avatar
Sexe : Masculin
Exp : 1167

Messages : 13
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.

MessageSujet: Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme. Sam 13 Sep - 0:13
Année 16 (Je considère qu’au temps d’aujourd’hui, on est en année 20)

Il y a des endroits où l’on aimait séjourner. Où l’air était pur, où le vent apportait une odeur de nature. Où chacun de ses pas était guidé par la mélodie des brises agréables, citées précédemment. Où chacune des mélodies est rythmée par son propre cœur. Où la propreté est de mise, plus qu’en mer, plus qu’ailleurs. Où on est heureux d’être car c’est un lieu sain, apportant paix. Où il y aura un port, pourquoi pas, et on entend le bruit heureux des honnêtes travailleurs qui, joyeux, sont presque heureux d’être les maitres de leur dur labeur. Les cargaisons sont pleines de promesses et tout et chacun est encré dans la loi et ne songe pas même à en voler une prise. Ou alors, uniquement pour donner un petit poisson à un pauvre homme sans un sous qui vient prier sa bonne étoile. Oh, monde idyllique. Et bien on pouvait considérer que toute cité sur l’île Kynthnos répondait à l’inverse exact de ces élucubrations. Et au cœur de sa décadence, on trouvait la taverne de la Bouteille damnée.

En ce lieu se trouvait un héro. Du moins, un être désirant l’être. Son nom n’avait point d’importance, et son existence non plus si ce n’était m’avoir amené ici. Mais ce Héro –car ainsi nous le nommerons- était un sans le sous. Il avait sa sœur qui était devenue une prostituée en ces lieux. Il désirait absolument devenir pirate pour pouvoir lui offrir un coffre plein d’or et la libérer de son maudit travail. Le voilà bienheureux qui venait d’entrer dans mon équipage et de tenter de me voler une bourse. Idiot qu’il était... Il attendait à une table de la taverne, bourse en main, sourire aux lèvres. Pauvre idiot qu’il était… Et elle arriva, descendant les marches de l’escalier du premier étage. Etage d’où émanaient des odeurs de corps enivrées et où les ébats les plus malsains pouvaient avoir lieu comme monnaie courante. Car tout se monnayait… tout. Pauvre idiot qu’il était. Elle passa à coté de lui, pauvre idiot qu’il était, pour courtiser son voisin de tablée. Et celui-ci apposa ses mains légèrement trop hautes pour le gout du jeune homme. Pauvre idiot qu’il fut… Il s’énerva contre le second, un pirate, qui sans aucune question, tira une balle entre ses yeux. Cela déclencha une bagarre et la sœur lui fit les poches sans remord et s’en retira. Pauvre idiot qu’il fut, son âme me revenait alors et je comptais m’éloigner de la scène après, bien évidemment, avoir récupérer ce qui était mien. Pauvre idiot… voler au démon avec lequel il a pactisé… Ou aurait il cru que cela aurait pu l’aider au contraire ? Pauvre idiot, il était désormais mort et j’allais l’oublier une fois que j’aurai tué sa sœur, la prostituée.

Cependant, le temps que je récupère cette âme damnée, voilà que la demoiselle avait pris ses jambes à son coup et que je repérai un autre personnage. Et comme, parfois, être né de la haine n’était même pas nécessaire pour sentir les mauvaises intentions d’une personne, je voyais en elle un humain bien décider à faire passer une mauvaise pulsion. Le genre particulièrement grand, le crane rasé. Il émanait de lui une certaine force. N’importe quel être l’observant pouvait se demander s’il se tatouerait pour cacher les cicatrices ou si les cicatrices qu’il arborait étaient elles mêmes les tatouages de son existence. Et ses yeux venaient de parcourir mon futur cadavre et ce qu’il observait ne lui plaisait point. Comme si la bataille entre les pirates sous ses yeux n’était qu’une poussière sur son chemin vers elle. Non, pas elle : lui. L’homme qui accompagnait la donzelle qui lui tendait la bourse. Ma bourse d’or. Était-elle importante ? Aucunement. C’était par principe que je désirai la récupérer… Mais à cet instant, je me demandais si le grand bonhomme n’était pas du genre à pactiser pour tuer l’autre damoiseau : après tout, vu leur différence de stature, il n’était pas à se demander que si d’autres raisons ne l’en avait point empêché, il s’y serait déjà adonné.

