" Invité "
avatar
Who am i !

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Mar 12 Nov - 7:39
Sans aucun doute, Alcombord était une ville dont le charme était indéniable. L'odeur d'iode, les embruns arrosant le visage, les commerçants et vendeurs à la criée dans la rue, cet endroit plaisait beaucoup à Arrogance. Mais malheureusement le temps n'était pas aux batifolages, car l'Assassin s'était déplacé dans la ville portuaire pour faire affaires. Autrement dit, exécuter un contrat. Ledit contrat était posé sur la tête d'un certain Samuel Michaelis. Apparemment il s'était attiré les foudres des marchands à force de nombreux vols à l'étalage. Cependant, ceux ci ne pourrait apparemment pas se venger, car ledit Samuel est soi disant compétent dans le domaine de la magie, et plus particulièrement il semblerait capable de contrôler des entités faites de roches. Un mage donc, ce qui induisait normalement une constitution dans la moyenne, voir même un peu en dessous, sans rentrer dans le cliché. En tout cas le combat au corps ne serait pas sa spécialité , et Arrogance comptait en tirer profit. Comme d'habitude il n'y aurait pas d'accrocs, tout se déroulerait comme prévu et il pourrait gagner l'autre moitié de l'argent lui ayant été promis, rentre chez lui et stocker les sous.

Les pieds foulant les pavés du port, il avançait d'un pas mesuré vers une grande taverne qui attirait beaucoup de monde, un endroit parfait pour ce qu'il avait à faire. Se confondant dans un groupe de personnes bruyantes pour rentrer, il profita de leur bruit pour faire une entrée discrète, se dirigeant vers une table au fond de la taverne, contre le mur, sans fenêtres, et orienté de façon à ce qu'elle ne soit pas dans le champ de vision du comptoir ou des saltimbanques et musiciens qui animait la pièce pour le plus grand bonheur des clients. Dans ce genre d'établissement bondés, l'attention était attirée par les artistes et le cul des serveuses, qui d'ailleurs ne venaient pas vous voir sans qu'on leur demande. C'est donc au coeur du brouhaha qu'il était le plus en paix. Il attendit une dizaine de minutes avant d'être rejoint par son informateur, une garçon d'une quinzaine d'années , mousse sur un bateau. Il lui rendait service car quelques temps auparavant, Arrogance avait dissuadé deux brutes de le racketter. Enfin bref, le garçon arriva, et s'assieds l'espace de deux minutes face à Arrogance, pour tout lui expliquer.

« Ça a pas été facile. Un commerçant du coin m'as dit qu'il n'avait jamais vraiment pu le dévisager , il est trop... Fantomatique. Ceci dit , il est sensé porter un manteau en cuir relativement long, et avoir des cheveux blancs. Et le plus important, il à été aperçu dans le coin il y a quelques instants seulement, il s'engouffrait dans les ruelles. Voilà. »

Vissant son regard dans celui de son informateur, Arrogance le congédia d'un geste de la main, et sortit à son tour quelques instants après. Peut être que son destin était de gagner de l'argent sur le dos de ce Samuel, car en examinant le flot de personne qui s'écoulait de part et d'autres de la jetée, il vit un éclair blanc. Personne n'a des cheveux blancs , ou que très rarement, et l'habit de la personne semblait appuyer les dires de l'indic. Il le vit s'engouffrer dans une rue perpendiculaire à la jetée, et décida de le suivre en passant par les toits , à l'abri de tous. Voyant enfin que seul un chemin pouvait s'offrir à sa cible, il l'anticipa un peu, et glissa le long d'une glissière dans une ruelle complètement vide, pour atterrir juste derrière Samuel. Ça commençait. Brusque, il plaque une main sur son cou, nullement dérangé par sa petite taille. En revanche , quelque chose l'intrigua. Un homme adulte, même de petite taille, aurait développé une pomme d'Adam , et aurais un cou plus épais. Et des mains plus solides, moins lisses, et avec des doigts moins fins. Tout en maintenant sa main fermée sur son cou, il articula à travers son foulard :

« Garçon...tu as quel âge au juste ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Localisation : Lumïa
Exp : 910

