" Invité "
avatar
Who am i !

[Rogue] Zadya Theladan

MessageSujet: [Rogue] Zadya Theladan Mer 18 Jan - 7:05
Midgard

--- Personnage...


  • Nom : Theladan
  • Prénom :Zadya
  • Sexe : Féminin
  • Âge : 22 ans
  • Classe : Rogue


  • Magie & Armes :

Zadya maîtrise mieux les armes que la magie. Ayant en sa possession l'épée de Jézabel, bien que celle-ci se révèle assez usée, la lame est encore très affutée et permet une attaque efficace. Cette arme au pommeau serti d'argent et aux reflets scintillants de plusieurs teintes opale reste son arme de prédilection. Cependant, elle a également en sa possession une dague qui lui sert beaucoup pour les petites besognes. Finalement, un jeu de petits couteaux vient compléter sa collection. La plupart du temps disposés dans ses bottes, ils sont assez utiles du fait de leur rapidité. Elle les utilise souvent pour atteindre une cible sans se faire remarquer ou attirer l'attention. Ne se séparant jamais de son jeu de cartes fétiche, la jeune femme a habilement su mêler magie et plaisir. Si elle peut lire dans les cartes, ceci n'est pas réellement un don. En effet, elle ne fait qu'interpréter les symboles sortants et peut très bien prédire votre assassinat alors qu'on vous demanderait en mariage. La donzelle peut manier la glace. Evidemment, au regard de son faible niveau, elle n'est pas en mesure de vous "geler" sur place. Pourtant, elle peut allier son don à ses cartes. Comme pour ses couteaux, elle arrive à les rendre aussi dures que des pics de glaces pour s'en servir comme armes. Voila sa seule réelle force magique. Certes, elle parvient parfois à geler quelques petits objets ou zones de sa peau, mais cela reste bien sommaire.

  • Stats :

Vitalité
Attaque
Magie
Déf.Physique
Déf. Magique
Vitesse


  • Caractère :

« L’esprit est si complexe. Un sourire peut cacher la plus affriolante des fourberies comme la plus exquise compassion qu’il soit… »

Ce qui est certain, c’est que Zadya, aux yeux du commun des mortels, n’est pas une personne bien. Il faudrait mieux éviter de confier ces enfants à la jeune femme, pourtant si sympathique en apparence. Il est vrai qu’elle n’a pas toujours été ainsi, mais seul le présent compte, n’est ce pas ? A elle toute seule, la demoiselle représente un véritable paradoxe. Il n’y a ni bien ni mal selon elle, seulement cette limite invisible que certains choisissent de franchir tandis que d’autres préfèrent se bercer d’illusions dans leur petit quotidien bien morne.

Joviale, elle paraît accessible et même animée par un désir grandissant de générosité. Ceci est faux. Il y aura toujours une once d’intérêt personnel si elle en vient à vous témoigner de l’intérêt. Ses actes transpirent la malveillance. Non pas qu’elle soit toujours ainsi, il peut lui arriver de prêter main forte à cause de on ne sait quel élan de bonté mais la plupart du temps, elle reste un être ambitieux qui n’agit que dans son propre intérêt. Oh oui l’ambition…une douce motivation qui la pousse à se surpasser. En effet, à chaque instant, ce sentiment d’infériorité l’anime, ce même sentiment qui fait d’elle un être faible. Ainsi, pour essayer de l’éliminer, elle met toutes les chances de son côté et n’abandonne jamais. C’est une battante, elle gardera la tête levée jusqu’au bout et ménera toujours ses projets à bien, même si cela induit sa potentielle mort. Oui, Zadya n’a pas peur de mourir ni de la donner. La vie n’est pas un jeu mais il existe des gagnants et des perdants. Elle se plait à croire faire partie des vainqueurs et si pour cela, quelques sacrifices sont nécessaires, qu’à cela ne tienne, ce sont des êtres qui contribuent, en donnant leur vie, à la réussite d'une autre destinée.

Méfiante de prime abord, elle n’accorde pas facilement sa confiance mais ne la reprend jamais par la suite. Vaniteuse, elle aime qu’on reconnaisse son travail et qu’on la couvre de compliments. Cependant, elle n’est pas dépendante de cela et sait faire la part des choses. Fourbe, ses promesses sont souvent futiles et ne cherchent qu’à vous berner. N’ayant pas son pareil pour manipuler la foule, elle aurait pu être une impeccable oratrice dans d’autres temps et lieux. Ses mots savent persuader et creuser un petit cheminement dans l’esprit des autres. Pourtant, beaucoup la trouvent trop frivole et superficielle pour daigner lui adresser la parole.

