mais ces derniers devenaient de plus en plus rare. Mais, qu’importe son attachement à un devoir, Logan prévoyait de s’enfuir une fois reconnu chevalier. Rien ne pourrait l’empêcher d’accomplir ce pourquoi il vivait encore, pas même les lois.

Lorsque le soleil commença peu à peu à se coucher, ils s’arrêtèrent à une auberge pour y passer la nuit et se reposer un peu après leur journée de marche plus courte que d’habitude à cause des journées qui ne faisaient plus que se raccourcir. Ils ne leur restaient plus que quelques semaines de marche avant d’atteindre la ville enneigée, mais cela correspondait aussi au temps que Logan avait pour s’améliorer à l’épée. Il savait très bien que ce temps ne serait pas suffisant pour avoir un niveau acceptable pour devenir chevalier et, plus le temps passait, plus il envisageait l’option de reconnaitre son pouvoir maudit au roi afin d’avoir au moins une chance de se faire nommer chevalier. C’était quelque chose de très risqué, mais il devait au moins le tenter pour réussir ce pourquoi il avait tant souffert.

Lorsqu’ils entrèrent dans l’auberge, ils furent accueillis par un homme au sourire pervers et à la tenue très légère. Sa grandeur et sa minceur étaient vraiment hors du commun, que ce soit par son corps qui avait tendance à se pencher sur le côté ou bien son monocle qui tombait de son nez trop fin. Sa façon de se balancer d’avant en arrière donnait un certain air de ver de terre à cet aubergiste malsain.

- Bonsoir messieurs, je me doute que, par une heure aussi tardive, vous cherchez une chambre, n’est-ce pas ? leur demanda simplement l’homme qui les regardait d’un air curieux.

- Nous cherchons bien une chambre, oui. La nuit, il fait beaucoup trop froid dehors pour camper, et nous aurions donc besoin d’un endroit chaud où nous reposer, lui répondit le mentor de Logan d’un air las et sans le regarder.

L’aubergiste recommença son balancement incessant avec plus de vigueur et leur dit dans un sourire :

- Très bien, très bien, par contre, je n’accepte pas les armes dans mon établissement. Vous êtes donc priés de les déposer sur le comptoir et nous vous les rendrons bien évidemment le lendemain.

Le chevalier soupira de fatigue et enleva son fourreau de sa ceinture avant de déposer délicatement les objets sur le comptoir. Ils avaient dû faire cela à plusieurs reprises durant leur voyage, mais la raison de cela leur échappait complètement.

- Allez mon garçon, à ton tour maintenant de me remettre ton épée, lui rappela l’étrange aubergiste.

Logan regarda son mentor en lui communiquant par le regard d’intervenir.

- Je suis navré, mais Logan refuse de se séparer de son épée. Elle a une valeur beaucoup trop sentimentale pour qu’il la laisse à quelqu’un d’autre que lui, se contenta de dire le chevalier.

Le regard de l’aubergiste changea soudain en apercevant l’épée en question et sourit ensuite aux deux voyageurs.

- Ah, je vois… Je comprends tout à fait. Veuillez me suivre, s’il vous plait, répondit leur hôte.

L’homme en question les amena tous les deux dans une grande chambre avec deux grands lits séparés. La fenêtre laissait passer un très léger filet de vent et faisait infiltrer les rayons lunaires dans la pièce. Les murs de pierres, peints en bleus, les entouraient comme un ciel dans une nuit sans étoiles, les faisant rêver éveillés.

- Si vous avez la moindre demande, n’hésitez pas à venir me la demander en bas, leur dit l’aubergiste avant de s’éclipser silencieusement par la porte.

Logan se dirigea lentement vers le lit le plus proche de la fenêtre et commença à s’apprêter pour aller dormir.

- Bonne nuit, Maître, dit Logan à l’autre occupant de la pièce.

- Bonne nuit, Logan.

La conversation n’était jamais trop remplie lorsque le sommeil approchait. Ils échangeaient simplement les mots d’usages et chacun faisait ce qu’il voulait après ce laps de temps.

« Tu ne trouves pas que cet homme avait quelque chose de maléfique ? » demanda son épée dans l’esprit de Logan.

Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire légèrement.