Or, à cet instant, un abruti tenta de me tuer moi. Ce qui était… disons le… quasiment impossible. Le temps que je me charge de l’éliminer pour m’approcher de la demoiselle que le chef de l’établissement calmait tout le monde. Calmer comment ? Et bien en tirant et en hurlant plus fort que les autres. Et en offrant du rhum également… les filles de joies s’en étaient allée séduire les plus bagarreurs qui oubliaient leur envie de frapper avec autre partie que leur bassin. Et ma prostituée, petite sotte, ne bougeait pas, la main accrochée à son pirate adoré. Pourquoi diable lui donnait-elle de l’or ? Je n’en savais rien et… pour dire vrai, je n’en avais aussi rien à faire. Peut être la laisserai je en vie et l’offrirai je à mon équipage ? Un petit bien pour leur faire oublier la perte de leur compagnon d’arme ? Un cadeau mémorable, car très proche finalement si on convenait du sang. Mais plus en colère encore que toute autre personne présente, se trouvait le barbu qui s’était rapproché du duo. Prenant son attention bien plus que moi, je remarquais qu’il avait un lien avec deux autres bonhommes, surement des assassins… qui attendraient patiemment. Mince, son âme serait elle déjà offerte au mal sans risquer d’être dévorée par quiconque ? Quel gâchis… je me disais bien sauver l’homme de sa haine pour pactiser avec sa colère et le tuer sus-après, garder la prostituée pour mon équipage – et la tuer ensuite bien évidemment- tout en récupérant mon or. Je devais donc agir, et ceci pourrait se faire bien simplement : j’emploierai la vérité. Et je m’approchais du petit duo avant le baraqué pour leur signaler avec un ton cordial, presque un sourire, mais un regard froid –à quoi bon tenter de l’adoucir ? Son éclat signalait ma nature à tout être ayant un peu de culture.

Pardonnez mon intrusion dans votre vie, mais voilà que vous m’ennuyez. Monsieur, l’or que cette demoiselle vous a offert était mien. Il m’a été pris par cet ancien de mon propre équipage et, alors qu’en personne je me déplaçais pour cela… voilà qu’il a été assassiné avant d’obtenir juste peine et que l’or sus-pris se retrouve en votre possession.

Je laissais là ma phrase pour ne point l’obliger à me le rendre. Oui, je devais m’éloigner avec cet homme pour m’assurer que les assassins échouent.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Exp : 1259

Messages : 27
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.

MessageSujet: Re: Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme. Jeu 18 Sep - 6:09
Je soupirais bien comme il faut. Cette journée n’avait rien de bien marrante. J’étais entré dans l’équipage il y avait à peine deux ans et la plupart ne m’acceptait toujours pas. Gryff était toujours à me suivre partout où j’allais. Il était sans arrêt en train de m’épier dans mes moindres faits et gestes sûrement pour me faire un sale tour si je baissais ma garde. Du coup, j’étais sans cesse prudent ne voulant pas lui faire le plaisir de baisser ma garde. C’était vraiment un enfoiré quand on y pensait. Un mec imbu de lui-même qui prenait tous les autres pour de la merde. Il n’acceptait pas du tout que je sois au-dessus de lui dans la hiérarchie, je dirais même que ça le dégoûtait. Pourtant il n’avait pas le choix et il voulait donc que ça change.