Messages : 179
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Mer 13 Nov - 6:50
Alcombord… Alcombord la grande, Alcombord la belle, Alcombord la merveilleuse, la cité portuaire, aux milles saveurs, aux milles délices des sens, aux milles beautés, je te retrouve à nouveau. Car telle était sa façade : rayonnante de merveilles et de richesses, de bonnes gens au mines joyeuses et aux bourses pleines, exempte de mendiants, de pouilleux et de culs-terreux de par sa milice spartiate patrouillant en ville… Il se trouvait tant de trésors à portée de main dans les étals qu’il serait détestable de s’en voir lesté à cause de vulgaires plébéiens un peu plus démunis que les autres, et c’était pourquoi les rues principales en étaient propres… Mais on ne pouvait me faire gober ce genre de choses. Un miséreux de mon acabit ne restait indifférent devant une telle absence de ses semblables, et il apparaît de manière évidente que tous se cachent, se terrent et se mussent là où l’on ne va pas les chercher. Dans le marché noir principalement, cet endroit interdit aux autorités emplis de marchands d’esclaves, de restaurateurs servant de la viande à laquelle je n’oserais même pas, moi, goûter et de prostituées à peine plus vieilles que ma personne, mais aussi sous les ponts, dans les ruelles les plus noires et sous les toits des désaffectés et rares bâtiments. Et pourtant, j’y revenais à nouveau. Peut-être était-ce là mon habitat naturel… Les rues crasseuses ou les enchevêtrements de bicoques tout aussi sales que l’on nommait bidonville, quelle différence, après tout ? Il était plus probable que Utgard et sa froideur maladive – appréciable, au commencement, certes, une telle humilité – ne m’ait chassé vers des terres plus propices à la joie de vivre ; les dieux savaient à quel point mon moral était variable, et lorsqu’il était bon, il ne fallait le gâcher dans des tertres morbides. Tiens, je ne savais ce qui m’y faisait penser, mais il fallait que je revoie ma sœur… C’était bon pour moi, un peu d’affection. Je n’avais plus vi de gens depuis un certain temps.
 
Cependant, une fois encore, je m’étais mis dans de beaux draps. Hier, et comme j’avais à nouveau écoulé le maigre pécule que je m’étais forgé lors de ma précédente besogne – une dératisation, en l’occurrence – et j’avais été dans l’obligation de chiper quelques maigres possessions à l’étalage ; rien de bien conséquent…  Enfin, quelques pommes, une bonne pièce de fromage, un pain, et j’avais même réalisé l’exploit de chaparder une poule, que j’avais rapidement fait taire ; tout cela sans me faire prendre, mais en nourrissant cependant ma réputation du fantomatique voleur des cités, rumeur s’étant répandue de Lumïa jusqu’ici. Et quelque chose me disait que cela avait été la goutte d’eau faisant déborder l’océan de petits délits en chaîne que j’avais déjà commis, et malgré que je ne volais que denrées alimentaires, l’entièreté de mon pécule dérobé rassemblé en un seul tas de vivres devait dépasser les toits des maisons de la cité portuaire.
 
Mais présentement, je n’avais d’autre solution que de voler et voler encore ; ainsi donc, ce fut les fruits d’un marchand qui se virent séparées de quelques-unes de leurs semblables tandis que j’aveuglais le brave commerçant – rien de personnel envers cet honnête citoyen – de quelques caillasses dénichées çà et là ce jour, et ma silhouette qui s’empressa de disparaître dans la foule, trop petite pour être repérée ainsi, en un regard. Mais ce petit jeu n’allait pas continuer longtemps : bientôt, les commerçants allaient m’attaquer à vue ou presque, et il ne me serait plus possible de me débrouiller de telle façon. Présentement, l’heure n’était aux élucubrations philosophiques au sujet de mon avenir, mais bien de me musser dans un recoin sombre pour avaler mon bien mal acquis.
 
Mais soudain, alors que je n’avais eu le temps même de poser mon sac au sol, une main ferme vint m’empoigner au cou, me faisant au même instant que les employeurs de celui qui était probablement présentement ici pour me tuer n’étaient bien renseignés ; il n’y avait pire idée que de tenter de s’en prendre à moi dans une ruelle, et encore moins en me menaçant d’abord.
 