- Et c’est toi qui parle de choses maléfiques ? lui chuchota ironiquement le jeune chevalier. Enfin… Oui, quelque chose cloche avec ce personnage. Son aura est à la fois démoniaque et attirante. Se pourrait-il que…

Logan n’eut pas le temps de finir sa phrase que tous ses sens se mirent en alerte. Quelque chose de dangereux approchait et l’obligea à saisir la poignée de son épée.

- Toi aussi, tu le sens, Logan ? lui demanda son maître, allongé sur le lit, ses longs cheveux bruns tombant derrière sa nuque et les mains derrière la tête. J’ai l’impression que nous sommes piégés. Et dire que je leur ai donné Ascalon, ma fidèle épée… Je le regretterai toujours.

Sa voix était emprunte d’une impassibilité inébranlable. L’option d’une mort imminente ne semblait pas l’affoler ou l’inquiéter. Il demeurait tout simplement sur son lit, comme si de rien n’était et qu’il allait se réveiller de ce vilain cauchemar.

D’un seul coup, son maître se leva et se plaça devant Logan, qui s’apprêtait à se lever. Il baissa les yeux quelques instants, comme pour trouver les mots, mit ses mains sur les épaules du jeune homme et puis planta son regard bleu dans les yeux de Logan, qui, eux, montraient une peur sans borne.

- Que ce soit un secret ou bien un pouvoir que tu me caches, je ne veux pas savoir de quoi il s’agit. Tu dois avoir raison pour me soustraire de la vérité, et je te fais entièrement confiance. Mais la seule chose que je te demande, c’est de vivre en refaisant le même miracle que celui d’Utguard. Je veux que tu vives Logan, et que tu ne laisses pas ce sentiment de haine ronger ta vie. La haine ne mène à rien, elle te conduira simplement à ta destruction.

Une seule et unique larme roulait sur le visage du chevalier, mais elle exprimait bien plus qu’une simple tristesse.

Le sol grinça une fois et un sifflement dans les airs brisa ce silence religieux. Il ne fallut même pas une seule seconde pour entendre le bout de métal pénétré de la chair du grand chevalier. Son regard se vida peu à peu de sa couleur azur et prit un teint vide et sans vie. La fine larme avait elle aussi arrêté de couler. Seul restait maintenant son sourire sur ses lèvres roses pâles. Ses mains lâchèrent peu à peu prise et il s’écroula au ralenti sur le sol, comme si il était un simple objet qu’on lâchait au sol.

Logan, lui, restait les yeux écarquillés sur le corps qui s’écroulait sur lui, n’osant rien faire de peur de profaner le seul maître qu’il avait réellement apprécié. C’était une partie de sa vie qui s’écroulait devant ses yeux et rien ne pourrait combler ce vide.

- Hé, gamin, cria une ombre devant la porte, donne nous l’épée que tu as à la ceinture, et mes hommes et moi te donnerons une mort rapide, comme la raclure que nous venons d’abattre.

Le son de sa voix se répercuta sur chacun de murs avant d’attendre les oreilles du jeune homme dont les larmes avaient déjà commencé à voiler le visage. Ses larmes ne ressemblaient à aucunes autres sur tout ce monde. Le mélange de haine et de tristesse donnait à chacun de ses sanglots quelque chose d’inhumain.

Logan se leva délicatement et déposa le corps de son mentor sur sol de manière aussi douce que possible. Ses larmes cessèrent et son regard se posa sur l’homme devant la porte.

- Mon maître m’a demandé de vivre et de ne pas suivre ma vengeance et ma haine, commença-t-il d’une voix saccadée par ses anciennes larmes, mais si jamais la haine me fait vivre, que devrais-je faire ? Je vous pose la question à vous. Vous, ses assassins, ses bourreaux. Qu’aurait-il dit ? M’aurait-il demandé de continuer ainsi ou bien de me suicider ? Mais qu’importe à présent. Je sais ce que je dois faire, quitte à souiller sa mémoire. Vous devez mourir, et vous souffrirez, ça, je peux vous l’assurer.

Ses derniers mots ravivèrent les larmes qu’il avait en lui et provoquèrent un murmure d’inquiétude parmi ses opposants.