Je ne vous dis même pas le nombre de fois qu’il avait déjà essayé en deux ans. Combien de fois il m’avait tendu des pièges ou des embuscades. Ou même tenté de m’empoisonner avec la nourriture. Il avait même essayé d’engager un assassin une fois, mais ça n’avait pas marche. Pourquoi me direz-vous ? Après tout un assassin ne rate pas souvent sa cible. Eh bien pour le coup celui-ci me connaissait, on était même de sacré pote alors quand il m’avait vu il avait abandonné le fric. Je lui donnais tellement d’autres contrats plus intéressants faut dire avec une meilleure paye qu’il n’avait pas hésité une seule seconde. Quand il m’avait raconté sa version des faits j’étais mort de rire, car Gryff l’avait carrément supplié limite c’était Jésus. Mon pote ne devait plus se sentir à ce moment-là, mais c’était normal en même temps. N’importe quel homme ne se sentirait plus si on s’agenouillait devant vous comme si vous étiez la réincarnation du Messie.

Je souriais donc souvent en le regardant à présent vu que je me rappelais sans cesse cet instant. Cela ne devait pas l’aider à ne plus m’en vouloir, mais d’un autre côté j’en avais vraiment rien à foutre de ce qu’il pensait tout ce que je voyais c’est qu’il ne pouvait rien faire sans me demander d’abord mon avis. Il n’était qu’un laquais qui n’était pas assez intelligent au goût de la capitaine pour être au-dessus de moi. Et forcément comme je ne l’aimais pas plus qu’il ne m’appréciait je me faisais une joie de le traiter comme de la merde. J’étais un pirate en même temps donc je ne voyais pas pourquoi j’allais lécher les bottes à un pauvre type dans son genre qui ne devait même pas savoir le résultat d’une addition telle que un plus un.

Enfin bref, la capitaine nous avais envoyé dans une taverne pour voir avec le propriétaire s’il pouvait devenir notre fournisseur de rhum personnel. C’était une taverne nommée bouteille damnée qui était plutôt cool comme nom. J’y entrais suivi de près par l’autre armoire à glace avec sa tronche des mauvais jours. Quand on le regardait on se disait qu’il ne valait mieux pas qu’il est des flingues à la place des yeux, car on serait certainement tous six pieds sous terre à l’heure qu’il est. Mais comme ce n’était pas le cas je ne m’en préoccupais pas me contentant d’aller à une table et d’attendre la fermeture pour discuter tranquillement avec le proprio des lieux. Je commandais une chopine de rhum quand une jeune femme vint vers moi.

Je la tripotais sans vergogne, vu qu’elle se laissait faire. Remontant mes mains de ses fesses jusqu’à sa poitrine généreuse quand un crétin vint m’interrompre. Je le regardais d’un air froid avant de lui tirer une balle entre les deux yeux l’air de dire me saoule pas. Ce n’était pas souvent que j’en venais à cet extrême, mais il l’avait vraiment pris la tête t avait même commencé à sortir les grands mots en m’insultant alors faut pas pousser non plus. Cette fille n’était pas à lui et surtout qu’elle n’avait pas été contrainte. Dans tous les cas il ne ferait plus chier personne. La fille alla même le dépouiller pour me donner une bonne grosse bourse de pièce d’or ce qui valait une petite fortune. Je pouvais passer toute un mois au bordel avec ça dans les poches. Le rêve de tout pirate qui se respecte.

Le proprio en profita pour calmer tout le monde avec son flingue. Il n’avait pas l’air d’être un amateur de la patience et encore moins du brouhaha constant. Les bruits devinrent beaucoup moins paniqués et reprirent dans une cadence plus soutenue comme si je n’avais jamais tué personne. C’était genre un accident quoi. Je souriais à la fille me disant que j’allais la récompenser comme il se doit pour la bourse. Du moins, je me disais cela jusqu’à ce qu’un mec vienne jusqu’à moi et me fasse un discours à la mord moi le nœud. Je le regardais l’écoutant avec intérêt. Celui-là n’était pas à prendre à la légère. Son ton était assuré et en disait assez long sur le fait qu’il avait sûrement les capacités nécessaire pour parler à un étranger comme ça. Comme la dernière chose que je voulais était de me battre je lui balançais la bourse.