Excentrique et originale, ses idées ne sont pourtant pas arrêtées et on peut lui prouver qu’elle a tort, elle sait les reconnaître. Hélas, son intérêt n’a de taille que sa cupidité. Ce n’est pas tellement l’argent en lui-même qui l’intéresse mais plutôt l’emprise qu’il possède sur les autres. Il a le don de rendre quelqu’un important et cette occasion-là, elle ne la louperait point. Zadya n’éprouve aucun remord, elle confine les sentiments houleux qui peuvent la tourmenter au fond d’elle et continue d’avancer. Elle ne prête guère attention à son prochain mais seulement aux quelques êtres chers qui ont élu domicile dans son cœur, ceux-là, il vaut mieux éviter d’en faire votre casse-croûte. A côté de cela, très indépendante, elle se débrouille seule et n’apprécie pas réellement le travail en groupe. S’amusant de la faiblesse des qualifiés de « moins chanceux », elle ajuste ainsi son sentiment d’infériorité en le poussant vers le haut. Le sang et la douleur ne lui font ni chaud ni froid. Si les coups lui sont portés, elle les encaisse et les rend du mieux qu’elle peut, si elle est vaincue, son adversaire obtiendra son respect mais aussi sa future vengeance car la demoiselle n’accepte pas de perdre. Après tout, c’est elle qui mène les rênes. Si c'est vous qui êtes en situation délicate, vous n'aviez qu'à pas en arriver là. Perfide et acide, elle sait exactement ce qui peut blesser.

S’il fallait citer quelques uns de ses légendaires défauts, il faudrait d’abord s’attarder sur son impulsivité et sa constante obsession de tout vouloir contrôler. Vicieuse mais point égoïste, elle ne supporte la critique non fondée et la taquinerie mal placée. Ses colères et réactions peuvent vite devenir titanesques dans ce cas-là. Pourtant, point égoïste, elle sait partager avec ses alliés, s’il y a. Cruelle, la vie lui a enseigné qu'il ne faut point avoir pitié des autres mais savoir jouer des vices qu'offre l'être humain. Sans pousser jusqu'à l'excès, elle peut se montrer intransigeante voire réellement démoniaque par moment. D'une nature assez autoritaire, elle apprécie imposer ses idées et pouvoir mener ses combats de fronts.

  • Physique :
« Faut-il se cantonner à l’apparence ? Cela reste pourtant si évident…Qui n’observe pas son prochain ? Qui n’a jamais fondé une opinion à partir d’un seul regard ? Nul besoin de te cacher, je sais déjà que tu es fautif. »

Il est évident que notre demoiselle, oui, car elle appartient au genre féminin, possède plusieurs paires de membres. Deux bras, deux jambes, deux yeux, deux oreilles, seul le nombre de ses doigts et orteils ternit cette règle. Ainsi, d’allure humanoïde, sa taille avoisine le mètre soixante-dix. Non pas que cela ne lui convienne point mais être plus grande, cela aurait été tellement plus facile, histoire de jucher les autres de son regard descendant. Attardons-nous d’ailleurs sur cet exquis mélange de confusion et d’énervement. Les émotions qui la traversent sont perceptibles dans chaque centimètre carré composant ses pupilles. D’une éclatante teinte violine, tirant légèrement vers le rouge, ses yeux pourraient paraître injectés de sang bien que la couleur diffère de celle-ci. De longs cils envahissant terminent d’habiller ce regard peu commun.

Ses lèvres, étonnamment pâles bien que grandissantes en relief sont vêtues via l’utilisation de quelques produits typiquement féminin. Ce sera bien là le seul cosmétique que s’autorisera notre héroïne. Parfois, certains penseront qu’elle s’enduit le visage de poudre tentant de cacher son hâle sous des apparats. Hélas, la jeune femme aurait bien aimé pouvoir parader mais les choses en sont toutes autres. En effet, le grain de sa peau reste immensément terne, sans aucune âme, bien trop clair pour susciter la moindre adoration de sa part.

Ses cheveux indisciplinés, souvent docilement attachés épousent la forme triangulaire de son visage. Ces derniers, d’une teinte noisette, terminent leur course en dessous ses épaules. Ornés de simples boucles cherchant leur chemin parmi la tignasse voluptueuse de la lady, ils sont un désespoir pour leur détentrice.