- Je t’ordonne de les tuer, prononça Logan alors qu’il retirait la lame de son fourreau.
Ses yeux prirent une teinte bleue si claire qu’ils ressemblaient à présent à ‘astre lunaire qui semblait être si plein à ce moment-ci de l’année. Un sourire sadique s’afficha sur son visage, dévoilant des dents blanches parfaites.

- Vos désirs sont des ordres, mon maître, se contenta de dire l’âme ayant pris le contrôle de Logan.

Et les murs, de la même couleur que les yeux de son maître, se teignirent en rouge, de la même couleur que le sang des bourreaux de celui-ci.

Le soleil recouvrait l’herbe verte par ses rayons resplendissants digne du lever du jour. Un jour qui s’annonçait pourtant bien triste. Les oiseaux ne chantaient pas au petit matin, les animaux de forêt ne se réveilla pas doucement, rien de tout ça. La nature elle-même avait arrêté de vivre en voyant le carnage qui s’était déroulé chez elle. L’auberge dans laquelle s’était trouvé Logan n’avait pas changé, pas de l’extérieur du moins, malgré les fenêtres, normalement diaphanes, qui étaient imperceptiblement teintées d’un rouge profond. L’intérieur, par contre, ne ressemblait plus qu’à un palais des horreurs. Une tornade meurtrière avait dévasté cet endroit de repos, ne laissant comme traces de son passage que le sang et des cadavres. Et cette tornade, c’était Logan qui l’avait engendrée. Son épée avait massacré tous les êtres vivants qui se présentaient à sa portée, qu’ils soient ennemis ou simples voyageurs. Le bain de sang avait duré plus d’une heure, une heure de cris d’agonie que le jeune homme n’arrivait à chasser de sa tête. Cela lui avait même laissé quelques cicatrices et un objet afin de bien lui rappeler toutes les atrocités qu’il a pu faire, et cet objet n’était autre que l’épée de son cher maître, Ascalon. Il la transportait en boitillant au vu des nombreux et graves coups que l’esprit de l’épée s’était pris. Son corps le faisait souffrir de part en part et il ne sentait pas la force en lui pour marcher jusqu’à la prochaine destination qu’il devait atteindre avec son maître.

« Voilà ce qui arrive quand tu ne m’appelles pas assez », lui avait répondu le compagnon éternel du jeune homme lorsque ce dernier avait fini cet hécatombe. « Mon besoin de me battre me submerge et je me mets à battre tout ce que je vois »

- Mais c’était des simples passants qui ne nous avaient rien fait ! Ils étaient innocents et n’avaient rien fait de mal ! Qui es-tu pour ôter la vie d’un être humain sans lui en vouloir ? lui avait alors répondu sauvagement Logan.

« L’innocence ? Qu’est-ce que c’est « l’innocence » ? Ce n’est rien d’autre qu’un mot, un mot Logan, c’est tout. Il ne veut absolument rien dire. Tout le monde a commis un crime un moment donné, que cet acte soit volontaire ou non, et donc l’innocence n’existe pas. Voilà mon point de vue sur ce que tu me racontes »

- Tss, après tout, pourquoi pas, tu as sans doute raison, mais je culpabilise quand même pour ces pauvres gens, lui avait simplement dit le jeune homme, indécis dans ses propres pensées.

Et toujours maintenant, Logan était perdu dans ce qu’il ressentait. Des amas de pensées se bousculaient dans sa tête et il ne savait pas quoi écouter. L’envie de pleurer était tout aussi forte que son désir de vengeance et de haine. Tous ses sentiments se pressaient contre ses tempes jusqu’au point où il crut que sa tête allait littéralement exploser. Son âme se perdait dans la confusion et semblait ne jamais en revenir. Il sentait la folie s’emparer de lui tandis qu’il marchait, le regard vide et Ascalon dans les mains, à travers les hautes herbes vertes.

***

Ce fut en charrette et inconscient que Logan revint à Utguard. Le jeune homme s’était écroulé devant un village, là où certains paysans eurent la bonne initiative de l’envoyer directement dans la ville principal pour le faire soigner, certains avaient même réussi à l’identifier par les histoires qui se racontaient à son sujet.