Tiens, je n’ai pas envie de me prendre la tête pour quelques pièces d’or. J’en aurais bientôt des tonneaux.

Dans le genre gros bluff c’était pas mal, mais en même temps j’avais entendu un truc sur un navire bourrée de marchandise de valeur. Le piller serait certainement cool alors bon je n’allais pas pleurer une petite bourse.

C’est tout ce que tu voulais ?

L’air de dire si t’as rien de plus à me dire passe ton chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Exp : 1167

Messages : 13
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.

MessageSujet: Re: Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme. Mar 23 Sep - 0:09
Tiens, je n’ai pas envie de me prendre la tête pour quelques pièces d’or. J’en aurais bientôt des tonneaux.

L’assassin était en face de moi. J’espérais une réaction de sa part qui implique que, personnellement, je dois rester auprès de lui. Mais rien n’en fut : calmement, il me rendit ma bourse, prétextant un navire à piller. J’espérais que ce ne fut point le mien mais n’avait peu de doutes à ce sujet : les pirates avaient une sorte de… code d’honneur. On ne pillait pas les nôtres… Ou alors, de façon ordonnée : après un combat entre capitaine… Qu’importa : de toute façon, avec Kraken à mes cotés, je dois admettre que j’étais fort peu inquiet pour mon équipage. Les autres perdaient toujours… C’était ainsi. Et j’étais légèrement connu pour cela alors : à quoi bon s’inquiéter sur l’idiot qui s’y tenterait ? Mais, un peu bêtement, je n’avais point bougé : me voilà coupé dans mon élan… et l’homme s’en rendait compte et désirait s’amuser avec la catin car il me déclara :

C’est tout ce que tu voulais ?
-Pas exactement.

Il voulait agir avec elle. Et au fond, je pouvais la réclamer elle aussi. Mais il combattrait, sans aucun doute, en ces lieux. Il me fallait l’obtenir de façon subtile afin que celui-ci accepte ma compagnie. J’attrapais la catin avec délicatesse, lui tendait de l’argent en provenance de ma propre bourse et lui demandait de ramener à boire à l’homme qu’elle courtisait de ma part. Elle s’exécuta, surement ravie de pouvoir aider son étalon. De plus, une catin n’avait à faire entre deux pirates, nul doute qu’elle espérait plutôt le récupérer seul. Une fois qu’elle était partie suffisamment loin, je poussais légèrement le cadavre au sol et prenait sa place, à coté de mon nouvel interlocuteur. Je jetais un regard –exprès non caché, j’osais espérer que le damoiseau ne serait point suffisamment ivre pour ne point le remarquer- à l’homme le haïssant. Il attendait, il souriait et cela ne le rendait point charmant : loin de là. Il n’agirait point en public, les assassins étaient déjà partis se cacher. Quelle fierté en lui… quel désespoir le prendrait quand il échouerait, encore une fois ! Je souriais à cette idée et offrais à nouveau toute mon attention au damoiseau.

Je je ne pouvais le dire devant la damoiselle, mais j’ai promis à mon second de la lui apporter. L’homme s’est particulièrement moqué de lui et a tout fait pour celle-ci : sa sœur. Etonnant les hasards de ce monde, vous courtisez la sœur du cadavre que vous avez créé… et ceci en même temps. Bien sûr, cela n’empêche en rien que vous fassiez vos affaires avec celle-ci. J’espère juste que vous ne l’emporterez pas sur votre navire…

La jeune femme apporta une première tournée de boisson. Elle repartait chercher de la nourriture pour aller avec : quelle jeune femme disciplinée. Oui, elle l’aimait beaucoup ce grand dadais. Autant que l’autre le détestait ? Non… quand même pas. Je n’étais pas même sûr qu’elle l’ait déjà rencontré auparavant : sans doute le trouvait-elle juste beau, et jeune qu’elle était, désirait elle être enlacée par celui-ci. Alors, comment pourrais-je suivre ce grand dadais jusqu’à son navire et le protéger le temps qu’il fallait ? Oh… peut être juste en tentant la sympathie. Après tout… c’était un pirate : nous pouvions nous entendre.