Outre ce petit air victorieux qui se complait sur son visage de temps en temps, son apparence globale la caractérise également. Ses jambes qu’elle pense bien trop longilignes lui confèrent une certaine agilité et souplesse. Ses pieds eux, sont trop petits. Encore des préoccupations de dame. Seul fait étonnant, ses mains sont d’une extrême douceur. Lorsqu’on connaît le caractère de l’animal, c’est parfois inconcevable. Plusieurs cicatrices trahissent ses agissements tumultueux. Outre quelques blessures bénignes qui tapissent ses mollets et bras, la balafre la plus caractéristique reste celle lacérant horizontalement sa nuque. Lorsque ses cheveux sont bien relevés, on peut apercevoir cette dernière. Il faudrait également s’attarder sur la brûlure au niveau de son poignet, même si sa peau vint à cicatriser, elle garde la trace de ce flagrant moment. L’étendue de la cicatrice transparaît sur toute la partie supérieure de son poignet droit et s’allonge sur plusieurs centimètres, la forme reste cependant diffuse.

Côté vestimentaire, la lady préfère le confort à l’esthétique. Si parader sous des froufrous peut éventuellement l’amuser, elle se munira le plus souvent d’une tunique aux reflets marrons et de bottes aptes à la marche. Son style peut parfois trahir son excentricité, plusieurs bijoux ornent ses poignets, chevilles et même son cou notamment ce fameux collier qui ne la quitte jamais, à l’image d’une amulette, elle ne daigne le décrocher.




  • Thème : Within Temptation ~ See you I am
  • Adore : La lune, le chocolat, les objets rares et précieux, la pluie, le crissement de ses ongles courant sur de l'ardoise.
  • Déteste : La faiblesse, les gémissements, les marques d'affection, manger aux mêmes heures que chacun, les hiboux.


  • Histoire :

« Le bonheur de certains fait le malheur des autres. Il faut croire que ce proverbe s’applique dans plusieurs situations car chaque être peut prétendre en user au moins, une fois, au cours de sa vie… »

Tout commença un soir où la lune pointait déjà à l’horizon. Cette nuit-là, les deux êtres présents, un grand homme aux épaules carrées ainsi qu’une noble lady aux jolies boucles brunes se tenaient dans une pièce exigüe, à la lueur d’une faible chandelle. Leurs yeux étaient tournés vers le bébé que le père tenait dans ses bras. Ils décidèrent de nommer l’enfant Zadya.

Si vous pensiez trouver des parents aimants, cela ést faux. Les deux amants avaient certes partagé plusieurs nuits dans les auberges les plus reculées d’Alcombord mais, ô grand jamais, il n’avait été décidé que les deux s’aimeraient d’un amour fou et fonderaient un foyer. Aldear n’était point comme ça. Cupide, manipulateur et menteur, il allait de ville en ville suite aux petits contrats qu’on lui donnait. Un homme bien ? Certes pas. Un rapace de la pire espèce, un chasseur de primes qui n’a de répit que quand il a traqué, trouvé et ramené sa proie à son propriétaire. L’exécution ? Si la somme va en conséquence, oui, il n’a jamais refusé. Bien qu’à côté de cela…Erin semblait envoûtée. Sa petite vie de fille d’un honnête et assez bien récompensé marchand tenant une échoppe assez prestigieuse dans les rues de la cité portuaire lui suffisait amplement. Pourtant, elle n’était amenée à voir que des garçons certes intelligents mais ô combien stupides. Derrière leurs manières, leurs jacassements, ils ne savaient point comment s’y prendre pour parvenir à leurs fins car les hommes sont tous pareils, sauf un. Cet homme-là, Aldear, ne l’avait guère aidé lorsqu’elle s’était foulée la cheville en trébuchant sur une pierre un jour où elle se promenait dans les grandes allées de la cité. Il l’avait observé et s’était même ouvertement moqué d’elle. De là, elle crut à de la passion mais au final, ils n’échangèrent qu’un peu de chaleur pour se quitter définitivement lors de ce fameux soir. Erin avait beau être adorable et adorée, son caractère indépendant, son envie de grandes choses n’avaient ni de place pour un mauvais homme et un enfant. Ils n’avaient pas décidé que faire de l’enfant, peut-être voudraient-ils l’abandonner devant une banale porte où on prendrait soin de lui ? Le tuer ? Ce point n’avait guère été mis en évidence. Finalement, Aldear qui, instinctivement avait récupéré l’enfant après que son amante l’ai mis au monde car - dans sa grande générosité avait détourné le regard en observant la forme enfantine qui logeait entre deux linges - n’aurait pu se résigner à l’abandonner. Il était seul, depuis si longtemps, peut-être la vie de Zadya ne serait pas la plus dorée qu’il soit mais au moins, elle aurait un toit, un parent et oui, même si cela peut paraître étrange de la part du commanditaire sans cœur, de l’amour.