La première chose qu’il vit, c’était un attroupement de femmes vêtues d’un blanc neige qui s’occupaient de refermer ses plaies et de désinfecter ses blessures. La douleur était devenue supportable, mais son esprit était toujours aussi brouillé qu’avant. Il lui arrivait même de laisser échapper un rire ou bien de laisser couler quelques larmes de tristesse ou encore de rage. Ses sentiments ne lui appartenaient plus et chaque sensation était amplifiée. Seule une chose demeurait claire dans ce noir absolu : la vengeance. Une vengeance sanglante et délicieuse. C’était la chose qui lui permettait de se rebeller contre son esprit torturé, la seule chose qui le forçait à ne pas lâcher prise. Il devait se battre pour atteindre son objectif, et ne pouvait pas se permettre d’abandonner à cause de la folie.

« Ah, te voilà enfin debout », lui dit son épée. « J’ai cru que tu allais y rester et je me suis dit que ça allait être difficile de trouver un compagnon aussi envieux de réussir son objectif »

Le jeune homme ne fit qu’un sourire jusqu’aux oreilles en guise de réponse. Cette épée avait tout autant besoin de lui que Logan avant besoin d’elle. Mais, soudain, son sourire disparut aussi vite qu’il était venu et le jeune homme se mit à chercher partout du regard.

- Où est mon autre épée ? dit-il en saisissant sa propre arme de la main droite.
Les jeunes femmes le regardèrent interloquées et reprirent immédiatement leur travail sans un mot.

L’une d’elles, qui se démarquait par sa tenue plus grise que les autres, dispersa les infirmières d’un geste de la main et montra le jeune homme du doigt.

- Il n’y a pas d’autres épées, Logan, lui dit-il la jeune femme à la blouse grise et aux cheveux châtains. Par contre, ce que je suis sûr de savoir, c’est que tu dois m’accompagner. Sa majesté Adelphe Ikris aurait aimé vous recevoir dés que vous seriez en état de marcher et il me semble que c’est le cas. Suivez-moi je vous prie.

Et celle-ci se dirigea prestement vers l’unique sortie qui se présentait dans le cube de pierre où Logan était entreposé. Pleins de questions se pressaient contre les temps de Logan, mais ce dernier les fit taire d’un geste de la main symbolique. Le roi le demandait et il devait y aller au plus vite, comme un vrai chevalier. Et ainsi, ses jambes se remirent peu à peu en route et s’élancèrent dans le sillage de la jeune femme.

Logan ne connaissait pas cette partie du château et se dit qu’il n’avait rien manqué. Les pierres s’enchainaient toujours autant dans un tourbillon sans fin à travers des tunnels tout aussi obscurs qu’incroyablement long, tandis que certaines torches éclairaient ce passage ténébreux toutes les cinq minutes. Un vent frais et très agréable sortait par les quelques trous fendus dans les murs de part en part.

Après un enchevêtrement de bifurcations et de condoléances sur la mort de ses parents et de son maître, Logan arriva enfin devant les portes de la salle du trône, des portes immenses faites d’un bois magnifiquement orné par des joyaux et autres babioles de valeur changeante. Cette structure imposante se mariait à ravir avec les pierres claires qui l’entouraient, ce qui donnait l’impression de n’être rien à côté de cela. Ces portes ne devaient pas être très anciennes, car la couleur était toujours aussi vive et prenante qu’au premier regard.

Le portail s’ouvrit sur une grande salle décorée de matériaux discrets et sombres, ce qui contrastait encore plus avec la porte qui, elle, était tout en couleur. Dans cette vaste pièce se trouvait un trône sur lequel était un assis un homme à la chevelure blonde tressée en deux longues tresses, ses yeux bleus perçaient le nouvel arrivant comme une lance en plein cœur. Sa cicatrice sur son œil droit – l’une des premières choses que l’on voyait – optimisait son côté froid à l’égard de tout ce qui se présentait devant lui.

- Pardonnez-moi de vous interrompre, votre Majesté, commença la jeune femme qui accompagnait Logan, mais voici la personne que vous avez demandée.

- D’accord, merci, tu peux disposer, répondit Adelphe Ikris en congédiant sa servante d’un geste de la main las.