"Garçon... Tu as quel âge, au juste?"



« Mon âge n’est pas, actuellement, de la première nécessité. Dis-moi, tueur à gages, tu dois être bien mal informé pour venir t’en prendre à moi dans mon élément… On ne t’a jamais appris à bien te préparer avant un assassinat ? C’est capital, pourtant. Note que je ne tue personne, moi… Je ne fais que dérober aux bourgeois ce qu’ils méritent. Quoi qu’il en soit, à cet instant, j’ai mille et une façons de t’ôter la vie, comme tu les possède, toi aussi ; tu n’es pas sans remarquer l’épée de silex se trouvant dans mon fourreau, ni les pointes étant fixées sur ma veste, sans parler des briques de pierre des deux bâtisses nous entourant pouvant te faire exploser le crâne en un seul ordre de ma part. Alors puisque nous sommes dans une impasse, autant mettre cartes sur table. Je me nomme Samuel Michaelis, et les citadins me prennent pour un fantôme. Et, puisque tu désirais le savoir, j’ai douze ans. Et toi, quel est ton nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Ven 15 Nov - 7:09
« Mon âge n’est pas, actuellement, de la première nécessité. Dis-moi, tueur à gages, tu dois être bien mal informé pour venir t’en prendre à moi dans mon élément… On ne t’a jamais appris à bien te préparer avant un assassinat ? C’est capital, pourtant. Note que je ne tue personne, moi… Je ne fais que dérober aux bourgeois ce qu’ils méritent. Quoi qu’il en soit, à cet instant, j’ai mille et une façons de t’ôter la vie, comme tu les possède, toi aussi ; tu n’es pas sans remarquer l’épée de silex se trouvant dans mon fourreau, ni les pointes étant fixées sur ma veste, sans parler des briques de pierre des deux bâtisses nous entourant pouvant te faire exploser le crâne en un seul ordre de ma part. Alors puisque nous sommes dans une impasse, autant mettre cartes sur table. Je me nomme Samuel Michaelis, et les citadins me prennent pour un fantôme. Et, puisque tu désirais le savoir, j’ai douze ans. Et toi, quel est ton nom ? »

Mon dieu quel gamin hautain. Ceci dit il avait raison, et Arrogance avait omis une variable. Au fur et à mesure qu'il exécutait ses taches avec brio, il se détachait peu à peu des assassinats de bas étage, et forcément allait devoir se charger de personnes plus puissantes, comme ce Samuel par exemple. Quoi qu'il en soit, le jeune garçon avait l'air un peu trop sur de lui, pensant notamment qu'il pouvait être assez rapide pour atteindre Arrogance avec les briques... Sauf s'il était un magicien hors pair, ce dont l'Assassin doutait. Mais il se méfiait quand même. Relâchant la pression qu'il exerçait sur la gorge du garçon en entendant qu'il avait douze ans, il s'étonna que celui ci lui demande son nom. Mais il ne le donnerait certainement pas. En revanche, ses employeurs devaient être parfaitement au courant qu'Arrogance refusait tout contrat portant atteinte à ses enfants, et pensaient qu'il passerait au travers de cette obligation qu'il s'était imposé en échange d'une grosse somme d'argent. Ils méritaient une bonne leçon.

« Arro. Ça suffira pour le peu de fois auxquelles tu auras à m'appeler. On m'a employé pour t'éliminer, tu as très bien deviné. Par contre tu es un enfant et je refuse en général ce genre de contrats, et mes employeurs ont essayé de me faire transgresser mes propres principes. Ce qui fait que je n'ai aucun compte à leur rendre, et que tu pourrais régler tes soucis avec eux quand l'occasion se présentera. Il me semble que celui qui m'a fait une demande expresse pour que je m'occupe de ton cas, serait un marchand d'objets qu'il prétend être rares. Bref , comme tu l'as dit Samuel, nous somme dans une impasse. Comme je ne vais certainement pas te porter de coups, mortels ou non, je pense que le mieux serait que nos chemins se séparent dès maintenant. Ce qui serait pratique. Sauf si tu décides de me retenir. »