Les années passèrent, creusant quelques rides à la surface du si parfait visage de lady Erin mais celle-ci, bien éloignée de la vie de sa fille oubliée, ne se préoccupait certainement pas de ce qu’il se passait dans l’existence des deux aventuriers de l’extrême. En effet, Aldear avait pris soin de la petite qui avait bien grandi. Il avait espacé ses déplacements et ne vaquait à ses occupations que lorsqu’il avait besoin d’argent. Cependant, l’homme avait amassé assez de sous pour les faire vivre, point comme de riches nobles, mais comme une famille normale, ils s’étaient établis en Asunia. Ainsi, il écumait des frêles besognes comme des déchargements de charrettes, aider quelques uns de ses amis dans leur commerce. Bref, de quoi se sustenter. Evidemment, il continuait. Par envie, par excitation. Dans ces cas-là, sa fille se voyait confiée à un ami de longue date, un vieil homme bourru mais très affectueux qui, même s’il ne cautionnait pas les agissements d’Aldear, avait appris à apprécier les deux Theladan et ne pouvait que répondre par l’affirmative lorsque le père désirait une nounou pour son enfant. Nounou gâteau…Nounou hystérique même, un peu comme une Mary Poppins Midgardienne. Un homme aux fourneaux, se déguisant avec de jolies robes, laissant l’enfant brosser ses cheveux et le couvrir de nœuds. Oui, un vrai grand-père. De ce fait et, cela très tôt, la petite brunette s’enquit des valeurs d’Aldear. Après tout, il est bien son seul pilier dans ce bas monde.

Les années passèrent. Ils logeaient toujours au même endroit mais en grandissant, Aldear appréciait convier sa fille lors de ses déplacements. Ainsi, elle put contempler plusieurs contrées de Midgard. Notamment, son plus grand souvenir reste celui Lotheican et de son fameux observatoire. Les étoiles, la lune…Tant de beauté pourtant synonyme de ténèbres pour certains. Zadya savait, elle comprenait les agissements de son père, pourtant, elle n’avait jamais porté aucun jugement sur l’homme. Il l’aimait, il la soutenait, il faisait cela pour elle. A l’image de ce ciel obscurci par le noir mais attendri par le scintillement de quelques lueurs passagères dues à la présence des étoiles, il représentait un exotique mélange de témérité, de noirceur mais était animé par une petite étoile qui réchauffait son cœur et ses sens ternis.

Mais lorsque la demoiselle entama l’âge ingrat, à savoir celui de l’adolescence, des passades tumultueuses s’annonçaient entre elle et son géniteur. A force d’œuvrer dans le déshonneur en ôtant des vies et en punissant parfois des êtres sans reproches, Aldear finit par se remettre en question. Ce fut de devoir arracher un enfant aux griffes de son foyer pour l’offrir à un vicieux marchand auquel la famille du malheureux devait des sous qui le poussa à bout. Il n’accomplit guère sa mission mais sombra dès lors entre les tavernes, les escapades nocturnes et un soupçon de dépression. Zadya, pour qui il avait toujours été là se détacha alors peu à peu de son protecteur, perdue elle-même. Son égoïsme la poussa vers d’autres sentiers. Elle se mit à côtoyer quelques voleurs de secondes zones et brigands notoires. Rien de bien sérieux mais des personnes capables de la comprendre. Parmi eux, Jézabel siégeait, femme fière et imposante. Zadya n’ayant jamais eu de mère ne comprit pas au début tout ce que pouvait lui apporter cet être. Ce qui est sûr, c’est qu’à environ quinze ans, la tigresse remit les idées de l’adolescente effrontée et quelques peu mal élevée en place. Au lieu de l’accabler, passées leurs disputes, miss Theladan revint la voir plusieurs fois. En effet, elle appartenait à une troupe ambulante dont les représentations voguaient entre les tours de magie, les danseuses exotiques et les escarmouches à l’épée impressionnantes. La donzelle se prit d’affection pour cet environnement chaleureux, sans préjugés ni mœurs hautes placées.