J’avais oublié les civilités. Je me nomme Johann, capitaine du Each Uisge Edge.

Je présentais mon navire et mon statut par honnêteté. Cela payait en général : les pirates se connaissaient au moins de renommée. A part au sujet de l’étrange réussite de mon navire sur toutes ses volontés sur les mers –merci Kraken- je ne crois pas que j’avais mauvaise réputation. J’étais finalement un pirate plutôt normal il me semblait. Et le nom du navire provenait d’une créature mythique que j’eu rencontré par hasard et perdu un pari avec lui… mais qu’importa. Je tendais ma main vers lui. Allait-il s’en saisir et se présenter –et présenter son navire par la même occasion ? Après sa réaction, quelle qu’elle fut, je souriais.

Il se trouve qu’en plus de notre affaire passée… Je m’interroge à votre sujet. Je me demande notamment comment vous vous êtes attiré les foudres du grand homme là bas.

Je le montrais du doigt discrètement et fixait le damoiseau, me demandant s’il allait le reconnaitre. Possiblement : on ne pouvait attiser autant de colère sans en connaitre l’origine. Bien que chez les pirates, tout était possible. Mais si je ne pouvais m’attirer sa sympathie de façon menteuse, je me disais pouvoir employer sa vigilance. Selon sa réponse, peut être même lui dévoilerai je la tentative d’assassinat ? Un lien se formait sur bien des choses.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Exp : 1259

Messages : 27
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 1
Grade : D
Joyau(x) : 100

Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.

MessageSujet: Re: Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme. Jeu 25 Sep - 8:10
Je soupirais en ayant bravement marre de ce mec. Qu’est ce qu’il me voulait au final ? Il me regardait bizarrement quand je dis que j’aurais bientôt des tonneaux de pièces d’or. Je n’étais pas idiot au point d’attaquer un autre bateau pirate comme ça. Nous avions un code d’honneur et c’était seulement avec une bonne raison où un consentement mutuel que l’on pouvait combattre d’autres pirates. Et puis je préférais largement piller des bateaux de marchands ou de riches bourgeois qui avaient l’audace de s’aventurer sur notre territoire c’était bien plus drôle. Surtout si certains priais pour leur vie. Voir ses fils de riches à genoux pour vous supplier de les épargner c’était juste trop bon.
 
Bref j’en revenais à l’autre mec en face de moi. Son visage me disait d’ailleurs quelque chose. Je pense qu’il était connu au sein des pirates, mais sur le coup je n’arrivais pas à me souvenir de qui il s’agissait. C’était certainement une pointure dans le coin. Mais bon j’en avais un peu rien à battre pour le moment une jeune femme des plus charmante attendais mes avances donc j’avais autre chose à faire de bien plus agréables que de parler avec un mec qui avait un tatouage de squelette hideux sur la gueule. Mais le truc c’est qu’apparemment on n’en avait pas encore fini, du moins lui. Il voulait autre chose. Il allait encore me faire chier longtemps celui-là ? Il croyait que j’étais à sa disposition ou quoi ? Il n’y avait pas marqué pigeon sur mon front alors même s’il avait pour habitude d’être le big boss il allait devoir me lâcher sinon j’allais finir par l’envoyer bouler purement et simplement.
 