Il espérait que le gosse ne serait pas trop demandant, il avait d'autre chats à fouetter. Ceci dit il sentait comme une étrange aura émanant du garçon, et ses cheveux blancs aiguisaient sa curiosité. Et qu'est-ce qu'un mage foutait ici , d'abord ? Ne devrait-il pas être sous la discipline d'un autre mage plus puissant, une sorte de tuteur ? Arrogance n'en savait rien. Respirant calmement et silencieusement, il attendit la réponse du jeune homme, sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Localisation : Lumïa
Exp : 910

Messages : 179
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Ven 15 Nov - 9:35
On ne pouvait me dire en position d’oser une telle insolence… Mais force était de constater que l’homme qui avait allègrement empoigné ma gorge dans un dessein évident et meurtrier n’avait été des plus polis, et si je ne craignais pour ma propre vie de manière générale, je ne pouvais décréter aimer qu’on y attente ; c’est pourquoi j’avais troqué mon cynisme haineux habituel pour une outrecuidance certaine, et ce cher assassin devait désormais avoir une image bien tronquée de moi-même désormais, imaginant que je me sentais capable de le décimer en empoignant une brique pour la lui projeter par la seule force de mes bras : car en effet, au vu des indications aveugles qu’il semblait avoir à mon sujet, il était fort peu probable qu’il me sache maîtriser les arcanes à un niveau que je puis élever au rang d’acceptable. Et ce cher jeune homme, car telle était sa voix, n’avait daigné laisser paraître son visage à mes yeux, n’ayant souhaité m’autoriser à me retourner ; mais j’estimais désormais être en une relative sécurité, derrière mes moyens de défense, mes menaces et le fait que j’espérais les assassins assez éthiques pour ne pas tuer des gosses.
 
« Arro. Ça suffira pour le peu de fois auxquelles tu auras à m'appeler. On m'a employé pour t'éliminer, tu as très bien deviné. Par contre tu es un enfant et je refuse en général ce genre de contrats, et mes employeurs ont essayé de me faire transgresser mes propres principes. Ce qui fait que je n'ai aucun compte à leur rendre, et que tu pourrais régler tes soucis avec eux quand l'occasion se présentera. Il me semble que celui qui m'a fait une demande expresse pour que je m'occupe de ton cas, serait un marchand d'objets qu'il prétend être rares. Bref , comme tu l'as dit Samuel, nous sommes dans une impasse. Comme je ne vais certainement pas te porter de coups, mortels ou non, je pense que le mieux serait que nos chemins se séparent dès maintenant. Ce qui serait pratique. Sauf si tu décides de me retenir. »
 
Un marchand d’objets rares… Enfin, l’adjectif était vague, et pour la plupart des escrocs peuplant cette ville considéraient comme « rare » ce qui ne pouvait se trouver chez les autres vendeurs habituels… Comme le bétail à but alimentaire vivant, par exemple ; et malgré que je prétendais ne jamais chaparder d’argent, lorsque l’occasion se présentait, je n’hésitais pas… C’est pourquoi, ayant chapardé la poule, j’avais pris à la volée quelques bijoux – cet étal était un vrai fourre-tout – pour mon compte personnel. J’ignorais si c’était en personne cet individu qui avait mis en place ce contrat et payé ce professionnel ou bien toute une association. En réponse à sa déclaration, j’employai l’entièreté ou presque des pavés de la ruelle pour boucher l’unique issue – pour les gens normaux- en un regard, les yeux braqués sur Arro.
 