Les journées défilaient. Elle apprit l’humilité et une certaine forme de respect auprès de Jézabel l’indomptable. Cette dernière lui enseigna bien des choses. Notamment, comment se défendre, en qualité de femme, elle ne devrait pas toujours rester spectatrice derrière les hommes, aussi braves soient-ils. Elle lui inculqua son savoir, lui transmit son amour des cartes, son habilité à la tricherie ainsi que comment recueillir les points les plus obscurs de la vie d’un individu à travers les symboles des cartes. Mais Jézabel n’était pas une fille exquise et douce. Ses ennemis étaient nombreux. Ses talents de danseuses rivalisaient avec ceux de roublarde et manipulatrice. En effet, elle a beaucoup dupé, trompé et doit maintenant des comptes. Pourtant, ce ne fut pas le pire de ses ennemis qui frappa mais un petit gringalet qui la séduit. La faiblesse de la grande, les hommes. Celui-ci semblait bien, Zadya l’avait déjà croisé…Elle s’était honteusement trompée. Un matin, on retrouva le corps de la belle au fond de son lit, son sang frais perlait encore le long de sa peau caramel. Ce fut notre brune qui la découvrit. Son sang ne fit qu’un tour, ses effets personnels restés là, Zadya s’en empara telle une voleuse. Elle récupéra le jeu de cartes fétiche de la trentenaire, son épée et le petit faucon qu’elles avaient toutes deux sauvé d’une mort in extremis il y a quelques jours. Les femmes l’avaient baptisé Mirage. C’est en pleurs qu’elle rentra chez elle. Elle y retrouva son père avec les tensions s’étaient accumulées ses dernières années. L’homme n’avait pas supporté mais l’alcool l’avait rendu âpre, presque plus froid qu’auparavant. Il avait épongé sa défaite sur ses agissements et avait repris son ancienne vie. Rôdant de nuit et de jour telle une ombre imprenable, laissant sa fille le plus souvent seule. Là, elle ne rentrait guère pour qu’ils se déchirent mais seuls quelques mots sortirent de sa bouche.


« Rien qu’une fois, ne pose pas de questions. Apprends-moi, il doit payer et…de son sang. »

Dès lors, du haut de ses dix-sept ans, Zadya pensait à se venger. Ce sentiment si fort et si violent la tiraillait de toute part. A un point tel qu’elle se réveillait en sueur la nuit après avoir rêvé tenir entre ses ongles vivaces la gorge de son ennemi. Elle avait découvert la raison de la mort de Jézabel. Elle avait volé un objet qui appartenait à son assassin. Qu’à cela ne tienne, la brune le récupérerait pour le faire sien mais cela ne suffirait pas. Le traître paierait également de sa vie.

Son père ne put lui interdire ce qui rythmait lui-même sa vie. Ainsi, elle se mit en quête cet objet. Elle le récupéra. Un magnifique collier sculpté dans un métal précieux. Ce bijou, Jézabel le portait souvent. Apparemment, il avait été confectionné par son grand-père qui, sans le sous, avait, à son grand damne, dû le vendre. Désormais, elle le porterait. Aussi, elle utiliserait la même technique que le tueur. Elle le séduirait pour ensuite l’abandonner. Bien qu’elle ne soit pas encore parfaitement une adulte, elle connaissait les astuces pour se vieillir, notamment grâce aux heures passées auprès des demoiselles de la troupe se pomponnant pour leurs spectacles. Il ne fut pas bien difficile d’orner son visage de divers apparats tendant à la rendre plus âgée. De là, sa proie ne se rappela point l’avoir déjà croisé, trop pris par sa vengeance. Qu’à cela ne tienne, il en était de même pour Zadya. Il l’emmena dans un des restaurants de la capitale humaine, il lui proposa un détour par son domicile. Bien…Guère très fin, une moufette aurait sûrement eu un parfum plus envoûtant que lui et une crécelle une voix plus irrésistible. Cependant, elle se força à rester à ses côtés, au moins jusqu’à chez lui. Là, il lui conseilla de prendre ses aises ce qu’elle fit en glissant subtilement sa dague à l’arrière de son dos. Pourtant, les choses ne se passèrent point si bien. Lorsque il se retourna pour s’asseoir dans un fauteuil, Zadya choisit de sortir la lame pour l’empoigner, il surprit le geste et se rebella. La lady s’en tira avec une belle cicatrice au niveau de la nuque car l’homme l’avait tiré par les cheveux et s’était vivement saisie de son arme. Cependant, elle avait évité le coup fatal mais une saillante balafre taillada quand même sa peau. De plus, la cheminée se trouvait non loin, il la fit reculer vers celle-ci, si près que les flammes commencèrent à lécher sa peau. Saisissant son courage à deux mains, elle empoigna le tisonnier brûlant de son bras droit, immolant par la même occasion son poignet sous l’effet de la chaleur. L’homme qui avait baissé sa garde deux secondes de trop, ne vit que trop tard la jeune femme approcher le tisonnier au niveau de sa poitrine. Elle appuya tellement, avec toute la rage qui la rongeait qu’il s’effondra rapidement. Pourtant, même s’il ne tarda pas rendre son dernier souffle, elle continua à appuyer encore et encore avec ce tisonnier, évacuant sa colère en s’acharnant sur le corps meurtri de l’homme.