La jeune femme se retourna et sortit de la pièce d’un pas pressé, ayant sans doute quelque chose d’autre à faire dans ce grand château. Après qu’elle ait franchi le seuil, un silence glacial entre le roi et le jeune homme. Ils se contentaient de se regarder dans les yeux, comme si le temps n’avait pas d’influence sur eux. Cela semblait durer des heures, alors que cela n’avait pris quelques secondes.

- Alors, comme ça, c’est toi qui as tué mon très cher Arkon, dit Adelphe en brisant ce silence devenu pesant.

Logan, malgré sa surprise, garda son visage aussi impassible que depuis son réveil. C’était la première fois qu’il entendait le nom de son maître. En effet, ce dernier n’avait jamais daigné lui en parler, malgré les liens que le jeune homme pensait avoir tissé avec son mentor. Mais cette surprise laissa rapidement place à la culpabilité, le fait d’avoir tué son maître, et puis à la colère.

- Oui, c’est moi Votre Majesté. C’est moi et uniquement moi, répondit simplement Logan dans un soupire qui montrait une tristesse profonde.

- Eh bien, tu as au moins le cran de le dire, mais le crois-tu réellement ? Ou bien ne serait-ce que pour attiser ma sympathie ? demanda le roi du même ton.

Le jeune homme dut serrer les poings pour ne pas laisser échapper un cri de rage.

- Et bien, je vous le redis, j’ai honte de moi. Je n’ai jamais voulu sa mort, ni celle de quiconque, mais les choses sont ainsi et je l’assume entièrement. Vous pouvez faire de moi ce que vous voulez, je m’en contre-fiche, répliqua le jeune homme aux cheveux bleus.

Ce fut la première fois que Logan  vit le roi sourire, aussi léger soit-il.

- Ah ? Tu serais donc prêt à laisser tes parents non vengés ? Je m’attendais à plus de ta part…

La mâchoire du jeune homme se crispa violement, mais il demeura toujours aussi impassible aux yeux de tous.

- Vous avez encore raison, mon roi, je ne peux cela laisser impuni et c’est donc pour cela que j’aimerai que vous m’exiliez afin que je puisse faire cela impunément, lui confessa le garçon.

- Ah, je vois, se contenta de dire Adelphe.

Ce dernier se leva délicatement de son trône et annonça d’une voix forte à toutes les personnes présentes dans la pièce :

- Eh bien, voilà qui confirme mes dires. Un homme a infiltré mon peuple, en a tué et a fait entrer des assassins dans ma ville, et ça, je ne peux l’accepter. Nous avons un seul témoin, ce Logan Laeth, orphelin, qui veut en plus devenir chevalier. Il est le seul qui sait précisément à quoi ressemble ce criminel et, à cause de ce jeune garçon, plusieurs personnes ont été tuées. Je lui propose donc ceci : qu’il devienne chevalier et obéisse à mes ordres tout en pourchassant ce tueur, ainsi, sa dette envers la ville sera remboursée. Si la proposition est refusée, je me verrai dans l’obligation de lui trancher la tête pour les crimes qu’il a commis. Alors Logan Laeth, disciple d’Arkon, acceptes-tu ces conditions ?

Personne n’osait respirer dans la salle. Cette proposition, aussi folle que surprenante, créa un froid encore plus immense dans l’ambiance. Les battements des cœurs de chacun des personnes présentes semblaient s’entendre depuis l’autre côté de tout Midgard. Adelphe, lui, était toujours debout, sa jambe droite en avant et la tête droite, comme si rien ne pouvait le perturber.

Logan ne pouvait pas croire l’opportunité qui s’offrait devant lui. Sa vengeance pourrait enfin s’accomplir, en tout légalité, il pourrait enfin rétablir la justice comme il le fallait. Honorablement. Prenant son courage à deux mains, il fit taire les spasmes qui secouaient son corps et se reposa sur son genou, la tête baissée en gage de soumission.

- Oui, je l’accepte, Votre Majesté, répondit-il d’un ton neutre sans laisser passer tous les émotions qui se bousculaient dans sa tête.

- Bien, répondit Adelphe dans un sourire, tu devras donc venir me faire un rapport de la situation tous les mois, mais ne crois pas que tu ne feras que cela, je te confierai aussi quelques missions que tu devras faire en priorité sur ta recherche, et c’est ma condition. Une dernière question et puis tu pourras disposer : comment appelles-tu ton épée ? En tant que chevalier, tu dois avoir un nom pour celle-ci.