Sauf mon respect, malgré que je ne craigne pour ma vie, je ne laisse pas filer ainsi les assassins qui en ont voulu à ma vie, si éthiques soient ils ; j’ai besoin d’informations supplémentaires sur mon employeur, et tu ne sortiras pas d’ici avant de m’avoir tout livré. Je n’ai pas la prétention de croire pouvoir ériger des murs pouvant retenir un professionnel, mais contrairement aux autres, je peux les mettre en mouvement. Mais je dois te paraître bien insolent, je n’ai fait que te menacer depuis notre amicale rencontre et je me suis à peine présenté. Je me nomme donc Michaelis, Samuel de mon prénom, originaire de Lumïa, ou plus précisément du charmant petit quartier bordant ses murailles. Je suis un minéralogiste. » Comme pour me justifier, je sortis mon épée de silex noire comme la nuit, la faisant flotter quelques secondes dans les airs avant de m’appuyer dessus.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Dim 17 Nov - 8:11
« Sauf mon respect, malgré que je ne craigne pour ma vie, je ne laisse pas filer ainsi les assassins qui en ont voulu à ma vie, si éthiques soient ils ; j’ai besoin d’informations supplémentaires sur mon employeur, et tu ne sortiras pas d’ici avant de m’avoir tout livré. Je n’ai pas la prétention de croire pouvoir ériger des murs pouvant retenir un professionnel, mais contrairement aux autres, je peux les mettre en mouvement. Mais je dois te paraître bien insolent, je n’ai fait que te menacer depuis notre amicale rencontre et je me suis à peine présenté. Je me nomme donc Michaelis, Samuel de mon prénom, originaire de Lumïa, ou plus précisément du charmant petit quartier bordant ses murailles. Je suis un minéralogiste. »
 
Arrogance n’avait écouté que d’une oreille la réponse du garçon, trop occupé à examiner ce qu’il avait fait à l’instant avec les pavés de la ruelle. Un mur de quelques mètres bouchait maintenant le cul-de-sac, ce qui aurait empêché n’import quel homme normal d’en sortir, sans l’autorisation du mage qui venait d’agir. Malheureusement, l’Assassin n’aurait certainement pas de mal à en sortir, et n’en donc pas une préoccupation. En revanche, le jeune Samuel Michaelis aurait mieux fait de se méfier, car sans s’en rendre compte, il venait de créer le terrain de jeu favori d’Arrogance : un espace renfermé. Soupirant, il lâcha son cou, et le regarda sortir son épée et s’appuyer dessus, alors qu’elle flottait. Un minéralogiste qu’il disait…c’était intéressant. Assez pour piquer au vif la curiosité d’Arrogance, qui se décida à lui répondre. Après tout le client ne connaissait même pas son nom, ne l’avais jamais vu, et ne se risquerait certainement pas à retourner dans le trou pourri où il avait dégotté la personne qui l’avait mise en contact avec l’Assassin.
 
« Soit, mon garçon. Je sais déjà comment tu t’appelles de toute manière, au cas où tu en doutais. La personne qui a commandité cet assassinat n’ayant plus rien à voir avec moi, je te laisse le choix de faire ce que tu veux une fois que je t’aurais révélé son identité. Cependant, n’essaye pas de me retenir avec un bête mur…ni de m’impressionner en faisant flotter ton épée. Quant à mes origines, je me laisse le droit de les garder secrètes, tu comprendras bien pourquoi. Je ne suis d’ailleurs pas sensé te parler, mais puisque tu as l’air si disposé à connaître l’identité de ton ennemi, et que tu te montres pressant, je vais rester le temps qu’il faudra. Cependant je tiens à te prévenir, ledit marchand d’objets de valeurs semble assez prospère, si bien qu’il dispose d’une garde personnelle veillant sur ses locaux nuits et jours. Plus particulièrement, plusieurs groupes distincts, comme une sorte de milice, qui protègent l’endroit où il stocke ses revenus, l’endroit où il entrepose ses marchandises, et ses locaux personnels. Evidemment, il y a toujours un garde du corps ou deux autour de lui, histoire de faire pression sur les clients. »
 
Et sur ce il sortit un petit rouleau de papier, fermé par un ruban rouge foncé. Ce petit rouleau était en réalité la lettre qu’il avait envoyée à Arrogance afin que celui-ci accomplisse son travail. Hésitant quelques secondes, il finit par la tendre à Samuel. Il ne risquait rien, et après tout il n’en avait pas grand-chose à faire de ce qui pourrait arriver. Il se savait intouchable, du moins en ce moment même.
 