A partir de ce jour, Zadya changea un peu. Elle grandit et mûrit, à sa façon dirons-nous. Aujourd’hui, âgée de vingt-deux années, elle n’est plus la petite enfant abandonnée mais celle qui agit pour elle. Son escapade vengeresse lui apprit au moins une chose, elle n’était pas faible, elle était forte et ne se laisserait plus jamais abuser à croire que les êtres bons peuvent lui correspondre. Prenez l’exemple de son père, il est revenu à ses premiers amours…les ténèbres. Aujourd’hui, comme elle se plaît à nommer son activité, la lady « chasse des trésors ». Attention, guère de vulgaires pièces. Non, des tableaux, des bijoux de fins orfèvres, de quoi satisfaire son goût de la luxure. Si elle agit principalement pour elle, il lui arrive de répondre à des demandes contre monnaie. Mais souvent, ces objets n’arrivent pas à destination, la convoitise et l’envie de la jeune femme ayant été suscité, il est difficile de lui enlever l’objet de son affection. Seul attaché de grand ordre à sa vie chevaleresque, Mirage, autre forme de trésor tout aussi essentiel à son existence. Cependant, un certain objet divin sur le bout de nombreuses langues semble intéresser la donzelle. Une telle pièce ne peut que figurer parmi sa collection c'est pourquoi il pourrait bien devenir sa nouvelle proie...Affaire à suivre.




Midgard

--- Joueur...


  • Pseudonyme ou Prénom : June - C.
  • Âge & sexe : 20 ans - Princesse x)
  • Expérience Role Play :
    Ca remonte à mes jeunes années ça. Bref, je devais avoir 14 ans donc il y a sept ans, j’ai commencé le RP via un forum Harry Potter où j’incarnais en même temps une élève qui bossait au Ministère, allez comprendre =). Ensuite, j’ai vogué entre plusieurs genres de forums, autant du médiéval-fantastique que des forums à avatars réels (université/Charmed/science-fiction/Stargate). J’ai fait plusieurs pauses également à cause des cours et puis de la lassitude de voir toujours le même genre de forums. Après, j’ai repris il y a peu donc concernant mon niveau, je pense qu’il est relativement normal, ni médiocre, ni parfait. Je suis la reine des phrases à rallonge (mais je me soigne, sisi !) donc ne me tapez pas sur sur les doigts ><.
  • Avez-vous lu le règlement ? Moi ? Lire un règlement ? Bien sûr que nonn ! (Meuh siii )
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[Rogue] Zadya Theladan

MessageSujet: Re: [Rogue] Zadya Theladan Mar 24 Jan - 7:44
Juste un petit mot pour dire que j'ai terminé ma fiche et que je kiffe grave les smileys, sont chous

Désolée pour le temps que j'ai mis, entre les partiels et la reprise des cours, ce fut éprouvant pfffiou ! Bref, bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Lasse.
Exp : 3489

Messages : 592
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

[Rogue] Zadya Theladan

MessageSujet: Re: [Rogue] Zadya Theladan Mar 24 Jan - 8:17
Merci du petit mot, c'est plus pratique pour moi. J'admire ta façon d'écrire, je trouve ça assez "poétique". J'avoue aussi avoir souris au début de la description physique. Bref.

Fiche validée.

Bienvenue sur Midgard !


PS : Vive les smileys !
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

[Rogue] Zadya Theladan

MessageSujet: Re: [Rogue] Zadya Theladan
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Accessoires pour rogue
» Eileen Rogue II [validée]
» Katie Bell, Rogue, McGonagall et Mimie Geignarde (libre)
» Severus rogue, Le mangemort....
» Présentation de severus.rogue (alias rogue ^^)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: Archives :: Archives :: Fiches personnages archivées-