Le futur chevalier regarda quelques instants le fourreau de son épée et se rappela avec nostalgie tout ce qu’il avait vécu avec elle.

- Je vais l’appeler Ascalon, en souvenir des personnes bienveillantes tombées au combat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Féminin
Humeur : Guillerette
Localisation : Asunia
Exp : 1624

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 250

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Mer 9 Oct - 8:05
Bravo, bravo! Je n'ai pas encore lu, mais en tout cas, la quantité y est et je promets que je lirai TOUT! (Haaan! (ouais j'ai changé d'avis))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Vengeresse
Exp : 1612

Messages : 45
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Mer 9 Oct - 8:09
Merci... Il ne reste plus qu'à régler le problème avec les paragraphes et je pense que c'est bon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Enjouée.
Localisation : Là où le destin m'appelle.
Exp : 895

Messages : 362
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 14
Grade : D
Joyau(x) : 450

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Ven 11 Oct - 7:59
Alors alors, commençons immédiatement par les défauts :

- Une épée de trente centimètres ? C'est même pas la taille de mon clavier XD
Je pense que sur ce point-ci tu devrais te renseigner sur les différents types d'épées existants car là j'assimile Ascalon à un couteau de cuisine ^^">
- Une faute assez récurrente : Le synonyme de "à partir de" ne s'écrit pas "dés" mais bien "dès" même si c'est quelque chose d'assez minime, j'ai tiqué là-dessus ^^
- Il y a quand même pas mal de fautes qui parsèment le récit mais je ne demanderais pas de les corriger car le rapport entre la quantité de fautes et la taille du texte me convient.
- Les dialogues n'ont pas vraiment un signe pour être raccrochés à un personnage en particulier mais je ne demanderais rien vis-à-vis de cela non plus, ce serait beaucoup trop long.

On peut attaquer la suite :

Je dois t'avouer que je suis particulièrement impressionné par la taille et la qualité qui sont tous deux des éléments que je ne connaissais pas lorsque tu écrivais sous Hinata, il y a énormément de travail derrière cette fiche et ça se sent, c'est de loin la meilleure fiche que j'aie lue jusqu'à présent car malgré les fautes, les difficultés de savoir quel personnage parle, je peux te le jurer, j'ai eu des frissons toute la lecture, c'est admirablement écrit, une véritable ambiance est instaurée, le personnage est cohérent, le rapport entre l'âme de l'épée et Logan est quelque chose qui m'a beaucoup plu, la mort d'Arkon m'a presque fait pleurer, c'est dire comme tu as vraiment su retranscrire les sentiments que ressentaient ton personnage !

Ton niveau s'est énormément amélioré et je veux que tu sache dès à présent que, même si tu as des doutes, n'oublie pas que tu peux arriver à tes fins, cette fiche en est la preuve car nous savons aussi bien toi que moi que ça n'a pas été rose tout le temps. Je voulais te féliciter pour cette production digne d'un auteur de nouvelles aguerri !

Si je peux donner une recommandation à tous ceux qui verront ce post c'est de consacrer une demi-heure de leur vie à lire cette fiche qui vaut vraiment le détour et je suis encore modeste.

Excellent boulot mon p'tit Hina !


Bienvenue sur Midgard, jeune Logan, qu'Ases et Vanes guident ton chemin et que ton âme trouve enfin la paix ...



NB : Cette fiche détient le nouveau record du forum avec un total de 10 865 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Vengeresse
Exp : 1612

Messages : 45
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth Ven 11 Oct - 8:09
Tu ne peux pas imaginer quel plaisir cela me fait de lire ça ! Merci infiniment pour tout ce que tu as dit...

Et pour les quelques défauts, j'ai modifié la taille de la lame et j'ai peur de toucher au bouton "éditer" pour changer tous ces "dés" que je croyais dur comme fer parfaitement correct. Pour le côté des dialogues, je vais voir ce que je peux faire pour le moment ou bien dans le futur !

Merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

[Chevalier] Logan Laeth

MessageSujet: Re: [Chevalier] Logan Laeth
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un honorable chevalier
» Présentation de Logan Echolls
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Hors Jeu ] :: Fiches des personnages :: Anciennes fiches personnages-