« Tiens. Tu trouveras ce que tu cherches là-dessus. Maintenant je te pries d’ouvrir le passage, des gens pourraient commencer à trouver ça louche, et si j’avais voulu m’enfuir tu serais évanoui derrière ces tonneaux, et moi je serais déjà dans la cale d’un bateau. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Localisation : Lumïa
Exp : 910

Messages : 179
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 100

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ] Dim 24 Nov - 3:13
Mon but premier n’avait été réellement de le surprendre, cependant, je devais avouer qu’il était toujours plaisant de découvrir sur le visage de mes interlocuteurs un rictus de surprise ou d’incompréhension, et malgré que je réalisais ce tour de malice assez souvent, il était comique de voir à quel point les hommes ne s’attendaient à voir un gamin des rues de mon acabit posséder un niveau suffisant en magie pour exécuter ce genre de choses ; les adultes avaient une fâcheuse tendance à sous-estimer les mioches, et c’est pourquoi ils faisaient de si bons voleurs : qui se méfiait d’un bambin, pour autant qu’il ait l’air assez propre pour ne pas être obligé de chaparder pour manger à sa faim ? Tous savaient qu’un mendiant  chipait régulièrement, mais mis à part ceux-là, tous faisaient comme si personne n’était assez habile pour les démunir. Grave erreur.
 

« Soit, mon garçon. Je sais déjà comment tu t’appelles de toute manière, au cas où tu en doutais. La personne qui a commandité cet assassinat n’ayant plus rien à voir avec moi, je te laisse le choix de faire ce que tu veux une fois que je t’aurais révélé son identité. Cependant, n’essaye pas de me retenir avec un bête mur…ni de m’impressionner en faisant flotter ton épée. Quant à mes origines, je me laisse le droit de les garder secrètes, tu comprendras bien pourquoi. Je ne suis d’ailleurs pas sensé te parler, mais puisque tu as l’air si disposé à connaître l’identité de ton ennemi, et que tu te montres pressant, je vais rester le temps qu’il faudra. Cependant je tiens à te prévenir, ledit marchand d’objets de valeurs semble assez prospère, si bien qu’il dispose d’une garde personnelle veillant sur ses locaux nuits et jours. Plus particulièrement, plusieurs groupes distincts, comme une sorte de milice, qui protègent l’endroit où il stocke ses revenus, l’endroit où il entrepose ses marchandises, et ses locaux personnels. Evidemment, il y a toujours un garde du corps ou deux autour de lui, histoire de faire pression sur les clients. »

 
Je ne savais pas si je voulais tuer mon marchand. A quoi bon ? Je crois plutôt que j’agissais ainsi afin de retenir un peu l’assassin ; je voulais m’amuser un peu. L’homme me tendit un rouleau de papier fermé par un ruban rouge, que j’acceptais, feignant la gratitude. Au final, je n’en avais que faire, mais le fourrai tout de même dans mon sac.
 
« Tiens. Tu trouveras ce que tu cherches là-dessus. Maintenant je te pries d’ouvrir le passage, des gens pourraient commencer à trouver ça louche, et si j’avais voulu m’enfuir tu serais évanoui derrière ces tonneaux, et moi je serais déjà dans la cale d’un bateau. »
 
« Oh, je n’en doute pas une seconde. Je ne cherche pas à t’impressionner, ni à te coincer ici ; vois-tu, je m’ennuie. Et j’avais envie de m’amuser un peu. Que dirais-tu d’un défi ? Je te propose… D’escalader ce mur. »
 
Pour illustrer mes paroles, je formai du mur une sorte d’escalier à l’envers, de sorte que la ligne la plus proche du sol devienne la plus éloignée, et qu’à chaque nouvelle ligne, elle se rapproche ; de l’extérieur, cela devait former un escalier normal.
 

« Commençons par ceci, si tu veux bien. »
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]

MessageSujet: Re: Rencontre dans la ruelle [ PV Samuel Michaelis ]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Embuscade dans la ruelle [Suite] A l'echafaud
» Mission dans une ruelle sombre [Interdit aux -18ans]
» Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]
» Duel intérieur
» CHICHE ► chiche ou pas chiche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Alcombord :: Port d'Alcombord-