Et il voulait la fille en plus ? Eh ben il avait un sacré culot, mais d’un autre côté il venait de m’en apprendre une bonne. Comment cette fille avait pu rester de marbre devant l’assassinat de son frère que j’avais moi-même fait ? Certes, je la courtisais et je lui plaisais ça ne faisait aucun doute, mais qu’elle ne traite pas son frère avec lus d’égard me donnait la gerbe. Finalement, elle était loin d l’idée que je me faisais d’elle. J’étais vraiment très déçu de sa réaction. Cela venait même de me couper l’envie de quoique ce soit. Je préférais me retirer n’ayant plus aucune raison de rester dans ce taudis remplis de pochtron tous aussi bourrés les uns que les autres.
 
Vu ce que tu viens de m’apprendre tu peux la prendre je n’en veux plus. Vu comment elle traite sa famille je ne veux pas avoir affaire à elle pour quoique ce soit. Tu peux l’emmener loin, la tuer, la torturer je n’en aurais que faire à présent ce n’est plus mon problème.
 
Le jeune femme allait et venait pour emmener la boisson et la nourriture. Je ne comprenais pas cette envie de bien faire de sa part alors que j’avais tué son propre frère. Qu’elle idiote. Je me jouais d’elle pour passer un peu le temps et elle y croyait vraiment. Comme si je n’avais que ça a faire de tomber amoureux de la première venue. Enfin passons le mec qui avait fini par s’asseoir en face de moi reprenait la parole pour se présenter. C’est là que je le reconnus. C’était un pirate très recherché, car on disait de lui qu’l avait fait un pacte avec le kraken un légendaire poulpe géant. Je souriais de nouveau curieux de par mon interlocuteur célèbre.
 
Enchanté Johann, ta réputation te précède, moi c’est Wulfrick. Je suis le vice-capitaine du Rise phoenix.
 
Je serais ensuite sa main qu’il m’avait tendue en signe de bonne foi. Je n’étais pas quelqu’un de mal polie surtout si la personne en face était sympathique. Et pour le moment il ne m’avait pas l’air agressif.  Je me demandais encore ce qu’il me voulait, mais bon qui vient à point à qui sait attendre comme on dit. Il me demanda ce qui faisait que l’autre abruti de Gryff m’en voulait à mort. Je rigolais à gorge déployé en entendant sa question. Comme quoi les envies de meurtres de Gryff ne passait inaperçues pour personne dans le coin.
 
Eh bien pour tout te dire l’ami, le mec baraqué derrière moi était l’ancien vice-capitaine avant que je prenne sa place. En fait, ma capitaine d’équipage m’avait au départ capturé, mais en voyant mes capacités d’escrime et mon sens de la stratégie navale elle a fini par me proposer une alliance. Et depuis il peut plus me voir en peinture, car il n’arrive pas à digérer la pilule. J’ai eu beau survivre à toute ses tentatives d’assassinat il continue encore et toujours à me buter. C’est la vie bouffi.
 
Je haussais les épaules, l’air de dire ça fait longtemps que je n’en ai plus rien à foutre. Je n’essayais même plus de compter le nombre de fois que j’avais échappé à la mort de justesse à cause de l’autre bonze mode scarface. Mais bon voilà quoi je pouvais comprendre ce qu’il ressentait. L’humiliation qu’il avait dû ressentir à ce moment-là devait être insupportable pour un grand gaillard sans cervelle comme lui.
 
Et sinon que me veux-tu exactement ? Tu ne me parle pas juste pour récupérer ton dû sinon tu serais déjà parti ? Si tu veux prendre la boule de billard derrière moi vas-y j’inventerais une excuse bidon. A moins que tu ne veuilles former une alliance pour je ne sais quelle raison ?
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.

MessageSujet: Re: Voler un pirate, apporte la mort. Voler un démon, dévore l'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» Il n'y a pas que les oiseaux qui savent voler [Terminé]
» Apprends-moi à voler [PV Iris et Icare]
» Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, tu ne peux pas voler [Michiki]
» Il est temps pour moi de voler vers d'autres horizons...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Île Kynthnos :: Taverne La Bouteille Damnée-